Angers, 15 sept - Rassemblement pour que l'université d'Angers cesse de pucer les tritons pour le compte de Vinci

Mis a jour : le lundi 14 septembre 2015 à 15:10

Mot-clefs:
Lieux: Angers

Des Naturalistes en lutte, des occupants de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes et le COPAIN (Collectif des Organisation Professionnelles Agricoles INdignées par le projet d'aéroport) appellent à un rassemblement le 15 septembre pour dénoncer la collaboration d'un laboratoire de l'université d'Angers avec AGO, le constructeur de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Opportunément et pour des raisons de sécurité, le laboratoire vient de promettre d'arrêter d'envoyer ses étudiants sur la zad et directement alentour. Mais en réalité le contrat avec AGO-VINCI court toujours et la recherche effectuée pour leur compte continue, avec également des études sur un autre terrain. Rien ne change donc pour Vinci qui peut continuer à parer son projet destructeur de l'aura scientifique de l'université publique et faire croire que les mesures de compensation ont une valeur. Nous dénonçons cette collusion entre la recherche publique et les grands bétonneurs privés tant que le contrat n'est pas rompu.

Voici le texte d'appel au rassemblement, avec l'ajout d'un paragraphe qui explique pourquoi le rassemblement est maintenu malgré les efforts de communication manipulateurs de l'université d'Angers et du GECCO dans la presse.

Prises de parole et point presse à 17h30 devant la fac de science d'Angers.

Arton3130-635a7-medium

Notre Dame des Landes : Assurer le suivi des «mesures de compensation», c’est préparer la construction de l’aéroport !

Un laboratoire de l'université d'Angers, le GECCO (Groupe Ecologie et Conservation des Vertébrés) participe à la mascarade qui cherche à justifier la destruction de la ZAD (Zone à défendre) de Notre- Dame-des-Landes ! Suite à une action d’opposition à leur activité sur le terrain, les intervenants du Gecco veulent aujourd'hui entrer dans le rôle des «gentils-scientifiques-neutres» victimes des «méchants-antitout» (1). Mais non, la science n’est pas neutre, surtout quand elle a pour financeurs les porteurs de ce vaste projet de destruction de milieux naturels et de terres agricoles, comme la DREAL qui doit, en collaboration avec Vinci, mettre en place l'accès routier à l'aéroport.

D'autres «ingénieurs de l’écologie» - Dervenn, aquabio, Biotope - désireux de participer à la mise en oeuvre de la (fausse) compensation leur avaient ouvert la voie dans le domaine de l’hypocrisie (2). Face à la résistance au projet d'aéroport, certains de ces partenaires privés ont renoncé en cours de route à intervenir sur le terrain. C'est aujourd'hui au tour de l'université publique de se faire acheter et d'envoyer ses étudiants opérer sur la zad.

L’étude réalisée par le GECCO à Notre-dame-des-landes vise à évaluer les résultats de déplacements de micro-populations de tritons. Réaliser une telle étude, c’est donner une caution scientifique à la soi-disant «compensation écologique» et au «déplacement» d’espèces protégées. Pourtant l’aspect dérisoire de ces mesures inefficaces et leur rôle de leurre a déjà été explicité largement par les Naturalistes en lutte. Nous rappelons que toutes les structures de protection de l’environnement ont d’ores et déjà donné un avis défavorable à ce projet (3) ! De nombreux naturalistes, associations, universitaires, juristes se sont prononcés pour dénoncer le scandale de ce dossier dont les destructions seront incompensables autant qu'irréversibles, et s’opposent à la création de cet aéroport inutile.

La poursuite des études du GECCO n’est donc qu’un facilitateur de la communication des bétonneurs, qui sont prêts à tout pour maintenir l’illusion des mesures de compensation. Bien conscients de ce stratagème, la quasi totalité des partenaires sollicités par ce laboratoire pour ce projet, à l’exception des partenaires institutionnels comme CAP-Atlantique et le parc de Brière, ont refusé de participer a cette étude. (4) Les Naturalistes en lutte invitent donc, comme ils l’ont fait dès le début de ce projet de recherche (5), le GECCO à interrompre et dénoncer ce contrat qui est à tous points de vue, «contre nature». Ils appellent donc aussi à des actions permettant de faire connaître le scandale de cette collaboration active. Un rassemblement de protestation aura lieu le 15 septembre à 17h devant la faculté de sciences d'Angers à l'appel des Naturalistes en lutte, de COPAIN 44, d'occupant-e-s de la zad de Notre Dame des Landes.

Un rassemblement de protestation aura lieu le 15 septembre à 17h devant la faculté de science d'Angers à l'appel des Naturalistes en lutte, de COPAIN44, d'occupant-e-s de la zad de Notre Dame des Landes.

(1) Voir leur communication bien dramatisée http://www.presseocean.fr/actualite/vigneux-de-bretagne-des-biologistes-agresses-sur-la-zad-30-04-2015-157710. />(2) Voir http://www.dervenn.com/wordpress/ communiqué de presse «face à la violence et aux menaces"
(3) le CNPN, (avril 2013 et avril 2014), le Comité d’experts scientifiques du projet d’aéroport (avril 2013), le CBNB (2013), la FDP (2013), l’UICN (décembre
2013), la SHF (février 2014), la SFEPM (février 2014)
(4) Partenaires sollicités et ayant refusé : Les Naturalistes Vendéens, Didier Montfort, Bretagne-Vivante, le CPIE Loire et Mauges, la LPO, Phillipe Evrard.
(5)https://naturalistesenlutte.wordpress.com/2014/04/23/science-ecologique-sans-conscience-environnementale-n-est-que-ruine-de/)

 

Commentaire(s)

> rdv covoiturage

plusieurs rdv covoiturage pour y aller :

14h30 à Bellevue ( zad Nddl)
14h30 à Haluchère ( Nantes )
15h30 au rond-point Terrena ( Ancenis)

> Retour sur le rassemblement

Des échos du rassemblement devant la fac d’Angers RETOUR SUR LE RASSEMBLEMENT À L’UNIVERSITÉ D’ANGERS

L’Université d’Angers avait manifestement paniqué et choisi d’annuler tous les cours de sciences de fin d’après-midi sans justification. Peut-être souhait-elle que le moins d’étudiants possibles aient à se poser des questions sur ses liens avec Vinci et avec la légitimation des mesures de compensation dans le cadre du projet d’aéroport à Notre Dame des Landes. Nous étions quoi qu’il en soit une bonne centaine, occupant-e-s, naturalistes en lutte, membres de COPAIN et de comités locaux d’Angers et de la région, à nous rassembler sans encombre hier devant les bâtiments de la Fac de Science. Nous sommes arrivés avec de nombreuses banderoles et tracts, bien décidés à dialoguer avec les étudiants souvent fort curieux-ses de notre venue. Divers acteurs de la lutte présents ont pris la parole et expliqué pourquoi il se positionnaient contre l’idée même de « compensation environnementale » et contre la financiarisation du vivant. Si l’université dit pour l’instant maintenir le contrats avec Vinci (en se concentrant sur un autre site d’étude et attendant peut-être un hypothétique début des travaux pour NDDL), l’initiative de ce rassemblement a créé pas mal de remous et débats critiques au sein de l’université. L’objectif de contre-information et de pression a été largement atteint. Merci aux étudiants des labos concernés présents d’avoir pris le temps de discuter sans préjugés, cela montre que la pommade officielle est loin de soulager les doutes.

En dépit de la surdité volontaire de Jean-Paul Saint-André, président de l’université et de ses consorts, nous rappelons que l’étude des déplacements d’amphibiens ou de tout autre comportement de bestioles dans la perspective d’une réalisation du projet sert directement à Vinci d’argument de « bonne volonté » environnementale. Si le principe des compensations n’est pas ridiculisé pour ce projet, il autorisera de plus en plus facilement d’autres saccages en France et en Europe. Quand le premier entrepreneur de BTP mondial donne plus de 100 000 euros à une université, ce n’est pas par fascination de la diversité biologique, c’est un investissement : il n’y a pas de recherche neutre en la matière, il y a des gens qui bossent là où ça arrange leur financeur qu’ils bossent.

Nous maintiendrons la pression tant que ce sera nécessaire pour empêcher l’avancée des travaux, et invitons chacun-e à faire de même, où ille se trouve, et selon le mode qui lui convient. Ce n’est qu’en multipliant nos initiatives que nous pourrons les faire plier !

Ni ici ni ailleurs,

http://www.ouest-france.fr/angers-manif-devant-la-fac-contre-le-projet-de-notre-dame-des-landes-3688762

http://www.angersmag.info/Notre-Dame-des-Landes-l-Universite-d-Angers-caution-scientifique-de-Vinci_a11206.html

[https://zad.nadir.org/spip.php?article3165]