Communiqué d'alternatiba Nantes

Mis a jour : le vendredi 26 septembre 2014 à 23:20

Mot-clefs: Ecologie Resistances greenwashing récupération
Lieux: Nantes

Communiqué de l'assemblée générale d'Alternatiba Nantes

Affiche-alternatiba_2-medium

Nous n'avons pas su nous débarrasser des modèles et normes de ce monde.
Nous n'avons pas su résister à l'appel du capitalisme. Nous avons même été enthousiastes à l'idée de toutes ces pratiques innovantes promises pas l'essor du capitalisme vert (déplacement doux, consommation éco-responsable. éco-villages remplis d'éco-citoyens, etc).
Nous n'avons pas su réfléchir à ce qu'aurait pu vouloir dire un Autre Monde, par exemple débarrassé de tous rapports d’oppressions et d'exploitation.

Nous n'avons pas su  dégager de notre mouvement les organisations qui, à l'image d'ATTAC, pensent qu'un  capitalisme à visage humain est souhaitable. Nous n'avons pas su, non plus, fermer la porte à EELV qui surfe sur la vague du réchauffement climatique, notamment  à des fins électoralistes, et pour qui l'écologie n'est qu'un vaste marché à conquérir.

Nous nous rendons compte aujourd'hui que ce que nous proposions n'est rien d'autre qu'un aménagement de ce monde que pourtant nous pensions vouloir combattre. À vouloir faire trop grand, trop propre, trop cher, nous nous sommes faits intégrer dans la politique GREEN-KARSHÉE de la métropole.
 
C'est pour toutes ces raisons - et bien d'autres encore -  que, réunie en assemblée générale, Alternatiba Nantes s'auto-dissout et annonce l'annulation de l'évènement.


Mort au Greenwashing // Résistances et sabotages !

L'assemblée générale d'Alternatiba Nantes

Commentaire(s)

> Merci pour ce tract

Ben en voilà un sympathique tract à distribuer dans de nombreuses occasions à Nantes demain par exemple, à Guichen les 10/11/12 octobre, etc
Pour comprendre pourquoi nous en sommes rendus dans cette merde là et pourquoi tous ces adeptes de la transition écologique et/ou politique accompagnent le capitalisme on pourra lire un super ouvrage:
la Deuxième droite de JP Garnier et L Janover
La transition est une vielle tartre à la crème du temps ou le gentil parrain d'Alternatiba Michel Rocard n'était pas encore premier ministre de Mitterand mais seulement d'un parti qui se prétendait autogestionnaire nommé PSU .

> Autonomie

Autant je suis d'accord pour m'indigner de la présence d'étienne chouard dans le film pas terrible Demokratia qui ressemble a des des brèves de comptoir assemblés les unes aux autres. Autant là Indymédia j'ai l'impression de voir un faux tract du FN. Je n'ais pas tout aimé à Alternatiba, une appli pour visiter Nantes et ces lieux alternatifs qui ressemble plus a une pub de la ville pour son tourisme qu'autre chose en autre exemple. A côté de ça il y avait des exemples à suivre qui m'inspire éco-habitat autonome par exemple. Pour y avoir été je n'ais vu nul part EELV, ATTAC ont été les premiers a alerter sur les dangers du TAFTA mais mettez tout le monde dans le même sac faites des généralités, il y différentes pensées dans tout les groupes, heureusement.
On est capable de se faire ça propre opinion par soi même, l'esprit critique et la confiance sont les premiers outils pour sortir de ce monde et être autonome. Prière de nous épargner ce genre de tract qui sont clairement trompeur sur leur provenance et qui me rappel des méthodes auquel ce site s'oppose.

> La Deuxieme Droite en vidéo

http://www.lesmutins.org/La-deuxieme-droite-avec-J-P.html

Résumé : Le 10 mai 1981, François Mitterrand devient président de la République. Les illusions de la gauche tiennent jusqu’au fameux "tournant de la rigueur" en 1983. Dès 1981, Jean-Pierre Garnier et Louis Janover faisaient partis des sceptiques sur la volonté de changement de cap.

En 1986, ils co-écrivent "La deuxième droite" pour répondre à ceux qui s’auto-proclamaient "deuxième gauche", une gauche moderne, entrepreneuriale. Jean-Pierre Garnier est au moins d’accord sur un point avec Manuel Valls : il faut changer le nom du parti socialiste. J-P Garnier propose de le rebaptiser : le Parti de Solférino. Un an après le retour aux affaires du PS, un an après le retour d’un François au château, l’analyse de J-P Garnier sonne comme un claquement de fouet… ça réveille !

Source : Les mutins de pangée