[Bordeaux] : Le FNJ chassé de la Nuit Debout

Mis a jour : le samedi 30 avril 2016 à 12:57

Mot-clefs: antifascisme
Lieux: Bordeaux

http://lahorde.samizdat.net/2016/04/26/bordeaux-le-fnj-chasse-de-la-nuit-debout/

Mercredi 20 avril, sur les coups de 20h30, le rassemblement bordelais de la nuit debout a reçu la visite surprise de Jordan Sztang, président du “Cercle Charles Péguy”, antenne du FNJ (Front National de la Jeunesse) à Sciences Po Bordeaux, accompagné d’un certain “Pascal Sanchez”. Se pensant certainement camouflé par la foule, Jordan a cependant rapidement été réconnu et confronté par des participant.e.s au rassemblement. Il a commencé par nier son engagement politique, allant jusqu’à affirmer ne pas se reconnaitre sur une photographie le présentant en conférence de presse aux côtés de Jacques Colombier (secrétaire départemental du FN Gironde). Poussé dans ses derniers retranchements, il a finalement préféré s’eclipser au pas de course avec son petit camarade, tous deux étant visiblement à court d’imagination.

Si cette anecdote constitue une petite victoire face aux tentatives d’infiltration par l’extrême–droite des mouvements de contestation sociale, elle permet également de mettre en valeur une réalité inquiétante.

Jordan et Pascal assument publiquement leur présence à la Nuit Debout

Car oui, il est inquiétant de noter qu’un parti comme le Front National, un parti réactionnaire et xénophobe, un parti qui vote en faveur de la directive européenne sur le secret des affaires (se faisant ainsi un acteur à part entière du “système” qu’il se plait à dénoncer – voir ici pour l’analyse de cette directive et  pour le détail des votes), se sente légitime à participer, même par une présence silencieuse, aux Nuits Debouts, dont il demande en parallèle l’interdiction.

Il est également inquiétant de noter que le Front National n’est pas le seul élément réactionnaire à participer à ces rassemblements, et qu’on peut également y subir la propagande nauséabonde des Chouard, Rabhi, ou la présence d’acolytes du confusionniste Sylvain Baron. Et il est encore plus inquiétant de voir certain.e.s participant.e.s au rassemblement prendre la défense de tel.le.s énergumènes et s’opposer à leur exclusion, au motif d’une prétendue liberté totale d’expression.

C’est pourquoi il est essentiel d’affirmer que les Nuits Debout doivent être des espaces de construction des luttes émancipatrices, et pas simplement des assemblées de libre expression ; que les chantres du capitalisme réactionnaire et de la xénophobie comme le FN et tant d’autres n’y ont aucune place. 

Il nous appartient à tout.e.s de prendre part à ces rassemblements afin de faire avancer nos luttes, contre toute forme d’oppression économique et sociale. Aujourd’hui comme demain, pas de quartier pour les fascistes, pas de fascistes dans nos quartiers.

Le collectif Pavé Brûlant