Quelques considérations sur la récente mode racialiste

Mis a jour : le lundi 30 novembre 2015 à 15:29

Mot-clefs: Immigration/sans-papierEs/frontieres Racisme -ismes en tout genres (anarch-fémin…) quartiers populaires
Lieux:

Ce ou cet(te) article a été refusé d'après la charte. Un commentaire explique les raisons de ce refus.

Texte écrit à l’occasion de la discussion publique à « La Discordia », Ni racisme, ni racialisme, ni races : Sur la récupération du racisme par la gauche (et vice-versa).

Contre le racisme ou pour les races ?

Le 31 octobre 2015 a eu lieu, à Paris, la « Marche de la dignité et contre le racisme ». Cette marche a été une espèce de vitrine (et à servi à mesurer les capacités de mobilisation) de la galaxie racialiste qui sévit, depuis quelques temps de façon plus visible, dans le champ politique/associatif français.
Le comptage est vite fait : pas plus de 3500 personnes, tandis que les organisateurs en espéraient plusieurs dizaines de milliers. Signe que les prolétaires issus de l’immigration non européenne, auxquels ces groupuscules d’universitaires et de militants associatifs voudraient s’adresser, se foutent de cette tentative de récupération politique et refusent de fait de servir de main d’œuvre (heureusement).
Cette marche aurait soi-disant été appelée par le MAFED, un collectif de femmes « racisées » (c’est à dire issues de l’immigration non européenne - et de ce seul fait victimes des discriminations racistes autoproclamées par principe, sans aucune prise en compte de leurs positions sociales [1], dont la porte-parole est Amal Bentounsi. Il n’y a plus besoin de démontrer que ce collectif est une structure fantoche et que cette marche a été appelée publiquement à l’occasion du dixième anniversaire du Parti des Indigènes de la République, en mai dernier [2]. Elle aurait voulu être (sans portant y parvenir) le tapis rouge déroulé aux idées racialistes au sein de l’extrême gauche, de l’« ultragauche », de la galaxie associative et même de toute l’aire à prétention « radicale ».
Mais qu’est ce c’est que cette nouvelle mode, le « racialisme » ?
Les racialistes, ces récupérateurs de gauche du racisme, veulent, tout comme les racistes tout court, insérer les individus avec leurs unicités dans des cases : les races. Ces cases raciales sont censées découper l’ensemble de l’humanité selon des critères anthropomorphiques ou culturels. Mais qui établit les critères, parmi les innombrables qui me différencient d’autrui, m’en rapprochent suffisamment pour dire qu’on appartient à une même « race », « nation » ou culture ? La couleur de ma peau, de mes cheveux, de mes yeux ? Une des langues que je parle (tout en sachant que je pourrais en apprendre plein d’autres) ? Un bout de papiers qu’un quelconque État a voulu ou pas me donner ?
Le racialisme est en effet le frère jumeau du racisme, mais avec le signe de valeur inversé. Je subis le racisme à cause de mon aspect physique ou autre ? À quoi bon lutter contre le racisme en affirmant quelques simples vérités, comme le fait que les races n’existent pas, mais sont des inventions tellement utiles aux différents pouvoirs pour garder la main sur les exploités ? Mieux vaut, nous disent certains intellectuels relativistes qui croient vivre dans les ghettos des États-Unis de l’après-guerre, accepter ces discours immonde, affirmer la séparation des uns des autres selon des lignes raciales. Il suffit juste, pour se différencier du Ku Klux Klan, de maintenir que « black is beautiful » tout en reprenant le fond de leur concept de « suprématisme blanc » (vous pouvez remplacer le classique américain « blanc » par n’importe quelle identité, plus ou moins réelle, plus ou moins fantasmée et le jeu est fait !) ou, encore mieux, de demander des flics issus des minorités, des patrons « racisés », des juges communautaires (quant aux « religions des opprimées » il y en a déjà pas mal !).

 

La suite à lire en pdf trouvé sur le site de la bibliothèque anarchiste La Discordia.
https://ladiscordia.noblogs.org/

 

Notes :

[1] Quelques exemples : profs et chercheuses à la fac, comme l’historienne Françoise Verges (issue de la puissante famille mandarinale qui pendant deux génération a géré La Réunion pour le PCF), figures publiques comme Amal Bentounsi, jokers féminins du fondamentalisme islamique comme Ishmane Chouder (du sinistre mouvement religieux Participation et Spiritualité Musulmane et que la commission Droits des Femmes de Sud Éducation Créteil ne se gène pas pour inviter à ses stages de formation, comme pour le stage « Féminisme, anti sexisme et questions de genre » en février 2015) ou encore la chercheuse et « féministe musulmane » Hanane Karimi (qui écrit des textes pour le Centre de recherche sur la législation islamique et l’éthique, dirigé par Tariq Ramadan).

[2] Comme il le disaient dans l’appel pour l’anniversaire. Voir : http://indigenes-republique.fr/8-mai-2015-le-pir-fete-ses-10-ans-avec-angela-davis-2/ .

Commentaire(s)

> avant que les trolls du PIR ne rappliquent ...

la discordia est une bibliothèque anarchiste anti-étatique anti-autoritaire espionnée récemment par l'état

les groupes racialistes ont des entrées ou font partie des partis politciens de fRance et ont des pratiques autoritaristes et une vision/ idéologie étatique

> Pas besoin des « trolls » du PIR, les trolls suprématistes sont déjà là

On aura rarement vu sur Indymedia une telle déferlante de textes racistes, sexistes, suprématistes, axés autour du racisme anti-blancs et des valeurs de la « République », pour la plus grande satisfaction de l’Etat, qui se frotte les mains et n’a plus qu’à laisser faire ses idiots utiles.

Au lieu de dénoncer l’état d’exception, ces inquisiteurs demandent encore plus de répression. Et ils ont le culot de parler des « pratiques autoritaires » des autre ! S’ils étaient au pouvoir, on vivrait dans un Etat policier pire qu’avec Hollande ou Sarkozy.

> ???

A quel moment ce texte est-il raciste, sexiste ou suprémaciste ?

Il critique les luttes communautaristes, qui créent des groupes "artificiels", groupes mélangeant allègrement dominants et dominés du moment qu'ils vérifient les critères desdits groupes.

> Pas un pour racheter l'autre

Les deux positions sont aussi falsificatrices et simplistes l'une que l'autre. Les anars "antiracialistes" ne demandent nulle part état d'urgence et répression, et la pirouette de dire que "les races n'existent pas", donc les formes et les rapports sociaux n'existent pas, c'est juste une illusion, circulons vers "l'humain réel" cher aux réacs de tous acabits, est la vieille impasse idéaliste de "la vérité est ailleurs". De toute façon, ce n'est pas ça qui est en jeu, mais l'attirance pour des formes sociales ou régressives, ou rousseauistes, selon le bord.

> des fois

Des fois il faudrait un peu lâcher les vieilles lunes de l'humain comme "nature", comme "individu irréductible" ou comme "créé par dieu". Bestiole sociale, tous nos aspects et relations sont sociaux, et ce n'est pas en les niant qu'on arrivera à les transformer. Et ce n'est pas non plus en essayant de nous ramener à des valeurs réaques, misogynes et traditionnalistes. "Classistes" et "racialistes" (qu'y disent), la binarité de l'impasse.

> Charlie malvenu en province

En attendant, la france profonde semble autant craindre et détester les charlie que les anticharlie : la veuve de tignous virée d'un marché de noêl provincial. Todd aurait-il tout faux ?

http://www.leberry.fr/cher/actualite/pays/cher-nord/2015/11/29/la-femme-de-tignous-non-desiree-au-marche-de-noel-le-maire-reagit-mis-a-jour_11683750.html

> Suprématistes de droit divin

Les suprématistes ont franchi un nouveau pas. Ne pas être Charlie serait un crime de lèse-majesté, les épouses des victimes ayant tous les droits de par leur statut matrimonial avec des intouchables.

On est où, là ? sur un site alter ou sur un site royaliste ?

Autrement, Emmanuel Todd avait bien raison sur Charlie :

https://blogs.mediapart.fr/swank/blog/020515/en-defense-demmanuel-todd

Et Article 11 aussi :

http://www.article11.info/?Charlie-Hebdo-pas-raciste-Si-vous

> Manipulation et trollage

Grossière manipulation de trolls obsédés par leurs idées fixes qui reviennent sans relâche sur la seule chose qui semble avoir de l’importance pour eux dans la vie.

Les racialisé-e-s n’auraient pas le droit de se défendre sans leur demander leur avis ? Le machisme et le racisme ne passeront pas !

« C'est pourquoi comme il y a 30 ans, comme il y a dix ans, contre l'humiliation quotidienne, contre le mépris, contre l'islamophobie, la négrophobie, la rromophobie, galopantes, contre les crimes policiers, s'impose une nouvelle marche : la marche de la dignité. Notre réaction puissante, organisée, confiante est la seule façon d'enrayer notre écrasement collectif annoncé. C'est à cette grande Marche de la Dignité que nous vous convions le 31 octobre prochain.

au nom du MAFED, collectif de la Marche des Femmes pour la Dignité composé de :

Sihame ASSBAGUE – Rania AYOUB - Rachida AZIZ – Paola BACCHETTA – BAMS – Anissa BENAISSA – Leila BENDERRA – Hind BEN FARES – Feiza BEN MOHAMED – Amal BENTOUNSI Nargesse BIBIMOUNE - Karima BOUACHE – Houria BOUTELDJA – Sarah CARMONA – CASEY – Samia CHALA – Imen CHATTEUR - Ismahane CHOUDER – Gerty DAMBURY – Inès DE LUNA – Rokhaya DIALLO – Éva DOUMBIA – Soraya EL KAHLAOUI – Fanny ESSIYE - Mireille FANON MENDÈS-France – Tauana Olivia GOMES-SILVA – Zeineb GUEDIONNI - Nacira GUÉNIF-SOUILAMAS – Hanane KARIMI – Mebarka KASSAM – Fatima KHEMILAT – Stella MAGLIANI-BELKACEM – Rania MAJDOUB – Fatou MEITE – Zakia MEZIANI – Karima MONDON - Samia MOUCHARIK – Ketty NESTOR – Laetitia NONONE – Monia OUADI – Ndella PAYE - Farida RÉMILA – Maboula SOUMAHORO – Hanifa TAGUELMINT – Nadia TENGOUT - Vanessa THOMPSON – Haifa TLILI – Joby VALENTE - Françoise VERGES – Louisa YOUSFI - Smina ZEKRINI – Ismahane ZERIBI

> Quelques considérations sur la nouvelle mode raciste d’ultra-gauche

C’est Big Brother dans le Landernau suprématiste :

Les antiracistes sont des racistes, les racialisé-e-s sont des racialistes, l’islamophobie est une réaction saine à la religion, le racisme anti-blanc est le seul racisme reconnu avec l’antisémitisme.

Bravo, les soutiens de la pensée unique et de l’union sacrée !

Pour mémoire :

« La laïcité est un compromis avec la religion opium du peuple, elle vaut promotion républicaine de la paix sociale entre classes. Ni la laïcité ni l'athéisme militant ne combattent dans la religion ce en quoi elle empêche la lutte de classes, comme anti-douleur aliénant. La laïcité est une religion d'Etat, lieu sacré de l'économie politique, religion du capital. La lutte communiste dépasse le principe de laïcité, parce que sous la religion, elle s'intéresse aux individus prolétaires, à l'exploitation plus qu'à aliénation, aux conditions sociales plus qu'aux idées. C'est pourquoi la caricature du prophète n'est pas une vraie critique de l'Islam, elle est un manque de respect aux personnes de culture musulmane, croyantes ou non, et au-delà. En ceci la caricature du prophète, en mettant un voile mis sur l'essence sociale de la religion, enraye le combat communiste. Le communisme n'est pas une idée, mais un combat, auquel croire en dieu n'interdit pas de participer. Les communistes athées intégristes sont à contre-courant des combats concrets requérant l'unité des prolétaires par-delà leurs croyances et origines. Il suffit de vérifier l'intérêt que portent les pourfendeurs d'un supposé "islamo-marxisme" aux questions sociales, critère ultime pour 'déconstruire' les discours d'où qu'ils viennent.

Pour en finir avec l'islamalgame

Ces nouveaux croisés de l'athéisme laïcard font mine de croire que les marxistes se seraient ramollis, face aux religions. Que nenni. Cette tricherie tire d'un Marx lu à l'envers une religio-phobie, à priorité anti-«musulmans», c'est-à-dire alimentant la chasse aux mauvais arabes d'en-bas, dans une paranoïa prétendant combattre l'antisémitisme. Le cercle vicieux s'alimente en boucle dans la sphère médiatico-militante, faisant écran à la question sociale, parfois de part et d'autre, jusqu'à considérer comme raciste et antisémite le Parti des Indigènes mis dans le même sac que Dieudonné.

Cette radicalité anti-religieuse ne prend pas les choses à la racine, les rapports sociaux, qui est le sens du texte de Marx «la religion opium du peuple». Le concept d'islamo-gauchisme sert ainsi de paravent aux questions sociales et à la lutte des classes dans ses déterminations racialisées. Ils en rajoutent à l'idéologie, aux politiques et aux mesures liberticides du capital telles qu'elles produisent concrètement la segmentation racialisée du prolétariat.

Comment Marx est revu pour fonder l’islamophobie, Quentin Vanbaelen, Interview de Pierre Tevanian («La haine de la religion») suivie d'une discussion. On y trouve démontée l'argumentation du «marxiste» Germinal Pinalie, dont Yves Coleman recommande le blog. En mai 2013, dans un texte vidé de toute critique sociale, le soldat Coleman lumineux écrit : « Pierre Tevanian se trompe totalement de cible en attaquant et calomniant l’athéisme et les Lumières ». La boucle est bouclée : Coleman Charlie avant Charlie. Je les invite à une discussion-débat dans un «quartier sensible», je veux bien m'occuper de la sono mais pas du service d'ordre…
.
http://patlotch.com/text/488b2cdb(Patlotch2013)-663.html

> Antimoderne tu perds ton sang froid

Vous êtes malades de haine, vous en perdez la tête - coincés en plus que vous êtes par l’interdiction d’examen et de réflexion qui vous oblige à ne reproduire ad nauseam que les communiqués autorisés et les anathèmes vérifiés - d’avoir échoué (pour le moment, c’est vrai…) le hold up antimoderne à vocation hégémonique sur la pensée contestataire. Le mouvement de conversion vivote, croît, certes, mais les réticences se multiplient désormais elles aussi en lieu et place de l’opportun silence. Il est vrai que leurs contenus et références ne sont souvent eux mêmes pas bien critiques ni finauds, surenchérissent sur les mêmes schémas, tellement l’obsession petite propriote « économisme équitable » est crispée de « retrouver quelque chose qui aurait été volé », et tellement est au ventre la peur panique d’une émancipation qui fasse voler en éclats les antiquités du sujet social masculin, propriétaire et ressentimenteux. Tellement la contestation actuelle est redevenue multiformément réaque, romantique, régressive, quoi. Vous devriez pourtant y être comme des poissons dans l’eau, quoi, non ? Mais c’est vrai que vous n’êtes guère partageux du camembert politique, universalistes quand et comme ça vous arrange. N’empêche, il faut vous y faire, camarades anti-impérialistes réacs et autres intersectionnalistes, nationalistes et virilistes exotisants, misogynes, antisémites, naturalistes, religieux, justiciers, le chantage moral, pour de bonnes comme pour de mauvaises raisons d’ailleurs, n’arrive toujours pas à préempter totalement le débat. Rageant s’pas ? C’est vrai que vous n’avez pas (encore…) de milices « autogérées » pour amener la raison aux mauvaises têtes, ou bien les faire taire, de manière suffisamment persuasive. Bref il va vous falloir admettre la bagarre, le clivage, et d’être un parti pris, ni plus ni moins, au milieu d’autres. Quelle déchéance, pour des warriors de la vérité révélée ! Voilà ce que c’est, aussi, que de croire, imprégnés que vous êtes de votre légitimisme crasse qui vous conchie les yeux, tellement sûrs de votre originalité, de la préséance d’un « politique autonome » - tout à fait comme vos adversaires d’ailleurs - et d’avoir rejeté les hypothèses (mais ce concept est-il valide chez vous, qui considérez le doute comme une faiblesse coupable ?), dont celle que vous puissiez ne représenter si ça se trouve qu’une des facettes convergentes et concurrentes du sujet de l’économie en désagrégation, dans le ressentiment et la brutalité opportune, vu qu’il faut dégager le plus de monde possible pour tenter une dernière fois une relance malthusienne, sur des bases saines comme on dit, épurées, ordonnées, disciplinées ! Bref des agents spontanés parmi tant d’autres du capital agonisant et de ses contra(di)ctions passéistes, messianiques, autant qu’apocalyptiques, selon l’indécrottable diversité de la marchandise. Que crèvent tous les unitarismes, que sombrent tous leurs prétextes et sujets idéalisés, « révolutionnaires » ou non, qui n’ont jamais servi que les pouvoirs, que les désastres, que leur continuation, et qui ont tous leur sous-entendu exterminatoire.

> Article refusé.

Article refusé et commentaires invisibilisés.
Tant que Yves Colleman, mondialisme.org, non fides entretiendront une polémique stérile sur le mode confusionisme en orientant toutes leurs publications sur les "vilain-e-s faux anarchistes libertaires qui ne condamnent pas le PIR et les vilain-e-s PIR qui ne représentent personne, ne sont personne mais font exister le pire risque de la terre de l'univers: le racisme anti-blanc" (et encore je fais court), ils ne seront plus les bienvenus sur indymedia nantes pour ce qui me concerne.
Tant que les trolls du bord d'en face répondront sur le même ton il en sera de même pour elleux.
Depuis plusieurs semaines nous sommes envahi-e-s par ce type d'écrits : articles qui tournent en rond, longs copiés-collés qui ne les contre en pas grand chose, des heures et des heures de lecture qui mènent à la nausée et au rejet des deux bords.
Depuis des mois le climat en fRance devient plus pesant, plus radical, plus raciste, plus autoritaire, plus sécuritaire.
Depuis des années nous maintenons ce site POUR les individues en lutte, pour la base, en étant nous même sur le terrain des luttes, pas employé-e-s par indymedia mais au service de celleux d'en bas afin qu'iels puissent s'exprimer sans être invisibilisé-e-s par des tenors de l'expression monopolisateurs d'opinion.
Vous voyez où je veux en venir ? Votre monomaniaquerie, par la place et l'énergie qu'elle requiert, INVISIBILISE les luttes autres.
Nous ne pouvons ni ne souhaitons être des spécialiste de chaque probleme politique: nous ne pouvons et ne souhaitons QUE nous baser sur une charte la plus horizontale et autogestionnaire possible permettant à chaque lutte d'exister dans le respect des autres luttes.
Alors dans ces conditions nous ne condamnerons pas des "racisé-e-s" qui prennent le racisme à bras le corps pour le déraciner et l'emmener sur un autre terrain, un vécu que notre histoire nous rend forcément incapable de connaitre (je ne suis JAMAIS racisée en france, c'est la moindre des choses de le reconnaitre)
Nous ne participerons pas à une chasse aux sorcières, et encore moins à une croisade monomaniaque digne d'une cours de récré sur le mode "c'est pas moi c'est l'autre raciste qui a commencé".
Et ce n'est surement pas votre manière de faire qui nous fera changer d'avis.
Revenez à de MULTIPLES sujets, de MULTIPLES problemes, de MULTIPLES vies, de MULTIPLES formes de lutte aussi, et nul doute que vous serez alors capable de formuler des critiques du PIR sans tomber dans votre impasse actuelle. Mais un conseil: faites-vous oublier un temps. Le silence fait aussi partie de la lutte.

Cet avis est pour une fois formulé de manière personnelle. Cependant les dernières discussions collectives de l'équipe de gestion étaient assez proche de cette vision. Et en totale saturation. Nous souhaitions écrire quelque chose de construit et clair sur notre position vis-à-vis de la marche des dignités. Les évènements d'alarme sur la zad puis d'urgence "terroriste" nous rendent, chose qui semble ne pas vous toucher, indisponibles à soigner vos égos.
Alors vos articles vont être systématiquement refusés, ce qui n'a rien à voir avec de la censure puisqu'ils demeurent visibles, lisibles... et ô combien risibles si l'époque n'était si sombre...

Les commentaires ne sont pas autorisés pour article.