renvoyons la cfdt dans les poubelles de l'histoire

Mot-clefs: Archives
Lieux:

non au retour au 19 éme siécle et a germinal
lundi 23 aout 2004, 9h40 faut il sauver le soldat chéreque s'interroge sur bellacio notre camarade patrice bardet merci d'ailleurs a toi pour nous avoir inspiré ce nouveau coup de gueule

Un nouveau pas dans la Collaboration de classe le roi des valets Jaunes continue de plus belle ses exactions anti sociales qu'il nous fait passer pour des " avancées " soit disant " victorieuse " des salariées nous avons rajoutés ces quelques commentaire et dialogues entre m chéréque et le baron de Medef a peine imaginés

Chéreque téléphonant a son maître le baron de Medef

" Oh oui m seilliére et m raffaradin vos désirs sont des ordres , vous savez que vous pouvez toujours compter sur notre centrale et que nous ne somme pas des gauchistes jusqu'auboutistes comme la cégete ou sud pour n'en citer que quelques un "

Réponse du baron

" Cher valet je n'en attendait pas tant de vous , j'en suis tout chose ah si mon si beau pays ne pouvait qu'être habité par de fidèles serfs comme vous cela m'épargnerait les migraines que me cause parfois mes gens et mon petit personnel de l'u haine p et les deux frères de neuilly que je trouve parfois si timorés et parfois hélas si vite prés a se plier aux exigences des gueux et de la populace "

Nouvelle saloperies et " déclaration " du Collabo numéro un du baron seilliére

François Chérèque le roi des Jaunes préfère "adapter" les 35 heures que d'accepter des licenciements

PARIS source agence Rance presse - Le secrétaire général de la CFDT a refusé lundi toute remise en cause globale de la loi sur les 35 heures, tout en estimant que "mieux vaut adapter la réduction du temps de travail" que d'accepter des licenciements.

notez le sens de la " communication " très soce démaguo du roi des Jaunes

"Qu'il y ait une nécessité, dans certaines entreprises, à certains endroits, de trouver des assouplissements en fonction de la réalité économique de l'entreprise et de l'évolution nécessaire de l'organisation du travail, oui", a reconnu François Chérèque sur RTL. "Mais remettre en cause les 35 heures, non "

Ce qu'oublie de nous dire le chéreque en bois c'est qu'a force d' assouplissements Medefeux - cftd la loi sur les 35 heures risque de devenir plus que virtuelle si ce n'est inexistante ce qui a court terme est l'un des " réves " du baron

Comme soit disant la cfdt n'a rien fait non plus pour foutre les chomeur(ses) recalculé(es) et les intermittent(es) dans la mouise , il nous semble pourtant que des accords sociaux que l'on ne pouvait remettre en cause on largement étés signés entre le Medef et le " syndicat " Jaune

témoignage de notre camarade patrice bardet avec quelques extrait croustillants tiré de la poubelle internet du " syndicat " Jaune de la méthode coué qui n'est pas sans nous rappeler les raffarinades de sinistres mémoires

"Les 35 heures, c'est un acquis social et on ne remet pas en cause cet acquis social."

Avec la cfdt comme " partenaire " social le cocufiage social risque d'atteindre les sommet de la compromission " réformiste "

François Chérèque s'est dit "fier" de l'action de son syndicat

[ ha bon on croyait que c'était le Medef en second comment la cftd est encore un " syndicat il y a de quoi rire Jaune ]

au sein de l'usine Bosch de Vénissieux, où les salariés ont accepté de travailler 36 heures par semaine sans augmentation de salaire pour éviter une délocalisation de l'entreprise. "Mieux vaut adapter la réduction du temps de travail plutôt que de licencier 190 personnes", a-t-il dit.

Le " syndicaliste " a en revanche dénoncé les patrons "hors-la-loi" qui utilisent le chantage pour forcer les salariés à baisser les coûts du travail. Faisant référence au cas de l'usine SEDIVER de Saint-Yorre (Allier), où la direction demande une baisse de 30% des coûts salariaux pour maintenir l'activité, François Chérèque a affirmé que "c'est illégal". "Ce patron doit être sanctionné comme il se doit", a-t-il souhaité. ( agence Rance presse ) parole de faux derche s'il en est

Extrait de l'interview de Chereque (sur le site de la CFDT) : On est dans une phase de remise en cause en ce moment, par certaines entreprises par exemple, à propos des 35 heures... On a différents cas : on a eu le cas de Bosch où la section CFDT a fait son travail de syndicaliste en lien avec les salariés, c'est-à-dire depuis un an ils discutaient d'une évolution de l'organisation du travail. Et je rappelle que les salariés de Bosch ont toujours 14 jours de réduction du temps de travail par an, ce qui est plus que beaucoup d'autres entreprises. Et là, je suis plutôt fier de voir que les militants CFDT ont su assumer leurs responsabilités. Mieux vaut adapter la réduction du temps de travail que licencier 190 personnes.

Il y a d'autres cas de figure.

Il y a d'autres cas de figure. J'en vois un ce matin, effectivement, un patron qui fait du chantage (NDLR : l'usine SEDIVER de Saint-Yorre dans l'Allier). C'est un patron hors-la-loi. Dire à ses salariés qu'il faut qu'il baisse leur coût du travail de 30 % sinon on ferme l'entreprise, c'est illégal. Et là aussi le président de la République a dit qu'il fallait sanctionner les patrons hors-la-loi. Et ce patron doit être sanctionné comme il se doit : la loi doit s'appliquer dans son entreprise, comme dans les autres.

(....) Vous avez une université d'été de la CFDT cette semaine, dont le thème central va être le réformisme. En un mot : définition du réformisme.

Le réformisme, c'est rendre forme à la société. Remettre la société en forme et, pour la CFDT, dans un objectif de plus de justice sociale, et plus d'égalité. C'est-à-dire diminuer les inégalités, faire en sorte qu'on fasse évoluer les régimes sociaux, parce qu'on est surtout en discussion sur les régimes sociaux, dans le cadre de plus de réduction des inégalités et dans le cadre d'une vraie vision de la société égalitaire.

en clair, ce qui est illégal, c'est quand le patron ne demande même pas à la CFDT de signer Un autre exemple frappant est le CDI de "chantier" signé à ST Microelectronics : au prétexte de réduire l'intérim (sic !), la CFDT signe un contrat de travail illégal (CDI de chantier), contre l'avis de l'inspection du travail , demande à la direction d'aller en justice. Voir le texte sur le site STM , http://www.cfdtrou.fr.st/ archives décembre 2003. (mettre en concordance l'interview de Chérèque au Parisien du 15 janvier 2004, sur le site de la CFDT)

C'est l'une des mesures phares du rapport De Virville toujours plus de précarité et des parodies de " contrats " de travail a l'anglo saxonne version soce démie blairiste ou celle de shroeder

Encore un des nombreux exemple ou de prétendus " délégués " du personnel cfdt s'arrangent ouvertement avec les médefeux locaux dans des magouilles les plus infectes

Deux exemples que nous ne pouvions pas laisser passer

Comme ce premier qui se passa pendant le conflit de nos camarades de Maxi livre a la gare de Lyon a paris ou deux " déléguées " cfdt plus que proches de la direction , et qui bien que minoritaire au niveau syndical dans cette entreprise faisaient circuler et signer une pétition anti gréve auprès de la clientèle de cette chaîne de librairie ( sic ) " pour sauver l'entreprise de l'agitation et du jusqu'auboutisme de certaines salariées "

Ou des compromissions de soit disants " élus " du personnel cfdt aux chantier naval de st nazaire ou ceux-ci on tout fait pour bloquer a la grande satisfaction de la direction , l'accés qui est d'ailleurs un droit a la formation professionnelle des personnels précaires et intérimaires qu'emploient le même chantier naval

La cfdt parait - il n'aime pas les patrons voyous sauf apparement qu'en ça l'arrange

Le gouvernement et le patronat savent maintenant ce que la CFDT est prête à accepter comme reculs sociaux, sous condition d'y mettre les formes : le démantèlement du code du travail, un grand recul social, une minuscule avancée qui permettra à la CFDT de communiquer sur un "on a sauvé le code de travail" ou "on a sauvé les emplois" ou on a "sauvé l'assurance chômage", on a sauvé le "CDI" et tant pis pour les intérimaires , les précaires et les employé(es) considéré(es) comme des salarié(es) jetables par les sbires patronaux

Aucun responsable cfdt , à quelque niveau que ce soit, ne peut dire : on ne savait pas ! Il faut reconnaître une chose à la cfdt [ cette parodie du syndicalisme ] : elle annonce toujours à l'avance ses trahisons de la classe ouvrière

Cher camarade nous ne pouvons la dessus qu'être d'acord avec toi

Mais assez de gentillesses et de courbettes comme le font messieurs thibault et son collégue de Fo

En tant que chômeur(ses) , précaires , intermittent(es) futures victimes des chantages patronaux , futures victimes des licenciements boursiers et spéculatifs , sacrifié(es) sur les autels de la " productivité " et de la précarité

Nous n'oublions rien de toutes les saloperies , des exactions et collaborations diverses et anti sociales de ce " syndicat " Jaune couché et Collabo , nous sommes de ceux et celle qui ne veulent plus rien pardonner ni laisser passer quoi que ce soit de cette bandes d'ordures que sont les chéreque et jalmain

Non cher camarade patrice on ne peut pas " sauver " le soldat chéréque

renvoyons le d'où il vient des c'est-à-dire des poubelles de l'histoire celle des briseurs de grèves du 19 éme siécle , celle de feu le cnpf de gandois , et ses nervis et des ordures de la Csl qui tuérent notre camarade pierre overney chez renault

Des militant(es) Anarcho syndicalistes de la base

Anarcho Punks paris