Au meeting de Fillon à Nantes, les journalistes n'étaient pas les bienvenus

Mis a jour : le mercredi 29 mars 2017 à 17:28

Mot-clefs: Médias election(s)
Lieux: Nantes

Récit de l'accueil mouvementé qu'un militant de François Fillon a réservé à la quasi-totalité des journalistes venus couvrir le meeting de François Fillon le 27 mars à la Beaujoire.

JLundi 27 mars, 16h30. Il y a foule devant l'entrée du Parc des expositions de Nantes-La Beaujoire où François Fillon est attendu pour une réunion publique. J'ai tenu à me rendre à ce meeting en tant que photoreporter et aussi pour tenter de comprendre comment des gens pouvaient encore soutenir le candidat des Républicains malgré le déluge d'affaires judiciaires qui innonde sa campagne.

Les portes ouvrent à 17 heures, visiblement le staff n'a pas prévu d'accueil particulier pour la presse (il s'avèrera plus tard que nous devions entrer en même temps que le public). Je rejoins quelques collègues qui se demandaient tout comme moi où nous devions nous présenter. Un homme vétu d'un manteau noir et chapeau vissé sur la tête tel un agent de la gestapo nous toisait avec insistance. L'un d'entre nous lui demanda s'il faisait partie de l'équipe de campagne. L'homme nous répond par l'affirmative, rajoutant : "et je communique régulièrement avec Monsieur Fillon !". Puis de rajouter : "Qu'est-ce vous faites ici ?".

Nous lui indiquons que nous étions journalistes et que nous étions là pour couvrir le meeting. C'est alors que le bonhomme s'ai lancé dans une virulente diatribe contre la presse, nous traitant de "meute de chiens", "de délateurs", "de diffamateurs" et de finir par "occupez-vous de vos ognions".

Une séquence du "Quotidien" montre une séquence où cet homme insulte un journaliste venu à sa rencontre. Des journaliste de C8 ont également fait frais de sa haine contre la presse.

Link_go vidéo montrant les journalistes de C8 aux prises de cet homme

Link_go Mon photoreportage

La salle été bondée par des militants avec une moyenne d'âge d'environ 65 ans...

Commentaire(s)

> parfait

Bien résumer et j ai aussi eu le même ressenti comme j ai pu commenter sur certaine de mes photographies. Beau reportage

> Et des articles de journalistes, maintenant !

Ça s'arrange pas… Du coup, les journalistes écrivent aussi sur Indy Nantes maintenant, c'est cool.
Après les différents textes qu'on peut lire ça et là contre la prise d'images en manifestation, c'est étonnant que des journalistes s'offrent des tribunes sur Indy Nantes pour pleurnicher d'avoir été refoulé d'un événement dont aucune lectrice de ce site n'en a quoi que ce soit à foutre.

Tu t'es fait refoulé d'un événement ? La liberté de la presse est en danger ? Mais on s'en cogne de la presse ! Tes photos, on se torche avec ! Ce qui est malheureux, Estelle, c'est que tu ne reçoives pas le même accueil quand tu t'immisces dans les manifs pour prendre des photos des gens qui pratiquent l'action directe. En fait la haine de la presse, des journalistes sans indistinction, c'est peut-être le seul point commun que j'ai (et qu'on est beaucoup à avoir, parmi celleux qui visitent ce site) avec le trou de balle qui t'a refoulé du meeting.

Tu parles de tes «collègues», en désignant nos ennemis. Tu comprendras que ton article ne mérite en réponse qu'un bon gros molard.

Tu écris sur ton site, avec fierté:
«Depuis novembre 2016 je collabore avec les agences World Press Agency - WPA et IFNM.» La World Press Agency étant bien entendu une agence de presse anarcho-autonome. Je passe sur le fait que tu utilises avec orgueil le verbe «collaborer», qui en dit long sur ton rapport aux agences de presse conventionnelles. On a l'impression que tu n'es indépendante que par manque de «talent» dans ce domaine (tu répondras «non c'est par conviction», et nous rirons de ta réponse stupide).

Tu ne te rends même pas compte que tes photos servent la police en donnant des descriptions précises de personnes agissant en manifestation (lorsque tu ne fais qu'«assister» à ces manifestations, en bonne agente du Spectacle que tu es). Un exemple parmi d'autres trouvé sur ton site: http://picturenews.net/wa_7_p/pa_c4ls7427p9qvmg/big_DSC_1213.jpg

«oui mais les personnes sont masquées, je floute, blablabla»
Je ne vais pas reproduire l'argumentaire développé ici: https://nantes.indymedia.org/articles/37252 que je te suggère de relire et d'arrêter de nous photographier quand nous passons à l'action, ainsi tu ne mériteras plus les quolibets que je t'adresse.

Si tu peux également relire un peu de prose de bon sens, ça ne devrait pas te faire de mal:
https://lechatnoiremeutier.noblogs.org/post/2017/03/05/publications-ni-photos-ni-videos-ne-facilitons-pas-le-travail-des-flics/
https://nantes.indymedia.org/articles/35927
https://nantes.indymedia.org/articles/34708
https://nantes.indymedia.org/articles/34430
https://nantes.indymedia.org/articles/34145

> En pleine mutation

Cool, maintenant sur Indy Nantes on a des articles de journaleux tristounets. Ça commençait à sentir la poubelle, mais là on est carrément en plein cœur de la décharge. A quand les témoignages de flics blessés ?

> réaction au commentaire

Je reviens sur le long commentaire me reprochant de ne pas flouter les visages lors des manifestations. Je comprends parfaitement ton point de vue. Mais je m'efforce de ne pas publier de photos où de personnes en pleine actions qui seraient facilement identifiables. De plus les flics eux même filment les manif sans compter les caméras de surveillance de la ville.

Ne vous trompé pas d'ennemi