les cédéroms du réseau pédocrimel de Zandvoort

Mot-clefs: Archives
Lieux:

En Belgique, on ne parle que du procès Dutroux et on se tait de ces centaines d'enfants violés du cédérom Zandvoort dont "l'enquête est en cours".

Lettre au Premier Ministre belge, Monsieur Guy Verhofstadt


Le Premier Ministre belge, Monsieur Guy Verhofstadt, a été écrit à nouveau concernant les cédéroms du réseau pédocriminel de Zandvoort en Hollande dont les criminels ne sont pas poursuivis et les centaines d'enfants violés ne sont pas identifiés par la justice belge, la justice hollande et la justice française. Nous remerçions Véronique Soumis pour son initiative courageuse et nous envoyons une copie de sa lettre aux membres du parlement européen, à Scotland Yard etc.(les parlementaires belges ont bien des raisons pour se taire avant les élections). Des photo's d'enfants + des bébés disparus: www.zoeklicht.steunt.nl


The belgian Prime Minister, Guy Verhofstadt, received once more a letter concerning the CD-ROMS of the paedocriminel network of Zandvoort (The Netherlands). The criminals of this network were never procesuted and the hundreds of raped children were never identified by justice. We thanks Véronique Soumis for her courageous initiatif and we will send a copy of her letter to the members of the European Parliament, Scotland Yard and so on. (the members of the belgian parliament will still silence the matter because of the coming elections). Photos of children that were disappeared: www.zoeklicht.steunt.nl








 

Monsieur le Premier Ministre,

Je communique mon étonnement face à la réaction de la justice belge concernant les cd-rom de Zandvoort. Je suis une canadienne vivant en Europe qui suite à des recherches concernant des enfants disparus au Canada, a reconnu deux d'entre elles sur le site d'une association hollandaise qui affiche certains des portraits figurant sur les cd-rom. L'analyse comparative des photos a été effectuée par des collaborateurs de la Fondation Princesse Jacqueline de Croÿ, à l'aide de programmes informatiques utilisés par de nombreuses polices, et se sont montrées positives.

Depuis cette découverte, l'association canadienne « enfants-retour » à transmit ces informations à la gendarmerie Royale du Canada. Bien que datant des années 80, les enquêtes relatives a ces disparitions n'ont jamais été clôturées par la police canadienne et plusieurs de leurs services ont pris contacte avec la Fondation Princesse Jacqueline de Croÿ. Ils tentent maintenant d'obtenir une copie des cd-rom via le Tribunal International de La Hayes. Dés lors, je ne comprend pas que la justice Belge ne semble pas s'y intéresser, ni même collaborer avec la gendarmerie Canadienne.

De plus, je me demande pour quelle raison aucun site européen n'affiche certains avis de recherches d'enfants disparus en Europe de longue date. En effet, c'est en recherchant sur les sites canadiens que j'ai pu retracer une petite polonaise disparue en 1992 et dont le portrait a aussi été identifié parmi ceux extraits des cd-rom de Zandvoort. Aucune mention de l'enfant n'est retrouvée ailleurs. Il est plutôt étonnant de devoir chercher des victimes européennes sur des sites américains et de voir que même des organisations telles que "Child Focus" ne s'en occupent pas. Il semble pourtant important que tous les avis de recherches d'enfants européens soient publiés en Europe, surtout lorsque plusieurs sont identifiés dans un réseau pédocriminel international basé en Europe, tel que celui de Zandvoort.

Pour terminer, je tiens à exprimer mon désaccord face à la justice belge qui préfère s'en prendre à Marcel Vervloesem de l'association Werkgroep Morkhoven, plutôt qu'aux criminels. Cette homme a fourni depuis de plus de quinze ans de nombreuses preuves concernant les réseaux pédocriminels, et comme récompense, il n'a récolté que des ennuis. Je crois que la Justice aurait surtout intérêt à s'en prendre aux bourreaux des enfants plutôt qu'aux citoyens qui consacrent leurs existences à défendre ces enfants torturés.

Au nom de toutes les victimes, Monsieur le ministre, je vous prie d'agréer ma considération et de ne pas les laisser sombrer dans l'oubli.

Véronique Soumis