GODET VEUT INSTAURER LE STO POUR LES CHOMEURS

Mot-clefs: Archives
Lieux:

Sous couvert de parler d'emploi, les ultra libéraux contre-attaquent les chômeurs sur
France Gouvernement 5
.
Mardi 11 mai, toujours dans
C'dans l'air
sur
France Gouvernement 5
, après l'émission à la gloire de Sarko la veille, il s'agissait, sous couvert de parler de la pénurie d'emplois en France, de montrer du doigt, une fois encore, ceux qui en sont privés. Et là, Yves Calvi n'a fait pas dans la dentelle en recevant (pour la énième fois) son ami ultra libéral de droite Michel Godet, passé maître dans l'art de l'analyse fumeuse et du raisonnement abstrait pour démontrer que tous les privés d'emploi sont finalement des fainéants !

Sorti de sa cambrousse vendômoise, le soi-disant « économiste » du CNAM s'est lâché dans une démonstration grossière en prônant rien moins que le travail obligatoire, quel qu'il soit, avec suppression pure et simple des allocations de chômage en cas de refus ! Pourquoi pas une resucée du STO pendant qu'il y est ! C'est proprement scandaleux ! Odieux ! Face à ce pantin de la formule creuse et des poncifs, promoteur invétéré des emplois précaires sous payés, il y eut, heureusement, la réplique solide, calme et argumentée de François Desanti (CGT chômeurs) pour contrecarrer ce déferlement ignoble de contrevérités.

La contre-offensive des ultra libéraux a commencé


Il n'empêche, l'entreprise de désinformation (que j'annonce depuis quelques jours) par le biais des « télés-gouvernement » est bel et bien entrée dans sa phase active. Objectif : décrédibiliser par tous les moyens les actions des privés d'emploi et surtout empêcher le mouvement de prendre encore de l'ampleur. Avec M. Calvi, le gouvernement vichyste peut compter sur un serviteur dévoué de l'ultra libéralisme.

France Gouvernement 5
gagnerait pourtant en crédibilité en évitant d'inviter toujours les mêmes sempiternels théoriciens de l'ultra libéralisme à la sauce Godet ! Les Français ne sont pas tous des bœufs ! Ils veulent entendre des choses sensées et concrètes ! De grâce, haussez le niveau de
C'est dans l'air
quand vous parlez des affaires économiques et sociales françaises. Soyez à la hauteur des émissions que vous consacrez à d'autres sujets, comme le « terrorisme » où, là, vos invités savent de quoi ils parlent et maîtrisent leur sujet !

Verdi