RECALCULES : JUSTICE OU SYNDICALISME ?

Mot-clefs: Archives
Lieux:

La CNT appelle chômeurs, salariés, précaires et travailleurs à s'organiser collectivement et à ne rien déléguer, ni aux magistrats, ni aux bureaucrates !
Confédération Nationale du Travail
Bureau confédéral
Secrétariat médias
medias@cnt-f.org

Paris, le 17 avril 2004
communiqué :
Recalculés : la justice remplacera-t-elle le syndicalisme ?


La CNT se réjouit naturellement avec les chômeurs marseillais rétablis dans leurs droits par le Tribunal de Grande Instance de Marseille ce jeudi 15 avril qui a condamné l'Unédic des Alpes-Provence à respecter les contrats PARE signés avant le 31 décembre 2003, à les mener à leur terme initial et à verser des dommages-intérêts (bien maigres au demeurant -1000 euros-) pour le préjudice moral subi par les personnes concernées.

Cependant, la CNT est catastrophée, mais pas pour les mêmes raisons que le secrétaire confédéral de la CFDT, François Chérèque ! Catastrophée de voir que c'est la justice bourgeoise, loin d'adopter des positions offensives en faveur des "recalculés", qui rappelle désormais à l'ordre patrons et....syndicats ! Catastrophée aussi de considérer que le syndicalisme le plus offensif en matière de défense des travailleurs, en est réduit à suivre la dérive judiciaire qui est imposée partout. Car cette dérive en est bien une : 2053 chômeurs auraient déposé plainte auprès des tribunaux en France ; mais que sont ces 2053 chômeurs au regard des 265 000 qui ont été purement et simplement privés de leurs allocations en janvier dernier, sans parler des 860 000 qui risquent de l'être d'ici deux ans...Aucun syndicat aujourd'hui ne propose aux salariés d'entrer en grève pour forcer le patronat à augmenter ses cotisations et c'est cela la vraie catastrophe ! Les richesses existent, elles doivent profiter à ceux qui les produisent et non au patronat !

Si le jugement de Marseille a le mérite de conforter les salariés, les chômeurs et les travailleurs dans leur bon droit contre l'arrogance criminelle du Médef et de l'Etat , il ne remplacera jamais la nécessaire lutte des classes qui s'appuie sur la détermination des travailleurs et l'action collective.
Les confédérations traites à leurs missions d'origine peuvent bien se lamenter, la CNT, elle, ne s'accomodera jamais de ces injustices, inhérentes au système capitaliste !
Elle appelle chômeurs, salariés, précaires et travailleurs à s'organiser collectivement et à ne rien déléguer, ni aux magistrats, ni aux bureaucrates.

Email Email de contact: medias_AT_cnt-f.org