Escudero : il est important de pouvoir débattre entre nous

Mis a jour : le mercredi 30 décembre 2015 à 21:52

Mot-clefs: Genre/sexualités
Lieux:

Le samedi dernier, à Lyon, des féministes ont empêché Alexis Escudero de présenter son livre. Contre cette atteinte à la liberté d'expression, contre les comportements autoritaires, et pour que les gonzesses retournent à la cuisine !

Samedi 22 novembre dernier, c'était le salon des éditions libertaires à Lyon. L'occasion de débattre entre nous, parce que débattre c'est important. Bon des fois c'est chiant les débats parce qu'il y a des gonzesses qui viennent prendre la parole, mais globalement on arrive quand même à garder l'essentiel de la discussion entre n zoms alors ça va, ça permet que ça soit intéressant. Là il y avait même un débat qui s'annonçait vache intéressant, avec Alexis Escudero ! Escudero il est cool, il parle de la PMA et de la GPA, enfin ça c'est pareil de toute façon, et il dit que c'est pas bien parce qu'il est vachement critique de la technologie le gars, et en plus il daube sur ces connasses de féministes cyborgs alors c'est toujours rigolo.

Un débat qui s'annonçait chouette, mais qui est malheureusement tombé à l'eau, à cause de connasses de féministes, de lesbiennes et tout ça. Même peut-être des personnes trans mais on est pas sûr qu'elles existent vraiment elles, c'est pas une sorte de métaphore pour montrer que la technologie c'est pas bien ? En tout cas les hystériques, là, elles étaient pas contentes. Soi-disant qu'Escudero il serait lesbophobe, anti-féministe, des trucs comme ça. N'importe quoi !!! C'est juste un gars qui est provocateur, qui refuse le politiquement correct, et qui a écrit sur un ton pamphlétaire, même si des fois c'est un petit peu maladroit. ÇA N'A RIEN À VOIR. Si on commence à laisser des pouffiases traiter des gens de lesbophobe, bientôt on pourra plus rire aux blagues de tonton quand il est bourré aux repas de famille, alors que clairement il est pas raciste, tonton, il a un ami noir.

Sauf que les hooligans hystériques là, les espèces d'intermittentes même pas capables d'écrire des bouquins pseudo-universitaires, eh ben elles l'entendaient pas de cette oreille, les connasses. ELLES SONT CONTRE LA LIBERTÉ D'EXPRESSION. La liberté d'expression, c'est important, c'est ce qui permet à nous les zoms de pouvoir nous retrouver entre nous et disserter ou rigoler sur les nanas, les pédés, les gouines, tout ça tout ça. Mais les connasses, là, elles l'entendaient pas de cette oreille. Et du coup, les salopes, elles ont été autoritaires et elles ont pas voulu que le débat se tienne. Même qu'il y a eu des VIOLENCES.

Bon en fait y'a eu une petite bousculade, mais quand même, nous pauvre petits zoms, on était traumatisés. Y'en a même un il s'est pris un coup de tract roulé à la tête. À LA TÊTE. Bon nous aussi on a pu donner quelques coups mais ça compte pas. Y'en a une qui s'est pris un coup dans les nichons, mais bon c'est normal, c'est pas la tête qu'on regarde chez les gonzesses. Le truc c'est que ELLES, elles ont été violentes. Parce que la violence, c'est bien d'habitude, on la glorifie quand c'est contre les méchants policiers, les patrons et l'état, mais là nous en est les GENTILS. Alors la petite bousculade ça semble anodin, comme ça, mais ça nous a quand même fait pleurer. Parce que ça venait de gonzesses, surtout. D'habitude, c'est nous qu'avons le droit de les taper, pas l'inverse. On dit que c'était dans le cadre du privé de notre couple, ou une embrouille entre potes, et c'est pas un truc politique et ça passe et on peut continuer. Vous imaginez si toutes les gonzesses elles commencent à être agressives comme ça ?

C'est pour ça qu'on a défendu Escudero. Pas parce qu'on avait lu son livre, mais parce que c'est important de se serrer les coudes entre zoms. Parce que là, les grognasses et leurs potes LGBT et tout ça, ça commence à prendre un peu trop d'assurance. Le truc d'Escudero, c'est pas le premier truc qui se soit produit sur Lyon. Quand y'a son article qui a été publié, y'a même un ou deux LGBT qu'ont menacé d'ALLER EN RÉUNION. Vous imaginez, des LGBT dans nos réunions ? Non, les réunions c'est entre vrais zoms, les pouffiasses et les LGBT ont qu'à retourner à la cuisine.

Bref, IL EST TEMPS QU'ON METTE LE HOLA.

Si on commence à laisser Escudero se faire traiter d'homophobe ou d'antiféministe, bientôt on pourra plus traiter les flics d'enculés ou parler de salope policière.

Si on commence à laisser des féministes et des LGBT perturber des débats, ce sera quoi la prochaine étape ? Que des féministes ou des LGBT soient invitées à animer des débats au salon
libertaire, pourquoi pas ???????

Si on laisse les connasses nous faire des bobos quand on leur dit de se calmer ou qu'on compare l'homosexualité à la zoophilie, on sera bientôt obligé de faire la cuisine ou la vaisselle dans notre couple.

Bref, il est important de se battre pour pouvoir continuer à débattre entre zoms, et que les autres dindasses retournent nous faire des sandwiches.

 

Commentaire(s)

> quel place pour une critique de la PMA ?

Je n'était pas à Lyon et ne peux juger des faits. Par contre je ne comprends la négation d'un possible positionnement contre l’artificialisation de la reproduction qui ne soit pas anti-féministe et contre le mouvement LGBTQI.
Je ne crois que des zoms cherchaient à défendre leurs privilèges ce jour là. Je n'aime pas cette idée que parce qu'une personne aurait des privilèges (ici l'om) il devrait être interdit de parle sur ce sujet.

> Un texte interessant à ce sujet

Retour sur 5 fantasmes qui circulent autour de la PMA … et des luttes féministes :

https://nantes.indymedia.org/other_medias/30638

> hey ronnie !

Heureusement que les fémiss' ont la vérité absolue sur tout !

> Article en débat.

Mis l'article en débat parce qu'il fait partie de la longue suite de texte sur cette question, et que le collectif s'est pas encore positionné par manque de temps.

Cela dit, il m'a bien fait rire ce texte, même si bon, une prose aussi masculiniste c'est pas facile à lire et faut choper le 2nd degrès.

En tout cas à lire escudero et ce qui se dit autour, ce type parait avoir des arguments au minimum douteux et placer le débat à un niveau qui fout un peu la gerbe.