Etat, nationalisme : impasses !

Mis a jour : le mercredi 18 juin 2014 à 15:45

Mot-clefs: Exclusion/précarité/chômage Economie luttes salariales -ismes en tout genres (anarch-fémin…)
Lieux:

La crise dans laquelle s'enfonce la société capitaliste ne se traduit pas seulement par ses conséquences économiques. Ses effets se prolongent dans tous les domaines, où l'on voit la mécanique du capital s'enrayer, se mettre en panne, et réagir sur toutes les classes de la société.

Tag-medium?1403022065

Les dernières élections municipales ont porté sur le devant de la scène l'épuisement des partis bourgeois de gouvernement. Dans nos quartiers populaires, plus de 50% de la population déserte la farce électorale. A peine deux ans après l'élection présidentielle, le PS est laminé et comme à bout de souffle. Dans plusieurs villes, le FN récolte les fruits du terrain bien labouré par le PS et l'UMP, en développant ses capacités d'organisation.


Du côté de la « gauche radicale », on s'agite aussi. Dans cette aile gauche de la politique bourgeoise, on voit revendiquer de plus en plus ouvertement un programme nationaliste, axé contre la concurrence étrangère, l'Union européenne et l'euro. Témoin de ce retour en force, dans l'orbite du Front de Gauche, le journal Fakir : l'ami des douaniers, qui proclame "la solidarité internationale, ça n'existe pas"... En décembre, il titrait même : "Quand Marine Le Pen cause comme nous"... Car voici le projet assumé par les portes-drapeaux de la France : faire sauter les "tabous" qui retiennent la gauche... de parler comme le FN.

Non, LE FN NE CAUSE PAS comme nous !

Rien de nouveau sous le soleil ? Cette version hard du nationalisme revendique le programme du « produire français » et de la défense de l'économie nationale, porté des années durant par le P"c"F. Elle s'appuie sur cette idée, savamment entretenue par les politiciens bourgeois, que l'origine de la crise trouve son origine dans la politique. Comme si les patrons et les gouvernements, devenus suicidaires, avaient organisé le chômage, la concurrence de plus en plus aiguë entre groupes et pays impérialistes, la destruction d'emplois prolétaires. Résultat d'une décision, la crise pourrait être jugulée par d'autres décisions, une fois l'État repris en main par l'équipe du Front de gauche... et de ses conseillers.
Les partisans de ce capitalisme du juste milieu ne promettent pas de bouleversements. Leur projet exprime par excellence les intérêts de la petite-bourgeoisie, à la recherche d'une gestion intermédiaire : le capitalisme régulé, sans crise, qui redistribue davantage des miettes de l'exploitation aux exploités - le renforcement de l'Etat bourgeois contre les dérives de « l'argent-roi » et la « dictature des marchés » - la défense de la nation pour nous protéger.
Comme Le Pen, ils grondent contre les gouvernements au service de la finance et de la mondialisation. Comme Le Pen, ils en appellent au secours de l'Etat et voudraient bien occuper la place. Il était donc inévitable qu'au bout de cette voie, l'évidence s'impose, et qu'ils disent : « Il faut plus de nationalisme et plus d'État, et tant pis si l'on parle comme dans le camp d'en face » !

Étatistes de toutes les couleurs : vous avez tout faux.

Soyons clairs. La crise n'est pas le fait d'une décision, ou d'une mauvaise gestion, mais le produit nécessaire des contradictions à travers lesquelles le capitalisme se développe. Voilà 40 ans qu'aucun moyen ne marche pour relancer sérieusement sa croissance. Symptôme que le mal est plus profond et frappe le cœur de son système, la production de profit à des taux qui garantissent l'extension du capital.

Les défenseurs de « l'économie réelle » distinguent le bon et le mauvais capital : l'industrie et l'emploi français, contre la finance débridée, la spéculation. Ils « ignorent » qu'une telle distinction n'a plus aucun sens dans les groupes capitalistes dont la survie est étroitement reliée à la circulation accélérée des capitaux. Prenons l'exemple des dernières manœuvres à PSA. 3 milliards € sont rentrés dans le capital, principalement par le groupe chinois Dongfeng. Sa filiale financière PSA Finance est adossée à la banque espagnole Santander. La banque de PSA est bien sûr indispensable pour soutenir les ventes de voitures, par l'intermédiaire du crédit. Pour PSA, comme pour ses concurrents, la production elle-même est un acte de spéculation sur l'avenir : il faut que les voitures produites trouvent preneurs, en quantité, dans les conditions qui rentabilisent les investissements. Les alliances entre groupes se multiplient donc : alliance de PSA avec avec General Motors, qui détient lui-même Opel, maintenant avec les capitalistes chinois...
Ces monopoles s'entendent et se concurrencent au niveau mondial. Les capitaux, eux, se déplacent et la production s'organise au-delà des frontières nationales. A ce jeu, nous n'avons aucun intérêt à défendre le capital français contre le capital étranger, en espérant récolter les miettes du festin. Des mesures de protection commerciale garantiraient sans doute l'emploi dans certaines entreprises. Mais à l'inverse, la guerre commerciale ainsi ouverte en ferait fuir d'autres. Elle réduirait également les ventes à l'étranger, décuplant le chômage, et augmenterait le prix des biens importés.

La solution n'est pas + d'Etat, mais + d'organisation de notre classe !

Le protectionnisme excite la défense de la nation et de l'Etat bourgeois. Ces mesures, de même que la sortie de l'euro, laisseraient intacte la racine de la crise capitaliste : les conditions dans lesquelles notre travail vivant, le travail prolétaire, est approprié et transformé en profit par la classe bourgeoise. A l'heure actuelle, ces conditions se sont tellement dégradées que les réformes promises par l'État, pour « redresser l'économie », ne comportent plus aucune amélioration pour nous. Le projet du « plus d'État, plus de Nation » nous détourne de l'essentiel. Car nous sommes au cœur de l'exploitation, nous la connaissons pour la subir tous les jours avec son cortège de galères, et nous en avons gros sur le cœur ! Pour défendre nos conditions de vie, d'emploi, inutile de céder notre grande force collective : notre nombre, porté par notre organisation, et la volonté d'en finir avec la capitalisme pourrissant.

Nul doute que le Front de Gauche va claironner de plus belle, après la nomination de Valls, avec « l'espoir » d'un gouvernement « vraiment de gauche ». Pour nous orienter dans nos résistances quotidiennes et passer à la contre-attaque, notre rage et notre courage seuls ne suffisent pas. Il faut encore connaître notre ennemi et nous démarquer de ses serviteurs. « La vraie parole de la lutte » n'est ni dans l'Etat, quartier-général de nos ennemis, ni dans la nation, qui nous isole de la classe ouvrière mondiale. C'est la lutte pour le pouvoir ouvrier, en marche vers la société communiste.

Car le communisme n'est pas seulement notre idéal de libération. C'est D'ABORD « le mouvement réel qui abolit l'état actuel », et pousse vers la porte de sortie les capitalistes et les divisions nationales.

 

Militant VP

 

Commentaire(s)

> y'a un os...

Critiquer l'Etat comme corollaire historique du capital, ok, c'est cohérent. Mais alors camarade, il faut aller plus loin et en tirer toutes les conséquences, en identifiant les organisations politiques et notamment celles qui se définissent comme révolutionnaires, comme autant de noyaux étatiques potentiels (on reviendra pas sur l'histoire du bolchevisme).

La question de l'organisation, en tant qu'accumulation de pouvoir, qui finit par se retourner contre ses buts initiaux (cf Staline et sa prise en main du parti..), pour mener la guerre pour son propre compte en vrai condottiere, comme disait Guy-Ernest, pose la question du parti sous sa forme léniniste, sinon maoïste dans sa version exotique.

On ne peut créer quelque chose de nouveau (le communisme) en employant les recettes qui ont échoué ou pire amené à un Etat tout puissant en passe de devenir le centre du capitalisme.

Le marxisme léninisme est définitivement compromis comme un bidouillage auto-défini comme "scientifique", cf "Lénine philosophe" de Pannekoek. La rigidité de la dialectique et de l'idéologie ne peuvent pas servir de planche d'appel pour un nouvel assaut du Ciel.

Ceci dit, au point de faiblesse où on en est toutes rendus, serrons nous les coudes car l'ennemi est en pleine forme!

> suite

L’article posait des démarcations par rapport à la remontée, dans la « gauche radicale », d’un programme anticapitaliste en parole, chauvin et réac en fait. Bob l’éponge pose un autre problème : celui qui touche à la transition vers une société sans classes, se passant d’appareil d’Etat.
De l’ensemble des expériences révolutionnaires, tu isoles une réalité : l’organisation politique. Le bilan de ces expériences ne peut, sérieusement, être résumé par le principe abstrait selon lequel : le parti révolutionnaire se transforme en son contraire. Du reste, cela rentrait dans les issues possibles d’une lutte complexe, selon les révolutionnaires chinois : ceux-ci avaient identifié le parti comme le lieu où pouvait se reconstituer une classe exploitrice (le pouvoir politique est par excellence un instrument de classe). Ils disaient de l’organisation communiste que c’était « la flèche et la cible » : l’instrument de la révolution, qui pouvait « changer de couleur » et se retourner en instrument d’oppression – d’où leurs craintes et leur vigilance ! Cela a donné lieu à des exériences très importantes (Commune, organisations rebelles), suivant la ligne que les exploités ne peuvent se libérer que par eux-mêmes, en faisant leur propre expérience d’émancipation.
D’accord avec toi, un bilan vraiment critique de ces expériences est encore à développer et à faire connaître largement. Mais ta critique ne fait qu’escamoter le problème, plutôt que de le poser clairement, à savoir : comment d’une société divisée en classes, héritière de divisions anciennes (patricarcat, impérialisme, ville-campagne, travail intellectuel-d’exécution, etc.), on pourra construire une société émancipée ?
Quant au « bidouillage auto-défini comme scientifique » etc., je ne comprends rien à ce que tu veux dire par là. Il existe bel et bien une tradition marxiste dogmatique, d’allure « scientifique », qui prête à sourir. Lénine voyait pourtant la théorie comme un guide pour l’action, guide toujours à retravailler, en toute rigueur, en prise avec la vie. Je ne sais pas de quelle « planche d’appel » tu parles – ce que je sais, c’est qu’il est plus que jamais nécessaire d’avoir les idées claires contre la confusion idéologique, contre le pseudo-anticapitalisme, qui retardent la transformation de la révolte en lutte révolutionnaire conséquente.
Cela dit, merci de ta critique qui n’est pas injustifiée du tout. Je crois aussi que toute divergence doit être exprimée par rapport à la situation concrète, par rapport aux cibles de la lutte.