Pour un Juin dangereux : appel à la mobilisation et la solidarité avec les anarchistes prisonniers

Mis a jour : le samedi 27 mai 2017 à 16:23

Mot-clefs: Guerre Economie Répression Resistances contrôle social actions directes anti-repression
Lieux: global

Traduction de l'anglais, qui en lui meme est une traduction d'une version italienne. Source ici (IT/EN/ES)

------------------------------------------

Pour un Juin dangereux : appel à la mobilisation et la solidarité avec les anarchistes prisonniers

Un texte qui résume les idées exprimées lors des réunions «A testa alta» («Avec la tête levé»)

 

Pour un Juin dangereux

La répression étatique est la partie la plus importante du système de domination et l'une de ses expressions les plus honteuses; Il ne nous surprend pas que celles qui sont les plus frappées sont historiquement celles qui ne se laissent pas récupérer par le système de pouvoir, à savoir les anarchistes, les révolutionnaires et les individualités rebelles.

Ces dernières ripostent à la répression physique, psychologique, morale, sociale et économique déchaînée par toutes les composantes du pouvoir démocratique et par la brutale violence indiscriminée de son bras armée et sa justice. Elles le font avec des actions directes visant les mèneurs de la répression, avec la destruction créative et libératrice des lieux de domination et au sabotage de ses infrastructures, afin de mettre un terme ou, au moins, entraver les causes de l'exploitation et de l'oppression par les êtres humains sur d'autres êtres humains, les animaux et la terre.

En vue de la libération totale, regarder passivement la reproduction de la domination signifie être complices, il y a donc celles qui continuent à faire face et à se rebeller.

En conséquence, le pouvoir met toutes ses stratégies en oeuvre, les procès et les procédures contre les camarades pour les actions, les épisodes de conflits et d'écrits continuent. Le mois prochain, il y aura le procès en cassation concernant la soi-disant opération Shadow, où un certain nombre de camarades sont accusés, entre autres, d'inciter à commettre un crime suite à la publication du document KNO3.[1]

Ces procédures judiciaires sont une expression de la guerre que les autorités font contre le lien entre la pensée et l'action, qui est le fondement de la dangerosité de l'anarchisme. Au-delà des luttes individuelles et spécifiques, cette opération de police vise à frapper les concepts principal d'idées et de méthodes anti-autoritaires telles que l'action directe, le refus de délégation et la solidarité.

A partir de ces réflexions, lors des rencontres qui se sont développées après l'arrestation de l'opération Scripta Manent, plutôt que de se pencher sur les stratégies de répression, nous avons jugé nécessaire de ne pas réduire la solidarité au soutien technique de celles qui sont en prison, mais d'élargir la spectre de notre analyse.

À cet égard, nous avons discuté de la solidarité qui est un élément fondamental de notre action anarchiste et de nos rapports de complicité visant à la destruction de la domination. Cette forme de solidarité dépasse les attaques de la répression et est capable de ne pas se laisser étouffer par la spécificité des trajectoires de lutte lorsque nous nous reconnaissons dans une tension d'attaque commune. En particulier, la solidarité active est un instrument essentiel pour répondre à la violence de l'État et ne pas prendre ses coups passivement, mais maintenir une attitude d'attaque, afin de ne pas développer des attitudes de victimisation, ce que veut la répression. En pensant en terme de conflits offensifs, de conflits permanents et internationalistes au-delà du chemin de chacune, le risque d'isolement peut être réduit et l'un des objectifs les plus importants de l'ennemi peut être rendu inefficace.

Exprimer la solidarité avec des contextes et des projets spécifiques ne signifie pas avoir à se conformer aux discours et pratiques de celles qui ont été frappées, ne signifie pas nécessairement suivre la trace d'une lutte ou d'une pratique donnée: si nous nous reconnaissons dans un horizon commun, nous pouvons agir en solidarité selon nos propres conflits individuels.

La création de relations de solidarité au niveau local et international est un objectif stratégique que nous devons nous donner pour faire face au renforcement des moyens et de la volonté de répression contre les individualités anarchistes, révolutionnaires et rebelles.

Nous pensons qu'il est nécessaire d'aborder nos propositions, nos projectualités et nos objectifs en matière de destruction du système, qui organise les relations sociales de domination en aplanissant la révolte par la récupération, et partout où cela n'est pas possible, en l'éliminant par la répression.

À cet égard, nous reconnaissons l'importance des actions et des pratiques multiformes au sein de l'anarchisme. Précisément parce que plus de différences existent dans un contexte, plus forte est la possibilité de ne pas se coincer sur des positions dogmatiques pré-arrangées, à condition que toute lutte et attaque spécifique fasse partie d'une vision plus large de la tension vers la subversion.

Reconnaître la valeur de cette diversité signifie également construire les bases pour s'opposer à toutes les tendances centralisatrices et dominantes au sein de l'anarchisme.

Cela n'est possible que par une attitude d'autocritique et de critique constante entre les différentes approches, une attitude qui va vers une croissance qualitativement significative de l'analyse de ce qui nous entoure et des différentes manières possibles d'organiser la destruction de ce qui nous opprime.

En refusant de classer ou de permettre aux autres de classer nos différentes tensions dans les catégories d'identité, nous pensons que toute attaque contre l'autorité interagit avec les mécanismes et les relations sociales et agit en même temps contre la société elle-même.
D'un point de vue stratégique, l'existence de pratiques multiformes est utile pour nourrir la complexité des formes d'organisation et d'attaque, et améliore la discussion sur les moyens et se termine dans les différentes projectualités anarchistes de l'action. Comprendre comment valoriser cette diversité sans diluer son contenu dans un projet commun de destruction totale du système de domination est une nécessité absolue.

Il est important de considérer différentes propositions et projections non comme étant antithétiques et statiques, mais comme des instruments, des ressources et des possibilités à la disposition des anarchistes, pourvu qu'ils possèdent certaines caractéristiques qui, selon nous, sont fondamentales, telles que la conflictualité permanente, l'attaque, l'indépendance des institutions, les structures politiques hiérarchiquement organisées et l'informalité comme instrument d'organisation.

Par conflit permanent, nous entendons une tension vers l'irrécupérabilité de nos pratiques et discours, le refus de soumettre notre action à des évaluations opportunistes. Cela n'exclut pas la possibilité d'élaborer une stratégie se référant aux modalités et aux objectifs, mais cela ne peut pas être une justification pour les attitudes d'attente ou l'abaissement de nos propres contenus dans le but d'un élargissement quantitatif.

De ce point de vue, nous réitérons le refus de toute collaboration avec le pouvoir ou qui se prête à la récupération. Par ce dernier, nous comprenons la stratégie du pouvoir d'absorber les expériences et les comportements potentiellement dangereux à lui-même et de les diriger vers leurs objectifs.

Dans les démocraties, le mécanisme de récupération est complémentaire du visage le plus sévère de la répression et vise à perpétuer le système d'exploitation et d'oppression: la tentative d'inclusion et d'intégration de certaines formes de dissidence est destinée à accroître la participation au jeu politique, créant ainsi des divisions afin d'attaquer plus facilement ceux qui ne veulent pas être dans le spectacle de la société.

L'action anarchiste pour la destruction de la société et de la domination répondent à la tension qui refuse l'autorité et ne négocie donc pas avec cette dernière, mais veut la renverser par la violence et une stratégie plus large qui commence par la conscience que nous ne vivrons jamais Libre en créant des îles dans la société de masse.

Il est donc hors de question que la lutte, pour ne pas être réformiste, doit considérer l'attaque directe comme une pratique.

Suite à l'opération Scripta Manent, Alfredo, Nicola, Danilo, Valentina, Anna, Marco et Sandrone se trouvent actuellement détenues dans des unités de haute sécurité, soumises à des restrictions et à la censure de la communication avec l'extérieur.

D'autres anarchistes se retrouvent en prison en Italie et dans le reste du monde, d'autres ici et ailleurs sont soumises à diverses mesures restrictives, telles que les assignations à résidence et les ordres de résidence obligatoire.

Nous appelons à la mobilisation au mois de juin en solidarité avec les anarchistes, révolutionnaires et rebelles frappées par la répression, comme une occasion de coordination entre initiatives et pratiques.

Rome, 30 avril 2017

Anarchistes

[1] L'opération Shadow est une procédure fondée sur l'article 270bis, que les procureurs de Pérouse ont commencé en 2008. Le crime d'association a été abandonné dans le procès de première instance, et lors du procès d'appel de 2015, il a abouti à une peine de 3 ans contre deux camarades, une troisième camarade a été la cible d'une enquête pour l'article 302 avec la circonstance aggravante du terrorisme à la suite d'articles publiés dans KNO3 et des peines contre d'autres camarades pour tentative de sabotage sur une ligne de chemin de fer et un vol de voiture.

 

Commentaire(s)

> déjà traduit

Ce texte a déjà été traduit, depuis l'original italien, ici :
https://attaque.noblogs.org/post/2017/05/15/pour-un-mois-de-juin-dangereux/

(dommage pour le boulot fait deux fois, compliment pour la bonne volonté ! )

> .

La traduction du blog est moins bonne, mais compliments pour l'effort.