APPEL : Notre-Dame-des-Landes – Samedi 27 février 2016 - Mobilisation générale

Mis a jour : le samedi 22 octobre 2016 à 23:52

Mot-clefs: Ecologie Resistances aéroport notre-dame-des-landes actions directes
Lieux: Notre-Dame-des-Landes

Publié par le groupe: Groupzad NDDL

APPEL : Notre-Dame-des-Landes – Samedi 27 février 2016 - Mobilisation générale Pour l’abandon du projet d’aéroport - Pour l'avenir de la ZAD Ni expulsions, ni travaux

Afich27fev16_web_1813x1299-medium

 

Face aux menaces du gouvernement, le mouvement anti-aéroport est plus dense et vivant que jamais. En témoignent la mobilisation en urgence de 20 000 personnes et près de 500 tracteurs sur le périphérique nantais le 9 janvier, les actions de blocages et mobilisations paysannes qui ont suivi, le rassemblement devant le tribunal de Nantes et les multiples manifestations dans des dizaines d'autres villes en France et au-delà.

 
La résistance à Notre-Dame-des-Landes est aujourd'hui devenue emblématique de tant d’autres luttes contre les destructions environnementales et sociales, de tant de combats face à la disparition des terres agricoles ou aux causes du changement climatique. Elle marque un refus ferme de la marchandisation continue du territoire et de nos vies. Ce qui se construit sur la ZAD est porteur d'un immense espoir parce que s'y inventent d’autres manières d’habiter le monde, de cultiver, de créer et de s'organiser en commun. Les 30 et 31 janvier, c'est un millier de personnes qui sont venues participer à plus de 30 chantiers simultanés pour renforcer ce que Vinci voudrait détruire. En ces temps d'état d'urgence en passe de devenir perpétuel et d'atteinte prolongée aux libertés publiques, la détermination qui anime le bocage est un encouragement contagieux à ne pas se résigner.

Mais le 25 janvier, le juge des expropriations a prononcé l'expulsion des paysan-ne-s et habitant-e-s légaux de la ZAD : immédiate pour les exploitations agricoles, sous deux mois pour les habitations.  Les quelques 200 nouvelles personnes qui, depuis 2007, se sont installées sur la ZAD pour y vivre et la protéger, sont, elles aussi, susceptibles d'être délogées par la force. La décision de passer à l'acte est aujourd'hui entre les mains du gouvernement.
 
Hollande s'était engagé à attendre la fin des recours juridiques contre le projet d'aéroport. Ceux-ci ne sont pas épuisés : les recours contre les arrêtés loi sur l'Eau et Espèces Protégées sont en appel, une procédure de pré-contentieux est encore pendante devant la Commission Européenne. Pourtant, Valls, de son côté, martèle toujours sa volonté d'expulser la ZAD et de démarrer les chantiers à court terme, confortant les porteurs du projet. De premiers travaux de défrichage sont censés commencer avant la mi-mars.
 
Si la pression sur l'ensemble de la zone est aujourd'hui plus forte que jamais, il n'est pas question de partir et de laisser la place aux tractopelles de Vinci, ni de vivre continuellement avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Il n'est pas non plus question de diminuer notre propre pression sur les porteurs du projet et le gouvernement.
 
Au contraire, c'est maintenant qu'il faut enfin gagner l'abandon du projet d'aéroport par notre mobilisation ! Dans le bras de fer qui s'est engagé, la puissance du mouvement dans la France entière pendant les semaines à venir va être décisive. Toutes les composantes de la lutte appellent donc à multiplier les actions de solidarité, en préambule d'une journée de mobilisation massive et générale le 27 février. Cette journée aura pour mot d’ordre l’arrêt des menaces d’expulsion sur les paysan-ne-s et habitant-e-s de la ZAD, ainsi que l’abandon définitif du projet d’aéroport. Nous invitons tous les comités et soutiens à relayer très fortement l'appel pour cet événement et à organiser des bus et convois pour s'y rendre.
 
Nous nous rassemblerons le 27 février en fin de matinée, précisément là où les travaux sont censés commencer, pour y faire la démonstration concrète de notre capacité à les bloquer. Nous convergerons ensuite vers une grande fête pour l'avenir de la ZAD. Les différentes heures exactes de rendez-vous et points de départ des cortèges seront précisés par la suite.
 
Celles et ceux qui habitent et cultivent la ZAD ne la quitteront pas !
Il n’y aura jamais d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes !

 

 

Premiers signataires de ce texte :

Signataires :

des membres de la Coordination des opposants : ACCV, ACIPA, ADECA, Agissons Pour l’Avenir, Amis de la Terre (France), ATTAC, CéDpa, CELA, EELV , Ensemble ! 44 et Ensemble ! national,  Greenpeace France, MEI 44, Décroissance-MOC, M’PEP, Nature Avenir, NPA 44 et NPA national, OBSLAB, Parti de Gauche 44 et PG national, Place au Peuple-FDG44, Rezé à Gauche Toute, Solidarités Ecologie, Sèvre propre 2015, Union Syndicale Solidaires 44 et national, Vertou écologie Solidarité, ….

le COPAIn 44 (Confédération Paysanne 44, CIVAM, GAB44, Manger Bio, Accueil Paysan, Terroirs 44)

des occupant-e-s de la ZAD

l’assemblée du mouvement réunie le 2 février
Les Naturalistes en lutte

des comités de soutien : CAAC La Chapelle sur Erdre, le collectif NDDL/Plateau de Saclay dans le 91, Collectif Vigilance Aéroport Pays de Redon et de Vilaine,  Le collectif Alsace NDDL, comite soutien ZAD-Catalunya!, Comité de Chantenay, Le collectif Sud Loire Vertou, le collectif de Chemillé, le comité bigouden, comité NDDL du Comminges (sud de la Haute-Garonne, 31), collectif d'opposants à l'aéroport de Notre Dame des Landes du pays de Saint-Malo,  le collectif des buzug du Trégor (22), Le comité Sud Vilaine, Comité NDDL 63 (Puy de Dôme), Le Comité de soutien de Ploërmel (Morbihan), comité Notre Dame des Landes La Roche sur Yon (85),  …

des organisations diverses : Alternatives et Autogestion, Les Amis de la Confédération Paysanne, Nantes est une fête, Génération Ecologie, La Fédération de Vendée du Parti Communiste Français, Initiatives Décroissantes pour le Climat, Ami-e-s du Front de Gauche de l'Est du Morbihan, UTOPIA, " Restons  fermes ", "Collectif Bon pied bon oeil", ''Sous le vent, les pieds sur terre'',  MS21 ( Mouvement pour un socialisme du 21è siècle), PCF56,

Commentaire(s)

> hallu

Ah ouais, non seulement cette "décision" est passée en force par une farce de "consensus" version "blocage tant que c'est pas mon point de vue qui gagne", mais en plus il est signé par quelques "composantes" seulement. Pourquoi pas juste l'AG du mouvement?

Décidemment le racket en cours sur cette lutte est le seul enjeu on dirait.

Je roule pas pour EELV, qui a voté l'état d'urgence désolé.

> la médiocrité consensuelle

vous êtes sérieux/ses ? c'est pour une mascarade de rassemblement que l'on était en train d'organiser des transports en bus ?
On attendait de pouvoir enfin instaurer un rapport de force un peu anticapitaliste, pas se limiter à un soutien démonstratif.
Je constate un manque cruel d'ambition de la part du mouvement.
à trop vouloir ménager la chèvre et le choux, on perd réellement pied par rapport aux possibilités que permettraient la zad en terme de conflit social.
La loose.

> Un rapport de force ? Où ça ?

En Mai 68 il y avait 10 millions de grévistes et l’État a été contraint de plier.

Pour la défense de la ZAD il y a quelques centaines de personnes. Où se trouve le rapport de force ?

« Ce qui se construit sur la ZAD est porteur d'un immense espoir parce que s'y inventent d’autres manières d’habiter le monde, de cultiver, de créer et de s'organiser en commun. » Dès que vous nous aurez expliqué de quoi vous parlez exactement avec vos « autres manières d’habiter le monde » et « de cultiver », on pourra juger sur pièces. En attendant, la ZAD fait partie du monde capitaliste de la marchandise, et il n’est pas possible qu’il en soit autrement ; une transformation sociale, ça ne se fait pas chacun dans son coin, ou alors il faut admettre que Staline avait raison : le socialisme est possible dans un village !

Ce qui renverrait donc la ZAD au rang d’un kolkhoze ou d’un kibboutz. Ça n’est rien d’autre que du capitalisme autogéré !

Le fait qu’il y ait parmi les signataires de cet appel nombre de groupes politiques étatiques (ATTAC, EELV notamment) ne gêne vraiment personne ? Si la ZAD peut être aussi simplement récupérée politiquement, c’est peut-être qu’il y a un problème dans la lutte elle-même…

> Attention

Attention à ne pas épuiser les dizaines de milliers de personnes qui soutiennent la lutte.

Après le rassemblement sur le périph' (qui a "soulagé les commerçants" de Nantes), les personnes envoyées au casse-pipe dans une opération escargot disparate et mal préparée là ou il fallait une action collective et concertée, la "farandole symbolique" suivie du refus d'appeler à se rassembler devant le tribunal de Nantes, beaucoup attendaient une journée de mobilisation un peu consistante. L'appel est donc décevant.

On peut comprendre la volonté de "composer" avec les différentes composantes de la lutte (dont EELV et le Modem), mais il ne faut pas que les séquelles du 22 février 2014 interdisent à tout jamais certains modes d'actions, au risque d’écœurer une large part des individu-e-s qui s'impliquent dans le mouvement.

Cette lutte est trop belle pour la neutraliser au nom de "l'unité".

> ...

c'est beau une lutte aussi grande et belle sabotée par des réformistes...

>  +

plutôt que de geindre contre les réformistes, continuez donc à tracer votre route.

on sait bien (enfin ceux qui sont suffisamment politisés) qu'il n'y a rien à attendre des réformistes; juste à marcher ensemble (un certain temps) contre le même ennemi.

ce qui compte, c'est ce qui est fait CONCRETEMENT, sans compromis (cela ne veut pas dire refuser de faire un bout de chemin avec les réformistes)mais aussi sans sectarisme

les temps vont être de plus en plus durs (et pas qu'à propos de NDDL) et ce qui compte c'est la constance : cette constance dans le temps qui fait que les zadistes (malgré tout ce qui est dit) sont reconnus par une large part du mouvement.

> -

Vous faites chier!
Déjà juste parce que c'est rare la confrontation directe et assumons qu'il y a de la joie dans l'exercice ( entre deux peurs de flash ball et les perspectives de 6mois de concerts de soutien)

Les verts! putain pas les verts. de No Tav et Sivens en passant par Valognes et Bure c'est une insulte.
vous vous voyez défiler le 27 avec eyx alors qu"ils seront au gouvernement? remarquez vous proposez déjà de la faire alors qu'il y était sous l'opération Caesar.

Mais ok ok c'est l' ACIPA, l'unité tout ça. ok, Mais c'est quoi l'unité quand ils se barrent du périph pour laisser les "énerver" se faire coffrer? c'est quoi l'unité quand le seul mode d'action acceptable des derniers mots d'ordre c'est celui de faire pression sur les "élus" en remplissant la besace d'EELV?
Faut pas effrayer le chaland! ok ok ok mais alors on contribue à perpetuer l'idée que la violence ça n'est pas une expression politique, qu'il n'y a rien a "destituer" de l'existant, que le nombre-la majorité- est ce qui fait effet.

Bah! on a rien compris, le fait est que la ZAD vit, que c'est là que ce destitue l'existant, qu'il faut préserver et étendre ce lieu à tout prix!
okokok, Mais alors vous avez intérêt à ce que le gouvernement vienne jamais expulser. parce qu'alors en effet, on voit mal commentla défense unitaire pourrait être autre chose qu'un appel à des chaines humaines autour des préfectures- ou mieux autour du ministère de l'écologie ( sauf si c'est du Vert dedans).
"l'unité" désignera alors bien aisement les têtes brulées, les casseurs, qui préfèrerons aider les copain et copines sur place; ils et elles seront hors l'unité ( comme les rennais aujourd'hui)
de même que celles et eux qui Samedi 27 voudraient imposer un autre rapport de force.
oui le gouvernement prie pour la fin de l'unité zad-acipa mais il peut tout autant réver de la victoire de l'acipa.

Rassurez-nous, vous vous êtes fait déborder?
ça ne peux pas quand même être l'effet d'une stratégie qui vous parait pertinente?
Expliquez-vous non?