URGENT / SCOOP / COMMUNIQUÉ(s) de presse : François Rebsamen ne signera pas l'agrément de l'accord UNEDIC et réactions en cascade...

Mis a jour : le vendredi 20 juin 2014 à 16:55

Mot-clefs: Exclusion/précarité/chômage Art/culture luttes salariales intermittents précaires protocole unedic
Lieux:

Publié par le groupe: GroupCIP LA

Bonjour.

Vous êtes surement au courant mais dans le doute, je préfère vous faire parvenir ces informations de la plus grande importance :

  • François Rebsamen ne signera pas l'agrément de l'accord UNEDIC
  • Filipetti soutient Rebsamen pour le non agrément
  • Coup de théâtre: le MEDEF quitte l'UNEDIC 
  • Coup de théâtre suite : la CFDT , solidaire du MEDEF, quitte l'UNEDIC 
  • Assurance-chômage : Suite au non agrément gouvernemental, Force Ouvrière assume ses responsabilités et décide de gérer l'Unédic.
  • Communiqué d'Anne Hidalgo, Maire de Paris
  • Communiqué de la Coordination des Intermittents et Précaires.


SCOOP/ François Rebsamen ne signera pas l'agrément de l'accord UNEDIC
http://blogs.mediapart.fr/blog/madamepile/300414/scoop-francois-rebsamen-ne-signera-pas-lagrement-de-laccord-unedic
ou : http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:blogs.mediapart.fr/blog/madamepile/300414/scoop-francois-rebsamen-ne-signera-pas-lagrement-de-laccord-unedic
30 avril 2014 |  Par MadamePile

Paris, le 31 avril 2014

 Communiqué du ministre du Travail, de l’Emploi,
de la Formation professionnelle et du Dialogue social,
François Rebsamen

 J’ai rencontré hier Franck Halimi, metteur en scène en grève de la faim depuis cinquante-trois jours. M. Halimi réclamait par ce mouvement que les propositions des organisations représentatives de chômeurs soient prises en considération lors des négociations de la convention de l'assurance chômage entre les partenaires sociaux.

Je connais Franck depuis vingt ans, et je ne doutais pas de sa détermination à poursuivre son mouvement de protestation.

Avant ma nomination au gouvernement, M. Halimi avait su convaincre l’élu socialiste que je suis de la pertinence de son combat. J’avais donc signé la plate-forme du Comité de suivi, regroupant des parlementaires de la majorité, mais aussi du Modem et du Nouveau Centre, et la plupart des syndicats du domaine de l’industrie culturelle.

M. Halimi m’a présenté combien la convention signée le 22 mars dernier par le MEDEF, l’UPA, la CGPME, la CFDT, la CFTC et FO présentaient de lacunes. L’annexe 4 des intérimaires perdait de sa substance, le système des droits rechargeables était à parfaire, et la question du système d’indemnisation chômage des intermittents du spectacle (annexes 8 et 10), à laquelle j’ai eu l’occasion à de multiples reprises de montrer mon attachement, n’était pas entièrement réglée par cet accord.

Enfin, l’article 13 de l’ANI (Accord national interprofessionnel) nécessitait un toilettage juridique : les signataires avaient omis de signaler que des modifications de durées d’affiliation ou de calcul des indemnités journalières impliquaient la signature d’un nouvel accord pour être opérées, et qu'elles devaient ensuite obtenir l’agrément du ministre du Travail pour devenir effectives.

Aujourd’hui, je suis heureux d’annoncer que j’ai réussi à convaincre M. Halimi de cesser sa grève de la faim, qui n’a plus lieu d’être.

En effet, force m’a été de constater, après avoir fait plancher mes collaborateurs sur ce sujet, qu’en l’état actuel des choses il ne m’est pas possible de donner un agrément immédiat à cette convention Unédic.

Un accord gagnant-gagnant est non seulement souhaitable mais possible, et je ne doute ni de la raison ni de la vertu des syndicats d’employeurs et de salariés, qui se réuniront dans les semaines à venir

Je salue les partenaires sociaux qui ont su trouver un terrain d’entente qu’a rejoint un syndicat qui n’avait plus signé de convention Unédic depuis plus de vingt ans. Je les invite à remettre leur ouvrage sur le métier et à faire entrer dans leur cercle vertueux les syndicats jusqu’alors mis sur la touche ainsi que les organisations de chômeurs et les coordinations d’intermittents qui par leur travail d’expertise depuis dix ans témoignent éloquemment de ce que peut être la démocratie participative.

Ce large rassemblement contre le chômage s’inscrit dans la ligne politique du gouvernement visant à rassembler les énergies pour œuvrer à bâtir une démocratie meilleure, sans exclusion, apaisée.

 

?________________________________________________________


URGENT/ Filipetti soutient Rebsamen pour le non agrément :
http://blogs.mediapart.fr/blog/madamepile/300414/urgent-filipetti-soutient-rebsamen-pour-le-non-agrement
ou : http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:blogs.mediapart.fr/blog/madamepile/300414/urgent-filipetti-soutient-rebsamen-pour-le-non-agrement
30 avril 2014 |  Par MadamePile
 Paris, le 31 avril 2014

Communiqué d'Aurélie Filipetti,
Ministre de la Culture et de la Communication

Aurélie FILIPPETTI, ministre de la Culture et de la Communication, se félicite de la décision de François Rebsamen de demander aux partenaires sociaux de retourner à la table des négociations afin proposer un nouvelle convention chômage.

« Ministre de la Culture, je ne peux que me réjouir qu’une solution négociée avec tous les acteurs du secteur culturel soit enfin possible. Je tiens à saluer le travail exceptionnel d’expertise mené par les coordinations d’intermittents et certains syndicats. Les études sociologiques et économiques financées par des régions socialistes, ou commandées par le Syndéac, ont permis de dégager les lignes de force de la mutation de la notion d’emploi, de travail, de temps de travail. Ici encore les artistes ont été à l’avant-garde des transformations sociales et ont osé briser le mur de verre séparant le domaine sanctuarisé de la culture et celui des autres travailleurs eux aussi soumis à la discontinuité de l’emploi.

Il fallait l’esprit subversif des artistes pour inventer cette trouée dans le quotidien que constitue cette invention de nouveaux droits sociaux qui adviendra, je n’en doute pas, à l’issue des nouvelles négociations qui vont s’ouvrir.

Il fallait aussi le courage d’un homme seul, Franck Halimi, pour attirer par sa grève de la faim l’attention des populations sur les récents dysfonctionnements de l’Unédic.

Ici encore, la France est à l’avant-garde de l'innovation sociale et culturelle : continuons ! »

 

?________________________________________________________


Coup de théâtre: le MEDEF quitte l'UNEDIC :
http://blogs.mediapart.fr/blog/madamepile/300414/coup-de-theatre-le-medef-quitte-lunedic
ou http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:Sl0_Yhe_ROcJ:blogs.mediapart.fr/blog/madamepile/300414/coup-de-theatre-le-medef-quitte-lunedic+&cd=1&hl=fr&ct=clnk&gl=fr&client=firefox-a
30 avril 2014 |  Par MadamePile
Paris, le 31 avril 2014

Communiqué de presse de M. Pierre Gattaz, président du MEDEF

Assurance-chômage : le non-agrément gouvernemental est inacceptable.
Retrait du MEDEF des instances de l'Unédic, proposition de dissolution de l'Unédic


Le MEDEF a été informé ce jour de la décision de M. François Rebsamen, ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, de ne pas donner l'agrément du gouvernement à la convention d'assurance chômage, alors même que l'accord national interprofessionnel sur l'indemnisation du chômage signé par les partenaires sociaux le 22 mars 2014 n'a pas encore été transformé en convention par les services de l'Unédic.

Le MEDEF prend également acte de la demande du ministre aux partenaires sociaux de reprendre les négociations.

Le MEDEF est stupéfait par cette initiative insensée de M. Rebsamen, qui met gravement en danger non seulement l'indépendance de l'Unédic mais aussi la vision de la démocratie sociale défendue par le MEDEF.

La décision de M. Rebsamen est lourde de conséquences.

En effet, le Conseil exécutif du MEDEF, réuni en séance exceptionnelle sur demande de son président M. Pierre Gattaz, a pris la décision, outre de ne pas répondre à cette demande de nouvelles négociations, de se retirer de toutes les instances de l'Unédic.

Il a demandé à M. Jean-François Pilliard, vice-président de l'Unédic, et à tous les membres du MEDEF siégeant dans les instances de l'Unédic, de proposer leur démission à Mme Patricia Ferrand (CFDT), présidente de l'Unédic.

Conformément à l'article 19 des statuts de l'Unédic qui, pour mémoire, est une association loi 1901, le MEDEF se réserve la possibilité de convoquer une assemblée générale extraordinaire dès que possible, à savoir le 31 mai 2014, assemblée ayant à l'ordre du jour la dissolution de l'Unédic.

Cette dissolution ne pouvant statutairement être décidée qu'à la majorité des 2/3 des voix exprimées dans chacun des deux collèges de cette assemblée, elle engage la CFDT, la CFTC et FO, les partenaires sociaux signataires de l'accord du 22 mars 2014, à poursuivre leur collaboration avec le MEDEF en se prononçant également pour cette dissolution.

Il n'est pas pensable que les autres représentants patronaux, l'UPA et la CGPME, ne suivent pas la direction indiquée par le MEDEF.

Le MEDEF fait remarquer que l'article 13 de l'accord national interprofessionnel relatif à l'indemnisation du chômage, que M. Rebsamen rejette donc, offrait une intéressante piste de simplification administrative en organisant enfin la possibilité pour l'Unédic de pouvoir modifier l'assurance chômage à sa guise, sans nécessité d'un agrément du gouvernement. Le MEDEF s'indigne d'autant plus du non-agrément du ministre du Travail.

Trois jours après le vote à l'Assemblée nationale du Pacte de responsabilité, le MEDEF alerte le président de la République sur les graves risques que fait peser la décision inique de M. Rebsamen sur ledit Pacte et notamment sur l'effort patronal sur l'investissement et sur l'emploi.

?________________________________________________________


Coup de théâtre suite : la CFDT , solidaire du MEDEF, quitte l'UNEDIC
http://blogs.mediapart.fr/blog/madamepile/300414/coup-de-theatre-suite-la-cfdt-solidaire-du-medef-quitte-lunedic
ou http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:yi_y9bGYix0J:blogs.mediapart.fr/blog/madamepile/300414/coup-de-theatre-suite-la-cfdt-solidaire-du-medef-quitte-lunedic+&cd=2&hl=fr&ct=clnk&gl=fr&client=firefox-a
30 avril 2014 |  Par MadamePile

31 Avril 2014

Communiqué de presse de Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT
Assurance-chômage : le non-agrément gouvernemental est inacceptable
Retrait de la CFDT de la présidence et des instances de l'Unédic


La CFDT a été informé ce jour de la décision de M. Rebsamen, ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, de ne pas donner l'agrément du gouvernement à l’accord national interprofessionnel sur l'indemnisation du chômage signé par les partenaires sociaux le 22 mars 2014.

L’objectif de la CFDT, dans la lignée des accords de 2009 et 2011, était de transformer profondément l’assurance chômage pour une meilleure prise en compte de la précarisation du marché du travail.

La CFDT rappelle qu’elle a soutenu le Premier Ministre Manuel Valls dans les lignes directrices de son action à venir. La première priorité, c’est l’emploi. C’est pourquoi notre Bureau National a voté à l’unanimité le 13 mars dernier la signature du relevé de conclusions du Pacte de responsabilité.

Comment ne pas se sentir trahi ? La CFDT est libre et indépendante. Comme toujours, elle juge aux actes !

C’est pourquoi la CFDT s’indigne de l’attention portée par M. Rebsamen à Franck Halimi, intermittent du spectacle dijonnais soi-disant en grève de la faim, membre des ultras de la coordination nationale. Le nouveau ministre du Travail devrait plutôt se préoccuper des conséquences des travailleurs pauvres de Dacca (Bangladesh) sur la situation de l’emploi en France.

C’est pourquoi notre Bureau National, réuni en séance exceptionnelle, a pris à l’unanimité les décisions suivantes :

    Notre présidente de l’Unédic Patricia Ferrand accepte la démission de M. Jean-François Pilliard (MEDEF) vice-président de l’Unédic.
    Au nom du paritarisme et des règles de loyauté que la CFDT s’est toujours efforcée de respecter avec ses partenaires, Patricia Ferrand démissionne : la présidence de l’Unédic est donc vacante.
     La CFDT refuse de siéger de nouveau à la table des négociations.


Nous alertons le président de la République sur les graves conséquences de la décision inique de M. Rebsamen : 200 emplois permanents réservés à la CFDT grâce à la signature des accords sur l’assurance chômage sont perdus. C’est un plan social sans précédent pour notre confédération. Nous ne pouvons laisser 200 collègues au chômage, nous sommes bien placés pour en mesurer les conséquences. C’est pourquoi nous demandons aux organisations patronales de prendre leurs responsabilités comme nous avons toujours pris les nôtres afin que nos collègues et amis retrouvent un travail le plus rapidement possible.

 

?________________________________________________________

 

31 Avril 2014

Communiqué de presse de Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force Ouvrière.

Assurance-chômage : Suite au non agrément gouvernemental, Force Ouvrière assume ses responsabilités et décide de gérer l'Unédic.

 

Force Ouvrière prend acte du non-agrément par le gouvernement de l’accord sur l’assurance chômage du 22 mars 2014, de la décision du MEDEF et de la CFDT de se retirer des instances de l'Unédic, et accepte de retourner à la table des négociations avec les autres confédérations.

Nous n’ignorons pas le contexte de tensions sociales. Le Pacte dit de responsabilité et de solidarité confirme bien sa nature : c’est un pacte d’austérité et le relevé de décisions de certaines organisations syndicales, dont la CFDT avec le patronat sert de caution. Ce n’est pas avec de telles annonces que la croissance et la confiance referont surface. Au contraire, on risque la glissade dangereuse vers la déflation.

Oui, la France poursuit sa descente sur le toboggan de l’austérité.

La politique économique et sociale de notre pays ne peut être menée par un homme seul entouré de quelques conseillers, même s’ils ne sont pas tous des cireurs de pompes.

C’est pourquoi nous avons décidé de prendre les décisions qui s’imposent :

 

  • Force Ouvrière condamne et condamnera fermement toutes les mesures d’austérité et appelle à la grève générale reconductible à partir du 17 mai 2014.

  • Tout comme en 1959, Force Ouvrière proposera de présider l’Unédic. Nous avons prouvé par le passé notre crédibilité en la matière. Avant de laisser notre place à la CFDT en 1991, l’Unédic était largement excédentaire. Pour cela, en l’absence du MEDEF, nous proposerons à la CGPME de prendre la vice-présidence.

Par ailleurs et quelles que soient nos divergences, nous souhaitons à Franck Halimi un bon rétablissement.

Autant Pierre Mendès-France déclarait qu’il fallait dire la vérité, autant Jean Jaurès expliquait : «Le courage c’est toujours de chercher la vérité et de la dire, c’est ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe et de ne pas faire écho de notre âme, de notre bouche et de nos mains aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques».

?________________________________________________________

Paris, le 31 avril 2014

Communiqué d’Anne Hidalgo, Maire de Paris

 

J'ai tenu à rencontrer Franck Halimi, metteur en scène dijonnais actuellement en grève de la faim depuis cinquante-trois jours, lors de la coordination nationale des précaires, chômeurs, intermittents, intérimaires qui se tenait dimanche dernier à Saint-Denis.

Franck Halimi m’a longuement expliqué les raisons de sa colère. En l’entendant, j’ai compris le moteur de son action.

Je suis socialiste par conviction, militante par passion, détestant le mensonge et l’injustice par nature.

J’ai immédiatement appelé François Rebsamen sur son portable, et lui ai dit :

« François, tu ne peux pas agréer cet accord.

Cette convention chômage suppose qu'il y aurait d'un côté la France qui travaille et de l'autre la France de ceux qui jouissent du privilège du chômage.

Cette convention chômage entre dans le cadre d’une casse générale de la protection sociale.

François, il faut offrir de nouveaux droits aux salariés et non davantage de précarité, comme cela vient d'être fait en changeant de la manière proposée les règles de l'assurance chômage.

Ce nouvel accord a été signé sans aucun contrôle démocratique, sans droit de regard ni de la représentation nationale, ni des principaux concernés.

Forte de ma légitimité de maire de Paris nouvellement élue, je t’annonce mon intention de soutenir les précaires, chômeurs, intérimaires, intermittents, retraités, salariés du public et du privé, avec ou sans papiers.

François, tu as signé comme moi la plateforme du Comité de suivi. Tu ne peux pas signer l’accord du 22 mars 2014. »

J’ai appris qu’après mon appel, François Rebsamen a décidé de ne pas agréer la nouvelle convention Unédic. Je le félicite de son courage.

Activiste par éducation, révolutionnaire par tout mon sang, je ne pouvais m’arrêter là.

Le mouvement a besoin d’un lieu pérenne, pour imaginer, penser, travailler, proposer. Le précédent maire de Paris, je l’ai toujours déploré, a dû déloger la CIP-IdF des locaux qu’elle utilisait depuis plus de 6 ans. J’ai longuement hésité, le jour du premier tour de mon élection, à ouvrir aux intermittents les portes du Carreau du Temple. Pour des raisons de planning, cela n’a pu se faire.

Afin donc que le mouvement de contestation sociale dont je suis porteuse dispose d’un lieu pérenne, j’ai demandé une étude sur la surface des locaux attribuée à la CFDT par la Ville de Paris, avenue Simon Bolivar, dans le 19e arrondissement. Il semble que cette surface ne soit plus proportionnelle à la représentativité de la confédération. Et sans attendre le résultat de ses études, j’ai décidé d’attribuer ces bâtiments à la Coordination des Intermittents et Précaires d’Île-de-France.

D’autre part, je lance un appel à la Région Île-de-France pour qu’elle rejoigne la Ville de Paris dans le financement de la CIP-IdF autour de la mise en place d’une étude sur le financement de la protection sociale, afin qu’elle puisse approfondir son travail sur un nouveau modèle d’indemnisation au sein de l’assurance chômage.

À la vue de ces nouveaux éléments qui, s’ils demeurent insuffisants, vont tous dans le sens de sa lutte, j’appelle mon camarade Franck Halimi à cesser aujourd’hui même sa grève de la faim. S’il répond à cet appel, je me rendrai personnellement demain à Dijon, Place de la Libération, pour partager un bouillon de légumes avec lui et les précaires, chômeurs, intérimaires, intermittents, retraités, salariés du public et du privé, avec ou sans papiers de Dijon et d’ailleurs.

El Pueblo Unido Jamas Sera Vencido !

?________________________________________________________

 

Le 31 avril 2014

Communiqué de la Coordination des Intermittents et Précaires.

 

Réunis il y a quelques jours en Coordination Nationale nous nous réjouissons que notre message ait été enfin entendu par Monsieur Rebsamen.

 

Nous sommes ainsi soulagés de savoir qu’un homme politique, au-delà de ne pas renier ses engagements, sait agir pour garder son embryon de pouvoir. Par cet acte de fraternité avec notre lutte, nous nous permettons de suggérer à Monsieur Rebsamen de demander une modification d’intitulé de son poste en «  Ministre du Travail, du Chômage et du Dialogue social », puisque par son non-agrément, il a compris que sa politique ne pourrait plus se faire sur la notion de plein emploi.

Nous regrettons que le MEDEF ne comprenne pas cette demande de renégociation puisque nous étions parfaitement ouverts à dialoguer avec eux sur la base de nos propositions. Peut-être aurons-nous tout de même l’occasion de recroiser Monsieur Gattaz dans un couloir, lieu qu’il aime tant fréquenter, pour le saluer une dernière fois.

Nous prenons acte de la demande de dissolution de l’UNEDIC par le MEDEF. Ayant toujours été force de proposition, nous suggérons, avant que FO ne reprenne éventuellement la présidence de l’UNEDIC, que celle-ci soit entièrement refondue afin d’en assurer une meilleure gestion pour l’avenir. Nous ne doutons pas que Force Ouvrière, ayant toujours fait preuve d’une loyauté sans égale à ses convictions pour la défense des droits sociaux, accepte notre proposition quand bien même cette dernière lui confèrerait un peu moins de pouvoir.

Nous remercions également Madame Filippetti de son soutien, même si cette dernière n’a pas grand chose à voir dans cette affaire puisqu’il s’agit non pas de culture mais bien de droits sociaux. Les intermittents impliqués dans notre lutte se félicitent tout de même de savoir l’importance que le gouvernement accorde à la culture et sauront le lui rappeler en temps voulu.

Nous sommes enfin soulagés de savoir que notre camarade Franck de Bourgogne pourra à nouveau déguster un bouillon de légumes, qui plus est en compagnie de Madame Hidalgo que nous remercions d’ailleurs de nous avoir attribué les locaux que nous réclamions depuis si longtemps.

Nous resterons fidèles à nos engagements et nous continuerons à tenir, rue Simon Bolivar, une permanence CAP pour informer les salariés de la CFDT licenciés par l’Unédic des règles d’indemnisations chômage et de leurs droits sociaux.


Ce que nous défendons, nous le défendons pour tous.

?_______________________________________________________________________________

 

: + :  Le « nouveau modèle », élaboré dans l’oeil du cyclone pendant un été houleux, a été adopté par la Coordination Nationale des Intermittents à Lille en décembre 2003. Il est à présent une des bases de travail Comité de Suivi à l’Assemblée Nationale, qui regroupe Coordinations d’intermittents, Syndicats non signataires (CGT, Sud), organisations de professionnels (Syndéac, SRFS), élus de tous bords (dont Rebsamen !), et qui s’est donné pour but de convaincre gouvernement et partenaires sociaux de la nécessité urgente d’une réforme : à télécharger sur le site CIP IdF : http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=437

Pièces jointes

Report François Rebsamen ne signera pas l'agrément de l'accord UNEDIC

Report Filipetti soutient Rebsamen pour le non agrément

Report Coup de théâtre: le MEDEF quitte l'UNEDIC

Report Coup de théâtre suite : la CFDT , solidaire du MEDEF, quitte l'UNEDIC

Report Assurance-chômage : Suite au non agrément gouvernemental, Force Ouvrière assume ses responsabilités et décide de gérer l'Unédic.

Report Communiqué d'Anne Hidalgo, Maire de Paris

Report Communiqué de la Coordination des Intermittents et Précaires.

Commentaire(s)

>  EXPLICATIONS SUR UNE FOLLE APRES MIDI

A PARTAGER SANS MODERATION

OUI Rebsamen va donner son agrément malgré la fin de la grève de la faim de Franck Halimi
OUI ces communiqués étaient des FAUX mais je vous invite à les lire parce qu’ils sont très drôles

Pourquoi cette opération de faux communiqués ?
Tout d’abord parce que c’était la volonté d’un homme qui en était à son 53ème jour de grève de la faim. C’est énorme. Réunis en coordination nationale ce week-end nous avons essayé de trouver une sortie possible, Franck se devait absolument d’arrêter. Il a été imaginé un communiqué de Rebsamen disant qu’il ne donnerait pas son agrément (condition d’arrêt de la grève de la faim), Franck à partir de 17h30 ce jour sur la place de la mairie de Dijon pouvait ainsi remanger et remercier M Rebsamen.
Et tous les communiqués (Rebsamen, Filippetti, Medef, Cfdt, Fo, Hidalgo, Cip) ont été lus sur la place de la mairie de Dijon. Il parait que les spectateurs riaient beaucoup.
Oui nous nous sommes posés la question de cette opération hoax/fake, l’idée était surtout de faire réagir Rebsamen et Filippetti afin qu’ils apportent leurs démentis. Pourquoi ? Parce que Rebsamen veut communiquer le moins possible sur cette histoire d’agrément et qu’il faut le faire sortir du bois par tous les moyens. J’avais espéré que tout le monde partagerait en se rendant vite compte du fake mais sans le dire. Pour cela il suffisait simplement de lire tous les communiqués, de voir que la date du 31 avril annonçait clairement la couleur, que dès le communiqué de Filippetti on pouvait se marrer et diffuser, et je ne parle pas du reste. (lisez le medef, la cfdt ,fo ou hidalgo !!) Hélas Mediapart a coupé le blog et effacé les textes. Pourquoi Mediapart avait été choisi ? Pour son référencement google. L’annonce concernant Rebsamen a été placée en seulement 30 mn en 2ème position de google actualités et Rebsamen et Filippetti auraient été obligés d’apporter un démenti. Et ils étaient très très emmerdés. Communiquer sur l’agrément ne les arrange pas, mais communiquer sur l’agrément après une rupture de grève de la faim, c’était très délicat.
Ce qui est inquiétant avec facebook, c’est que j’ai pu constater que les partages ont lieu sans du tout que les textes soient lus. D’où le buzz ultra rapide. Ensuite, nous avions envie de vous/nous réveiller. Si nous avions posté : Rebsamen va signer l’agrément, il ne se serait rien passé, parce que tout le monde l’a admis. Et c’est ça qui est épuisant. Cela fait 11 ans qu’on se bat. Et si on est si peu nombreux, on ne gagnera rien. Je reçois beaucoup de mercis et je vous en remercie. Nous dormons très très peu et sommes vraiment épuisés. Oui c’est une douche froide de se rendre compte que cette nouvelle est fausse comme certains l’ont écrit dans les commentaires. Mais vous croyez quoi ? Que Rebsamen ne donnera pas son agrément à cause d’un gréviste de la faim et des partages sur facebook ? NOUS DEVONS NOUS BATTRE, VRAIMENT. Et nous pourrons obtenir alors un communiqué de non agrément. C’EST POSSIBLE. C’est en mettant une pression inimaginable en 2004 que nous avions obtenu 507h 12 mois pour tous pendant 2 ans. Cela avait rattrapé 30000 personnes. Mais le combat était intense. Et c’est bien parce qu’ils avaient eu très peur qu’ils avaient bougé.
Pour finir, je sais que cette opération de faux communiqués n’aura pas plu à tout le monde. Sachez que toutes les infos que je publie sont toujours toujours vérifiées. Et dans ce cas, elles l’étaient puisque je faisais partie des rédacteurs ! Sachez aussi que nous avons tout posté sur tweeter en parallèle. Un journaliste a appelé JF Pillard, le négociateur du Medef pour lui demander s’il était vrai que le Medef quittait l’unedic. Il a failli faire une apoplexie. Du coup le Medef a officiellement démenti sur tweeter. Ils ont même posté 2 tweets à 18h30 aujourd’hui :
« Contrairement à ce que prétendent certaines rumeurs récentes, @medef ne quitte aucune instance paritaire »
« @CIPIDF Négatif. Aucune volonté de notre part de quitter @unedic »
Et bien rien que pour ça, cette action me réjouit. Merci à Franck d’avoir arrêté sa grève de la faim, il était temps. ET BATTONS NOUS VRAIMENT
NON A L’AGREMENT

> bravo

Bravo! Défendons nos droits ! La lutte continue!

>  Crédibilité d'un détournement, un retour

Qui l'eu cru ?
En ce Premier mai, des alertes google (cf plus bas), des tweet, des fb mentionnent le départ du Medef de l'Unedic, le refus d'agrément de Rebsamen, etc. Donc ce détournement a su se rendre un tant soit peu crédible. Preuve que les textes étaient correctement rédigés.

Comment ne pas voir que ces gens qui mentent en permanence (comme le dit la chanson : la gouverne ment) se sont trouvés comme "sauvés", requalifiés - faussement - par ces textes qui les faisaient enfin parler vrai, au moins en partie.

Deux critiques possibles de cette opération :

Soyons concrets : le tout a souffert d'un manque de préparation et de moyens... Oui, ce détournement a été moins efficace que ce qui était envisageable : mediapart a dépublié..., des démentis du Medef, mais pas des sinistres ou d'Hidalgo, les com' ne sont en ligne que sur indy nantes et www.cip, c'est est fort peu, guère de reprise en presse à part bourguignonne, etc.

Oui, d'accord quelque chose de plus sismique aurait favorisé des répliques mais on est pas Zorro et la question reste entière :
d'autres actions, innombrables, imprévues ont à survenir là où on ne les attend pas
C'est un enjeu décisif que s'affirme une critique en acte de l'ordre social actuel.
Et si ça peut passer par là, ça n'aura pas lieu à la tévé, sur les listes, sur fb, sur internet, etc.

Pour ceux qui vont pas à la manif, sont pas en action,serons pas réunis pour préparer la suite, sont coincés à l'hosto ou en famille, savent rendre poreux leur temps d'emploi - et même pour qui aime attribuer des bons points et distribuer les blâmes depuis l'éther - et aussi pour les autres :
La parrhèsia est une technique d’existence très particulière, puisque elle constitue “une espèce d’activité verbale dans laquelle celui qui parle entretient un rapport spécifique à la vérité à travers la franchise, une certaine relation à sa propre vie à travers le danger, un certain type de rapport à soi-même et aux autres à travers la critique (autocritique ou critique d’autres personnes), et un rapport spécifique à la loi morale à travers la liberté et le devoir (...). Dans laparrhèsia, celui qui parle fait usage de sa liberté, et choisit le franc parler au lieu de la persuasion, la vérité au lieu de la fausseté ou du silence, le risque de la mort au lieu de la vie et de la sécurité, la critique au lieu de l’adulation et le devoir moral au lieu de son propre profit ou de l’apathie morale”.
La parrhèsia : le courage de la révolte et de la vérité,
http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=4440


> De : Google Alerts <googlealerts-noreply>
> Objet : Alerte Google - unedic
> Date : 1 mai 2014 03:00:17 HAEC
>
>
> Google
> unedic
> Mises à jour quotidiennes ? 1 mai 2014
>
> ACTUALITÉS
>
> Coup de théâtre: le MEDEF quitte l'UNEDIC
> Le Club de Mediapart
> Le MEDEF est stupéfait par cette initiative insensée de M. Rebsamen, qui met gravement en danger non seulement l'indépendance de l'Unédic mais ...
> Google Plus Facebook Twitter Signaler comme non pertinent
>
>
>
> Le Monde
> L'accord sur la nouvelle convention d'assurance-chômage ne peut être accepté
> Le Monde
> Pendant ce temps, le nombre de demandeurs d'emplois n'a jamais été aussi élevé : 5,5 millions dont seulement 40% sont indemnisés par l'Unedic.
> Google Plus Facebook Twitter Signaler comme non pertinent
>
> Vous avez reçu cet e-mail, car vous êtes abonné à Google Alertes.

> CANULAR une leçon pour les naifs?

de mon côté j'ai cru que j'allais mourir de rire, l'enchaînement des articles est la meilleure Web série fiction que j'ai eu l'occasion de suivre ces derniers temps.

/.../

ce qui touche le lecteur, ce qui fait le realisme, c'est l'ancrage dans la réalité avec des détails d'analyse pertinent et juste issus de décryptage du calendrier unedic que nous avons tous suivi ces dernières semaine comme une mauvaise serie en espereant une happy end.

les naifs qui on cru possible ce changement de cap en lisant les titres révèlent leur manque de connaissance sur le sujet, s' ils avait conscience de l'importance vitale de l'unedic pour les "partenaires sociaux" et l'impuissance des "représentant politiques" ils auraient démasqué le propos avant de lire le contenu.
sans cette connaissance, la lecture de l'article aurai révélé le canular en plus de les instruire sur la réalité de faits, celle qui sert de base au développement de la fiction, et ils auraient.

quoi qu'il en soit il y a un enseignement a tirer de cela, si quelqu'un (politique, partenaires sociaux, coord,...) prend un décision, c'est qu'il y a une raison a cela. la premier réaction a avoir est de rechercher pourquoi et de tenter de recouvert l'info pour comprendre et savoir.
renseigner vous, maîtriser le sujet et si vous avez des questions ou des doutes allez vers ceux qui sont impliqués dans la lutte, ils vous eclairerons avec plaisir tant que la question n est pas formulée sur un média.
les médias ne sont pas l'information, nous construisons notre média par le dialogue

> Fumiers...

Fumiers...

> sauf que...

et bien je suis de ces naifs dont vous vous moquez...
je n'ai reçu que 2 info, celles du non agrément de rebsamen et du soutien de filippetti, par mail, car je n'ai pas de compte face-book, ces info étaient relayé par une personne du collectif unitaire 69 dont je fais partie. Pour ce qui est du non agrément, la page médiapart était déjà supprimée, me restait donc à apprécier le communiqué de filippetti, que je trouvais incroyable, mais les sources avaient l'air si sérieuses, que j'y ai cru !
Que conclure:
-en étant investie dans la lutte je n'ai pas su ou eu les moyens de comprendre le canular, avec des info partielles, relayées par des personnes engagées...
-j'ai relayé à mon tour ces info, qui ont été prises au sérieux
-à part sur votre site je n'ai trouvé aucun démenti de la cip-idf
-je n'adhère pas à ce canular (mettons à part le fait de m'être fait avoir) car il n'a fait plaisir qu'aux gens qui sont à fond dans la lutte... un entre soi. Or, notre volonté est de rassembler le plus, en disant "si tu t'es fait avoir c'est que tu n'es pas assez investi dans la lutte" je ne crois pas que ce soit le bon chemin... je comprends que l'exaspération puisse mener à de telles actions, mais ce n'est pas l'exaspération qui défendra nos droits. Plutôt la ténacité et la réflexion...
bien sûr ce n'est que mon avis... mais il me semblait important de dire mon expérience...