14 mai, Rennes : manif contre les violences policière - Nantes : rassemblement contre la transphobie

Mis a jour : le mardi 17 mai 2016 à 19:45

Mot-clefs: Répression Resistances
Lieux: Nantes Rennes

Publié par le groupe: Groupindymedia nantes

Samedi 14 mai, à Rennes : Manifestons contre les violences policières.

12h, Esplanade Charles de Gaulle.

Précisions sur cette manif : ici.

Info : barrage massif sur la 4 voie Nantes-Rennes (controle permis, carte grise et fouille de voiture)

 

 

Nantes : rassemblement à 14h contre la transphobie et le cissexisme.

  • Rennes : le 14 mai, manifestons contre les violences policières !

C'est entendu les violences policières ne s'adressent pas qu'aux manifestations et ne datent pas d'hier. Et ce, tout simplement parce que la violence c'est la spécialité de la police. Son rôle c'est bien d'user de la force pour exécuter les décisions politiques, sa fonction c'est que par la force tout le monde reste à sa place. Elle se retrouve partout justifiée dans les médias, les tribunaux, la raison dominante. La perversité de ces violences c'est que ceux qui la subissent lorsqu'ils cherchent à ce que justice leur soit rendue, que leurs blessures soit reconnues, on leur demande toujours de se justifier : est ce que vous aviez vraiment à être là ? Ne représentez vous vraiment pas une menace ?
Il n'aura pas fallu dix minutes à Cazeneuve et aux médias pour dénoncer la violence des casseurs quand un policier a eu la machoire fracturée par un pavé à Paris. Il aura fallu une semaine pour que les autorités face le lien entre une grenade de désencerclement et la mort de Rémi Fraisse. Encore récemment à Rennes, lorsqu'un camarade à perdu son oeil lors d'une manifestation, malgré les centaines de personnes ayant vécu la scène, tous les moyens ont été mis pour que "l'opinion" puisse douter du lien entre le tir de LBD et la perte de son oeil. Les titres évoquaient cyniquement pendant des jours "blessé par un projectile". Tout comme à Sivens on évoquait « un corps sans vie retrouvé ».

Tout ceux qui ont participé aux mouvements sociaux de la dernière décennie, peuvent témoigner d'une violence jamais vues de la part des forces de l'ordre ces derniers mois. Ce pour plusieurs raisons, déjà l'atirail toujours plus fournis dont disposent le corps policier. Mais aussi une impunité politique à tuer, mutiler, blesser sans être inquiété. Pour exemple, après la mort de Rémi Fraisse, aucun préfet, aucun policier, aucun ministre ne s'est vu démettre de ses fonctions. C'est un boulevard qui leur a été offert, et depuis il y a eu les attentats qui n'ont fait, avec l'état d'urgence, que renforcer les moyens d'un pouvoir sur sa population. Nous n'avons jamais vu un maintien de l'ordre aussi offensif, mais aussi politique. Ce choix politique nous l'avons bien senti à Rennes, lorsque nous avons été privé du centre ville dès le début du mouvement. En quelques jours de mobilisation, a force de vouloir nous faire rentrer chez nous à coup de matraque, Cazeneuve a transformé la lutte contre la loi travail en une lutte contre la police pour pouvoir prendre la rue. Il nous a ainsi rappelé un fait historique. La police dès son apparition n’a servi qu’à remettre les choses à leur place, à la place qu’on leur avait assigné. Au 19 ème siècle, alors que la police devient un réel appareil d'Etat, sa fonction principale était celle de chasser les pauvres dans les villes pour les mettre au travail dans des ateliers. C'est à cette époque que le délit de paresse fût constituer, qu'on vit naître le salariat.
Derrière les affrontements avec la police il n’y a pas qu'un délire de jeunesse viriliste, mais la prise en compte d'un rapport de force, le début d'un retournement de la normalité, le refus de la place que l'on nous réserve.

A Rennes depuis le début des manifestations nous avons appris collectivement à nous défendre, à travers l'initiative des médics, le groupe de défense collective, et l'évidence de la solidarité. Plutôt que de nous diviser, les violences nous ont soudé, on a appris à ne plus être seul, à se sentir protéger, malins et a remporter des victoires.
Le 28 avril dernier un camarade a perdu un oeil, nous avons tous été blessés par la gravité des faits. C'est arrivé à Rennes ce jour là, ça aurait pu être ailleurs, et ce n'est pas la première fois que cela arrive. Seulement nous arrivons à un point où il n'est plus question de découvrir ces violences et cette impunité. Nous devons nous organiser contre cela et le 14 mai sera l'occasion de briser le silence autour de ces violences, de montrer notre soutien à tous les blessés, de rappeler que chaque année la police mutile et tue. Montrer que nous sommes nombreux à ne pas vouloir rentrer chez nous malgré la répression, que nous sommes prêts à nous organiser pour nous défendre et nous protéger, à nous organiser pour garder la rue et ne plus subir.
Nous faisons un appel large à nous rejoindre, toutes les villes ont eu leurs lots de blessés, de déploiement de dispositif policier plus qu'insultant, c'est l'occasion de se retrouver enfin ensemble. De nombreux collectifs constitués autour de ces violences existent en France nous appelons à ce qu'ils nous rejoignent.

Quiquonque a eu à faire à la police sait que personne ne nous rendra justice, que nous ne pouvons compter que sur notre propre solidarité.
Soyons nombreux le 14 mai à défiler dans les rues de Rennes.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

  • Nantes : rassemblement contre la Transphoie et le Cissexisme.

14 mai à 14h, Place du Bouffay.

Rassemblement contre la Transphobie et le Cissexisme à l’occasion de l’IDAHOT (International Day Against Homophobia and Transphobia, « Journée Internationale Contre l’Homophobie et la Transphobie » ayant lieu le 17 mai).