Feux contre la taule et le monde qui en a besoin

Mis a jour : le lundi 2 janvier 2017 à 12:47

Mot-clefs: Répression / prisons centres de rétention
Lieux: besançon

Peu de temps avant le passage à la nouvelle année, une dizaine de personnes s'est donné rendez-vous derrière la prison de la Butte à Besançon pour manifester leur dégoût de cette société carcérale.

Pendant que des slogans fusaient (« pierre par pierre, mur par mur, nous détruirons toutes les prisons ; crève la taule ; les prisons en feu, les matons au milieu... »), des feux d'artifice et tirs de mortier ont été tirés par-dessus les murs et les barbelés de la taule. Sur un mur de la caserne située en face des cellules de la prison, l'inscription « TOUT LE MONDE DEHORS (A) » a été tracée en grosses lettres noires. Au moment du bouquet final, les prisonniers ont fait un joyeux bordel en tambourinant sur leur porte de cellule, ce qui, on l'espère, a provoqué un peu de stress ou d'énervement chez ces sadiques de matons.

Cette action de solidarité, même si elle n'a duré qu'une demi-heure, visait à redonner un peu de force et de courage à toutes les personnes enfermées qui affrontent l'isolement, les humiliations et violences de l'univers carcéral.

Pour une nouvelle année 2017 riche en révoltes, dedans comme dehors !

Pour un monde sans prisons ni matons !

Commentaire(s)

> paname

y a eu à peu près la même chose en banlieue parisienne, un peu avant minuit le soir du 31 décembre, du côté des prisons de fresnes et de fleury-mérogis.

> .

Dommage que ce genre de chose se fasse en comité privée à Paname.

> paname forever

en france en général ça se fait en "comité privé" comme tu dis. comme presque partout ailleurs, sauf rares exceptions (allemagne, notamment).

à paname y a du monde, et y'a plein de prisons, alors il pourrait y avoir plusieurs "comités privés". rien ne t'empêche d'en organiser un avec tes potes, et d'aller faire ça devant la taule de ton choix.

ou mieux, de t'organiser pour qu'il y ait un truc "public" !

la lutte, ça n'est pas censé être un truc de consommateur, pas vrai ?

> Paname

C'est sûr, la lutte c'est censé être un truc réservé aux gens bien insérés dans un petit milieu, qui ont plein de potes, qui sont invités à des teufs, et qui prennent le milieu pour leur famille.

C'est quand même assez drôle que ce milieu fonctionne exactement comme le reste de la société : ceux pas à l'aise en société restent de côté, marginalisés.
C'est bien en tout cas de le reconnaître, c'est déjà ça.

Sinon, en Grèce et en Espagne c'est pas des trucs qui se font entre "potes", mais entre compagnons ... la différence est grande, et on ne s'étonnera pas qu'il ne se passe rien à Paris quand on voit que tout ne fonctionne qu'au copinage.
Ça doit être l'influence appeliste ...

> t'as qu'à être né-e anarchiste le même jour que le reste de ton crew

Alors, qu'on se le dise, l'efficacité, je la trouve quand je m'organise avec mes potes, proches, on se fait confiance et on sait ce qu'on pense.
Mais pour certains types d'action, je trouve ça dommage de pas pouvoir convier d'autres personnes, qui n'ont pas la chance d'avoir grandi à Paris Est où d'avoir vécu le CPE autrement qu'en tant qu'élèves de maternelle...
Et le ton de merde genre t'es trop naze de pas réussir à monter ton groupe affinitaire, ça fait rêver ! une bonne remise en question de notre incapacité à partager notre soif de liberté !
Sinon l'idée d'aller à la taule collectivement, publiquement, c'est envisageable, on sait juste pas quelle sera la répression. Mais celui ou celle qui ne joue pas ne risque pas de perdre. Et en tous cas, en Allemagne, les gens qui louent un bus pour aller à la prison ne finissent pas à l'intérieur !

> hum

eh ben, heureusement que l'article ne concernait que Besançon...

> Réponse à "asocial"

voir des (influences) appellistes partout, c'est une des obsessions de l'époque ? pareil pour la critique du "milieu" tout en étant plongé dedans ? c'est drôle parce que cette dernière est typique de "l'appellisme". m'enfin bref.

des gestes de solidarité, avec feux d'artifice et cris, devant les prisons, ce n'est pas une "spécialité" du milieu. pas besoin d'être "né-e anarchiste" ou je ne sais pas quoi pour ça. ça se fait régulièrement, et sûrement plus souvent hors du milieu que depuis ce milieu. alors arrête de faire genre qu'on est quelques-un-e-s à garder certaines pratiques juste pour nous. c'est pas du tout ce qu'on fait, pas du tout ce qui se passe. (après on pourrait discuter de comment on répand plus efficacement des pratiques, comment on se rencontre mieux avec d'autres révolté-e-s, etc., mais visiblement c'est pas forcément intéressant de réflechir à ça avec toi, vaut mieux qu'on trouve des personnes plus "bienveillantes".)

je ne faisais que répondre à la demande consommatrice vaguement critique du vous-le-faites-en-comité-privé-gnagnagna. les anarchistes qui s'organisent pour ce genre d'action ne prétendent aucunement que c'est comme ça et pas autrement qu'il faut le faire ! les gens qui s'organisent pour faire ça participent peut-être aussi à des actions publiques, collectives, etc., comme souvent: l'un n'empêche pas l'autre.

l'organisation en mode affinitaire s'explique par plusieurs aspects, et celui de la répression n'est pas le moindre.
on pourrait bien sûr penser ces actions plus largement, de manière plus ouverte. mais faut-il forcément opposer cette idée aux pratiques actuelles, qui restent assez marginales ?

il y a dans ce milieu, comme dans tous les milieux, et autour, pas mal de ressentiments et de jalousie. certain-e-s essayent d'invalider un peu tout ce qui se tente et existe, en fabriquant des figures, des rôles (là, il s'agirait donc des isolé-e-s-dans-le-milieu-spécialistes-de-l'activisme). ça ne vous rappelle rien ? drôle de réflexe... essayons de ne pas tomber dedans.

on a besoin de construire des solidarités, pas de se pointer du doigt les un-e-s les autres.

> Paris capitale de l'affinité

Je ne comprends pas, qui pointe du doigts qui ?
Comme quelqu'un l'a dit avant, y a des gens qui sont pas nés à Paris, qui viennent d'ailleurs, qui n'ont pas de caisse, qui ne sont pas au courant des habitudes parisiennes, etc.

Parfois des gens qui chez eux ont toujours fêté le nouvel an devant les taules avec plein de gens, de façon collective, et qui auraient pensé que ça se fait partout ailleurs, que ce ne sont pas des choses qui se font dans un entre-soi qui n'a pas de raison d'être, surtout dans le cas précis de la taule. Y a des tas d'endroits où tirer des feux d'artifice pour le nouvel an est un truc banal et anodin que fait tout le monde, et pas un truc réservé à des super warriors.

Dommage que ces petites affinités informelles non ouvertes ne sont qu'une justification pour créer de l'exclusion (ce qui n'est pas "bienveillant" -pour répondre à la petite pique). Après on ne s'étonnera pas que beaucoup de non parisiens ne font que passer leur chemin dans cette ville où l'hostilité de la ville à déteint sur un milieu qui ne se donne pas les moyens de ses prétentions (créer des complicités avec des gens qui portent les mêmes idées est quand même une base quand on veut faire la révolution, mais bon ...).
Mais peut-être que ses prétentions ne sont qu'un entre-soi entre parisiens d'origine. Peut-être que croire que vivre dans une ville avec autant de personnes s'identifiant à certains milieux peut dispenser d'un isolement politique complet est une grosse erreur de naïfs qui n'ont pas compris que les idées ne sont que des mots lancés en l'air. Un isolement que de nombreuses personnes vivent et qui est assez problématique, face à la répression par exemple, mais à des tas d'autres problèmes auxquels font face n'importe quels réfractaires à cette société. Mais aussi simplement face à un quotidien toujours plus moche où porter des idées tout seul dans son coin noyé dans une telle merde n'est pas une option envisageable à la longue, et n'a pas vraiment de sens.

Désertons la capitale et ces snobs qui se rendent même pas compte que leur attitude à fait qu'ils ne sont plus depuis longtemps le centre de rien ... il y a tellement d'endroits qui promettent des perspectives autrement intéressantes, et espérons que cela continuera et que les parisiens resteront entre eux, à s'auto-congratuler d'avoir leur petit groupe de potes affinitaires qu'ils connaissent depuis la maternelle, quand dans d'autres villes des gens font tellement plus de choses en élargissant leur "affinité" (devenu pour les parisiens synonyme de sectarisme, si ça ne l'était pas avant).

Et voir des appelistes partout n'est pas une obsession de l'époque .. mais simplement il serait malhonnête de nier leur influence et présence (dans leur quête de pouvoir ils ont au moins compris qu'il faut s'ouvrir parfois pour amener des gens à ses côtés) ... et le culte de l'opacité et des "amis" ça leur appartient quand même beaucoup, alors ceux qui les haïssent devraient commencer par arrêter de les imiter.

> A Toulouse aussi...

... en groupes affinitaires aussi:
https://iaata.info/Des-feux-d-artifice-pour-les-enferme-es-de-Toulouse-1785.html

encore une fois, la méthode affinitaire n'est pas un dogme, elle n'exclut pas de s'organiser autrement. ça dépend des fois, ça dépend des luttes, ça dépend des actions.

en tout cas, faire péter des feux d'artifice et crier des slogans, ça n'a rien de particulièrement "super warrior". c'est à la portée de tou-te-s.

beaucoup d'entre nous trouveraient intéressant, et plus motivant, de partir en manif vers telle ou telle taule, plus collectivement et plus visiblement , mais ce genre de choses ne s'organise pas en un claquement de doigts. ni en se contentant de remontrances à l'égard d'un soi-disant milieu qui serait réduit lui-même à un ou deux groupes affinitaires (on nage en plein délire en fait...).

et t'as vu, à besançon et à toulouse (et sûrement ailleurs en france aussi), des gens, en petits groupes affinitaires, se sont organisé-e-s pour faire ces petites actions du nouvel an, sans faire d'appel public ou quoi. par manque d'énergie, par manque de nombre et "d'assurance", pour plein de raisons, mais sûrement pas par amour de l'entre-soi et de la clandestinité. en tout cas, sûrement par refus de la résignation et avec la conviction que même à quelques-un-e-s on peut faire des trucs impactants.

sinon, la grosse blague d'opposer paris au reste du pays, tu sais quoi ? bah ça a longtemps été un gros gimmick appelliste, vu qu'après toutes les merdes qu'ils avaient faites sur paname ils n'y étaient plus les bienvenus.

c'est de toute façon ridicule. à paris comme ailleurs, il y a des pratiques de merde, et d'autres plus réjouissantes. il y a certes qques particularités/tendances, mais merci de ne pas généraliser !

(mais bon, on va dire que je m'adresse plus aux gens qui vont lire ces commentaires qu'à "toi" qui sembles déjà convanincu-e qu'on est tou-te-s des personnes butées et imbues de nous-mêmes...)

il y a sûrement des camarades qui se complaisent dans une sorte de purisme individualiste et groupusculaire, mais crois-moi c'est loin d'être une tendance forte. on est beaucoup à se poser des questions, à s'auto-critiquer (tout comme on critique le reste), mais disons que c'est pas en nous faisant la morale et en nous caricaturant que tu nous feras avancer (et quand je dis "nous" je vois large, pour le coup).

> En Asutralie...

En Australie, une émeute de ouf a eu lieu lors du Nouvel An, dans la petite ville d'Adelaide, sur la côté sud.

En mode "Nique la police", ça a été le bordel bien comme il faut.

140 arrestations à déplorer, cela dit.

> En Australie, pas en Asutralie !

Quelques mots et images depuis les médias mainstream:

http://www.dailymail.co.uk/news/article-4081758/New-Year-s-riots-Adelaide-140-people-arrested.html