Après les mobilisations antifascistes de Pontivy, Kemper et Saint-Brieuc

Mis a jour : le samedi 5 mars 2016 à 11:36

Mot-clefs: Resistances antifascisme
Lieux: bretagne

Depuis la manifestation anti-immigration du groupe néo-fasciste Adsav en novembre dernier à Pontivy, le terrain des mobilisations antifascistes s’est déplacé des métropoles (Nantes, Brest, Rennes) dans des communes de tailles plus modestes.

Ce sont ces zones urbaines moins vastes ou des zones encore un peu rurales que les groupes fascistes essayent de contaminer de leurs discours de haine et en essayant d’imposer leurs problématique (celle de l’immigration-invasion), d’abord par ce que dans ces zones le FN a fortement progressé et ensuite par ce qu’il est difficile en terme d’implantation et de rapports de forces pour ces groupes de défiler impunément dans les grandes villes.

Le manifestation de Pontivy — survenue au lendemain des attentats de Paris contre le Bataclan et le Stade de France — s’était déroulée malgré l’état d’urgence et avait donné lieux à des actes de violences mal perçus par la population locale. Soulignons la tentative d’occupation d’un local devant accueillir des réfugiés, heureusement vide ce jour là.

Après une tentative le jour-même de présence dans la rue qui avait tourné court, les antifascistes locaux s’étaient donnés rendez-vous avec les orgas de la gauche « traditionnelle » le 19 décembre dans cette même ville.

Mal leur en pris car alors que le préfet avait laissé les fascistes se livrer à des actes de violences physiques en novembre il a simplement interdit la manifestation antifasciste. Le premier effet a été de diviser les organisateurs, ainsi la CGT et les orgas satellites du Front de Gauche ont elles renoncé à mobiliser officiellement ce jour là (même si certains de leurs membres furent bien présents). Plusieurs centaines de personnes défileront tout de même sans heurt sur un court parcours encadré, et le préfet parlera lui de poursuites à leurs encontre pour avoir osé défier l’état d’urgence répondant en cela aux injonctions du site antisémite Breiz Atao.

12782233_10208810533847789_1671597500_n-768x576-medium

Merched-antifa-medium

Entre la manif de Pontivy et celle de Kemper eurent lieu des mobilisations d’Adsav et du Font National contre l’arrivée de migrants à Ploermel et Fouesnant, petites initiatives d’un point de vue numérique mais qui donnèrent lieu à des contre rassemblements pacifiques dont l’un atteindra plusieurs centaines de personnes pour souhaiter la bienvenue en Bretagne aux Kurdes d’Irak accueillis dans cette commune après avoir fuient DAESH et l’enfer de la jungle de Calais.

Le Front National récemment entré au conseil régional de Bretagne se garde bien de s’afficher aux cotés des fascistes bretons d’Adsav ou de petits groupes de l’extrême droite radicale. Les pseudos-indépendantistes d’Adsav qui ne s’expriment plus ou quasiment que sur l’immigration eux n’ont absolument aucun complexe à organiser des rassemblements conjointement avec l’extrême-droite radicale la plus tricolore. Ainsi à Brest le 10/12 verra-t- on le porte-parole d’Adsav partager le mégaphone avec la très française Résistance Républicaine aux cotés de Madame Dupont-Tingault militante d’extrême-droite ex FN et ex MNR connue pour son soutien sans faille à l’Algérie Française et à l’OAS. Ce jour là les antifas Brestois occupèrent eux aussi la rue.

A Kemper/Quimper le 23 janvier Adsav envisageait de continuer sur sa dynamique de haine pour défiler contre l’immigration-invasion. Entre 100 à 120 personnes ont répondus à leur appel. Soulignons qu’une fois de plus que tous les détritus de l’extrême-droite en Bretagne faisant fi de leurs différences répondirent présents , ainsi trouvait on pêle-mêle des adhérents ou ex adhérents du Bloc Identitaire, des membres de Renouveau Français et encore de Résistance Républicaine. Des drapeaux français bien visibles dans le cortège de ces pseudos “militants Bretons” et des saluts Nazis à foison finirent ce jour là de lever le voile sur la réalité d’Adsav, celle d’une auberge pour l’extrême-droite la plus sale en Bretagne et n’ayant aucun projet d’évolution institutionnelle pour ce pays.

La bonne surprise du jour consistera en la mobilisation initiée par le collectif antifasciste de Kemper qui rassembla plus de 800 personnes de tout ages et de tout horizons qui face au laxisme des autorités françaises vis-à-vis des ratonneurs d’Adsav souhaitaient réaffirmer leur refus de laisser la rue bretonne aux racistes.

Ce même jour suite au succès de la manifestation antifasciste les troupes d’Adsav se vengèrent en poursuivant des jeunes dans le rues de la ville au cri de “La France aux Français !” et en saccageant un pub du centre-ville ayant servi des consommations aux antifas, ou en dégradant des véhicules appartenant à des manifestants antiracistes.

Ces faits surviennent après de nombreux autres actes de violences attribués à des militants de la même mouvance ces deniers mois en Cornouaille. Ils ont bénéficié d’une couverture médiatique sans complaisance cette fois qui ne servira sans doute pas le parti de Ronan Le Gall pour se présenter sous un jour normalisé et respectable au grand public.

A Saint-Brieuc le 05/02 Résistance Républicaine à l’initiative d’un ancien candidat FN souhaitait donner un écho local à la journée d’action européenne de PEGIDA (mouvement islamophobe et anti-immigration Allemand). La préfecture du département a finit par prendre un arrêté interdisant ce rassemblement. Les exactions répétées des rassemblements précédents ont sans doute pesé lourd dans la balance. Pas sur qu’Adsav ou d’autres puissent continuer à défiler impunément tant ils semblent incapables d’encadrer leur base. A Saint-Brieuc le bilan est simple : au mieux 25 personnes de la mouvance RR et Manif pour Tous et prés de 300 antifascistes réunis à l’appel d’un collectif antifa local en formation du Comité de vigilance antifasciste 22, du syndicat Solidaires, soutenu par le NPA et la Gauche Indépendantiste et une association d’immigrés Kurdes et Turcs. Un petit défilé aura lieu en ville, très encadré par la gendarmerie et la police, bravant symboliquement l’interdiction de manifester du préfet.

A Saint-Brieuc comme à Pontivy et à Kemper c’est bien une génération spontanée de militants jeunes ou moins jeunes qui tentent de monter des collectifs antifascistes autonomes tant les orgas de la gauche traditionnelle (à de rares exceptions prés) semblent obéir aux injonctions de l’état d’urgence et préfèrent les réunions et les discours interminables aux actions de rue.

Des collectifs qui se réapproprient l’identité bretonne, sa langue, ses symboles pour ne rien laisser à l’extrême-droite qui se drape dans les couleurs locales.

Nous souhaitons que malgré les différences de cultures politiques et sans négliger les actions de rue dans l’urgence, l’ensemble de ces forces convergent dans un coordination antifasciste bretonne dont les contours et le fonctionnement sont à définir et surtout se retrouvent dans la rue dans le cadre d’un rassemblement populaire et familiale et massif pour réaffirmer notre désir de défendre le droit d’asile en Bretagne, pour réaffirmer notre refus de l’utilisation de l’identité bretonne pour ostraciser les nouveaux arrivants qui fuient les guerres impérialistes et pour contester la prolongation de l’état d’urgence.

Des militants de la Gauche Indépendantiste.

Link_go http://www.bretagne-info.org/2016/02/24/7081/