Califat et barbarie (la deuxième partie : « de l'utopie »)

Mis a jour : le lundi 4 janvier 2016 à 15:00

Mot-clefs:
Lieux:

Suite de l'article "Califat et barbarie" de Tristan Leoni, la deuxième partie : "De l'utopie"

Califat_et_barbarie-medium
erh



" La répression de toute opposition n’explique pas tout. Surtout pas la « réussite » de l’État islamique (EI), c’est-à-dire le soutien populaire qu’il rencontre. C’est qu’il s’agit davantage d’un processus de construction étatique que de l’occupation d’un territoire par une « groupe terroriste ».
Après des années d’un guerre civile impitoyable, l’arrivée des troupes de l’EI ne signifie pas seulement le remplacement d’un régime de terreur par un autre, mais aussi [voir la première partie] le retour d’un État de droit, un calme relatif, une amélioration du ravitaillement, la réparation d’infrastructures, le rétablissement de services publics, la mise en place rapide d’une administration… dans le meilleur ou le moins pire des cas, certes, mais les habitants peuvent préférer l’ordre au chaos1. Que l’EI joue ainsi de ses capacités régaliennes, administratives, logistiques et financières explique qu’il ait pu être accueilli comme un libérateur dans plusieurs villes, puisse apparaître pour certains « comme un régime tout à fait respectable », ou que des tribus lui aient fait allégeance.

Mais ce n’est pas tout. Il va falloir rajouter une couche, celle d’un « espoir désespérant ». Celle de l’adhésion, au delà du pragmatisme, d’une partie de cette population au discours et au projet du Califat. Car l’EI peut compter sur la participation active de dizaines de milliers de militants, soldats ou fonctionnaires, mais aussi sur le soutien passif d’un certain nombre d’habitants d’Irak et de Syrie (et sur la passivité prudente ou indifférente de beaucoup d’autres).Et puis il y a ces dizaines de milliers de jeunes, notamment beaucoup de prolétaires, qui traversent la planète pour vivre au Califat ou y mourir, tandis que tant d’autres en rêvent."


Lire la suite de l'article ici : http://ddt21.noblogs.org/?page_id=728

L'article en PDF ici : http://ddt21.noblogs.org/files/2015/12/Califat-et-Barbarie.Deuxi%C3%A8me-partie-Copie-2.pdf

Lire la première partie ici : http://ddt21.noblogs.org/?page_id=667

 

Commentaire(s)

> ...

Gagnons encore du temps, ce site (DDT21, nom plus que douteux...) est tenu par Gilles Dauvé, un des derniers ultra-gauche faurissonien à n'avoir pas réellement fait son auto-critique et à continuer indirectement avec les ambiguïtés faurissoniennes, les jeux de mots douteux.

D'ultra-gauche ou d'ultra-droite, a bas de le négationnisme.

Pour aller plus loin : http://www.non-fides.fr/?Sous-pavillon-de-complaisance

> la bigoterie au feu, l'autocritique au milieu !

l'autocritique est une forme laïque de confession religieuse. cela suffit pour discréditer ceux qui en font l'éloge.

dauvé n'est pas libertaire, il est communiste (primat du groupe, du multiple sur l'un, l'unique) donc autoritaire, cela suffit pour le discréditer. communniste libertaire = oxymore.

> Cet article est négationniste?

Cet article est négationniste?

> d

Ce texte est plus une critique anarchiste, toto, que réellement marxienne. Il lui manque par exemple une critique des enjeux capitalistes occidentaux en concurrence et leur insertion dans la crise économique mondiale.

Mais bravo les « anars » de vouloir nous « faire gagner du temps » en nous expliquant que untel écrit dans le même site qu'un autre qui est « accusé » d'avoir écrit dans le passé, etc. etc. et que donc il ne faut pas le lire. etc. Untel « est accusé » d'avoir été « négationniste » ou « révisionnistes », on ne sait plus, DONC il l'est, et les gens qui le fréquentent aussi. Autre exemple : untel « avoue » qu'il était maoïste dans les 70's, DONC il l'est toujours et les petits jeunes qui le vénèrent le sont aussi. C'est bien cela ?

> curés un jour....

à en lire dauvé devrait s'excuser jusqu'à sa mort, il serait incapable de se remettre en question... comme les anciens maos, trosts... comme si l'individu était destiné à poursuivre toujours le même chemin, à subir une sorte de fatalité... ils rejoignent goebbels : "l'homme ne change pas"... le souci de "pureté" idéologique de certains "chasseurs de fafs" (métaphore de la chasse = autoritaire) dissimule souvent des casseroles encore plus grosses que celles de leurs ennemis qu'ils ressortent des poubelles...

> Chapeau bas !

Cet article a au moins le mérite de prendre la religion et les croyants au sérieux, de ne pas sombrer dans l'islamophobie où d'autres se vautrent. L'auteur n'hésite pourtant pas à écrire que pour lui "croire en dieu est évidemment synonyme d’aliénation".
On se demande comment Roger Garaudy, stalinien devenu islamiste (et au complotisme, antisémistisme et négationnisme > c'est- à-dire qu'il niait l'existence des chambres à Gaz et du génocide juif, et militait en ce sens) aurait pu écrire cela? Il serait plus probablement avec son admirateur Soral à dénoncer Daech comme un complot du Mossad.

La période des procés politiques avec autocritique publique est terminée (la Révolution culturelle). On peut se dire anarchiste et en être nostalgique.

> .

"croire en dieu est évidemment synonyme d’aliénation".

Sympa pour tous les croyants qui se démènent pour exister.. Heureusement qu'il y a les anars anti-anti-imperialistes et anti-anti-islamophobie...

> modé

Article validé même s'il aurait plus eu sa place dans la catégorie liens. Laissons le bénéfice du doute...

Par contre une bonne quantité de commentaires des bandes de trolls ont été cachés, une fois de plus.