[Paris] Convergence des luttes Vs Dépassement

Mis a jour : le mardi 23 mai 2017 à 00:32

Mot-clefs: / lutte étudiant-e-s lycéen-ne-s mouvement
Lieux: paris

Le 27 mai, à Paris, à la bibliothèque « les Fleurs arctiques » se tiendra une première discussion sur « convergence des luttes VS dépassement », qui sera appelée à se poursuivre en d’autres temps et lieux.


CONVERGENCE DES LUTTES
Convergence : action de tendre vers un même but. « Des droites parallèles convergent à l’infini. » Converger ne signifie pas avoir le même but, ce n’est pas avoir quelque chose en commun, ni partager quoique ce soit… Non, c’est tendre vers cela sans jamais y parvenir. La convergence n’est même pas la rencontre, c’est le chemin vers la rencontre, c’est ce qui précède éternellement un hypothétique commun.
Si on ne peut pas dater précisément la naissance de cette expression, on peut juste constater qu’elle n’existait pas avant les années 90.
Il est difficile de décrire exactement de quel processus il s’agit… Tout cela reste très vague. On a bien vu ici où là un militant trotskiste cheminot venir prendre la parole dans une AG étudiante à l’appel d’un militant trotskiste étudiant (plus rarement le contraire mais ça existe aussi), se faire applaudir avant de rentrer chez lui ; on a vu ce genre de scène reproduit à l’échelle industrielle lors des « Nuits debout », visiblement le concept a l’air de signifier ce genre de pratiques. Ceux qui l’emploient parlent de construire des ponts, tisser des liens, mais à part ça on n’a jamais décrit (et encore moins vu) ce que devrait produire deux (ou trois, ou plus) luttes qui convergent.
En attendant cette rencontre il s’agit donc de cantonner chaque lutte dans les limites qu’elle s’est fixée au départ, de se concentrer sur ce qu’elle a de particulier, de faire avec et de se contenter du fait qu’elle « a le mérite d’exister ». Le rôle du militant sera d’y apporter son grain de sel en replaçant sa particularité dans un contexte plus global, il y glissera un peu d’analyse et de théorie abstraite, la nouvelle mode pour les plus « radicaux » étant de se contenter de rajouter « et son monde » à la fin de la revendication parcellaire.
Il s’agit donc d’un concept qu’emploient les réformistes pour que rien ne change. Les révolutionnaires quand à eux s’emploieront à faire exister son exact antithèse : le DÉPASSEMENT. Le « dépassement » sera donc tout l’objet du débat.

______________________________________

 

Convergence des luttes ou dépassement ?

Samedi 27 mai 2017 – 18h
Les Fleurs Arctiques
45 Rue du Pré Saint-Gervais, 75019 Paris
Métro Place des Fêtes (lignes 7bis et 11 du métro).

Textes préparatoire aux discussions à lire ici.

Commentaire(s)

> moderation des commentaires

les commentaires sont en modération à priori pour cet article afin d'éviter un énième trollage

> intellectualisme et postures

Je comprends pas trop ce qui motive ce texte, ou plutôt j'ai peur de comprendre : je perçois un côté "vas-y j'te démonte un concept à la mode pour lui cracher dessus en expliquant combien ces gens n'ont rien compris et que la révolution passe forcément par les intellos..."

Alors si, perso, j'ai assisté à des convergences, ça existe, et p't'etre vous viendrez nous expliquer que c'était pas des convergeances, mais les gens qui étaient là convergeaient volontairement, et c'est des trucs tellement rares et fragiles que la moindre des choses et de le reconnaître.
Ce qui est amusant c'est que celleux que je voyais se battre contre et tenter de l'empêcher étaient toujours les responsables syndicaux, type CGT... C'est normal que ce soit détesté par les chefs parce que c'est les seuls moment où je les ai vus être dépassés, ne plus maitriser... ne plus guider les pauvres manifestant-e-s sans reflexion que nous sommes !

Et puis ce choix du mot dépassement...! Sans parler de l'utilisation courante de ce mot par tous les macronistes et autres chantres du productivisme et de la compétition, le dépassement est un rapport personnel à soi et aux autres. Je trouve que c'est une chose trop intime pour l'exiger des autres. En tout cas moi je me le permettrais pas.

> .

Je sais pas d'où vient ce texte politiquement, mais en tout cas j'ai l'impression que c'est pas vraiment une idée nouvelle, ça m'a fait un penser à ça dans certains aspects : https://fr.theanarchistlibrary.org/library/alfredo-m-bonanno-la-tension-anarchiste.pdf

Après je comprends pas trop cette idée de "dépassement" et c'est pas vraiment expliqué dans cette présentation.
Dépasser quoi ? Parce que moi je veux bien dépasser les concepts "dépassés", comme celui de classe par exemple, qui n'a plus aucun sens en 2017.
Par contre je crains que dépasser les idées qui existent, comme l'anarchisme, ça me semble un peu étrange ... pourquoi ? Pourquoi simplement ne pas créer autre chose si ça ne convient pas à certains ? Moi j'ai pas envie de dépasser l'anarchisme parce que je pense que ces idées ont encore tout leur sens en 2017. Mais si c'est seulement ça, "dépasser", pour ne pas "converger", mais plutôt se fondre dans autre chose, et abandonner ce qu'on portait avant, pourquoi ne pas inventer un terme pour cette nouvelle idéologie histoire de rendre les choses plus claires, moins confuses ?

Il n'empêche qu'il y aura toujours des choses qui ne seront pas dépassables, et c'est bien pour cette raison qu'il y a toujours des anarchistes en 2017 ... parce que l'individu n'a sa place dans aucune idéologie, et que la liberté étouffe dans les partis, les camps, les familles.