Lettre ouverte à EELV Ploërmel

Mis a jour : le mercredi 1 janvier 2014 à 21:02

Mot-clefs: Ecologie
Lieux:

Le groupe EELV de Ploërmel a organisé cet automne une conférence sur la transition énergétique avec Jean-Marc Jancovici... pro-nucléaire (... et libéral).

Stop Nucléaire 56 / Trawalc'h

6 rue de la Tannerie - 56000 VANNES
Tél. 06 65 72 31 66 - stop-nucleaire56@laposte.net
http://www.stop-nucleaire56.org

 

Vannes, le 31 décembre 2013

LETTRE OUVERTE à EELV PLOËRMEL (avec texte de Didier Anger)

La Bretagne est historiquement antinucléaire*.

Est-elle en train de changer ? L'invitation de Jean-Marc Jancovici à une conférence sur la transition énergétique le 21 octobre 2013 par le groupe EELV de Ploërmel est, nous pouvons le craindre, révélatrice à ce sujet.

Dans « EELV » il y a le mot « écologie ». Or, « le fait d'habiter (éco) raisonnablement (logos) le Monde » interdit de fait le recours à des technologies qui ne sont pas à la mesure de l'Homme, et qui commencent déjà à dégrader sérieusement son monde. Nous n'étions donc pas venu-e-s à la conférence de Jean-Marc Jancovici pour débattre du nucléaire, mais pour dénoncer la tenue d'un discours qui fait système et dans lequel le nucléaire trouve naturellement sa place.

Le public était face à un discours caméléon : Jancovici sait s'adapter à son auditoire, et va jusqu'à affirmer qu'il n'est pas forcément pour le nucléaire, mais que dans la situation actuelle, il représente une solution dont on ne peut se passer.

Jancovici a joué à l'autruche : le scénario négawatt, et le scénario énergétique japonais n'ont pas été évoqués. Il n'y a pas eu de débat, de contradiction réelle.

Jancovici devrait connaître ces scénarios mais ils sont si clairs dans leurs conclusions sur l'intérêt de la sortie du nucléaire qu'il valait sans doute mieux ne pas en parler. Ne peut-on pas parler dans ce cas de mensonge par omission, de manipulation, ou au moins de partialité (il n'est donc pas « indépendant ») ?

Et quand il s'agit du nucléaire, aucune allusion bien sûr aux travaux de nombreux chercheurs indépendants démontrant le caractère inhumain, criminel, manipulateur du nucléaire : la catastrophe de Tchernobyl, par exemple, n'a pas fait qu'une cinquantaine de morts mais plusieurs centaines de milliers, et elle est toujours en cours.

Qu'un membre d'EELV (il s'agit de la personne, membre d'EELV de Ploërmel, à l'initiative de la soirée, et qui est un ancien travailleur du nucléaire) parle de militants antinucléaires en les traitant d'ayatollahs est révélateur d'une crise identitaire. Ayatollah signifie, au sens figuré (Le Petit Robert), représentant conservateur (d'une tendance). D'après les catégories établies par Didier Anger dans son texte « Mais où vont les écologistes », le groupe EELV de Ploërmel semble donc assumer pleinement sa nouvelle identité de « Verts modernes qui finiront par reconnaître que le nucléaire fait partie des solutions » (paroles rapportées de Lauvergeon).

Jancovici rêve d'être un colibri et souhaite convertir le plus de monde possible. Mais dans la parabole, le colibri n'éteint pas le feu en inondant la maison ou la forêt. Il faudrait que tous les membres d'EELV soient des colibris, mais combattant le nucléaire (avec tout ce qu'il représente en plus des risques de catastrophes et le problème des déchets) et non luttant seulement face à l'urgence climatique. Nous ne pouvons accepter que l'on oppose les combats antinucléaires et « anti-réchauffement climatique ».

Il existe de nombreuses personnes compétentes pour animer une conférence dans laquelle ces deux domaines ne seront pas opposés, ce qui permettrait de poser les bases saines d'une réflexion sur la transition énergétique. Cela permettrait sans doute aussi de dissiper les doutes sur la question de l'identité du groupe d'EELV de Ploërmel.

Rappel : nous avons TOUS, et notamment les POLITIQUES, une responsabilité morale vis-à-vis des générations passées, actuelles et futures dans le choix du développement, de la continuation ou de l'arrêt immédiat du nucléaire. Cette dernière solution est la seule véritablement à même de garantir le respect des choix sociétaux futurs dans un contexte écologique et démocratique sains.

Le Comité d'Animation de Stop nucléaire 56 / Trawalc'h

*Le logo de Stop nucléaire 56 / Trawalc'h évoque d'ailleurs la lutte victorieuse de la population d'Erdeven et de ses environs contre le projet de centrale à Erdeven en 1975 : une main verte a été dressée sur les dunes, tournée vers l'océan. Main de la victoire des Anciens qui ont fait échouer ce projet inhumain, main solidaire des générations actuelles et futures solidaires des populations souffrant du nucléaire au-delà des mers, des frontières (Japon...). Elle est le symbole d'une lutte dont le message est : « Jamais, ni ici, ni ailleurs ».

-----------------------------------------------------

Texte Mais où vont les écologistes ? de Didier ANGER (Tête de liste des VERTS EUROPE ECOLOGIE en 1984, Député européen en 1989) (en fichier joint)

Pièces jointes

Report "Mais où vont les écologistes ?" Didier ANGER

Email Email de contact: stop-nucleaire56_AT_laposte.net

Commentaire(s)

> Le collibri bien-pensant!

Quand est-ce que vous allez comprendre??
Non, les politiques n'ont pas de responsabilité morale vis-à-vis de quoi que ce soit! Pas plus ces clowns collabos d'EELV que les autres...

Ils collaborent au gouvernement le plus anti-écolo de la Vème... En effet, hier encore un nouveau décret autorisait l'installation de porcheries jusqu'à 2OOO cochons sans enquête publique, sans rien, juste par dépôt en préfécture.
C'est juste un exemple, pas d'indignation, car on ne va pas jouer le jeu des journalistes comme vous le faites : faire semblant de redécouvrir sans cesse, chaque matin, outré(e), le caractère mafieux et chaotique de leur politique capitaliste.

Quand est-ce que les "gens" vont capter qu'ils se font enfler par ses représentant(e)s bidons?!
Les collibris auront beau dépenser leur énergie à mettre "leur petite goutte d'eau sur le feu", il ne se passera rien tant que l'on estimera que le nucléaire, l'agriculture robotisée, les partis mafieux ou le contrôle/fichage sont dissociables du monde marchand et autoritaire que nous connaissons : ils sont inhérents à ce monde.

S'agirait de faire table rase du vieux monde et de ses vieilles réflexions dépassées sans attendre de leur part quoi que ce soit!

Il y a tellement de choses à faire et à imaginer...
Pourquoi perdre votre temps avec ces partis miteux et corrompus?

J'aimerais qu'Indy puisse être un laboratoire d'idées germentes, neuves, incertaines et utopistes, pas un vieux pot où on ressasse de vieilles idées désuètes, rances et autoritaires.

> réponse ouverte

Si vous êtes les personnes qui étaient présentes à la conférence, la vidéo est disponible sur internet, il n'y a qu'à écouter et juger de la qualité de votre "prestation".

Mon avis est clair (et c'est un "anti-nucléaire" qui écrit) : vous vous êtes couverts de ridicule, vous n'aviez aucun argument, et vous semblez n'avoir rien écouté à ce qu'à dit Jancovici. Bref, vous êtes dans le fanatisme, et dans une posture romantique stérile qui ne peut avoir comme effet que de dégouter tous ceux qui ne font pas partie de votre "club" des questions environnementales. Il faut vous remettre sérieusement en question, parce que vous faites beaucoup de mal aux causes que vous pensez défendre.

Je reproduis un message que j'ai écrit ailleurs :

Il y a la vidéo d'un débat sur youtube entre Jancovici et Jean-Marie Brom sur le nucléaire en France, c'est un bon moyen de comprendre la position de Jancovici sur le sujet, et de voir aussi qu'il peut y avoir des arguments contre sa position un peu moins caricaturaux que "VRP du nucléaire"

"Il n'y a pas d'énergie propre"
"Le nucléaire évite plus de problèmes qu'il n'en provoque"

Je pense que ça résume mieux la position de Jancovici.

Ce à quoi on peut répondre que ce n'est qu'une solution à court terme, qu'il y aura tôt ou tard des problèmes d'approvisionnement en uranium, et que la question des déchets et de la sécurité des centrales se posera de plus en plus dans le monde du réchauffement climatique, de la montée des eaux, et des pénuries énergétiques.

Jancovici ne nie pas cela. Il hiérarchise, et il tient compte de tous les Français, pas seulement des militants.
Ailleurs il dit que si la population française était prête à baisser drastiquement sa consommation électrique, il n'y aurait aucun problème pour sortir du nucléaire.
Mais avec la consommation actuelle, sortir du nucléaire veut dire construire des centrales à charbon et à gaz pour compenser, et ce n'est viable ni économiquement ni écologiquement.

Le scénario Néga-watt intègre la sortie du nucléaire à moyen terme, je pense que c'est une façon de réfléchir intéressante : planifier une sortie du nucléaire sans pour autant en faire un grand cheval de bataille qui ferait perdre de vue les véritables priorités.

Je fais partie des gens qui étaient spontanément "contre" le nucléaire, et qui ont changé d'avis quand ils ont commencé à regarder les chiffres de près. Je ne suis pas devenu "pour" le nucléaire", mais je pense que ce n'est vraiment pas la priorité. Le vrai enjeu actuel, c'est de sortir du pétrole et du gaz.?

Je suis ouvert aux argumentaires différents.