[Paris] Compte-rendu du dernier jour de procès de la "keufmobile" brûlée

Mis a jour : le vendredi 29 septembre 2017 à 11:28

Mot-clefs: Répression / prisons centres de rétention loi loitravail travail loi_travail
Lieux: paris

Résumé du dernier jour d'audience avec les ultimes plaidoiries d'avocats d'inculpés.

Ce récit n'est pas exhaustif, il reste partiel et factuel. Les citations ne sont pas au mot près. Merci de ne pas en tenir rigueur.

Ce mercredi matin (27 septembre) était la dernière date du procès de la voiture de police brûlée sur le quai de Valmy, le 18 mai 2016.

Kara et Krem, deux inculpé.e.s, sont actuellement en détention provisoire.

L'ambiance était très calme au tribunal ce matin. Depuis la salle d'audience, aucun bruit de l'extérieur n'est venu perturber les plaidoiries des deux avocats, si ce n'est de temps en temps les sirènes anxiogènes des voitures de forces de l'ordre.

L'audience a débuté avec la plaidoirie d'Antoine Vey, avocat de Nicolas F. [1]

Face à un juge figé voire stoïque, Antoine Vey commence par dénoncer l'instrumentalisation politique du procès par le premier ministre de l'époque (Manuel Valls) mais aussi certains locaux de police ayant servi à plusieurs garde-à-vues et dans lesquels trônaient sur les murs des drapeaux du syndicat policier Alliance (très marqué à droite...).

Il fait remarquer que la procureure a serré la main des parties civiles en arrivant au tribunal ce matin !

"Vous ne feriez jamais ça avec les prévenu.e.s !"

Il explique que la qualification criminelle des faits (abandonnée depuis) a eu des conséquences graves sur les inculpé.e.s.

Antoine Vey défend Nicolas en affirmant qu'il « n'a pas maîtrisé les faits, n'a pas maîtrisé cette violence. Il ne l'a pas « revendiquée ». Après avoir cité Foucault "les faits, la sanction, le supplice", l'avocat demande une personnalisation des peines.

"Il y a des violences en manifestation mais donc on n'aurait pas le droit de manifester ? [...] Est-ce le procès des idées ?"

Antoine Vey revient sur le parcours de Nicolas, choqué par la violence des forces de l'ordre à l'encontre des manifestant.e.s durant la loi Travail. Néanmoins, son client n'est pas un « idéologue ».

"Vous me faites penser à Javert madame la procureure !" affirme sans détour l'avocat au sujet de la sévérité des peines requises par les deux procureurs vendredi dernier.

"Être armé ce n'est pas avoir une veste noire, un bonnet et des lunettes !"

Il explique ensuite que la barre de fer n'en est pas une mais qu'il s'agit d'une tige métallique flexible. Il exige que Nicolas soit jugé avec clémence. « Il a été lourdement puni, il est inséré. Il n'y a plus aucune raison, si ce n'est un message politique nauséabond pour le remettre en prison ».

Antoine Vey conclut sa plaidoirie en affirmant :

"Si vous le renvoyez en prison vous l'aurez jugé mais vous n'aurez pas rendu la justice"

C'est ensuite au tour d'Arié Alimi, avocat d'Antonin B. [2], de plaider.

Il débute sa prise de parole en ayant un premier mot de compassion pour les parties civiles puis rappelle que son grand-père était instructeur de police en Algérie pendant l'état d'urgence.

Il explique que depuis Sivens, il y a eu un changement de doctrine dans le maintien de l'ordre.

"Comment expliquer qu'il n'y a plus d'enfants et de poussettes dans les manifs ? [...] Avant, la doctrine était de tenir à distance, aujourd'hui c'est faire mal et décrédibiliser un mouvement social."

Il dit avoir une pensée pour Rémi Fraisse, la famille Traoré, Théo et le lycéen de Bergson. Il s'exprime avec force contre le déséquilibre des réquisitoires du ministère public.

"8 mois de sursis pour le policier ayant fracturé le nez du lycéen de Bergson contre 8 ans de prison ferme avec mandat de dépôt pour un fumigène dans une voiture de police ! Ce n'est pas intelligible !"

Antonin B. est signalé sans relâche par la DRPP (Direction du Renseignement de la préfecture de police de Paris) depuis plusieurs années. Dans 11 affaires signalées à son encontre par des renseignements de la DRPP, Antonin a été relaxé (ou affaire classée sans suite).

"C'est une dénonciation calomnieuse, je peux me permettre de franchir le pas !"

L'avocat dénonce la logique administrative des fameuses "notes blanches" des renseignements. « Le témoignage anonyme n'a plus aucun sens ».

Par la suite, Arié Alimi décortique ce témoignage anonyme ("T142") qui s'avère être donc celui d'un agent de la DRPP. Les contradictions du policier dans son témoignage sont criantes car il n'a su établir le rôle d'Antonin lors de la manifestation. « Il a menti, il savait qu'il mentait » affirme haut et fort Alimi.

Lors d'une confrontation devant Thierry Lévy (ancien avocat d'Antonin), le policier-témoin a indiqué à de nombreuses reprises ne pas souhaiter répondre aux questions. Le témoignage n'est plus crédible selon Arié Alimi. Le refus de s'expliquer pourrait même permettre de lancer des poursuites judiciaires à son encontre.

Antonin avait le poignet blessé lors du 18 mai 2016 (depuis un mois et demi), « il ne pouvait donc pas porter ce plot durant les faits » explique son avocat.

"Nous sommes face à une méthode où l'on veut un résultat dès le départ !"

Alimi revient ensuite sur les détails vestimentaires et physiques qui auront servi à inculper Antonin. La basket Nike est par exemple une chaussure commune chez de nombreux jeunes. Garder son téléphone dans sa poche de jean, c'est faire « comme tout le monde ». Antonin a des cernes ? Beaucoup de jeunes « passent leur nuit devant la télé ou à faire la fête ».

L'avocat brandit plusieurs photographies issues de vidéos et imprimées sur du papier cartonné pour étayer ses dires sur les traits vestimentaires communs à de nombreux manifestant.e.s. Le procureur n'a pas utilisé toutes les photos disponibles dans le dossier d'instruction selon Arié Alimi. Le procureur a « délibérément menti ». Le témoignage du policier affirme qu'Antonin a un cache-cou et non une cagoule et on n'a pas retrouvé la veste incriminante. « Ce n'est pas lui l'agresseur ! » dit son avocat. Le policier "kung-fu" n'a d'ailleurs pas reconnu Antonin derrière la vitre sans teint.

"Qu'est-ce que vous voulez de plus comme preuves ? [...] Pourquoi on a voulu accuser mordicus, envers et contre tout Antonin ? [...] On a voulu faire condamner absolument un opposant politique. La politique contamine notre justice et nous sommes en France, pas en Russie !"

Arié Alimi demande la relaxe pour Antonin.

Le rendu du procès sera donné le mercredi 11 octobre à 10h.

Le tribunal se vide tandis que Krem et Kara sont menotté.e.s puis reconduit.e.s en prison. Les cris « Liberté ! » résonnent dans le hall du TGI de Paris.

Solidarité avec tout.e.s les inculpé.e.s !

Notes:

[1] Nicolas a passé plus d'un an en détention provisoire.

[2] Antonin est resté près de 10 mois en détention provisoire.

[Publié le 28 septembre 2017 sur Paris-Luttes.info.]

Commentaire(s)

> .

Et Krem et Kara , rien sur eux ?

> Bah non

Les avocat-es de Krem et Kara ont plaidé les jours précédents.

Tu peux lire tous les récits (pas toujours super détaillés) ici:
https://paris-luttes.info/compte-rendu-du-premier-jour-du-8726
https://paris-luttes.info/compte-rendu-du-deuxieme-jour-de-8741
https://paris-luttes.info/compte-rendu-du-troisieme-jour-de-8748
https://paris-luttes.info/compte-rendu-du-quatrieme-jour-de-8760

Tous ces CR ont également été publiés sur Indymedia-Nantes (parfois d'abord, d'ailleurs).

> "voiture de police incendiée" : tensions autour d'images d'un journaliste

"voiture de police incendiée" : tensions autour d'images d'un journaliste

Huées et insultes pour un journaliste. Selon Buzzfeed, des militants présents lors du procès dit de la "voiture de police incendiée" ont accusé le journaliste Thierry Vincent d'être une "balance" et d'avoir mis en difficulté des prévenus. La raison : des rushes d'un de ses reportages ont été diffusés lors du procès, qui s'est tenu la semaine dernière. Mais Thierry Vincent, ainsi que l'avocat Me Jérémie Assous, réfutent ces accusations.

Tensions autour du procès dit de la "voiture de police incendiée". D'après le site Buzzfeed, le journaliste Thierry Vincent a été "hué et insulté à la sortie du palais de justice" de Paris la semaine dernière, en marge du procès sur l'incendie d'une voiture de police quai de Valmy. Il aurait également été "violemment frappé au visage" lors de la manifestation du 21 septembre dernier. Buzzfeed, citant le journaliste, évoque "un coup de poing au visage". Vincent raconte à @si avoir été reconnu, puis pris à partie par quelques manifestants du cortège de tête, pendant que d'autres s'interposaient. Il explique : "Je n'avais jamais senti ça avant dans les manifestations. Là, c'est très tendu, avec le procès et la place qu'ont eues les images dans ce procès."

Pour rappel, le 18 mai 2016, en pleine contestation de la loi El Khomri, une manifestation spontanée autour de la place de la République dégénère : des manifestants s'en prennent à une voiture de police isolée quai de Valmy. L'un des huit prévenus qui comparaissait la semaine dernière, Antonin Bernanos, est soupçonné, sur la base de vidéos et d'un témoignage anonyme, d'avoir frappé le policier au volant à travers la vitre de la voiture. Sur les images, très médiatisées après l'agression, on ne voit qu'un individu cagoulé, en jean, k-way et baskets noires. Le témoignage, anonyme, se révèle être celui d'un policier de la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris, qui l'incrimine. Bernanos, qui nie les fait qui lui sont attribués, est poursuivi pour "violences aggravées sur policiers en réunion".

Valmy police 2

Image extraite d'une vidéo prise par un témoin

C'est justement autour des nombreuses vidéos diffusées lors du procès que se sont cristallisées certaines tensions. Selon le journaliste de Buzzfeed, David Perrotin,"on reproche [au journaliste Thierry Vincent] d'avoir accepté de donner à la justice des rushes de la scène de la voiture de police incendiée qu'il a pu filmer pour France 2". Contacté par @si, Vincent raconte : "C'était tendu, il y avait une hostilité générale [envers les journalistes]. Certains ont crié «Thierry Vincent est une poucave» [balance, ndlr]".

Les reproches contre Thierry Vincent ne datent semble-t-il pas d'hier. Perrotin renvoie ainsi, dans son article, à un texte datant d'avant le procès. En mars 2017, après la diffusion d'un reportage d'Envoyé Spécial réalisé par Thierry Vincent sur les "casseurs", un texte publié sur le site Paris-Luttes.info et repris sur plusieurs sites d'extrême gauche s'en prenait à Vincent et à sa "connivence" avec des mouvements comme le collectif antifasciste et anticapitaliste MILI (Mouvement d'Inter Luttes Indépendant), plus ouverts à la discussion avec les journalistes - ce que Paris-Luttes.info reproche dans son texte, anonyme. "Nombreux sont celles et ceux qui savent que cette même connivence a permis que les images de Thierry Vincent se retrouvent dans le dossier d'instruction de l'affaire du 18 mai [l'incendie du quai de Valmy, ndlr]", peut-on y lire. Le texte accusait le journaliste de "participe[r] de l'immense farce médiatique consistant à renforcer encore un peu plus le discours policier".

[Cliquez pour zoomer : Valmy policier]
> Cliquez sur l'image pour un gros plan <

Image diffusée dans Envoyé Spécial, filmée par Thierry Vincent

Les rushes filmés par Thierry Vincent de cette agression ont bien été versés au dossier. Auprès de Buzzfeed, le journaliste raconte : "Me Levy, l'avocat initial d'Antonin B. (il a été remplacé par Me Arié Alimi depuis, ndlr) m'a demandé de lui donner les rushes de mes images tournées ce jour-là. Il pensait que cela pouvait disculper son client". Contacté par @si, Vincent précise : "Les avocats m'ont dit qu'ils avaient vérifié que ça ne mettait pas en danger qui que ce soit". Il assure également que des proches d'Antonin Bernanos ont donné leur accord pour que ses rushes soient versés au dossier - et deviennent donc accessibles à toutes les parties, l'accusation comme la défense.

Mais selon Buzzfeed "une rumeur parmi les militants et les soutiens des prévenus du quai de Valmy a enflé au fil des audiences : la vidéo de Thierry Vincent aurait permis au parquet de mettre en cause d'autres personnes parmi les huit prévenus présents au procès". Une rumeur, sortie d'on ne sait où, et qu'évoque également Thierry Vincent. Contacté par @si, Me Jérémie Assous, qui défendait au départ Antonin Bernanos, et a défendu lors des audiences un autre prévenu, Bryan M., la conteste formellement : "La vidéo de Thierry Vincent n'est à l'origine d'aucune arrestation. Elle n'a absolument pas conduit de manière directe ou indirecte à l'incrimination de quiconque."

Au contraire, assure-t-il, les images fournies par le journaliste ont permis de "prouver que la construction intellectuelle de l'accusation, entérinée par les juges d'instruction, était totalement scandaleuse et d'une particulière mauvaise foi". Selon l'avocat, elles ont également servi à disculper un autre prévenu, Bryan M. Me Assous vise le témoignage "anonyme" qui a servi à arrêter quatre des prévenus - et dont on sait depuis longtemps qu'il a été donné par un policier. Ce dernier affirme notamment avoir vu plusieurs prévenus, dont Bryan M., s'habiller en noir avant d'emprunter une rue menant au quai de Valmy. "On a démontré grâce aux images de Thierry Vincent que Bryan M., qui est très grand et brun, avait un polo rouge du début de la rue jusqu'au bout", explique l'avocat .

La décision de justice sera rendue le 11 octobre prochain.

https://www.arretsurimages.net/breves/2017-09-28/voiture-de-police-incendiee-tensions-autour-d-images-d-un-journaliste-id20863