Communiqué de blessés par la police lors de la manifestation du 22 février 2014 à Nantes

Mis a jour : le jeudi 17 avril 2014 à 00:54

Mot-clefs: Répression aéroport notre-dame-des-landes flashball
Lieux: Nantes

Suite à la manifestation du 22 février à Nantes contre l’aéroport de Notre-Dame des Landes, et à la mise en place d’un dispositif policier exceptionnel, nous annonçons aujourd’hui 4 plaintes judiciaires : celles des 3 blessés très graves de l’œil lors de la manifestation du 22 février : Quentin, Damien, Emmanuel et celle de Pierre (blessé au LBD à Nantes en novembre 2007) et de sa famille devant la Cour européenne des Droits de l’Homme.

Ce qui nous est arrivé peut arriver à tout le monde. Nous sommes solidaires de toutes les autres victimes de flash-ball et de LBD. Nous dénonçons la militarisation de la police française, dotée d’armes de guerre (classées catégorie A « armes à feu à usage militaire), et l’extrême violence de la riposte policière menée à Nantes le 22 février, provoquant un nombre sans précédent de blessés graves.

Nous réclamons donc toute la lumière sur ces faits, qui s’apparentent à une grave manipulation de l’opinion publique. Pour cela nous réclamons qu’une enquête judiciaire soit confiée à des juges d’instruction indépendants et que les députés et sénateurs ouvrent une Commission d’enquête parlementaire. Nous y travaillerons unis en solidarité avec toutes et tous.

Mardi 15 avril 2014 - Le Flesselle, Nantes

Télécharger le PDF du dossier de presse ici (avec témoignages des blessés, explications techniques sur les différents flash-ball, LBD et leurs usages, tableau des décès ou blessures graves, ...)

Lors de cette conférence de presse, il a été clairement expliqué :

  • C'est la première fois depuis 50 ans en France que la police TIRE sciemment et massivement sur des manifestants, et c'est à Nantes.
  • Désormais, être mutilé par des tirs policiers dans le cadre de manifestations peut arriver à tout le monde.
  • L'action d'un peloton du GIGN face à la manifestation démontre la MILITARISATION de la police et du maintien de l'ordre.
  • L'utilisation du flashball ou du LBD permet de CRIMINALISER les participants à une manifestation de protestation sur la base d'un raisonnement fallacieux : s'il y a des blessés graves, c'est que la police a dû faire usage d'armes si puissantes qu'ils devaient faire face à des casseurs virulents
  • Le flashball ou le LBD sont règlementairement pour la police des armes de défense et non d'offensive. Lors du 22 février 2014, ces armes ont été utilisées en contradiction totale des règlements et hors de toute proportion avec la situation concrète de maintien de l'ordre.
  • Le flashball ou le LBD sont INUTILES & INEFFICACES pour disperser une manifestation mais leur utilisation dans ce cas de figure MUTILE sciemment.
  • Le flashball ou le LBD infligent des blessures telles qu'elles isolent les victimes dans leur souffrances (de très nombreux blessés le 22 février 2014 ne se signalent pas).

Link_go http://27novembre2007.blogspot.fr/2014/04/15-avril-2014-conference-de-presse-des.html