Des « tags » sur la bibliothèque anarchiste La Discordia

Mis a jour : le lundi 1 février 2016 à 13:12

Mot-clefs: bouffe / mal
Lieux: paris

Comme prévu de longue date, mardi 26 janvier, s’est tenu à La Discordia le débat intitulé « Islamophobie : du racket conceptuel au racket politique ». Nous voulions nous confronter avec d’autres sur un sujet qui est au carrefour de la confusion actuellement répandue entre condamnation du racisme et défense de la religion. Les réflexions communes ont été intéressantes, et la soixantaine de camarades et compagnons qui sont venus (promis, la prochaine fois on louera un lieu plus grand, et avec plus de chaises !) a démontré que pas mal de monde se retrouve dans cette nécessité de la critique révolutionnaire des religions, toutes les religions, même l’islam, que d’autres voudraient nous refourguer comme la « religion des opprimés ».

 

Cependant, en arrivant mardi après-midi, on a vu que la devanture de la Discordia avait été taguée, probablement dans la nuit. Des A cerclés (merci !) et des invectives (« fafs » et « racistes ») particulièrement mal écrites et pensées à la bombe de peinture noire. Le tout accompagné d’un feuillet de « revendication », affirmant que nous véhiculerions « des théories racistes et islamophobes » et que nous serions « la courroie de transmission des idéologies du pouvoir », etc.

Lire la suite en pdf : http://ladiscordia.noblogs.org/files/2016/01/Des-%C2%AB-tags-%C2%BB-sur-la-biblioth%C3%A8que-anarchiste-La-Discordia.pdf

 

Commentaire(s)

> commentaires cachés

Salut, j'ai caché des commentaires parce que bon les règlements de compte à propos de NF ou la discrdia ou je ne sais pas quoi on déja suffisemment été publiés sur indymedia.
Et sinon la remarque a propos de la modération, le problème on s'y attèle sinon on serait pas obligé de se fader la modération de ces commentaires.

> confusion

Mais il s'agit de la bibliothèque La Discordia là, pas de Non Fides !

Et ça me semble assez normal comme attitude de faire un communiqué quand son local se fait attaquer ... en octobre dernier les mêmes personnes avaient fait un communiqué par rapport à une caméra de la DGSI qu'ils avaient trouvée et détruite, là y a des réacs qui viennent taguer leur bibliothèque juste avant une discussion, et ça doit se savoir, parce que ça peut intéresser d'autres compagnons et camarades de savoir que dans la situation actuelle il y a une telle omerta sur la religion que dès qu'on l'ouvre on se fait attaquer ...
C'est quoi ce le problème des gens qui taguent les bibliothèque anarchistes tout en se revendiquant anarchistes ? Ils ont pas d'autres chats à fouetter ? Ils ont pas un État à combattre, un état d'urgence, un patron, un proprio à emmerder ? C'est quoi ce choix de cible ? C'est que les anarchistes ne déposent pas plainte et du coup c'est happy hour, on peut attaquer les anars s'en s'inquiéter ?

> Commentaires caché encore

Ben ouais on a encore caché la tonne de com', parce que franchement l'ambiance cours de récré, où les spammeurs se plaignent des spammeurs (ou l'inverse je sais plus), on en arrive à un niveau de désolance impressionnant. Du coup on en vient à devoir supprimer la fonction com sur cet article, pour obliger les gens à en écrire des vrais argumentés plutôt qu'à répondre à leur postage obsessionel.

Ouais, des fois on est occupéEs, ou on prend un jour tranquille sans se salir les yeux et la tête de toute cette merde collatérale. Question de santé mentale. Et des fois c'est en même temps que d'autres modos vont mettre les mains dans la terre. Question santé mentale aussi.

Et oui, la critique des religions ça fait partie des bases de l'anarchisme, au cas ou il faudrait le rappeler.

M'enfin quand on en arrive à un niveau de polarisation à ce point binaire, autant dire que c'est la propagande réac qui a gagné. Continuons donc comme ça à s'apostropher et oublier le fond du débat.

Les modés sont pas à Panam hein au fait, et les menaces et injonctions de tout bord à choisir un camp, autant dire que ça nous laisse toutE froidE.

Les commentaires ne sont pas autorisés pour article.