Berlin, Allemagne: appel à la solidarité avec l'espace autonome "Rigaer94" expulsé / Manifs les 5 et 9 juillet

Mis a jour : le dimanche 3 juillet 2016 à 17:41

Mot-clefs: Immigration/sans-papierEs/frontieres Répression Resistances / actions directes squat logement
Lieux: berlin

Contre l'occupation policière et leur "zone de danger", l'expulsion de la Rigaer94 et les menaces qui pèsent sur les espaces autonomes des quartiers nord de Berlin ...

183801-medium

Chaque expulsion a son prix – Manifs les 5 et 9 juillet à Berlin

Cela fait maintenant plus d’une semaine que nos portes ont été découpées et que les flics et agents de sécurité ont envahi nos espaces de vie autogérés, s’installant dans les escaliers et dans nos espaces collectifs. Dès lors, l’expulsion et la destruction du rez-de-chaussée de notre maison collective a augmenté en vitesse et en agressivité. Notre espace social,(comprenant le bar, espace de rencontres et de projection) la Kadterschmiede, notre atelier, laverie, grenier et jardin ont été réduits en poussière tandis que les containers ont été remplis avec nos affaires et notre histoire collective.

Notre projet rebelle et émancipateur a été supplanté par des laquais écervelés en uniformes, et nous sommes furieux, et pas seulement car nous sommes habitués à une meilleure compagnie que celle ci. De toute façon nous faisons peu de différence entre ces cerbères en uniforme envoyés par l’Etat ou ceux des agences de sécurité privée. Ils montrent tous deux leur stupide allégeance aux logiques de domination et de contrôle non seulement par leur présence mais aussi par des actes de violence quotidienne, par du harcèlement, et par leurs commentaires dégradants qui ne sont pas uniquement dirigés contre nous, mais également contre nos visiteurs, nos amis et  voisins, y compris des enfants.

Les flics ont mis en place une zone de restriction, fermant l’entrée de la maison et de ses alentours avec un dispositif de barrières. Toute personne voulant nous rendre visite ou simplement rentrer chez elle doit passer un chapelet de condés et d’agents de sécurité gonflés et agressifs, et est souvent obligée de présenter des papiers d’identité. Ce procédé peut parfois prendre des heures.

Les flics en ont profité pour recueillir des informations concernant un grand nombre de personnes rentrant dans la maison, et ont divulgué une partie de cette liste à un groupe nazi.

Le prétexte de cette expulsion est que le propriétaire John Richard Dewhurst, un avocat des taxes, millionaire et méga-investisseur au sein de compagnies impliquées dans les panama papers, qui fut précédemment procureur de la Cour Suprême pendant l’apartheid en Afrique du Sud, prétend vouloir accueillir des réfugiés dans les espaces vidés de la maison. Si bien entendu ils peuvent payer le prix de location du marché dans les espaces rénovés, c’est un montant bien trop élevé pour la plupart des gens et bien au-delà de ce que les organisations de logement des réfugiés peuvent offrir de payer. Cela ne passe pas avec nous.

L’évidente instrumentalisation des réfugiés comme excuse pour attaquer un espace – qui a démontré de la solidarité aussi bien au niveau politique que pratique avec les réfugiés et autres personnes en situation précaire – ne nous étonne pas. En effet, les personnes en situation précaire sont souvent montées les unes contre les autres au sein du système actuel qui est établi pour nous exploiter au profit de gens tels que Dewhurst.
Histoire d’ajouter du sel à la plaie, trois réfugiés, qui avaient trouvé une maison au sein de notre communauté du 94 durant ces opérations d’invasion et de violence, ne peuvent plus vivre ici à cause de la peur de répressions supplémentaires et du stress dû à l’omniprésence policière.
L’Etat et les plus privilégiés ont une fois de plus oeuvré pour détruire des espaces de solidarité sûrs au sein de nos communautés qui luttent intensément au quotidien.

La zone autour de Rigaer Strasse a été lourdement gentrifiée ces dix dernières années et la flambée des loyers a poussé beaucoup de résidents à partir, certains étant jetés dehors ou déplacés pour faire place nette à de nouveaux projets urbanistes. Cela est inaccessible pour la plupart des résidents de longue durée mais cela apporte plus de profit aux investisseurs. Faisant partie d’une coalition de quartier plus large aussi bien au niveau des projets que des individus, nous avons lutté contre ce procédé de gentrification, en nous battant pour que notre quartier demeure un endroit pour tous, pas juste pour les riches. Durant ces dernières années, nous avons vu les relations chaleureuses et de solidarité grandir entre les gens du quartier tandis que les gens du voisinage partageaient de plus en plus leur quotidien.
Les voisins, ainsi que d’autres projets autonomes mais aussi des personnes vivant dans des logements privées se sont rencontrés et organisés dans la rue, dans notre jardin et dans notre cuisine populaire au Kadterschmiede.

Nous comprenons l’attaque et la surenchère d’agressivité envers nos espaces collectifs comme partie intégrante des répressions plus largement menées au sein du capitalisme. Ces conditions voient les éléments de la vie collective et de la résistance attaqués, co modifiés, cooptés, et dans un dernier recours détruits et remplacés par des formes de vie plus contrôlables et consommables. Nous reconnaissons également le pouvoir des espaces collectifs, des campagnes, des actions et des initiatives réalisées face à la pression grimpante qui nous est infligée à tous sous l’emprise d’un système pourri qui s’effondre, resserrant l’étau autour de nos cous à mesure qu’il se noie sous le poids de son propre cadavre gonflé. Il est évident pour nous que l’efficacité et la potentialité de ces formes collectives libertaires, incluant notre propre projet, représente une menace contre ce système et tous ceux qui en bénéficient.

Nous continuerons à nous battre pour tous les projets autonomes, initiatives et lieux qui offrent de l’espace et créent des opportunités d’expérimentation de modes de vie alternatifs sous ces conditions merdiques, à travers les frontières qui divisent et nous sont imposées par ceux d’en haut.

Nous vous invitons à nous rejoindre pour exprimer notre résistance et notre rage à l’occasion de deux manifestations de rébellion ;

  • Le 5 Juillet ;  Audition civile qui décidera qui peut occuper les espaces expulsés (10h00 Landgericht Berlin,  Littenstr. 12-17 Berlin)
  • Le 9 Juillet – Manif pour montrer notre rage et notre solidarité avec tous les espaces autonomes menacés d’expulsion (20h30 Wismarplatz, Berlin)

Réalisons notre promesse de destruction des biens de l’Etat et de ses structures d’au moins dix million d’euros de dégâts. Chaque expulsion a son prix !

Si vous avez besoin d’un endroit où dormir vous pouvez envoyer un mail à :
schlafboerserigaer[arrobase]inbox.lv

Votre solidarité, quelle que soit votre mode d’expression, nous donne de la force et nous fait chaud au coeur.

A bientôt dans les rues de Berlin !

Bien à vous dans nos luttes, R94

****

[Publié sur le chat noir émeutier]

Un récit de l'expulsion de la 'Kadterschmiede' du 22 juin et petit aperçu des actions de solidarité qui en ont découlé juste après