en soutien inconditionnel aux manifestant-es arrêté-es à Rio de Janeiro

Mis a jour : le vendredi 18 octobre 2013 à 02:15

Mot-clefs: Education Répression Resistances contrôle social / -ismes en tout genres (anarch-fémin…) prisons centres de rétention transports gratuits emeutes rio janeiro brésil
Lieux: - brésil de janeiro rio

Ninguém ficará para trás!

Rio de Janeiro, principale ville touristique du Brésil, est en train de vivre une période d'émeutes et

il est indispensable que les informations circulent ; surtout en ce moment, où la ville et le pays se préparent à recevoir la coupe du monde .

En juin, le Brésil avait déjà commencer à se revolter. D'abord contre l'augmentation des prix des transports, et puis rapidement, de manière plus général, contre la logique capitaliste.

Baisse ou gratuiteté du prix des transports ; démocratisation des médias; démilitarisation de la police ; respect du mouvement indigène (expulsion d'un campement indigène prés du stade maracanã) ; respect du mouvement sans terre ; contre la privatisation du pétrole ; contre la coupe du monde, etc...

En réponse, le gouvernement a fait passer une serie de loi, basée sur l'antiterrorisme, qui autorise une répression qui n'est pas sans rappeller la dictature militaire (1964-1985).

traduction d'un article récupéré sur le tout nouveau blog : tudonosso.noblogs.org

 

En soutien inconditionnel aux manifestant-es arrêté-es !

Affirmer que nous sommes entré-es en guerre n'est pas une menace, c'est voir la réalité en face. Le pouvoir ne montre aucunes intentions de céder, et nous, aucunes d'abandonner. Vu l'ampleur que prennent les contestations, il yaura beaucoup de défaites, mais il faut garder à l'esprit que les échecs ne sont jamais définitifs et qu'ils font partie de l'histoire des victoires.

Le 16 octobre, la ville de Rio de Janeiro a pu voir, de nouveau, de quoi la repression est capable. Les informations divergent encore selon les sources, mais selon le groupe d'avocats « Habeas Corpus » 195 personnes ont été arrêtées, dont 84 personnes qui sont, au jour d'aujourd'hui, encore emprisonnés. Les accusations sont diverses : formations de groupe (ce chef d'accusation est tout nouveau au Brésil : un groupe de 4 personnes, ou plus, est considérés comme crime et peut donc donner suite à de lourdes peines de prison), atteinte à la sécurité de l'état, incendies, dégradation de patrimoine public, coups et blessures, incitation à l'emeute... La nouvelle loi sur l'organisation criminelle est utilisée pour inculper de nombreux arreté-es, ce qui donne lieu à des absurdités telles que la recherche de lider ou de bénéfices obtenus par les « vandales ». Durant la manifestation du 15 octobre, la police a utilisé ses armes habituelles : gaz lacrimogène, flash-ball, tasers et – pour en finir avec les doutes - des armes à feu. (un blessé par balle est toujours hospitalisé à ce jour)

Voici donc le résultat catastrophique que l'état impose à ume manifestation appelée par les professeurs d'écoles régionales et municipales. La grève a commencer en août et a comme objectif d'empêcher que l'éducation soit transformer en marchandise. Le gouvernement reste totalement sourd aux demandes du mouvement et se ferme à tout dialogue. Cette grève, cependant, ne peut être comprise si l'on l'isole d'un cycle de revoltes qui explosent dans la ville et dans le pays depuis juin. Les motifs d'indignations sont nombreux, mais il est clair que l'intransigeance du capital sera de plus en plus critiquée.

Cette même semaine, 17 perquisitions ont été effectuées contre des manifestant-es. Des appareils informatiques ont été requisitionés et, des téléphones semblent être sur écoute depuis juin. Nous ne demanderons pas d'autorisations pour résister, nous résisterons. Aucuns barreaux n'emprisonnera notre lutte pour la dignité.

Il est maintenant urgent de construire un réseau de solidarité aux prisonniers. Nous devons rester attentifs quand à leurs destinations et réaliser une campagne massive pour leurs libérations. Il est probable qu'ils ne sortiront qu'avec le versement d'une caution, et il est donc nécessaire que nous nous organisions pour former une caisse de solidarité. Samedi (19/10) il y aura une veillée à Bangu (prison) : nous comptons sur la présence de tous.

Soutien inconditionnel aux manifestant-es arrêté-es !

 

Email Email de contact: tudonosso_AT_riseup.net