Christine: Les chiens de garde de Fleury-Mérogis en remettent une couche. Procès à Évry le 29 juin

Mis a jour : le dimanche 14 juin 2015 à 11:18

Mot-clefs: / prisons centres de rétention
Lieux:

Incarcérée depuis novembre 2012, Christine purge plusieurs peines écopées ces dernières années suite à de multiples insoumissions à l’autorité de différentes institutions (flics, Administration Pénitentiaire, institution psychiatrique,..). Tous ceux qui, quotidiennement, ont pour rôle de réguler et réprimer nos vies, d'assurer le contrôle social. À l’intérieur, Christine ne faiblit pas et continue de résister. Régulièrement en conflit avec l’Administration Pénitentiaire (AP) et son personnel, elle se bouge contre ce qu'elle ne supporte pas : par exemple le fichage à l'entrée en détention, et les fouilles et palpations corporelles répétées. En réponse, l'AP et la justice ne manquent pas de moyens pour, chaque jour, tenter de la broyer un peu plus.

Lundi 29 juin 2015, à 13h30, Christine sera jugée par le tribunal d’Évry pour quatre chefs d'inculpation de violences sur cinq matons de la Maison d'Arrêt des Femmes (MAF) de Fleury Mérogis.

Fin juin 2014, quand elle arrive à la MAF de Fleury Mérogis en transfert disciplinaire depuis Rennes, ce n'est qu'en transit, le temps qu'une place se libère au Centre de Détention de Poitiers-Vivonne. ([voir ici sur son parcours->http://rebellyon.info/spip.php?page=recherche&recherche=Ribailly])
Comme ailleurs, à son arrivée, elle refuse de donner ses empreintes, de prendre la carte de circulation et refuse aussi toute fouille ou palpation [1]. La réponse de la matonnerie est directe, violente et sans concession. Elle est  directement envoyée au mitard. A partir de là, elle n'en sort, à chaque fois, que pour quelques jours, voire les seules 24h légales [2 ], le temps qu'une autre commission de discipline ait lieu et l'y renvoie. Chaque déplacement à l’intérieur de la taule se fait avec une escorte de matons casqués où Christine ne manque pas de se faire molester (plusieurs points de sutures à l’index dès son arrivée). À chaque retour au mitard, la fouille à nu obligatoire se transforme en une mêlée où une dizaine de matons s'affairent à forcer Christine à se déshabiller, quand ils ne lui arrachent pas littéralement ses vêtements. En plus de servir de sanction, le placement au mitard permet à l'AP de maintenir Christine isolée des autres détenues. Pas question de donner le « mauvais » exemple ! En effet, durant les quelques jours passés en détention normale, elle est la seule à sortir en promenade sans carte de circulation et sans palpation.
Une petite victoire que l'AP et ses matons vont faire payer cher à Christine.
Le 25 septembre, elle est placée en garde à vue afin d'être entendue à propos de plusieurs plaintes pour des soit disant violences sur des matons de Fleury. Le 29 juin c'est le tribunal d’Évry qui la jugera sur ces plaintes.

En trois mois passés à Fleury, Christine aura passé 87 jours au mitard.
Aujourd'hui, après un nouveau transfert disciplinaire, elle est incarcérée à la MAF d’Épinal, dans les Vosges. La onzième taule depuis le début de son incarcération, toujours dans la moitié nord de la France, le plus loin possible de sa famille et de ses proches. Elle continue à être maintenue la majeure partie du temps au QD. Ses demandes de libération conditionnelle ont été refusées. Des matons continuent de porter plainte contre elle après l'avoir cognée ou humiliée, pour défendre leur sale corporation et tenter de se grappiller un treizième mois. Et à la finale, c'est la date de libération de Christine qui continue toujours de s'éloigner.

Parce que le rapport dans lequel Christine se débat n’est pas un rapport individuel entre elle et les institutions, mais bien un rapport social fait d’exploitation et de domination que nous subissons tous quotidiennement,

Parce que ces même institutions mettent tout en place pour nous maintenir divisés et isolés,

Parce que, dans un tribunal ou dans une taule, un peu de solidarité peut redonner du courage ou appuyer un rapport de force trop souvent en notre défaveur,

Soyons nombreux à soutenir Christine face à la Justice et l’isolement carcéral.

RDV lundi 29 juin 2015 à 13h devant le Tribunal d’Évry (rue des Mazières)

D’ici là et après, pour lui écrire, voici son adresse à Épinal:
Christine RIBAILLY, écrou 15863, MAF d’Épinal, 13 rue Villars, BP21069, 88060 ÉPINAL Cedex9

Pour plus d'informations sur la situation de Christine et lire des extraits de courriers : http://enfinpisserdanslherbe.noblogs.org/

Notes:

1/ Bien que la loi pénitentiaire de 2009 interdise théoriquement les fouilles systématiques des détenus, à Fleury comme dans de nombreuses autres taules, à chaque arrivée au Quartier Disciplinaire (QD) et chaque retour de parloir, les détenues son fouillées à nu. Et d'une manière générale chaque sortie de cellule est conditionnée à une palpation corporelle. La formulation du texte de loi est suffisamment floue pour que chaque taule s'en accommode à sa guise.
2/ La même loi de 2009 limite à 30 jours la période maximale des placements en QD. 24h de pause suffisent pour rembrayer sur une autre période de mitard.

_____________________________________________________
Ci-dessous, un récit de Christine sur cette période passée à Fleury-Mérogis

FLEURY MEROGIS

Je suis arrivée début juillet (je ne me souviens d'aucune date par cœur et je n'ai pas mon cahier avec moi) à Fleury, en transfert-transit entre Rennes et Vivonnes (2 CD [Centre de Détention]).
Comme d'habitude, à l'arrivée, je refuse de donner mes empreintes au greffe. Je leur explique calmement « Soit vous rester calmes et on règle ça dans une semaine avec un prétoire où je ne risque pas plus de 7 jours ; soit vous me les prenez de force, on risque de se faire mal, ça va compliquer tout le reste de la détention ici et, de toutes façons, vous n'aurez rien d'utilisable ». Ils choisissent la force, ce qui donne une photo assez comique et pas d'empreintes palmaires. Je résiste mais ne me débat pas. Arrivée à la MAF [Maison d'Arrêt Femmes], en camion vu la taille de la taule, un chef vient me dire que je vais direct au mitard. Je lui dit qu'il va avoir du mal à le justifier mais que j'accepte. Je suis encore menottée, il y a des agents avec l'équipement pare-coups (casques, plastrons, etc.). Je redis que je vais y aller seule mais ils veulent me tenir. Du coup, je me débats et ils m'y portent de force. Là, je refuse la fouille et je rue comme je peux pendant qu'ils me pelotent.
Le prétoire 2 jours plus tard est annulé car, comme je l'avais prévu, il n'y a pas de justificatif de mise en prévention. Je vais au QA 3 jours puis ils le refont correctement. Je prend 7 jours de QD [Quartier Disciplinaire (« mitard »)]. Durant la GAV [Garde à vue], presque 3 mois plus tard, ils me diront que 2 surveillantes ont été blessées (2 et 3 jours d'ITT) lors de la fouille. C'est la première affaire de violences.

[...]

([Lire la suite sur ici-> http://enfinpisserdanslherbe.noblogs.org/post/2015/01/30/lettres-de-fleury-juillet-aout-2014/])

Email Email de contact: christinecontact_AT_riseup.net

Commentaire(s)

> Compte rendu du procès d'évry (17/11/15)

Mardi 17 novembre Christine Ribailly était jugée par le tribunal correctionnel d'Évry. Lire ici sur l'origine de ce procès : https://enfinpisserdanslherbe.noblogs.org/post/2015/10/28/evry_17-11-15/.
Elle était poursuivie suites aux plaintes de pas moins de neuf matons de la Maison d'Arrêt de Fleury-Mérogis pour violence et rébellion , dont 4 se sont portés partie civile.
Christine a ré-expliqué dans quel cadre se sont passés ces faits : Comme dans les taules précédentes, arrivée à Fleuy elle refuse le fichage qu'impose la carte de circulation mais aussi les fouilles à nu systématiques et abusives lorsqu'elle est placée au mitard. Alors que ces refus sont passibles de sanctions disciplinaires suffisamment lourdes (mitard, isolement, transferts, suppression de remises de peines,...), ils ne relèvent pas du délit pénal. Mais l'Administration Pénitentiaire veut tout de même la contraindre par la force et cela se transforme en scène d'humiliation et de violence de la part des matons, puis à la finale, en plainte contre Christine qui leur résiste.
En effet, comme l'insinuera l'avocate des matons dans toute sa plaidoirie, une personne dépositaire de l'autorité publique ne peut pas être en tort et ne peut pas mentir. Donc pour les matons, l'Administration Pénitentiaire, et l'État par la voix du parquet, dans cette affaire, c'est bien évidement de la part de Christine que viennent ces violences et humiliations et ce sont les matons, en surnombres, armés, casqués et protégés par toutes leur chaîne hiérarchique qui en sont les pauvres victimes.
L'avocat de Christine, en plaidant la relaxe, a rappelé que loin d'une description idyllique du milieu carcéral dépeint par la défense des matons, « la prison est loin d'être le monde des bisounours ». Car ceux qui y ont le monopole de la violence c'est bien les surveillants pénitentiaires grâce à tous les dispositifs qu'offre leur administration pour mater les taulards. Pour illustrer cette violence, il a montré la photo de Christine avec le visage écrasé sous les mains de quatre matons, sur sa carte de circulation faite à Fleury. Il a aussi dénoncé l'inversion du rapport d'humiliation et de violence, quand c'est Christine qui se retrouve plaquée au sol sous une douzaine de matons casqués, bras et jambes écartés pendant que tout ses vêtements sont littéralement arrachés pour lui imposer une fouille à nu. Mais aussi l'hypocrisie de la justice qui enregistre neuf plaintes de surveillants immédiatement après les faits et n'a toujours pas donner suite, plus d'un an et demi après, à la plainte déposée par Christine pour toutes ces violences. Il a également rappelé que ce que nomme la justice comme violence et rébellion de la part de Christine n'est que son refus aux abus pouvoirs de l'administration pénitentiaire qui s'impose par la violence en justifiant des mesures de sécurité. Il a enfin affirmé qu'on devrait « être rassuré lorsque que des personnes ne s'adaptent pas à la prison ». Car s'adapter à la prison c'est ne plus exister.

L'avocate des matons, qui s'était portée partie civile pour quatre d'entre eux, a demandé pour chacun 1000€ de dommages et intérêts, plus 200€ de dédommagement de frais de justice.
La procureur a requis 12 mois fermes et 1700€ de dommages et intérêts au bénéfice de l'administration pénitentiaire.
Le tribunal a renvoyé le délibéré au 8 décembre 2015.