Adama, 24 ans, tué par les gendarmes (val d’oise).

Mis a jour : le jeudi 21 juillet 2016 à 12:16

Mot-clefs: quartiers populaires
Lieux: val-d’oise

Adama Traoré, 24 ans, a été tué mardi 19 juillet 2016 par les gendarmes à

Beaumont-sur-Oise,

Persan (Val d’Oise).

Des habitantEs du quartier Boyenval, des proches, parlent de tabassage, de bavure et de meurtre.

Une fois que la nouvelle de la mort d’Adama s’est répandue, des quartiers (de Persan et Beaumont) se sont enflammés dans la soirée et dans la nuit.

Pour le Procureur de Pontoise, Yves Jannier, il aurait fait un « malaise cardiaque » lors de son interpellation et en serait mort. A croire les autorités de ce pays, les jeunes noirEs, asiatiques, roms, prolos, pauvres, arabes et latin/O/As représentent la population la plus cardiaque de France, surtout quand elle se trouve entre les mains des forces de l’ordre. La mort d’Adama attriste, choque et révolte. Mais ce qui choque et révolte aussi dans toute cette histoire, c’est que les seules condamnations qui seront prononcées viseront précisément ces habitantEs qui ont exprimé leur colère et ont commis des actes « inadmissibles » selon le directeur de cabinet du préfet, Jean-Simon Méranda.

Parce que le meurtre d’unE noirE, d'unE jeune, d'unE pauvre, est pour les autorités parfaitement admissible et donc admis.