On repondra chaque fois qu’on nous attaque

Mis a jour : le mercredi 22 juin 2016 à 01:11

Mot-clefs: Genre/sexualités Resistances anti-repression
Lieux: lille

Dans la nuit du samedi 18 juin, le Bagelstein du Vieux-Lille à été redécoré à coup de peinture multicolore et sa serrure a été sabotée en écho à la manif de Rennes et l’action de Nantes qui ont eu lieu le même jour.

On repondra chaque fois qu’on nous attaque

Dans la nuit du samedi 18 juin, le Bagelstein du Vieux-Lille à été redécoré à coup de peinture multicolore et sa serrure a été sabotée en écho à la manif de Rennes et l’action de Nantes qui ont eu lieu le même jour.

EN SOLIDARITE AVEC LES INCARCERES DU BAGELSTEIN DE RENNES

A Rennes le 26 mai, 4 personnes prennent de la prison ferme à la suite d’une altercation
avec le gérant du fast-food « le Bagelstein ».

A la suite de dénonciations par des féministes de la « déco » de cette chaîne de restauration rapide comportant de graves propos sexistes et homophobes apposés sur les murs et accessoires du restaurant, quatre étudiants viennent se rendre compte par eux mêmes de cette « décoration » qui va jusqu’à l’appel au viol. Après quelques remarques des étudiants, le gérant les insulte et les menace jusqu’à l’arrivée de la BAC. Les quatre jeunes se font embarquer sans ménagement, direction garde à vue, tribunal, prison.

Le juge les a condamné à des mois de prison ferme pour « violence en réunion lors de manifestation » ( ?!!???!!) en raison de leur implication dans les manifestations contre la loi travail. Le procès ne parle même pas de la raison de leur présence sur les lieux (=dénoncer la communication sexiste et homophobe de « bagelstein »). Une fois de plus, le tribunal de Rennes a donc instruit un procès politique, visant à faire payer à ces quatre étudiants le « malaise », la « déprime », la « lassitude » des commerçants du centre-ville du fait de la mobilisation contre la « Loi Travaille ! », qui dure depuis trois mois.

La « déco » du « Bagelstein » que dénoncent les féministes et les étudiants incarcérés à Rennes c’est :

L’APPEL AU VIOL :
« L’AMOUR C’EST UN SPORT, SURTOUT QUAND L’UN DES DEUX NE VEUT PAS »

LE MACHISME :
« IL EXISTE 3 CATEGORIES DE FEMMES : LES PUTES, LES SALOPES ET LES EMMERDEUSES.
Les putes couchent avec tout le monde, les salopes couchent avec tout le monde sauf avec toi, les emmerdeuses ne couchent qu’avec toi. »

L’HOMOPHOBIE :
« J’EN AI MARRE DE CES GAYS-LA ! »

LIBERTE POUR TOUT.E.S LES INCARCERE.E.S DU MOUVEMENT SOCIAL

A BAS LE PATRIARCAT, A BAS LE CAPITALISME, A BAS L’ETAT, SA JUSTICE BOURGEOISE ET SES CHIENS DE GARDE.