Fac de Nantes : action contre les violences policières et les patrons

Mis a jour : le jeudi 13 novembre 2014 à 20:03

Mot-clefs: Ecologie Répression luttes étudiantes/lycéennes rémi
Lieux: Nantes

Aujourd'hui jeudi 13 novembre était organisé à à la fac de Nantes un événement intitulé « les têtes de l'emploi ».

Il s'agit en réalité d'un forum réunissant toutes les multinationales les plus néfastes reçues en grande pompe au sein du gymnase de l'université. L'objectif affiché : pousser les étudiant-e-s à « rencontrer des Directeurs des Ressources Humaines ».

 

P1040888-medium

On y comptait notamment des stands de Total, de Vinci, de l'armée de terre, de Thalès (technologies de la défense et de l'information) ...

Tout le gratin des pollueurs, bétonneurs et autres assassins d'Etat était réuni sous les auspices du pouvoir socialiste et du service public de l'enseignement supérieur.

Une émission de radio avait lieu en direct avec le directeur de l'université Olivier Laboux et la maire de Nantes Johanna Rolland et devait inaugurer la fête à partir de midi.

Quelques trublions se sont invité dans cette foire patronale - d'ailleurs vide d'étudiant-e-s - en criant :

« Le PS mutile, le PS assassine »

« Vinci dégage, résistance et sabotage »

« Nantes capitale du flashball ! »

 

L'émission en direct a du être interrompue, le tout sous l'oeil ahuri des nombreux cravatés présent.

La courageuse Johanna Rolland avait malheureusement pris ses jambes à son coup au beau milieu du débat radiophonique, prévenue par un flic en civil que des « invité-e-s surprises » allaient pénétrer dans la salle.

Quelques boules puantes ont été craquées en guise de cadeau de départ pour achever de gâcher leur fête.

 

Commentaire(s)

> Un partenariat étroit

Ce que peu de gens savent c'est que Total, Vinci, l'Armée de terre, Thalès et compagnie font également appelle à l'université des sciences de Nantes pour les projets de stages en Master et ce depuis des années (et je ne suis pas au fait des partenariats de Centrale Nantes).

Pour ma part, en Master 1, on m'a laissé le choix entre un pont de chez Vinci, une lampe torche pour l'armée de Terre, une balise GPS pour Thalès et des phares à LED pour Fiat. J'ai préféré quitter la fac.

> formulation

Bonjour.

Je me permets une petite remarque sur la phrase : "quelques troublions... D'ailleurs vide d'étudiants..."

Elle prête à confusion. Les "troublion-ne-s" étaient des étudiant-e-s . Ce qui était vide c'était le gymnase, les autres étudiant-e-s à priori non engagé-e-s ne se sont pas déplacé-e-s : comprendre, Vinci, l'armée de terre etc ne trouverons pas grand monde à recruter à la fac...