Notre-Dame-des-Landes : ni référendum, ni aéroport

Mis a jour : le vendredi 12 février 2016 à 21:29

Mot-clefs: aéroport notre-dame-des-landes
Lieux: Nantes Notre-Dame-des-Landes ZAD

Le premier ministre a donc péniblement formé un nouveau gouvernement hier 11 février. On ne reviendra pas sur cette tambouille politique obscène destinée à permettre une candidature unique d'Hollande à gauche pour les présidentielles. Les écologistes, toujours plus ridicules, sont allé manger la soupe du gouvernement Valls. Une pensée quand même pour le pauvre François De Rugy, qui a tout trahi depuis des années dans l'espoir obsessionnel d'obtenir un portefeuille, et qui ne reçoit même pas de poste de sous-secrétaire.

La vraie information de la soirée, c'est l'annonce d'un référendum sur le projet d'aéroport. Un référendum dont, rappelons le, personne ne veut. Ni les opposants qui réclament depuis toujours l'abandon pur et simple du projet, ni des lobbys pro-aéroport pour qui une consultation incertaine est plus risquée qu'une intervention policière sur la zone.

Quelques remarques.

12688008_960325634003610_6037428584896916706_n-medium

- Un référendum, c'est l'échec de la lutte. Dans la grande ville allemande de Stuttgart, une lutte très ressemblante au mouvement anti-aéroport s'est opposée pendant des années à un projet pharaonique et inutile de gare ferroviaire. En 2010, des manifestations d'opposants réunissent des dizaines de milliers de personnes, des affrontements éclatent avec la police : comme à Nantes, le rapport de force est posé. Pour débloquer la situation, les autorités organisent un référendum local qui abouti à la victoire des partisans du projet en novembre 2011. Depuis, le coût des travaux a explosé : les promoteurs avaient menti sur les estimations. Le projet s'enlise, mais les élus locaux sont désormais contraints de mettre en œuvre le projet, et les opposants ne se relèveront pas de la victoire du "oui" au référendum.

http://www.rfi.fr/europe/20111127-allemagne-victoire-oui-referendum-nouvelle-gare-stuttgart

- Quelles seraient les modalités du référendum ? On entend parler d'une consultation locale, sans préciser quel serait son périmètre. La Région Pays de la Loire ? Le département Loire-Atlantique ? Le "Grand Ouest" ? Nantes ? Vigneux de Bretagne ? Le cadre du référendum sera l'objet de toutes les manipulations. Par exemple, on voit mal pourquoi les habitants de la Mayenne et de la Sarthe pourraient se prononcer sur le sujet - au risque de voter pour ou contre "les ZADistes", puisque le projet ne représente aucun enjeu pour ces départements plus proches de Paris que de Nantes - mais pas ceux de Rennes ou de Brest. On peut aussi se questionner sur la légalité d'une telle manœuvre. Un juriste estime qu'un référendum local sur le projet d'aéroport est impossible en Droit : https://blogs.mediapart.fr/arnaud-gossement/blog/120216/notre-dame-des-landes-le-droit-permet-il-l-organisation-d-un-referendum-local

- Si le « oui » à l'aéroport l'emportait, ce qui est possible car les partisans de l'aéroport ont infiniment plus de ressources politiques et financières que les opposants pour gagner un référendum, dont ils aurait au préalable définies les modalités. Un référendum signifierait malgré tout, une suspension du proje du à l'échéance du vote. Hollande parle d'une consultation « d'ici le mois d'octobre ». En admettant que le « oui » à l'aéroport l'emporte, il semble hautement improbable que des expulsions - qui nécessiteraient l'un des plus gros déploiements policiers de l'histoire - interviennent durant la campagne présidentielle, qui commencera cet automne. Ainsi, si le projet n'est pas simplement enterré, il sera relégué après les élections, soit un répit pour les occupants de la zone au moins jusqu'à l'été 2017.

- Si le « non » à l'aéroport l'emportait. L'opposition à l'aéroport pourrait gagner, mais ce serait une victoire à la Pyrrhus, car il peut tout à fait y avoir une expulsion de la ZAD à moyen terme même avec l'abandon de l'aéroport. Valls et Retailleau le répètent suffisamment, il n'est plus vraiment question d'aéroport mais de faire respecter « l'autorité de l'État ». Il est donc peu probable que, même en cas d'abandon du projet, celles et ceux qui expérimentent un mode de vie anticapitaliste sur une zone autonome soient laissés en paix par les prochains gouvernements. Par ailleurs, un abandon du projet par voie de référendum viendrait effacer des années de lutte, d'actions, de manifs, d'occupations, et exclurait de la consultation des milliers de personnes mobilisées dans toute la France. C'est donc collectivement dans la rue et le bocage qu'il faut faire reculer le gouvernement, et non par un scrutin pipé, dont les règles seront définies par nos ennemis.

Ni aéroport, ni référendum, c'est par la lutte qu'on va gagner ! Vive la Commune de Notre-Dame-des-Landes !

Commentaire(s)

> hum!

L'évocation de la lutte de Stuttgart mérite d'être plus détaillée, le référendum n'est pas tombé du ciel; l'élection régionale a porté au pouvoir du land un écolo Grünen, qui a imposé le référendum, à l'échelle de toute la région (land). C'est ainsi que les principaux concernés, habitant à - ou près - de Stuttgart et majoritairement contre, ont été minoritaires. Par ailleurs il y avait de grosses sommes de fric en jeu (remboursement de la multinationale en cas de non construction...).

On est donc avec le référendum de NDDL exactement dans le cas de Stuttgart:

- un référendum exigé par un élu Vert (l'ancienne activiste d'Act Up , Cosse, en "échange" de son entrée au gouvernement). Pour les politiciens verts, il est beaucoup plus facile et "payant" de militer dans un cadre institutionnel qui les place au centre du débat, plutôt que de cotoyer des militants à égalité-rivalité dans un mouvement plus horizontal... Avec un référendum, si ça gagne, le mérite leur en sera attribué alors que tout n'a été possible que par l'existence d'un mouvement à la base ; si ça perd, illes auront organisé le refus mais la "volonté" de la majorité est prioritaire et illes s'y plieront, sans pour autant interroger la "fabrication du consentement" que tout référendum soustend (rappelons nous les référendums sur Maastricht et le traité de Lisbonne..).

- une dynamique collective de lutte et de résistance, remplacée par un dispositif institutionnel , au cours duquel tout le discours citoyenniste et économique, républicain et "objectif", légaliste, va pouvoir être rabaché et asséné par les médias officiels, les journalistes professionnels et les politiciens. Bref c'est le remplacement d'une analyse et d'un jugement collectif de la population par des professionnels du discours et des "experts", dont la culture, les intérêts de classe et même les intérêts tout courts convergent avec les porteurs du projet (rappelons nous le préfet du 44 qui signe la dup et qui va pantoufler chez Vinci deux ans plus tard).

- mettre l'Etat en position de force: il est à la fois juge (examen de la contre-enquête par le ministère de l'Ecologie) et partie (il fixe les conditions de déroulement de la consultation: termes exacts de formulation du scrutin), il est rétabli dans sa position de représentant légitime de la volonté populaire

Bref, le référendum est une belle merde, servant les politiciens et les bétonneurs, par le fond et la forme du processus en soi. Merci EELV.

> un référendum ?

Alors même que le gouvernement passe en force sur tous les sujets (gouvernance administrative, législation par ordonnance..) on voudrait remettre la ZAD entre les mains de l'anonyme "opinion publique". Nous n'accepterons en aucun cas de participer à cette mascarade, nos vies valent plus que leur pseudo-démocratie!

Et franchement, un "référendum"? On nous la refera pas! http://reporterre.net/Le-traite-de-Lisbonne-est-une