Expulsés du Radisson.. Communiqué De Presse 7 mai

Mis a jour : le jeudi 8 mai 2014 à 03:23

Mot-clefs: Logement/squat Exclusion/précarité/chômage Immigration/sans-papierEs/frontieres
Lieux: Nantes

Nantes le 7 mai 2014, 14h30

En expulsant, par la force, mardi 6 mai, le "Radisson noir" qui abritait depuis plusieurs mois plus d'une centaine de personnes sans logement, dont de nombreux demandeurs d'asile le préfet de Nantes a choisi de les mettre à la rue sans aucune solution.

06052014_04_expulsion_radisson-medium
Traumastisme cranien et 12 points de suture pour ce blessé.

Il choisit de ne pas respecter le devoir de mise à l'abri de toute personne humaine. 

Face à la mobilisation, il a proposé ce matin dix sept places au foyer G. Roch  et le dispositif habituel : évaluation sociale et appel du 115, qui dans le meilleur des cas propose quelques nuits d'hébergement.

Cette proposition très insuffisante ne peut être acceptée par le collectif qui s'est réuni en début d'après midi.

Nous attendons des propositions à la hauteur des besoins et conformes aux droits de la personne.

Nous donnons rendez vous au rassemblement prévu à 17h place Royale ce jour.

Le collectif de lutte des expulsés du Radisson..

Commentaire(s)

> Petit point sur le mouvement

Petit point sur le mouvement de lutte qui fait suite à l'expulsion des habitants du radisson:

La manifestation de jeudi après midi à rassembler entre 200 et 300 personnes. La mobilisation prend de l'ampleur.

Les anciens habitants du Radisson avaient auparavant refusé collectivement et solidairement des propositions d'hébergement par la préfecture, jugées trop précaires (hébergement de courte durée, remise à la rue probable pour une grande majorité lors de l'évaluation sociale qui devait suivre).

Le secours catholique avait proposé une salle pour 30 personnes pour passer les deux prochaines nuits (mercredi 7 et jeudi 8) suite à la demande de l'évêché de quitter l'église saint Nicolas. Finalement, face aux nombre important de personnes en besoin d'hébergement (environ 60 ce soir), celles ci ont décidé pour ne pas se diviser de ne pas profiter de cette salle. Une solution "précaire" de repli a été trouvé pour cette nuit.

La lutte s'organise pour le moment principalement dans les locaux du Gasprom. Les migrants sont très impliqués dans les décisions les concernant, mais une présence plus importante de soutien parait nécessaire car certains militants "associatifs" s'épuisent déjà, et on a peine le temps de communiquer sur ce qui se passe.

Un rdv a été fixé à 10h30 ce jeudi au Gasprom pour discuter des suites, et à 17h place royale pour une nouvelle manifestation (qui sera sans doute reconduite les prochains jours).