[Paris-Montreuil] Vélib' pris pour cible

Mis a jour : le vendredi 18 avril 2014 à 01:18

Mot-clefs: actions directes
Lieux:

Depuis quelques temps déjà, JC Decaux et la justice collaborent: en effet dorénavant lorsque la police interpelle un mineur accusé de vol ou de dégradation sur des Vélib', JC Decaux peut les faire travailler gratuitement à titre de sanction dans ses ateliers de réparation, avec la bénédiction d'un juge pour enfant.

L'esclavage ne s'arrête pas là: le 2 avril dernier, un détenu s'évadait de la prison de Villepinte (93), en se cachant dans un carton contenant des pièces détachées entrant dans la fabrication de ces jouets pour bobos. Leurs chers Vélib' sont donc en partie fabriqués en taule...Non content d'être une des premières fortunes de France, JC Decaux s'engraisse également sur l'exploitation de prisonniers, en partenariat avec l'Administration Pénitentiaire, les juges et juges pour enfant.

Pour ces quelques raisons, nous avons voulu faire payer ces esclavagistes.

Dans la nuit du 14 au 15 avril, sous une magnifique pleine lune, dans les 10ème, 11ème et 12ème arrondissements ainsi qu'à Montreuil, les pneus de 453 Vélib' ont été crevés.

Ainsi nous envoyons un clin d'oeil à l'évadé de Villepinte, malheureusement rattrapé.

Vive la belle,

Crève les pneus.

Face à la justice et au travail, on se dégonfle pas.

Commentaire(s)

> C'est une peu petit

Ca part d'une bonne intention mais pourquoi ne pas donner des infos approfondies sur les 2 points évoqués pour que les gens se révoltent.

- travail en prison
- peines de travaux d'interet général pour mineur

Moi je pense que c'est pas mal que des gens permettent au prisonniers de travailler.

Je vis dans une petite ville, Conflans sur lanterne, on voit des gens sans travail dépérir, même en liberté. Je ne peux m'empécher de penser que le travail et le liant de la société.

> commentaires cachés

Des commentaires insultants ou pronants les travaux d'intérêts généraux ont été cachés.
Indymedia n'est pas un forum, si vous voulez cracher votre haine des sabotages de JC Decaux c'est très bien chez Le Figaro, RTL, et autres.
Ici les commentaires permettent un complément d'information.
Par ailleurs Indymedia est un outil mis à disposition pour que les individuEs, collectifs participant à des luttes sociales puissent témoigner, diffuser leurs infos, rdv, manifs, etc

> Un peu débile comme action

Je ne suis pas, avec mes 1400 euros de salaire une bobo, et j'utilise les vélos. D'autre part, je ne pense pas que ce genre d'action puisse réellement servir la cause que vous défendez et votre position politique, qui est d'ailleurs respectable et que je fais aussi volontiers mienne. Mais pas dans ce genre d'action !! Surtout quand on voit les arrondissements ciblés !!!! Par ailleurs, le travail en prison, oui, un esclavagisme avec des salaires de misères et dont beaucoup de grandes enseignes raffolent vu ces hyper bas coûts de production. Ce n'est hélas pas le seul lieu, les grandes surfaces en raffolent aussi, les grands groupes vont un turn-over à grand coups de stagiaires sous payés et sur-diplomés. Quand une société est déjà malade en son milieu "libre", comment peut on imaginer que cela ne puisse porter à conséquence sur la rémunération indigne des détenus ? Ne vous trompez pas de cibles, ni de méthodes d'actions

> C'est pas moi !

Ouah, certains commentaires sont pas piqués des vers...
Bon, étant à la réunion vélorutionnaire toulouzen habituelle, je n'ai pu prendre mon jet privé pour commettre cette action, que je soutiens, applaudis des 2 mains et 2 pieds !

Au delà que JC Decaux utilise des esclaves, c'est aussi une boîte détestable pour ses employéEs, traités et payés comme de la merde.

Par ailleurs, JC Decaux se fait payer en moyenne 3000 €/an/vélo, sans compter de nombreux avantages financiers sur les panneaux de pub. Si une association cycliste avait des financements équivalents (je pense aux ateliers-vélo) tout le monde crierait au scandale mais personne ne dit rien, surtout pas ces moralisateurs de salon qui passent leur temps à cracher leur bile derrière leur clavier...

Force et courage aux résistantEs ! Merci à indymedia nantes d'exister encore et encore !

Un vélorutionnaire qui n'est plus en cavale.

> commentaires cachés

J'ai encore caché des commentaires de merde.
Pour les trolls et autres crétins qui nous arrivent directement du figaro et consors, il y a ce qu'on appelle une charte qui explique un petit peu comment on modère. Alors oui, évidemment quand on prend pas le temps de la lire, on vient insulter tout le monde (en prenant bien soin d'intégrer dans chaque ligne un agrégat d'insultes qui reprend bien les rapports de domination tous puants) et après on crie au facho parce que son petit commentaire pourri il apparait pas.

Pour rappel : Indymedia est un outil mis à disposition pour que les individuEs, collectifs participant à des luttes sociales puissent témoigner, diffuser leurs infos, rdv, manifs, etc
(peut être que c'était pas écrit sur l'article du figaro)

> Le moyen et la fin

Les commentaires sous un post ne sont guère représentatifs, mais je note que la modération a aussi fait sauter ceux qui se demandaient ce que la crevaison de pneus de 456 Velib (sans dec', vous avez compté au Velib près ?) pouvait bien avoir comme rapport avec la cause invoquée, sur laquelle on aimerait avoir plus de précisions.

Bref, sur l'adéquation du moyen à la fin, ce qui est un peu la base. Et sur le caractère pas bien brillant de l'acte militant en question, surtout avec une revendication ainsi libellée.

"Y'en n'a pas un sur cent", dit la chanson. Dans ces conditions, ça risque pas de changer.

> C'est pas moi non plus

Je suis très loin de Paris et de la Bretagne, je clame mon innocence. ... En fait je me vois mal faire ce genre de choses, mais vu la tournure qu'a prise l'affaire, je remets mes critiques à plus tard. Pour l'instant je souhaite manifester ma solidarité avec Indymedia, victime d'une odieuse campagne de diffamation et de désinformation orchestrée par des plumitifs sans scrupule. L'audimat n'a pas d'odeur, l'important pour les journaflics c'est l'audience, pas la vérité. ... Je voudrais juste rappeler que n'importe qui peut publier sur Indymedia, à condition de respecter la charte de publication et que le collectif Indymedia Nantes n'est pas l'auteur de la revendication.

> Hybridation et Bicyclette

À lire ou à relire sur le système Vélib :
« Hybridation et Bicyclette »
http://antipub.org/archives/actions/docs/hybridation_cycle.pdf
Voilà quelques raisons de plus, et non des moindres, de s’y attaquer.

> BOF...

je fais partie de ces prétendus « bobos » (désolé si je suis indigne de ma mère femme de menage et de mon pere chauffeur livreur parce que je vis a paris avec 2000 euros par mois… j’ai honte de ne pas respecter la classe sociale qui m’était destinée) qui préfèrent utiliser le vélo que le métro saturé aux heures de pointe…
Ce jour là j’ai juste été en retard pour accompagner des patients à une sortie thérapeutique. Des patients en psychiatrie (de ceux qui ne connaitront de leur vie que l’institution malheureusement) qui ont trouvé ce geste stupide quand je leur ai expliqué l’objet de mon retard.
Mais bon… Vous avez juste importuné des gens qui bossaient ce jour là… et refiler du taff aux prisonniers…
Y a plus pertinent comme action… et comme discours… Vous desservez votre cause, c’est dommage.

> Qui sont les "nous" de cet article ?

vous signalez dans un autre article la misère de l'information commise par Le Figaro, Direct Matin, 20 Minutes, RTL etc mais qui peut vraiment savoir qui a écrit :

"Ainsi nous envoyons un clin d'oeil à l'évadé de Villepinte, malheureusement rattrapé. Vive la belle, Crève les pneus.
Face à la justice et au travail, on se dégonfle pas"
??

> Publication ouverte

Combien de fois faudra-t-il répéter que tout le monde peut publier sur Indymedia à condition de respecter la charte et qu'il s'agit d'un communiqué anonyme ? En haut de la page sur l'écran à droite, il a écrit "Pour publier cliquez ici". Il suffit donc de cliquer après avoir lu la charte pour proposer son texte à la modération sur Indymedia Nantes. Les textes sont acceptés s'ils sont conformes à la charte, ou mis en débat ou refusés.

> @Pierre

Je suis d'accord avec Pierre. A tous les voleurs: volez des bagnoles, c'est bien mais pas nos velos (les velibs de decaux, pourquoi pas, mais ils sont tres laids).
Mon velo, c'est des semaines de travail, de reglage, de pieces speciales a trouver.

Si on me l'abime, je risque de reagir de facon pas tres legal et je ne fais pas vraiment confiance a la police. Donc mieux vaut vous rabattre sur un riche proprietaire d'automobile bien assure. Ca n'est pas parce que ca parait facile a voler que c'est sans consequence. Les cyclistes sont tres rancuniers et solidaires.

> Pour quel but?

Bonjour,

En lisant votre article je me suis questionné. L'effet Bonnet Rouge, qui reflète le particularisme français est-il en train de se répendre?
Finalement lorsque que c'est pour affronter le grand capitalisme tous les moyens sont bons. J'espère que ce blogs est lus par les jeunes de banlieues qui sont régulièrement tabassés et incarcérés par une justice intransigeante! Car finalement eux aussi ont le droit de détériorer le bien d'autrui sans craindre la prison! Finalement si les bonnets rouges et autres anti-Vélib le peuvent pourquoi eux non plus?

Ps: pas besoin de censurer, je ne suis ni de droite, si "abonner au figaro", je trouve juste dommage de d'altérer le bien d'autrui et de s'en vanter.

Cordialement,

> La lutte sociale passe-t-elle vraiment par le sabotage de vélib ?

Bien dommage d'en arriver là, il y a mon avis mieux à faire que de saboter les vélib la nuit pour améliorer le contexte social en France ! Il y a des ennemis bien plus puissants et bien plus néfastes que JC Decaux auxquels vous pourriez vous attaquer.

Sur le fond, qu'y a-t-il de mal à condamner les gens qui sabotent les vélib à les réparer en atelier ensuite ? Pourquoi quelqu'un d'autre devrait-il réparer le mal que vous avez fait cette nuit là ?
Et sur la forme, comme vous le soulignez si justement, ces vélos sabotés vont être réparés rapidement donc JC Decaux se moque de votre action.

Au final, vous ne faite qu'UNE chose : vous perturbez le quotidien des habitants qui utilisent ce moyen propre et peu onéreux pour se rendre à la fac ou au travail le matin (Je rappelle qu'un abonnement vélib pour jeune coûte 30 euros environ contre 360 euros pour une carte imagin'R)
Si c'est là votre raison d'être, si vous vous sentez utiles en arrivant à ce genre d' "objectifs", je ne vous dis pas bravo ...

> Ateliers vélo

Salut,
je trouve vraiment chouette les ateliers vélo, cependant ils manquent de budgets et de considération. Paris a ses problèmes et l'emprise des sociétés privées sur les budgets est flagrante. C'est le même type de vélos en libre-service dans toutes les grandes villes mais pas forcément le même point de vue.
Ce qui ne rend pas lisible votre action et qui produit des commentaires violents c'est de mettre sur le même plan : la défense de mineurs incarcérés, la pratique du vélo comme alternative et comme choix, la "justice", la dégradation de matériel et les boîtes privées. "Travail", "esclavage" et "bobos" c'est un peu indigent comme argumentaire dans ce contexte.
Sachant que chacun cohabite du mieux qu'il le peut dans une métropole pareille, que les mineurs incarcérés sont nombreux, que les "actifs" utilisent les moyens de transport les plus judicieux quand ils ont le choix : comment faire en sorte de sensibiliser les uns aux difficultés ( de recherche de moyens de transport doux, d'information, de formation, de compétences, de revendications ... )des autres ?
Pas en agitant une distinction populaire/non-populaire, drapeaux aux fenêtres, sur le vélo ou pas, appartenance de classe supposée au faciès, étoile rouge, jaune ou noire sur le torse. Il y a beaucoup de gens différents dans des situations différentes, il faudrait caractériser le look bobo pour aller plus loin dans le débat ;)
https://soundcloud.com/sk-officiel/neg-marron-le-bilan-sk-remix

> Indymedia n'est pas l'auteur du sabotage

Je crois que ça a déjà été dit, mais je vais le redire pour les débiles qui refusent de comprendre : Indymedia n'est ni l'auteur du sabotage, ni l'auteur de la revendication. Il s'agit d'un communiqué anonyme qui a été posté sur le site par un ou des inconnus, comme n'importe qui peut le faire.

> Bravo

Bravo aux auteurs de cette action.
La révolution non verte est en route ! Vous faites honneur aux nombreux combats passées des réfractaires, humanistes et syndicalistes de nombreuses époques en réalisant une action d'une intelligence rare qui s'attaque réellement à ce qui domine le monde : l'usager du vélo.
En plus si tu prends un velib c'est que t'es dopé, non ?
Ceux qui osent tout pour n'importe quoi ont un "nom", voyez Michel Audiard si vous ne trouvez pas le "nom" auquel je pense.
No pasaran

> esclavage?

Je comprends mal les motifs de cette action.

En quoi est-ce pratiquer l'esclavage que de sanctionner une dégradation de Vélib par une obligation de travail dans un atelier de réparation? Serait-il plus souhaitable d'infliger une amende, ou une peine de prison, que de faire travailler dans l'intérêt général? Ou serait-il mieux de ne pas sanctionner et laisser faire les dégradations de matériel public, considérées alors comme une forme de liberté d'expression?

Aussi, toute forme de travail dans les prisons est-elle répréhensible? Si non, le travail sur les pièces de Vélib tel qu'il est pratiqué dans les prisons est-il fait d'une manière qui mérite le terme d'esclavagisme? Les prisonniers en souffrent-ils? La société Decaux en tire-t-elle un profit inacceptable? Il faudrait plus de détails pour pouvoir en juger.

Sans plus d'informations, votre action me paraît similaire à se tirer une balle dans le pied. Ou à tirer des balles dans les pieds de ses proches. Il y a sûrement de meilleurs moyen de combattre.

Par exemple, si le travail forcé de réparation de Vélib vous choque, je vous propose d'inverser votre action en réparant spontanément des Vélibs pour éviter à d'autres de le faire. Certes, ce serait une action moins violente et donc moins susceptible de faire le buzz. Réparer prendrait beaucoup plus de temps, aussi, car il est plus rapide et facile de détruire que de construire. Mais il est possible que l'originalité de la démarche vous vaudrait autant d'attention que le vandalisme massif, et plus de sympathie pour votre cause.

"Face à la justice et au travail", c'est mieux de regonfler que de dégonfler, non?

> Action débile, contreproductive qui se trompe de cible

Comment peut-on encore croire de nos jours que le vélo en général et les VLS (vélos en libre service) en particulier sont destinés aux "bobos" ou boboïsent leurs utilisateurs(-trices) ? et que crever des pneus pour empêcher des travailleurs(euses) ou des demandeurs d'emploi au budget étriqué de prendre un moyen de transport économique et pratique nt les obligeant à se reporter sur des transports en commun déjà bien chargés va servir une Cause ?
Cycliste au quotidien depuis pas mal d'années, je suis consterné devant ce niveu de bêtise que je mets au même niveau que les consternantes réflexions publiées sur les forums de motorisés à propos des cyclistes, ces empêcheurs de rouler en toute liberté.
Bizarre façon de faire la vélorution : pour moi, le chemin que l'on prend vaut autant que l'objectif à atteindre.

> Exactement l'inverse

C'est une action complètement débile!!
Oui, JC Décaux ne sont pas vraiment des enfants de choeur. Mais à Paris (et d'autres villes), on a le privilège de pouvoir disposer de vélos à très bas prix (abonnement de 40 € par an).
S'en prendre à des vélos, Vélib ou autres, c'est EXACTEMENT L'INVERSE de ce que vous recherchiez!! Les vélos sont un outil REVOLUTIONNAIRE par nature. C'est aux bagnoles qu'il faut s'en prendre.
Oui, Vélib a une image très bobo. Malheureusement. Quand on va sur leur site, la clientèle ciblée est exactement le jeune, blanc, actif, branché, avec un bon porte-feuilles. Pourtant si son image évoluait pour devenir davantage accessible à tous, le Vélib serait davantage compris, apprécié. Car c'est un outil très utile pour l'autonomie, des plus jeunes, des femmes, les déplacements de nuit, etc etc.

> Les vélibs sont fabriqués en Hongrie.

Les vélib sont fabriqués en Hongrie. Dans la plus grosse usine de fabrication de vélos d'europe par Accell Hunland. Ils fabriquent pour toutes les marques europennes.

> Un avis parmis d'autres.

Le fond du problème est très bien résumé. C'est effectivement inadmissible que ces gros salopards de JC Decaux fassent du pognon sur le dos des prisonniers ou des mineurs condamnés à des travaux d'intérêt généraux.

Par contre je ne suis pas du tout en accord avec l'action qui s'en est suivi. Ceux qui ont mené cette action n'ont pas pénalisé les gros cons de JC Decaux, elles ont pénalisé LE PEUPLE et ça c'est grave. (Comme si il n'y avait que des bobos en Vélib ?)Ben oui Madame et Monsieurs tout le monde utilise ce type de transport économique, pratique, écologique.

Alors je pause la question : Pourquoi ne pas avoir mené une action directement contre la direction de JC Demerdecaux ?

Cordialement. (Un ancien d'Indymedia Bruxelles - 2001-2004)

> quel courage !

bravo les gars ! pour crever des pneus de vélo en pleine rue, devant tout le monde , il a du vous en falloir du courage: j'espère que vous avez pas eu trop peur: vous avez risqué vos vies, là !

Non, Sérieusement: dans les années 30, les révolutionnaires allaient se battre à Barcelone contre le franquisme. Ca, c'était une cause. Si vous êtes vraiment sincères dans votre combat, faites quelque chose d'utile, par exemple une vaste opération de développement pour le Soudan du Sud, une campagne de boycott contre l'occupation du Tibet, voire des actions coup de poing contre les banques installées dans les paradis fiscaux.

Mais casser des vélibs ????? Comment je fais, moi, citoyen lambda, pour ne pas vous considérer juste comme des petits délinquants ?

> @ Rickson, Mort aux cons etc.

il y a eu plusieurs commentaires qui indiquent que Inymedia n'est pas responsable, parce que n'importe qui peut publier sur le site etc.

Sauf que donner la parole à quelqu'un, c'est prendre une responsabilité. La preuve, c'est que si vous laissez un commentaire raciste sur votre site, vous êtes passible de poursuites.

Ben là, en moins grave, c'est pareil: si vous faites de la pub à un groupuscule qui fait des actions débiles, vous vous prenez des commentaires désobligeants. C'est pas une preuve éclatante de la bêtise humaine, c'est juste logique.

> journalisme?

Sérieusement,
On s'indigne de faire travailler des taulards? des gens qui ont commis des dégradations?
Quel est le travail journalistique ici? a part prendre parti pour des délinquants?
On parle pas de travaux aux bagnes quand même !

> pas de rédacteur en chef ici

je crois que t'as pas bien saisi où tu es ici.
Indymedia n'est en rien un support journalistique mais un outil mis à disposition en open publishing (publication directe) pour que toutes personnes participant à des luttes puissent témoigner en sécurité (anonymat, pas de trace d'IP), et donner des infos sur les futurs réunions, actions, ... ou encore analyse.
Pour cette contribution, c'est pour une revendication.
Y'a pas de travail journalistique, pas de rédacteur en chef ici.

> Utiliser les outils de l'ennemi?

Et si plutôt que de stupidement (pour toutes les raisons évoquées dans les autres commentaires) détruire des vélos nos maladroits activistes utilisaient le formidable support que représente les flancs publicitaires des dits vélos? Recouvert des informations adéquates sur leurs flancs ("0,50€ de l'heure, c'est se que touche un prisonnier pour réparer ce vélo") les vélos de JC se transforment en information mouvante (sur le sort des prisonniers, par exemple..) et virale: 486 vélos recouvert d'infos qui partent au beau matin en se répandant dans la ville, c'est vachement plus compliqué à capter et nettoyer que 486 vélos crevés et forcément immobilisés...
...et c'est les bobos qui diffusent!!