Aggression sexiste dans la manif parisienne

Mis a jour : le jeudi 14 septembre 2017 à 15:37

Mot-clefs: Répression / -ismes en tout genres (anarch-fémin…) loi loitravail travail loi_travail
Lieux: paris

Communiqué suite à l'agression violente de 5 femmes à la manifestation parisienne du 12 septembre 2017 par le SO de la CGT

Ce mardi 12 septembre, lors de la manifestation parisienne contre la loi travail XXL, des membres du service d'ordre (SO) de la CGT ont agressé des militantes féministes. L'une d'entre elles a fini aux urgence, avec des contusions à la tête, un cocard (contusions avec hématomes de la pommettes à l'arcade) et une entorse au poignet gauche. Chacune d'entre elles souffre de multiples contusion et hématomes.

«À la fin de la manifestation nous regardions les cortèges passer lorsque un membre du SO nous a invectivée. Lorsque l'une d'entre nous a réagi à leurs propos sexistes,les membres du SO (environ une vingtaine d'hommes) se sont déployés sur nous cinq. »

«J'ai été frappée au visage, un des membres du SO m'a empoignée par derrière avant de m'envoyer un coup de poing au niveau de l'oeil droit. J'ai voulu me dégager, mais ils se sont mis à plusieurs pour me tenir et l'un d'entre eux m'a violemment tordu le bras, ils m'ont alors frappée à coups de casque sur la tempe et sur le haut du crâne. Dès le premier impact j'ai entendu mes amies hurler et réagir.»

«J'ai vu ma camarade se faire frapper au visage par aux moins trois hommes. J'ai voulu aller la défendre et là j'ai été saisie à la gorge par derrière, mise à terre et maintenue au sol. Au moins deux hommes ont commencé à me porter et me tirer vers l'intérieur du SO. Mes camarades leurs ont criés de me lâcher mais ont dut intervenir physiquement et me tirer afin de me libérer, les hommes me maintenant au sol refusant de lâcher prise, cela, alors que j'étais deja blessée à la main droite suite à un débris de grenade"

«Voyant ma camarade être frappée au visage, je me suis aussitôt dirigée vers elle. J'ai été immobilisée par plusieurs hommes du SO, et poussée violement au niveau de la poitrine. Je me suis retournée et vois une autre camarade mise à terre et portée vers le milieu du cortège. Je me suis dégagée et j'ai hurlé qu'ils la lâchent. J'ai tiré le bras de l'un des hommes qui l'a tenait. iI l'a lâchée et j'ai été poussée sur le côté. Autour de nous il y avait au moins 10 hommes qui nous bloquaient et regardaient faire»

«J'ai voulu intervenir pour défendre ma camarade mais j'ai été immédiatement agrippée par l'épaule et balayée d'un coup de pied par un membre du SO de la CGT qui m'a jetée à terre dans l'eau»
«J'ai vu que mes camarades étaient en difficulté, j'ai voulu approcher Dess hommes du SO m'ont repoussée violement au point de raviver la douleur d'une entorse que j'avais au doigt "

Nous, militantes féministes libertaires de différents collectifs, organisations et syndicats, condamnons fermement cette agression d'une incroyable violence.

Nous notons la solidarité totale des membres du SO de la CGT entre eux, y compris quand il s'agit de passer à tabac des militantes féministes.

Nous nous inquiétons de l'absence totale de réactions des manifestants face à cette scène et ce qu'elle signifie en terme de banalisation des violences faîtes au femmes.

La peur doit changer de camp, y comprid dans nos manifestations.

Nous notons que le milieu militant produit des agressions sexistes, reproduit les violences patriarcales et tolère les plus graves agressions contre les femmes. Nous insistons sur le fait que les manifestations comme tout autre cadre collectif doivent être des lieux ou les femmes peuvent se rendre sans craindre pour leur intégrité morale et physique.

Nous demandons aux collectifs, organisations et syndicats une condamnation claire de notre agression et des méthodes employées par les membres du SO de la CGT.

Toucher à lune d'entre nous c'est toucher à toutes!

La lutte des classes est féministe!

Email Email de contact: agression.manif12.09_AT_gmx.fr

Commentaire(s)

> ça durera

C'est quand qu'on dégage ces gros beaufs de la CGT des manifs ?

> et c'est quand...

et c'est quand qu'on cessera d'utiliser la grossophobie et les expressions crées par les classes dominantes pour s'exprimer ? Avec des remarques comme ça, on va pas faire avancer le problème en tout cas.

> Le mouvement est le mouvement ouvrier, non étudiant ou toto

Ben envoie nous du rève et crée un "mouvement" avec tes petits bras mais surtout pas avec les organisations syndicales existantes... Explique nous alors poourquoi les toto sont toujours incapables de créer un mouvement de grève et de manifestations très importants et pourquoi ils squattent toujours les manifs syndicales ? On te retient pas, fait donc ton appel à la grève...

> ouaip

Aucune grossophobie, ça voulait dire le summum du beauf...

> mama

Pardonnez ma grossophobie, mais il y a un gros problème avec votre remarque concernant le premier commentaire.

> Deux articles à vérifier, non ?

Avant le 12 septembre, un article (qui semblait rudement bien informé!) nous prévenait contre l'intention d'un certain nombre de « policiers », regroupés sous le terme « la VIGI », d'infiltrer le cortège des lycéen.ne.s de la manif parisienne. Ceci dans le but de dissuader les jeunes de participer aux « destructions symboliques » et autres graffitis rigolos. Mais qui sont donc ces mystérieux policiers, prenant des initiatives en dehors du dispositif préfectoral et des ordres de la hiérarchie ? Vers la fin de l'article, tiens, on apprend que ce sont « les syndiqués CGT » de la police... Ah ? Bon.
Mais voilà... de toutes les infos que l'on peut collecter après-coup, il semble bien que ces policiers VIGI/CGT n'ont été vus par personne ce 12 septembre, ni dans le cortège lycéen ni ailleurs...

Après-coup, par contre, un autre article nous fait le récit d'une « agression du SO CGT » contre 5 féministes. Alors, là, moi qui suis à la CGT, je ne peux pas faire autre chose que me dire que cette histoire est cette fois bien incroyable... Bon, certes, dans la CGT, il y en a des pas fins, et des militants à qui je n'ai pratiquement aucune confiance. Mais bon, les tarés susceptibles de faire une chose pareil n'existent plus à mon avis : les staliniens, nationalistes, psychorigides et autres beaufs machos peuplent encore quelques maisons de retraite, certes, où ils sucrent les fraises et aspirent leur purée par le nez, mais on en voit plus beaucoup nous fusiller (du regard!) (même si à une époque ça a pu être au premier degré) dans les assemblées et les réunions syndicales...
Et quand bien même il en resterait encore un quarteron d'abrutis capables de faire cela, descendus de quelques bureaux planqués à l'abri du monde réel, il est impensable que des camarades n'aient pas réagi immédiatement à cette ignoble agression. Et notamment les copines de la CGT, dont environ 95% ont le féminisme à fleur de peau, et réagissent toujours très rapidement, notamment aux propos sexistes. (Car cela, oui, ça existe encore très fréquemment à la CGT).
Et qu'on ne me dise pas que les camarades n'ont pas réagi « par peur des coups », car ça, c'est pas trop le style de la maison : pas mal de militant.e.s CGT prennent suffisamment de coups dans la gueule de la part de leur patron, et ne se laissent pas faire, alors ce n'est pas pour laisser faire quelque chose de profondément injuste, et en l'occurrence, de dégueulasse par des camarades, sans réagir... à moins... à moins que les agresseurs n'étaient pas de la CGT.
Tout ce qui porte chasuble rouge et même brassard « SO » n'est pas forcément syndiqué.e CGT ; et en général, sur un même lieu de manif, on se connaît quasiment toutes et tous... Donc si autour ça n'a pas réagi, c'est que personne ne les connaissait !
Alors.. ? Alors cet événement est bien étrange ou alors c'est le récit qui est bien étrange.
Et là j'ai envie de dire que si des gens veulent « casser » une certaine image de la CGT (car elle donne une image plus sympathique, et de manière assez massive, depuis 2-3 ans, et cela ne plaît peut-être pas à des gens!), et bien il y a bien des choses à critiquer et des exemples concrets de contradictions ou de mauvais comportements, même de trahisons, etc..., mais là... euh : c'est un peu gros, non ?
Quand aux commentaires qui aimeraient voir "crever" le syndicalisme CGT, on peut vous inviter à des réunions entre salarié.e.s syndiqué.e.s et directions patronales si ça vous dit, je pense que votre sens de l'injustice dont je ne doute pas saura vous faire prendre partie assez rapidement...

> pour Antonino Lopez

Sur paris lutte info il y a une photo d'une des meufs qui c'est fait défoncer par les gros porcs du S.O de la C.G.T
Par contre nous n'avons jamais vu un tolier ou/et un D.R.H sortir d'une "négociation" avec la C.G.T dans cet état, là ça rampe,ça fait juste semblant, c'est le triomphe de la concorde et de la reptation, juste là pour pour canaliser la colère des salariéEs et les emmener droit dans le mur pour le plus grand bénéfice de vos maîtres en contre-partie de quelques subsistes pour le syndicat.

Allez chauffe Antonino,chauffe!! Allez pouët-pouët, pouët-pouët tout le long du parcours de la manif,oh les vilains du medef, ils n'ont rien lâché, pourtant on a fait pouët-pouët tout l'après-midi avec la sono du syndicat qui passait du mireille mathieu, bah dis-donc nous avons fait le maximum, y faut bien respecter la loi, nous ne sommes pas des casseurs,allez Antonino nous les aurons aux prochaines élections,a voté! POUET-POUET !!!

> Mai 2016, Paris: le SO de la CGT en mode mercenaires pour la police

- Jeudi 12 mai (2016): une manif sous la pression des flics et du service d’ordre
https://paris-luttes.info/jeudi-12-mai-une-manif-sous-la-5700

- Récit à chaud de la manif du 17 mai (2016) contre la loi Travail et son monde
https://paris-luttes.info/recit-a-chaud-de-la-manif-du-17-5762

Après ces deux échecs, le SO de la CGT a cessé de tenter les méthodes de terreur à la sauce gros bras, mais c'est assez évident qu'il y a au sein de la CGT des individus craignos. Mais pire, il y a des décisions structurelles, des options politiques, qui par désir d'hégémonie sur le mouvement ressemblent à s'y méprendre à des techniques policières (les 12 et 17 mai 2016 il était parfois difficile de distinguer membres du SO de la CGT et membres de la BAC...).

> Pour cygne noir

Nous devons être nombreux et nombreuses à demander des explications à la Conf' CGT par rapport à cette agression contre des féministes ; des syndiqué.e.s ont déjà exprimer leur volonté de tirer cette affaire au clair. La Conf' doit s'exprimer, de telles pratiques n'ont rien à faire dans les manifs. Et si effectivement, ou que ce soit, des membres d'un SO CGT se comportent en flics ou en cow-boys, syndiqué.e.s, salarié.e.s, membres du cortège de tête, toutes et tous se doivent de réagir, à la hauteur de l'agression perpétuée.
Flics et beaufs hors de nos manifs !
Pour Cygne noir : on peut discuter, mais tes propos méprisants, tu peux de les garder. Si je viens m'exprimer ici, c'est que je ne suis pas vraiment le type de manifestant que tu décris. Je ne compte ni sur les pouët-poüet ni sur le vote pour changer quoi que ce soit.
Mon crédo c'est "Après la grève du vote, votons la grève !".
Et "Ouah, j'ai détruit 2 vitrines du Capitalisme, j'ai écris 3 graff' sur ses murs, j'ai défié les flics toute l'après-midi, ouah je suis le roi de la lutte !"... Tu vois, sombre volatil, le mépris en retour, ce serait ça. Mais ça ne vaut rien.

> REnseignez vous avant de publier n'importe quoi

Ce qui est décrit dans ce communiqué c'est complétement bidon. J'étais pas loin et j'ai tout vu.
Cinq filles sur le coté provoquent le SO CGT sur le mode "SO Fachos Flics collabos". On peut comprendre que ça les chauffe quand ils ne font rien de particulier. Un membre du SO, pas très fin certes dit à une des filles "montre moi ta chatte plutôt". Alors une des filles s'approche de lui et lui fout un poing dans la gueule. Lui n'a pas fait de sexisme puisqu'il lui en a collé un autre. Sur ceux les copines de la fille interviennent et s'ensuit une rapide altercation ou le SO a mis trois filles à terre, les deux autres restant en retrait et n'intervenant pas. Elles se sont relevées et sont parties vite fait. Personne n'a eut le temps d'intervenir et de faire quoi que ce soit elles avaient déjà disparu. S'attaquer seule au SO de la CGT c'est certes courageux mais un brin suicidaire. Voilà ce qui s'est passé.

> SO Fachos Flics collabos

Ce que le témoin direct nous décrit plus haut n'invalide rien, au contraire : il s'agit bien d'une agression sexiste, et non, on ne peut pas "comprendre que ça les chauffe quand ils ne font rien de particulier" (quand ils ne ratonnent pas des sans-papiers ?). Depuis quand les manifestantes devraient-elles rester douces et polies avec les porcs du SO de la CGT, sous peine d'être psychiatrisées comme "suicidaires" ?

> CGT et gros porcs

Depuis quand un être humain soit il femme ou homme doit il accepter de se faire taper dessus sans réagir? Et depuis quand est on saine d'esprit d'aller au milieu du SO taper sur un type?
Critiquer les SO, leur existence et leurs pratiques c'est une chose, aller jouer à la martyre pour se plaindre après c'en est une autre.Par ailleurs un seul coup à réellement été donné par le type qui s'est fait frapper. C'est l'hématome à l’œil qu'on voit sur la photo. Les autres d'ailleurs ne décrivent pas de coups mais des "contusions". Le SO les a seulement bloquées.
Si le SO attaque la manif , comme cela est déjà arrivé ou ratonne des sans papiers il est logique de le dénoncer mais quand un individu en insulte un autre et que l'échange de coups se passe entre eux c'est un peu facile de venir se plaindre parce qu'on serait des "femmes".
Par ailleurs si ça t'emmerde de venir aux manifs des "gros porcs" de la CGT, fais toi plaisir organise ta propre manif ou reste chez toi.

> suite

Et je n'ai aucune sympathie pour le SO de la CGT, mais je trouve trop facile au lendemain d'une mobilisation réussie de la ramener avec des provos à deux balles pour qu'à la prochaine d'autres viennent régler leurs comptes avec le SO et que ça finisse encore entre bastons inutiles qui ne font rire que les flics.

> 1905

Vive les soviets! et les cortèges de tête sont une expression du soviet

Ni patron,ni état.

> @ettoutentendu

Nan mais t'hallucine ou quoi, "montre moi ta chatte plutôt" c'est pas une insulte sexiste peut-être ?

> Commentaires cachés

Un commentaire posté 2 fois a été caché. Le sexisme anti-mec est un concept réactionnaire servant à légitimer la domination masculine.

> Culture du viol

Comme d'habitude, les filles se voient donc :
1) exclues du droit à la libre expression ("SO fachos flics collabos", qu'est-ce que c'est d'autre ?)
2) exclues du droit de répondre "en bonhomme" (comme on dit) à une provocation sexiste
3) accusées pour finir d'avoir "provoqué" ces messieurs.

> au modo

Tu peux m'expliquer ou il y avait la notion de "sexisme anti mec"dans mon commentaire?

> aumodo

Par contre considérer que la CGT c'est des "pourritures fascistes" ça te gène pas. Finalement je vais arrêter de lire indymédia, j'y lit les mêmes merdes contre la CGT que sur les sites de fachos.Ça vous fait chier les ouvriers, ça pue et c'est pas intelligent comme vos petits diants diants qui finiront DRH.

> Commentaires cachés toujours

Ouaip, le commentaire sur les pourritures étaient passé inaperçu, on a l'attention qu'on peut. Il est maintenant aussi caché.

Par contre on a encore caché un de tes commentaires, parce que décidement tu peux pas renvoyer dos à dos la violence ou les mots de mecs à celle de meufs, les status et raisons sont pas les mêmes. Encore moins dire que c'est du sexisme que de pas protester quand c'est des mecs qui se font taper. Si tu comprend pas pourquoi, on peut que t'inciter à lire un peu plus sur le sujet de la lutte des femmes.

Par contre, je crois que tu confond "CGT" et "ouvrier", c'est pas la même chose...

> Commentaires cachés

Des commentaires ont encore été cachés, parce que :

1) les remarques sur la modération sont à envoyer à la liste de modé publique ou à l'adresse imcnantes_AT_riseup.net.
2) ces commentaires continuent à trouver toutes les raisons possibles pour plus ou moins justifier ce qu'il s'est passé.
3) on a été patient.e.s mais on va pas passer notre temps à devoir expliquer que ce qu'il s'est passé relève de l'agression sexiste, on a d'autres choses à faire.
4) Encore une fois c'est les personnes agressées et leur soutien qui doivent s'expliquer. Si tu veux participer au règlement de cette histoire, va donc plutôt passer ton temps à prendre la tête à la CGT.
5) si ça te chagrine que le SO se fasse traiter de flic, ben regarde le nombre de commentaires qui montrent des faits où il a effectivement eu ce rôle.