Angers: la "petite Pignonnière" - nouvelle réquisition !

Mis a jour : le samedi 14 février 2015 à 12:36

Mot-clefs: Logement/squat Immigration/sans-papierEs/frontieres
Lieux: Angers

Cela fait maintenant plusieurs hivers que le CSSP49 se voit contraint de soutenir la réquisition de bâtiments vides voire abandonnés. Pour faire face à l’impuissance manifeste et revendiquée des pouvoirs locaux, cette jolie demeure accueillera plusieurs demandeurs d’asile (de Somalie notamment). La maison se trouve dans le voisinage immédiat du BioPôle. Pour l’Agglo, il est sans doute plus simple de racheter les maisons voisines aux personnes qui se plaignent des odeurs que de faire fonctionner correctement le BioPôle.

Samedi 7 février, à partir de 14h, les portes de la maison seront ouvertes à tous ceux et celles qui veulent apporter leur soutien aux nouveaux habitants. Ces derniers doivent savoir qu’ils ne sont pas seuls, laissés dans l’indifférence générale, qu’ils peuvent compter sur un certain nombre de personnes.

Samedi 14 février, à partir de 14h, aura lieu la pendaison de crémaillère avec musique et soupe angevine. Vous y serez les bienvenus, sans caviar mais le sourire au cœur.

Les besoins :

  • D’un point de vue matériel, nous sommes à la recherche de matelas, couvertures, chaises, tables, réchaud électrique, chauffage électrique, ustensiles de cuisine, vêtements, serviettes de toilettes…
  • D’un point de vue humain, il s’agit d’assurer une présence auprès des habitants et ainsi d’empêcher toute forme d’intimidation ou tentative d’expulsion illégale.

La-petite-pignonniecc80re-medium

Carte-medium
Pour s'y rendre : la « petite Pignonnière » à côté de l’arrêt BUS « Biopôle » de la ligne 10

Communiqué de l'ouverture:

Les élections se suivent et les hommes comme les étiquettes changent ; au national comme au local ; s’il est par contre une chose qui ne change pas, c’est cette volonté des uns et des autres de sortir de la crise économique par la misère croissante des populations et son pendant inéluctable, l’alimentation des peurs (réelles ou fantasmées) des populations légitimant le renforcement de l’arsenal sécuritaire. Il en a été ainsi en 2012 avec le changement d’exécutif à la tête de l’État mais également localement lors du changement de majorité municipale. Certains signes nous laissaient pourtant espérer de possibles avancées plus fortes que les postures idéologiques… au contraire ; la nouvelle équipe municipale a voté 1 million d’euros de budget au plan de la vidéosurveillance plutôt que s’attaquer au problème de la misère, source véritable de l’insécurité sociale.

Dans ce contexte, diviser les précaires pour empêcher toute union solidaire est une nécessité pour les pouvoirs constitués et les vieilles recettes ont maintes fois fait leur preuve à commencer par la peur des étrangers ! Ainsi la préfecture veut expulser plusieurs familles dont les enfants sont scolarisés, quelque soit par ailleurs le niveau d’insertion de ces familles dans leur environnement social ; parallèlement, l’accueil des demandeurs d’asile, une obligation fondamentale pour tout État moderne, est encore plus réduit en dispersant les missions d’accompagnement entre plusieurs associations mises en concurrence… Le Droit à l’asile, compétence de Droit européen, est peu à peu vidé de son contenu par des mesures administratives. La mairie, de son côté, fait mieux que l’ancienne municipalité puisqu’elle n’attend même plus qu’il y a ait jugement pour expulser toute réquisition des locaux lui appartenant ; ainsi, deux maisons vouées à la démolition ont été murées, route de Cantenay, par Angers-Habitat malgré la présence de demandeurs d’asile somaliens ; de même, non loin du « Pont Noir » de la gare où des familles roumaines avaient trouvé refuge ont été « persuadés » de quitter les lieux « à l’insu de leur plein gré » par des agents de la police municipale mandatés par le cabinet du maire.

Nous avions tenu ces réquisitions discrètes préférant la mise à l’abri réelle des gens à une publicité perçue comme hostile par la nouvelle municipalité ; visiblement, le message n’a pas été compris ou sciemment ignoré, et nous en avons tiré les enseignements.

C’est pourquoi nous convions les médias à une conférence de presse, ce mercredi 04 février 2015, à la « petite Pignonnière » à côté de l’arrêt BUS « Biopôle » de la ligne 10, où des demandeurs d’asile somaliens qui dormaient dehors ont élu domicile depuis le 29 janvier…

Les membres du CSSP49

https://cssp49.wordpress.com/2015/02/03/communique-du-cssp49-nouvelle-requisition/