A Paris le 14 juin !

Mis a jour : le lundi 6 juin 2016 à 15:22

Mot-clefs: luttes salariales / loi loitravail travail loi_travail
Lieux: paris

TOUTES ET TOUS A PARIS LE 14 JUIN !

FR:

TOUTES ET TOUS A PARIS LE 14 JUIN !

Depuis le 9 mars un mouvement social d'une ampleur inédite secoue la France contre la « loi travail ». La loi travail c’est la cure d’austérité qui devrait permettre aux travailleurs d’être plus compétitifs sur le marché international, c’est à dire de devenir une force de travail meilleur marché, encore plus facilement exploitable et interchangeable.

Cela fait donc maintenant trois mois que se succèdent dans toute la France des manifestations offensives, des grèves, des blocages économiques, des sabotages, et ce malgré une répression sévère, des centaines de blessés, des personnes mutilées, dont éborgnées, sans oublier les centaines d’arrestations, inculpations, incarcérations, etc.

Face à l’ampleur des mobilisations, manifestations géantes et nombreux blocages devant les centres de production, les universités ou les lycées, une multitude de grèves dans divers secteurs d’activité tels que les transports ferroviaires, l’aviation, l’automobile, les raffineries de pétrole, les centrales nucléaires, la distribution d’électricité, de courrier, etc., le gouvernement socialiste ne répond que par une répression de plus en plus violente, espérant faire plier la mobilisation à coups de matraque, avec la complicité silencieuse des médias européens.

Cette « loi travail » entre dans un plan de paupérisation généralisée, le but étant de nous faire travailler toujours plus pour des salaires toujours plus bas. De nous obliger à accepter n’importe quel travail payé une misère, de nous plonger dans une précarité toujours grandissante. Ce qui se joue ici concerne évidemment tous les travailleurs d’Europe et si nous arrivons ici à faire plier le gouvernement, ce sera un signal fort envoyé à tous les travailleurs ainsi qu’au patronat d'Europe.

Le 14 juin une manifestation est prévue à Paris. Des bus arriveront de toutes les villes de province pour défiler sur la capitale.

Nous appelons toutes celles et ceux qui le peuvent à nous rejoindre à Paris le mardi 14 juin, pour crier, dans une manifestation qui sera offensive, notre rage face à ces plans d’austérité qui se succèdent en Europe.

Face au capital nos intérêts n’ont pas de frontières !

...................................................................

EN:

LET’S ALL GO TO PARIS ON JUNE 14!

Since March 9, France has been shaken up by unprecedently huge social bustle in reaction to the labour law (“loi travail”). This law means austerity cure for workers to be more competitive on the global labour market, which means becoming a cheaper work force, more easily exploitable and interchangeable.

It’s now been three months of aggressive demonstrations, strikes, economic blockings and sabotage. It’s been that way in all regions of France in spite of a harsh repression, hundreds of injured and maimed people, some us blinded in one eye, in spite of hundreds of arrests, imprisonments, accusations, etc.

Facing the mobilization magnitude, huge demonstrations and numerous blockings in front of production centers, universities and high schools, multiple strikes in various fields of activity such as railroad, aviation and automobile transportations, oil refinery plants, nuclear power stations, electricity suppliers, postal delivery, etc…, the socialist party only replies with an always more violent repression, hopes to make the mobilization bend with billy clubs blows and with the silent complicity of European media companies.

This labour law takes us into a pauperization project which aim is to have us work more time being paid less money, to force us accepting any misery job paid for next to nothing, to throw us into an always growing precariousness. What is at stake now naturally bends upon all European workers and if we manage to make the government give way here, all workers and employers in Europe will get a strong warning signal.

There will be a demonstration in Paris on June 14. Buses are arriving from all provinces in order to march on the capital city.

We thus call everyone who can to join us in Paris on June 14 in an offensive demo in order to shout out our fury against austerity measures following one after another in Europe.

No border to our interests against Capital!

.......................................................

ES:

EL 14 DE JUNIO EN PARIS
Desde el 9 de marzo, un movimiento social de una amplitud ine?dita sacude Francia contra la “ley del trabajo”. La “ley del trabajo” es la cura de austeridad que deberi?a permitir a lxs trabajadorxs ser ma?s competitivxs en el mercado internacional, es decir, hacerse una fuerza de trabajo ma?s barato, explotable y ma?s fa?cilmente intercambiable.

Asi?, desde hace ahora tres meses, se suceden por toda Francia manifestaciones ofensivas, huelgas, bloqueos econo?micos, sabotajes. Y eso a pesar de una dura represio?n, de centenares de heridos, de personas mutiladas (algunas tuertas); a pesar de cientos de detenciones, encarcelamientos, acusaciones, etc.

Frente a la amplitud de las movilizaciones, las manifestaciones gigantes y los numerosos bloqueos delante de los centros de produccio?n, las universidades o los institutos, una multitud de huelgas en sectores diversos de actividad, tales como los transportes ferroviarios, la aviacio?n, el automo?vil, las refineri?as de petro?leo, las centrales nucleares, la distribucio?n de electricidad, de correo, etc., el gobierno socialista no responde ma?s que con una represio?n cada vez ma?s violenta, esperando hacer ceder/replegarse la movilizacio?n a golpes de porra, con la complicidad silenciosa de los medios de comunicacio?n europeos.

Esta “ley del trabajo” entra dentro de un plan de pauperizacio?n generalizada, cuyo objetivo es hacernos trabajar siempre ma?s, por salarios cada vez ma?s bajos. De obligarnos a aceptar cualquier trabajo por un sueldo mi?sero, de sumirnos en una precariedad siempre creciente. Lo que se juega aqui? concierne, evidentemente, a todxs lxs trabajadorxs europexs; y si aqui? conseguimos hacer ceder/replegarse al gobierno, sera? una fuerte sen?al tanto hacia todxs lxs trabajadorxs como tambie?n hacia la patronal de Europa.

El 14 de junio esta? prevista una manifestacio?n en Pari?s. Llegara?n autobuses de todas las localidades de provincia para desfilar por la capital.
Llamamos a todas aquellas y aquellos que puedan a acudir a Pari?s el martes 14 de junio, a gritar en una manifestacio?n, que sera? ofensiva, nuestra rabia frente a los planes de austeridad que se suceden en Europa.

¡Frente al capital, nuestros intereses no tienen fronteras!

Commentaire(s)

> Du rêve… à la réalité !

« Depuis le 9 mars un mouvement social d'une ampleur inédite secoue la France contre la « loi travail ».
Ah bon ! En Mai 68 il y avait 10 millions de grévistes, mais ça n’était rien à côté d’aujourd’hui ?… Heureux de l'apprendre !

« Cela fait donc maintenant trois mois que se succèdent dans toute la France des manifestations offensives, des grèves, des blocages économiques, des sabotages, et ce malgré une répression sévère, des centaines de blessés, des personnes mutilées, dont éborgnées, sans oublier les centaines d’arrestations, inculpations, incarcérations, etc.»
Non seulement il n’y a pas, il n’y a jamais eu nulle part de « manifestation offensive » - qu’aurions-nous pu attaquer, sinon l’État, la propriété privée, la loi de la valeur, les frontières, l’appareil de répression ?… - mais

1) si le mouvement dure depuis trois mois c’est qu’il est franchement mal engagé, aucun mouvement social long ne l’a jamais emporté face à la bourgeoisie,

et

2) si la bourgeoisie se permet de réprimer comme elle le fait, c’est qu’elle sait parfaitement que le mouvement est tout-à-fait contenu, sans danger de s’étendre, et en bref qu’il est vaincu ! Ça aussi c’est une leçon de l’histoire : la bourgeoisie ne réprime jamais un mouvement en expansion, elle sait que ça aurait l’effet immédiatement inverse à celui recherché !

Donc il faudrait arrêter de rêver et regarder les choses en face : le mouvement est vaincu depuis longtemps ! Les syndicats le contrôlent entièrement, il est minoritaire PARTOUT, il peut bloquer tout ce qu’il veut ça n’a pas l’air de poser problème à grand-monde et en plus il prend des coups de matraque partout !

Rien à en sortir, sinon une défaite d’autant plus profonde qu’il durera longtemps, donc.

> Hamburg ist dabei

Hallo. Wir aus Hamburg sind dabei, und kommen am 14.6 nach Paris.

https://linksunten.indymedia.org/de/node/181197

> Une réalité... qui fait rêver !

Personne ne se fait plus médium que celui qui veut tuer l'espoir.

1) si aucun mouvement social long n'a jamais rien emporté, alors remballons nos pancartes et rentrons chez nous.

2) Rappel: mai 68 n'a pas émergé de nul part, ce ne peut pas être résumé à une "nuit des barricades". Pour preuve: le mouvement du 22-mars
-> comparer mai 68 et mai 16 n'est probablement pas honnête mais on peut dire que nous sommes tout de même sur des durées similaires.

> "Laisse parler les gens"

Vieux machin prophétise sur internet l'arrêt et l'échec du mouvement depuis la mi-mars. Il sert sa rhétorique dépressive en boucle depuis des semaines. Dans quel but ?

Misère du trotskysme.

> Une perspective au mouvement ? Pourquoi faire ?

Évidemment, quand on part de l’idée qu’il y a un mouvement en ce moment, on peut gloser sur sa poursuite. Maintenant, il faut être clair : ce que nous voyons en ce moment est une MANŒUVRE SYNDICALE gonflée à l’hélium par les médias. On nous a déjà fait le coup en 1995, c’est juste une resucée. IL N’Y A PAS DE MOUVEMENT RÉEL, toutes les grèves sont ultra-minoritaires, il n’y a aucune affluence aux manifestations, pas d’AG, pas de réflexion, rien de rien : dès que l’on sait ce que c’est que le sabotage des luttes par les syndicats, il est évident que nous sommes dedans.

Du reste, les gros bataillons des salariés en France, à savoir la Fonction publique, ne sont aucunement ni en grève ni dans la rue ! Donc allez chercher où est votre mouvement, les gars, et dites-moi où vous l’avez fourré !

Quant à trouver un mouvement long qui l’a emporté, trouvez-nous un exemple : il n’y en a pas !

En ce qui concerne Mai 68, un petit rappel historique : les étudiants et la classe ouvrière, ce n’est pas la même chose ; la grève de mai dure du 20 au 30 mai, pas plus. À ce compte-là, il y avait eu des mouvements dès février à Caen, et il y en a eu après aux États-Unis, au Mexique, en Allemagne, en Italie - le « mai rampant » de 1969. Ça s’appelle une vague de luttes. Mais Mai 68 en tant que tel, c’est très court, comme toutes les luttes qui établissent un rapport de force favorable. Et en mai 68, pas de répression policière, et les syndicats sont à la remorque totalement du mouvement, complètement contestés, incapables de le maîtriser : où voyez-vous cela aujourd’hui ?

Pourquoi je dis que le mouvement n'existe pas ? Parce que sa défaite, soigneusement mise en scène par l'État et les syndicats, va démoraliser tout le monde pour des années ! Mais dans une perspective où tout est possible tout le temps, évidemment, tout ce qui concerne demain et la véritable mise en place d'un rapport de force, d'une réflexion, d'un début de mouvement réellement sur une base antisyndicale, ça n'a aucune importance ! N'est-ce pas, messieurs ?…
Il y a juste que la défaite de 2010 fait encore sentir ses effets, 6 ans après…

Au passage et pour finir, je ne suis aucunement trotskyste, ce que vous auriez dû comprendre tout de suite en lisant ce que j’écris sur les syndicats…