LA RACE COMME SI VOUS Y ÉTIEZ ! Une Soirée de printemps chez les racialistes

Mis a jour : le dimanche 16 juillet 2017 à 15:39

Mot-clefs:
Lieux:

Ce ou cet(te) article a été refusé d'après la charte. Un commentaire explique les raisons de ce refus.

Les amis de Juliette et du printemps LA RACE COMME SI VOUS Y ÉTIEZ ! Une Soirée de printemps chez les racialistes (236 p., Automne 2016) PDF à télécharger => https://www.fichier-pdf.fr/2017/07/01/juliette-race/ Dans une période de recul des luttes d’atomisation et de confusionnisme diffus, alors que les thèses complotistes et antisémites de Soral et Dieudonné colonisent les imaginaires, le Parti des Indigènes de la République (PIR) s’invite sur les plateaux télé pour imposer un « nouvel antiracisme » qui ressuscite le concept de « race ». Par le biais d’un chantage moral à la culpabilité « blanche » et collective, la non-mixité « racisée » est imposée comme une évidence dans le débat public tandis que prospèrent leurs grilles de lecture et leurs pratiques ségrégationnistes jusque dans les conflits sociaux. Alors que ces positions essentialistes issues de cénacles universitaires ne se donnent même pas la peine d’avancer masquées, une tétanie semble s’être emparée des milieux contestataires, et c’est un tapis rouge qui finit par être déroulé devant les tenants de la guerre de tous contre tous. Face à la publication d’un pamphlet ouvertement raciste comme Les Blancs, les Juifs et nous (Houria Bo*teldja, éditions La fabrique) qui voudrait tracer les grandes lignes du projet de la gauche gouvernementale comme radicale tout en lançant des appels du pied aux dieudonnistes, les réactions sont d’une rareté et d’une timidité étonnantes. De fait, ce bréviaire de la « lutte des races » qui prône la soumission des femmes et l’ostracisation des homosexuels dans les communautés, la haine viscérale du juif, « chouchou de la République » et l’hypothèse négationniste comme finalité stratégique ne choque déjà plus grand monde. Cet ouvrage s’inscrit dans une perspective simple : contrer la tentative de réimplantation et de promotion des logiques raciales, philoreligieuses, communautaristes et identitaires avançant sous pavillon antiraciste et déblayer le terrain pour enfin ouvrir des possibilités de perspectives subversives et révolutionnaires. Sommaire Avant-propos • Une question de mots ? Introduction • Fusiller Hazan ? Une Soirée de printemps chez les racialistes • La race, comme si vous y étiez ! Intersections 1 • Le libre choix de la race 2 • « Eux » les juifs, « chouchous de la République » 3 • Être l’homo du PIR, ou ne pas être – Un ultimatum 4 • Appellistes et racialistes : mariage blanc, mariage de raison ou mariage d’amour ? 5 • Le messie sera-t-il racisé.e ? Un Segré bien gardé 6 • Être ou ne pas être « décolonial » ? 7 • Non-blancs, racisés, décoloniaux… Et Nous, les Algériens Se frayer un chemin dans l’ignominie • « Les Blancs, les Juifs et nous », un parcours de lecture Postface • A propos de tous ceux qui considèrent qu’ils n’ont rien à voir avec le PIR mais s’appliquent à en utiliser les catégories et la novlangue Annexe • Jusqu’ici tout va bien ?
Les amis de Juliette et du printemps LA RACE COMME SI VOUS Y ÉTIEZ ! Une Soirée de printemps chez les racialistes (236 p., Automne 2016) PDF à télécharger => https://www.fichier-pdf.fr/2017/07/01/juliette-race/ Dans une période de recul des luttes d’atomisation et de confusionnisme diffus, alors que les thèses complotistes et antisémites de Soral et Dieudonné colonisent les imaginaires, le Parti des Indigènes de la République (PIR) s’invite sur les plateaux télé pour imposer un « nouvel antiracisme » qui ressuscite le concept de « race ». Par le biais d’un chantage moral à la culpabilité « blanche » et collective, la non-mixité « racisée » est imposée comme une évidence dans le débat public tandis que prospèrent leurs grilles de lecture et leurs pratiques ségrégationnistes jusque dans les conflits sociaux. Alors que ces positions essentialistes issues de cénacles universitaires ne se donnent même pas la peine d’avancer masquées, une tétanie semble s’être emparée des milieux contestataires, et c’est un tapis rouge qui finit par être déroulé devant les tenants de la guerre de tous contre tous. Face à la publication d’un pamphlet ouvertement raciste comme Les Blancs, les Juifs et nous (Houria Bo*teldja, éditions La fabrique) qui voudrait tracer les grandes lignes du projet de la gauche gouvernementale comme radicale tout en lançant des appels du pied aux dieudonnistes, les réactions sont d’une rareté et d’une timidité étonnantes. De fait, ce bréviaire de la « lutte des races » qui prône la soumission des femmes et l’ostracisation des homosexuels dans les communautés, la haine viscérale du juif, « chouchou de la République » et l’hypothèse négationniste comme finalité stratégique ne choque déjà plus grand monde. Cet ouvrage s’inscrit dans une perspective simple : contrer la tentative de réimplantation et de promotion des logiques raciales, philoreligieuses, communautaristes et identitaires avançant sous pavillon antiraciste et déblayer le terrain pour enfin ouvrir des possibilités de perspectives subversives et révolutionnaires. Sommaire Avant-propos • Une question de mots ? Introduction • Fusiller Hazan ? Une Soirée de printemps chez les racialistes • La race, comme si vous y étiez ! Intersections 1 • Le libre choix de la race 2 • « Eux » les juifs, « chouchous de la République » 3 • Être l’homo du PIR, ou ne pas être – Un ultimatum 4 • Appellistes et racialistes : mariage blanc, mariage de raison ou mariage d’amour ? 5 • Le messie sera-t-il racisé.e ? Un Segré bien gardé 6 • Être ou ne pas être « décolonial » ? 7 • Non-blancs, racisés, décoloniaux… Et Nous, les Algériens Se frayer un chemin dans l’ignominie • « Les Blancs, les Juifs et nous », un parcours de lecture Postface • A propos de tous ceux qui considèrent qu’ils n’ont rien à voir avec le PIR mais s’appliquent à en utiliser les catégories et la novlangue Annexe • Jusqu’ici tout va bien ?

Commentaire(s)

> Article refusé.

SPAMMAGE / TROLLAGE

Les articles sur l'antiracisme sont les bienvenus sur Indymedia Nantes.
Cela dit, étant donné que les "débats" sur cette question sont rendus impossibles ces derniers temps, le collectif a décidé de refuser tout article qui se baserait sur les mots "racialisme" ou "anti-racialisme".
Comme nous l'avons déjà exprimé lors d'un autre commentaire collectif, nous ne pouvons cautionner l'usage de ces mots, d'origine raciste et utilisés actuellement à contre-sens.
De même, les articles à propos de ou par Houria Bouteldja ou le PIR sont refusés. Le collectif souhaite que cette question importante du racisme et du vécu des personnes racisées puisse être visibilisée sans polariser autour de deux positions dans lesquelles il ne se reconnait pas, cette polarisation ne permettant pas un débat sur le fond.
Il y a bien d'autres positions que celles-ci, et le collectif souhaiterait qu'elles puissent s'exprimer.

Les commentaires ne sont pas autorisés pour article.