Mise au point sur les luttes dites antifascistes et féministes à Montpellier

Mis a jour : le vendredi 12 décembre 2014 à 16:09

Mot-clefs: -ismes en tout genres (anarch-fémin…)
Lieux:

Mise au point sur les luttes dites antifascistes et féministes à Montpellier. Le "collectif antifa34 et osez le féminisme34: l'Alliance fatale Montpelliéraine de "l'antifascisme".

Lire le texte au format pdf : [https://drive.google.com/file/d/0B7pJIVIk6KzDaV82cWpHeFJxbTg/view?pli=1->https://drive.google.com/file/d/0B7pJIVIk6KzDaV82cWpHeFJxbTg/view?pli=1]

 

Nous, individuEs féministes autonomes anticapitalistes et antiracistes souhaitons
questionner l'alliance d'Osez le féminisme avec le « collectif antifa34 », alliance qui, selon nous,
semble totalement paradoxale et tend à achever une lutte « antifasciste » Montpelliéraine déjà
à l'agonie. Ceci nous permettra de dénoncer, d'une part, le fonctionnement de ce « collectif » et
d'autre part, de critiquer cette alliance avec les positions pour le moins islamophobes, racistes et
putophobes d'OLF (Osez le Féminisme).
Le « collectif antifa34 »: fonctionnement bureaucratique et sexiste
Le « collectif antifa34 » monopolise la « lutte antifasciste » de Montpellier. Il est composé d'organisations et de partis politiques : CGA, la collective34-Collectif féministe-, AL, NPA, CNT, Solidaires étudiantEs, Parti de Gôche... Il tend à une ouverture vers les partis politiques, disposant donc de moyens financiers et logistiques importants. Cela lui permet de s'accaparer, gérer et hiérarchiser la lutte dite antifasciste. Le PS a même été invité à l'occasion d'une discussion d'organisation de manifestation contre le « jour de colère » du 5 avril 2014 !!!
Nous rappelons qu'un collectif est avant tout un regroupement de personnes. Pourtant nous, individuEs et féministes autonomes, avons été écartéEs de ces discussions avec violence par une hiérarchie bureaucratique, sexiste et autoritaire. La proposition de créer un collectif d'individuEs a toujours été purement et simplement rejetée sans discussion possible. Au sein même de ces réunions, il n'a jamais été question d'aucun débat de fond sur la lutte
antifasciste : féminisme, islamophobie, homophobie, transphobie, lesbophobie, colonialisme, (etc...) mais uniquement de prises de tête sur l'organisation interne (prise de parole, qui est mandaté ?, quel pourcentage vaut un individu face à une orga ...).
Le pseudo « collectif antifa34 », fonctionnant de manière bureaucratique, est gouverné par
des individus blancs et masculins refusant les interventions émanant d'individuEs, accuséEs de
chercher à « saboter leurs manifs, leurs réunions ». Les personnes ne faisant pas partie du cercle
« officiel » d'habituéEs n'ont pas droit à la parole, ne sont pas écoutéEs et donc excluEs.
Le « collectif antifa34 » : un collectif féministe et pro LGBTQ I ?
Toute initiative indépendante de leur « collectif » sera tout simplement empêchée ou critiquée. Ainsi, malgré l'importante mobilisation des réactionnaires homophobes fascistes de la Manif pour tous et des dits « Veilleurs » depuis début 2013, le « collectif antifa34 » a toujours refusé de soutenir nos actions contre ces derniers. Selon eux, « s'opposer aux rendez vous de l'extrême droite encourage le fascisme » (propos entendus en réunion, à maintes reprises...).Ils prennent pour exemple les initiatives d'individuEs à Montpellier et les actions antifa lyonnaises qui mèneraient à une recrudescence des actes fascistes...
Rappelons-nous du 15 décembre 2013 aux halles Laissac à Montpellier; des militantEs
féministes pro - LGBTQI qui tenaient une banderole contre la « Manif pour tous » se sont faitEs
violemment agresséEs par des fascistes de la Ligue du Midi. La réaction du collectif « antifa34 »
fut : « Fallait pas faire ça, c'est vous qui entraînez le fascisme, faut pas venir se plaindre
ensuite ». En gros, c'est bien fait pour vous, vous l'avez cherché... Lâcheté et paternalisme
nauséabond....
On trouve un nouvel exemple le 5 avril 2014 lors de la manifestation « contre » le « Jour de
Colère »1. Alors que le blocage de la manif des fachos avait été votée en réunion, des membres
du « collectif antifa34 » ont subitement annulé cette décision sans aucune légitimité, prétendant
que nous voulions « casser du faf ». Ils en sont même allés jusqu'à la violence physique à
l'encontre d'individuEs féministes autonomes lors de la manifestation.
Quel est donc l'intérêt de créer un « collectif antifasciste » si ce n'est pour combattre le fascisme ?
A ces façons d'opérer plus que critiquables, s'ajoutent des cas d'agressions sexuelles dont
les témoignages sont mis sous silence, la parole de la victime n'étant pas prise en compte et fortement délégitimée (au sein de La Coordination des groupes anarchistes de Montpellier, dont font partie des membres de la collective34, collectif pourtant féministe). Ce n'est qu'après l'intervention de la CGA Paris, à la suite d'un énième viol, que l'organisation de Montpellier a daigné VOTER (?) pour décider de l'exclusion ou non de ce VIOLEUR. Ceci est intolérable pour une organisation qui prétend épouser les grandes lignes du féminismeTM2 à la suite de l'adhésion d'Osez le féminisme (dont le champ d'attaque principal est pourtant le viol, le harcèlement sexuel et la prostitution) .
Les luttes antifascistes n'ont pas, d'une part, à être accaparées par des partis et
organisations et se doivent, d'autre part, d'incorporer les luttes féministes anticolonialistes et certainement pas celles menées à la sauce d'Osez le féminisme ..... L 'alliance du « collectif
antifa34 » avec OLF34 au nom « d'une lutte contre l'extrême droite » est inacceptable.
En effet, ce féminismeTM n'est autre qu'un féminisme d'état qui tend à imposer sa vision
raciste colonialiste et putophobe en accablant entre autres les « méchants garçons arabes » (voir
le livre de Nacira Guénif-Souilamas Les féministes et le méchant garçon arabe), les femmes
voiléEs, les migrantes, les roms, les travailleurs-euses du sexe...
Le collectif « antifa34 » avec Osez le féminisme : Alliance avec le PS
Osez le féminisme est créé en 2009 par des individuEs issues notamment du parti
socialiste et de l'UNEF . Entre autre, Caroline De Haas, fondatrice d'OLF et porte-parole jusqu'en 2011, connue pour ces liens rapprochés avec l'UNEF (dont elle a était secrétaire générale) et le PS (elle fut ainsi la collaboratrice de Benoit Hamon avant d'être conseillère de la Ministre des
Droits des Femmes, Najat Vallaud-Belkacem). Si on peut reconnaître à Caroline de Haas d'avoir
quitté le PS, on notera que c'est une autre ex-porte parole d'OLF, Thalia Breton, qui travaille
désormais pour Marisol Touraine, au secrétariat chargé du droits des femmes.

Rappelons-nous que c'est ce gouvernement PS qui recule sur l'égalité des droits3 et qui
continue à mettre en place des politiques anti-sociales : expulsion des sans-papierEs, repression des putEs, stigmatisation des trans, biEs, pédés, gouinEs.
Nous nous demandons donc dans quelle mesure se prétendre « antifa » est conciliable avec
une collaboration (coll-aberration?) aux côtés du PS et l'UNEF alors que l'un des fondements du
combat antifa est bien de combattre les partis réformistes complices des avancées des idées
fascistes dans notre société.
Alliance avec une association contre les droits des putes.
Un des champs d'attaque d'Osez le féminisme est la prostitution, considérée comme une
violence faite aux femmes. Ainsi , Osez le féminisme se bat pour l'abolition de ce qu'ielles
appellent le « système prostitueur »4 et soutient la loi de pénalisation des clients dont on sait les
méfaits à l'encontre des travailleur-euses du sexe5.
OLF est à l'origine du collectif "les jeunes pour l'abolition" aux côtés, notamment, de l'UNEF,
du Mouvement des Jeunes Socialistes, de l'Union des Étudiants Communistes, du Mouvement
des Jeunes Communistes de France. Ielles ont organisé leur mascarade fin 2013 : un tour de
fRance de l'abolition de la prostitution avec la diffusion d'un court métrage caricatural et
méprisant à l'encontre des travailleur-euses du sexe « La prostitution : un métier comme un
autre ? »6 .
OLF coopère également aux côtés d'associations paternalistes et masculinistes telles Zero Macho7
et le Mouvement du Nid, association catholique abolitionniste.
Rappelons toujours, au sujet des « droits des putes » , qu'OLF69 a appelé les associations à
se désolidariser de la marche des fiertés de Lyon 2014 parce que les termes Prostitution et GPA
figuraient au mot d'ordre de l'appel à marcher de la LGP : «Droits des trans, PMA, IVG, GPA et
prostitution : Nos corps, nos choix!8

Alliance avec une association Colonialiste, Raciste et Islamophobe
Pour Anne-Cécile Mailfert, actuelle porte-parole d'Osez le féminisme, les revendications
contre l'exclusion de l'espace public et des écoles des femmes qui portent le voile « ne correspondent pas à (notre) définition du féminisme et de la liberté. Car le voile reste un symbole d'oppression faite aux femmes, une manière de différencier les hommes et les femmes».

Que ce soit par l'invisibilisation de cas de femmes voilées agressées8 ou par des actes
islamophobes9 , Osez le féminisme et toutes les féministesTM perpétuent un climat raciste au
côté des partis politiques.
Pour exemple, le 8 mars 2014, journée de rassemblement pro « droits des femmes » une
dizaine d'individuEs déploient une banderole pro-droits des putEs, gouinEs, migrantEs, raciséEs,
roms, place de la Comédie. Après seulement quelques minutes, les féministesTM (ici OLF et
Centre national du droits des femmes) et Zero Macho les ont violemment interpelléEs
prétendant qu'elles étaient « racistes » et soutenaient le «système prostitueur ».
Notons aussi le dernier désastre islamophobe et raciste « Majorité Opprimée »10 de
Éléonore Pourriat, du 100% TM soutenu par Osez le féminisme.11 La prochaine fois, mettez aussi
en scène des hommes blancs plutôt que de TOUJOURS assimiler les « non-blancs » à cette
violence hétéropatriarcale.
Au nom d'un féminisme occidental, blanc, hétérocentré et bourgeois, ces « féministes »TM
(Ni putes ni soumises, le CIDFF- centre international du droit des femmes et des familles-, OLF)
au service de l'état capitaliste renforcent donc un état raciste en participant à entretenir une
image fomentée par les médias où l'homophobie, le racisme et le sexisme seraient uniquement
le fait du « garçon arabe ». C'est ce même Pink Washing qui est à l'oeuvre aussi bien dans les
initiatives d'Israël pour promouvoir les droits des LGBT que dans certains discours du FN qui
cherchent à séduire l'électorat LGBT.
Or, se dire féministe au sein d'un collectif « antifa » va avec la reconnaissance de ces
violences comme étant présentes et entretenues dans TOUTE la société, y compris dans la
classe sociale blanche et bourgeoise. Ce n'est pas soutenir des lois étatiques racistes , ce n'est certainement pas gagner des droits pour les femmes blanches hétérosexuelle occidentales sur le dos des raciséEs12, des migrantEs, des putEs, etc.... Ce n'est tout simplement pas être à la botte de l'état et du PS....

CONCLUSION
En s'alliant avec osez le féminisme, le collectif antifa34 entretient et participe donc à cette
idéologie nauséabonde et antiféministE. S'il souhaite donc se revendiquer "antifasciste", ce
« collectif» doit changer radicalement de fonctionnements internes, de positions politiques et
de modes « d'actions ». La base de toute lutte antifasciste doit nécessairement incorporer dans
sa théorie et sa pratique les luttes féministes solidaires de toutes les femmes, incluant les droits
des putes, des trans, des gouinEs, des sans-papièrEs, des raciséEs, des voiléEs , des prolétairEs...
et non un « féminisme » étatique pro-PS raciste et putophobe.
La pullulation des fachos dans les rues de Montpellier depuis l'émergence des
« manifpourtous » et autres mouvements fascisants est évidente.
La persistance des rassemblement des Veilleurs place de la préfecture, l'apparition des familles plumées le 23 novembre place de la préfecture, et récemment la présence de 2 nouvelles conférences fascistes et LGBTQIphobes13 prouve leur puissance face à un mouvement Antifa inexistant. Il est donc urgent de ressouder les luttes antifascistes et féministes à Montpellier et de s'organiser afin de ne laisser la rue ni aux homophobes, transphobes, lesbophobes, racistes de tout poils ni à celles et ceux qui n'ont pour but que de récupérer nos luttes pour mieux légitimer leur soutien à des gouvernements tout aussi dangereux pour nous

SIGNÉ: Des féministes autonomes

1 Regroupement fasciste, sexiste, LGBTQI phobe qui ont défilé dans toutes les villes de France en janvier et avril
2014.
2 Le féminismeTM " se réfère à "féminisme marque déposée". Il est celui dont on parle quand les médias ou les
institution parlent de "féminisme" (les autres courants féministes auront le droit à des termes tels que
"groupuscules", "nébuleuses", "branches isolées" etc.) . Pour plus d'infos sur ce terme, ce courant dont OLF fait
partie, voir cet article et par la même occasion cet excellent blog féministe ( non TM).
http://melange-instable.blogspot.fr/2014/04/source-ma-ete-fait-remarquer-la-tres.html ou encore cet article qui
revient sur la manifestation « journée droits des femmes » à Paris en montrant la présence de 2 cortège distinct
entre un féminismeTM réformiste et un féminisme solidaire de toutEs les femmes. « Féminismes, un 8 mars
parisien bien dissonant ». http://oclibertaire.free.fr/spip.php?article1518
3 En refusant la PMA aux couples de même sexe, en ne débattant pas des droits des trans, en recevant les représentant-es de la
Manif pour Tous et en autorisant encourageant les manifourpourtous, les veilleurs, les familles plumées....
4 http://www.osezlefeminisme.fr/article/pour-labolition-du-systeme-prostitueur
5 Voir le tract « pro-droits des putes » distribués lors d'une action contre la venue d'Amicale Du nid à l'université Paul-Valéry à
Montpellier : https://scalp34.files.wordpress.com/2014/04/manif-9.png
6 Pour voir le court-métrage affreux : « la prostitution est-elle un métier? » voilà le lien : https://www.youtube.com/watch?
v=yh_wVj_xf4o
7 Groupes d'hommes masculinistes qui luttes contre les putes en se prétendant " fière de ne pas être clients". Ces trois porteparoles
ne sont autres que des "hommes blancs, cis hétéro" : Gérard Biard, rédacteur en chef de Charlie Hebdo, un
hebdomadaire qui semble avoir du mal à faire dans l'anti-sexisme et l'anti-racisme.( islamophobe) ,Patrick Jean, le réalisateur du
documentaire " la domination masculine"....Documentaire assez victimisant pour " les "mecs" et Frederic Robert, directeur
immobilier. Afin de mieux cerner qui ils sont voilà deux articles indispensables sur 2 actes violents et paternalistes de Zero
Macho: "Pourquoi il était normal de virer zero- macho de la manifestation de toulouse le 1er février 2014" ? ( et c'est une abolo
qui le dit en plus) http://misskoala.canalblog.com/archives/2014/02/04/29120586.html et " La lutte contre les putes: jusqu'où"
? A lire en priorité : http://sudsciencespo.wordpress.com/2013/07/26/la-lutte-contre-les-putes-jusquou/
8 Voir l'article du Collectif Lesbien Lyonnais en réponse à cette désolidarisation : http://collectif-l.blogspot.fr/2014/06/osez la-
solidarite.html .
8 ¨Par exemple lors de l'agression d'une femme voilées à Argenteuil (pour plus d'infos voir cet article :
http://leplus.nouvelobs.com/contribution/889648-agression-d-une-femme-voilee-a-argenteuil-le-silence-ahurissant-desfeministes.html ) ou encore l'absence de prise de position face à l'affaire de la crèche baby-loup ( la directrice ayant exclue une
salariée portant le voile ). Cette non prise de position n'est pas anodine et cautionne donc bien cette exclusion islamophobe. Il y
a, bien sûr, plein d'autres exemples.
9 Le 8 mars 2014, lors du rassemblement journée droit des femmes à Montpellier, Osez-Le féminisme propose de prendre en
photo des femmes. Ielles ont refusé de prendre en photo une femme portant le voile prétextant une interdiction de la mairie.
10 Pour voir ce court-métrage cliché et raciste voir ici, une critique de l'agencefeministepresse:
http://agencefeministepresse.wordpress.com/2014/02/03/un-court-metrage-qui-inverse-les-roles-de-genre/
ou un article du PIR : http://indigenes-republique.fr/selon-majorite-opprimee-le-feminisme-sauverait-la-france-de-lislam/ .
11 Ielles l'ont projeté à Paris avec leur court-métrage « La prostitution : un métier comme un autre ? ».
http://www.osezlefeminisme.fr/evenement/02-03-042014-festival-de-films-dutopia-paris
1 2 Nous avons choisi d'employé le terme raciséEs en référence au concept-clé de racisation en nous appuyant sur la définition qu'en donne
notamment Véronique DeRudder (2000). Parler de racisation rappelle que ce sont des processus historiques et sociaux qui ont engendré la
partition de l'espèce humaine en groupe soi-disant socio-biologiques. Cela nous semble mieux adapté que le terme de « non-blanc » qui a
tendance à naturaliser le débat. , Le terme « RaciséEs » permet lui de dénoncer le racisme comme structurel et non individuel : une personne
est raciséE car elle est l'objet d'un processus de catégorisation et de différenciation socialement instituées comme naturelles.
13 Le 18 novembre dernier se tenait à Montpellier une conférence d'un magnifique psy-fasciste Jean Paul Benglia « La
théorie du genre ». Pour plus d'infos sur ce facho, sûrement copain de zemmour : http://www.nouvelhomme.fr/sans-virilite-il-ny-apas-
daccouplement-jean-paul-benglia/.
Le vendredi 5 décembre dernier se tenait une autre conférence fasciste à Montpellier: « La gauche du capital »::
http://www.egaliteetreconciliation.fr/La-gauche-du-capital-conference-de-David-L-Epee-Charles-Robin-et-Alain-de-Benoist-
29566.html

 

Link_go MISE AU POINT SUR LES LUTTES DITES ANTIFASCISTES ET FEMINISTES À MONTPELLIER

Commentaire(s)

> Lien mises à jour!

Pour le vrai lien au vrai format ( car le lien sur cet article est érroné):

http://blatom.tumblr.com/post/104759879153/cliquez-ici-mise-au-point-sur-les-luttes-dites

> Commentaire caché

Un com a été caché, insultes etc, et visiblement aucune intention de débattre du fond...

> solidarité

Solidarité avec les "féministes autonomes" de Montpellier !

http://scandale34.over-blog.com/2015/01/solidarite-avec-les-feministes-autonomes-de-montpellier.html