Compte-rendu de l'AG de l'E.N. du 44 du 3 juin 2003

Mot-clefs: Archives
Lieux: Nantes Saint-Nazaire

 
Compte-rendu de l'AG de l'E.N. du 44 du 3 juin 2003

Entre 700 et 800 personnes étaient présentes dans cette assemblée générale qui suivait la manif du matin (40000 personnes selon les syndicats. Sur la département, le taux de gréviste pour l'Education Nationale était quasi le même que pour la journée du 13 mai.
A la tribune, les représentants de l'intersyndicale (CGT, FSU, FO, SUD éduc, UNSA) ont animé d'une main bien présente (trop?) les débats.

Organisation et fonctionnement du mouvement dans l'Educ. Nat' 44 :
Pour comprendre les enjeux et la structuration du mouvement de l'éduc nat' dans le département, on peut repérer trois instances : d'une part l'intersyndicale, les AG de secteur et enfin l'AG en elle-même. Des comités de liaisons se déroule régulièrement composées des délégués de secteur et des représentants de l'intersyndicale. L'A.G. apparaît un peu comme une chambre d'enregistrement des propositions faites par l'intersyndicale et le comité de liaison. On sent que l'intersyndicale bloque un peu tout ce qui venant de l'AG pourrait remettre en cause son autorité et le pouvoir syndical. Plus précisément, lors des AG des proposition d'actions, de modification de revendications, et de ce que j'ai pu voir hier, ces proposition ne sont pas soumis à discussion lors de l'AG mais enregistrées par le bureau de l'AG (intersyndicale) qui de fait décide de la suite à donner à ces propositions. Il semble que ce qui se passe dans les assemblées de secteur (assemblée entre grévistes de plusieurs bahut proche géographiquement ex : secteur Nantes-Ouest, secteur Nantes Centre, secteur Sud-loire etc.) semble un peu plus intéressant car plus ouvert aux personnes investies sur le terrain dans la grève. A plusieurs reprises, certains délégués de secteur ont demandé leur présence au bureau de l'Assemblée Générale, mais la réponse des représentants de l'intersyndicale même polie, est sans détour : "ça marche bien comme ça, alors pourquoi changer. De plus, si on veut changer, ça demande une très longue discussion et on n'a pas trop le temps".

Si effectivement, il y a trois instances de discussion et de décision dans cette organisation, l'Intersyndicale est partout très présente et de fait contrôle tout le mouvement : à la tribune de l'AG où elle dépasse de fait et de très loin le simple rôle d'organisation, de synthèses des débats et de propositions d'actions issues de l'AG telle qu'on pourrait imaginer; elle est également très présente dans les comité de liaison. Si effectivement, il est important que les choses avancent et soient quelque peu structuré, cela ne justifie guère cette prégnance de l'Intersyndicale : derrière les questions d'efficacité se joue toujours quelque chose d'autres.


Compte-rendu de ce qui s'est dit :
Quoiqu'il en soit, voici donc ce qui s'est dit :
Bilan du comité de liaison :
- Proposition d'un vote sur la poursuite de la grève dena l'EN 44 jusqu'au 7 juin et prochaine AG jeudi 5 juin 14h00 fac de Droit.
- Position sur la rencontre entre Ferry/Sarkosy et les syndicats : le report à septemebre du projet d edécentralisation et de celui de l'autonomie des Université n'est qu'une tentative de dissocier le mouvement dans l'Educ nat de l'ensemble du mouvement./ Tant que les projets de sont pas retirés et que ne s'ouvrent des négociation sur d'autres bases, les syndicats entendent poursuivre le mouivement.
- Sur les examens : un eautre lettre a été envoyé au recteur demandénat le report des examens le 28 mai : pas de réponses.
- Les premiers retraits sur salaire des grévistes débuteront fin juillet.
- Apparemment quelques demande de rencontre… (je n'ai pas bien suivi…)

Intervention de différents secteurs :
Ensuite, plusieurs représentant d'AG de grévistes de différents secteurs sont venus donner quelques infos. En vrac :
Système U : Grève reconductible de 24 h00 avec AG jeudi matin
EDF : la centrale de Cordemais en grève reconductible avec baisse de charge. Travail pour élargir sur d'autres sites. Plus que les manifs, il faut agir sur les outils de production.
Mairie De Nantes : intersyndicale : CGT, FO UNSA : en grève aujourd'hui
SNCF : plusieurs AG selon métier : dans l'ensemble 52% de gréviste et la grève reconduite à 80% avec un forte unité syndicale.
Intervention d'une instit' du privé affirmant qu'on fait pression sur les enseignants du privé pour qu'ils ne fassent pas grève…
Les PE2 de l'IUFM sont aussi en lutte : les 3/4 étaient en manif ce matin et ont refusé de soutenir leur mémoire la semaine dernière.

Position des organisations syndicales :
Sont venues ensuite les positions des différents syndicats présents à la tribune de l'AG :
Dans l'ensemble tous se positionne pour la poursuite du mouvement jusqu'au retrait des trois projet (décentralisation, Université et retraites). Le mouvement dépasse la seule question de la retraite, mais sont des questions d'orientation générale de la société : c'est dans le cadre de l'Europe que doit être vues ces réformes avec une privatisation en vues de tous les services publics (AGCS). Les manifs ne suffisent plus, il faut agir sur les outils de production et généraliser la grève. Il ne faut pas que l'Education nationale laisse le relais au privé mais continue avec le privé…. Est rappelé aussi que suivant le rapport de la COR (commission d'orientation des retraites ), une hausse de 0,37% des cotisation suffiraient à régler le problème de financement des retraites…

Dans l'ensemble, les différentes interventions (surtout ceux des autres secteurs) donnent lieu à de très forts applaudissements et quelque fois à des "grève générale" scandée par toute la salle.

Les votes :
Le vote de la poursuite de la grève jusqu'au 7 juin : Pour : 652, Contre 0, Abstention : 26, NPPPV : 2
A Saint-Nazaire : la grève jusqu'au 10 juin : pour 106, contre : 1, abstention : 41.

La question des examens :
Une motion proposée par le comité de liaison a été votée (597 pour, 0 contre, 70 abstention et 35 NPPPV). Cette motion stipule que les examens faisant partie du service des enseignants, faire grève signifie donc faire la grève de la surveillance des examens (et pas blocage).
Il faut savoir que le rectorat en envoyé des convocations avec une formule ambiguë proche de la réquisition : il faut savoir que tant que le mot réquisition n'est pas écrit en tant que tel dans le courrier, les autres formules n'ont aucune valeur et ne sont donc pas des réquisitions.
Est proposé aussi un regroupement et une collecte des convocations reçu par les grévistes afin d'une part de protéger des pressions les grévistes isolés et d'autre part d'empêcher le rectorat de remplacer les convoqués aux examens grévistes par d'autre. Pour les convoc. du bac de philosophie : la collecte doit se faire mardi soir dernier délai (garder un photocopies de la convoc'). L'intersyndicale va mettre en place une commission pour organiser la collecte de ces convocations.

A l'Université de Nantes, on propose plutôt que de faire la grève des surveillances (qui ne marche pas car remplacée par des collègues non grévistes), faire une grève des jurys qui bloque le système plus efficacement.

Une motion a été votée pour soutenir les luttes actuelles dans l'éducation au Pérou durement réprimées par l'armée (2 morts étudiants).

Les prochains rendez-vous :
- A l'initiative du Secteur Nantes Ouest-Orvault-Saint-Herblain : (Appel à toutes et tous !). Les personnels en grève de l'Education nationale, organisent une conférence de presse le mercredi 4 juin 2003 au Lieu Unique à 14h00.Ils présenteront les motifs de leur action de grève entamée le 6 mai 2003 et les suites qu'ils entendent donner à leur mouvement. A l'issue de la conférence de presse, les grévistes partiront en cortège vers un lieu d'occupation très significatif dans le contexte de mobilisation actuel. Les journalistes pourront suivre cette action s'ils le souhaitent. Les manifestants s'adresseront alors solennellement aux salariés des autres secteurs afin de les inviter à les rejoindre dans cette action.
- A l'initiative des secteurs Personnels Universitaires et Sud-Loire : Participation massive, au débat : "Le citoyen, espèce en voie de disparition ?" organisé par un Institut spécialisé pour préparer le premier Carrefour local des citoyens, en présence de Jean-Marc Ayrault, député-maire de Nantes. Débat animé par Stéphane Courgeon.", Chapiteau Pirmil, 20 h 30, Jeudi 5 Juin 2003. Formidable occasion d'interpeller le président du groupe socialiste au Palais Bourbon.
-Enfin prévoir la matinée de Vendredi 6 juin pour une nouvelle manifestation interprofessionnelle départementale, PUBLIC/PRIVE, 10h , place du commerce à Nantes (?) à confirmer….