Réflexions contre les agressions sexuelles et sur la lutte anti-sexiste au sein de le CNT

Mis a jour : le mercredi 19 avril 2017 à 15:50

Mot-clefs: -ismes en tout genres (anarch-fémin…) cnt
Lieux:

Publié par le groupe: GroupCNT Nantes

Communiqué de la CNT 44 suite à l'accusation de viol dans la CNT.

http://ulnantes.cnt-f.org/spip.php?article147

Suite à l’affaire d’accusation de viol dont le SSCT Lorraine a été saisi, nous tenons tout d’abord à manifester toute notre solidarité avec la camarade victime de cette agression.

Ensuite nous voulons rappeler que, si la seule expression publique à été celle de ce syndicat, celle-ci n’engage que lui. Notre syndicat ne cautionne pas cette décision de maintenir l’adhérent au bénéfice du doute, ni la méthodologie mise en place.

Notre confédération se définit bel et bien comme antisexiste et se fait régulièrement le relais de luttes féministes pour l’égalité, contre le sexisme et le patriarcat. Ainsi, nombre de nos syndiqué·e·s participent activement à ces luttes. Ce positionnement politique ne saurait se contenter d’être une déclaration de principe et doit s’affirmer par une cohérence dans les actes.
C’est dans ce cadre que divers syndicats affiliés à la CNT ont engagé des réflexions sur la lutte contre les agressions sexuelles et le sexisme au sein de la CNT, dans l’idée de mettre en place un protocole confédéral (pour le moment inexistant) pour apporter une réponse collective à ces questions.

Au SINR 44, nous souhaitons assurer à tout·e·s nos camarades et à toute personne désirant nous rejoindre, que dans notre syndicat, nous veillons à ce que tout·e·s nos adhérent·e·s se sentent en sécurité, mais également à ce que nos adhérent·e·s ne menacent pas, par des attitudes violentes de domination (sexisme et en particulier agressions sexuelles, racisme, homophobie etc.) la sécurité d’individu·e·s faisant partie ou non du syndicat. D’ores et déjà, notre règlement intérieur prévoit un dispositif en cas d’agression et d’oppression d’une personne sur une autre, afin de pouvoir mieux protéger et prendre en compte les personnes victimes, mais également assurer un suivi aussi juste et bienveillant que possible des agresseur·euse·s.

Notre syndicat n’envisage pas de continuer à militer dans une confédération où la sécurité de tou·te·s n’est pas garantie, et en particulier où les femmes ne seraient pas en sécurité. Nous prendrons nos responsabilités selon les orientations décidées dans les temps à venir par la CNT sur ces questions.. Nous espérons que la CNT sortira grandie de cette affaire, en affirmant un réel positionnement féministe.

Email Email de contact: interco44_AT_cnt-f.org

Commentaire(s)

> CNT encore un scission?

Ce qu'il y a de bien avec la CNT c'est qu'on s'ennuie jamais. Il y a toujours une embrouille ou autre qui vient encombrer les pages militantes.
Mais c'est normal quand une dizaine de péquins s'auto dénomme "syndicat" et reste dix ans sans jamais faire un seul adhérent salarié ou créer une seule section d'entreprise ça prouve juste que c'est un groupuscule idéologique. Et c'est ce qu'est la CNT, un regroupement de groupuscules idéologiques qui s'auto appellent syndicats.Il y a bien ici ou là des sections syndicales mais c'est l’exception qui confirme la règle.
D'ailleurs quand une vrai section syndicale se crée ou un syndicat se met à se développer il est immédiatement attaqué d'une façon ou d'une autre par ces groupuscules idéologiques.
D’où scissions sur scissions comme dans les meilleures orgas anarchistes ou trotskistes.
Là on a un "syndicat" qui annonce qu'il va quitter la CNT. Pour faire quoi? Créer une éniemme CNT? Créer un syndicat autonome de 8/9 adhérents? Aller à la vingtième scission de la CNT-AIT, à la quarantième de CNT-SO, a la centième de la CNT vignolles?
Voilà une vrai question intéressante. Merci camarades cenetistes Nantais de nous tenir informés de ces importantes questions qui vont faire trembler le capitalisme sur ses bases.

> Encore une agression sexuelle dans un syndicat CNT

Vous qui avez l'air bien informés pouvez vous nous en dire plus sur l'autre histoire d’agression sexuelle au sein du syndicat CNT 25 qui a poussé au départ une adhérente, S., qui en avait été victime et dont la parole a été remise en doute? Ce serait bien que toute la vérité soit dite.