Guerre aux vendeurs d’armes !

Mot-clefs: Aéroport Notre-Dame-des-Landes
Lieux: Chefresnes Notre-Dame-des-Landes

La domination policière et la violence industrielle qui l’accompagne sont les symptômes d’un système capitaliste mortifère s’imposant aux populations par la brutalité. Il n’y a guère que les partisan-ne-s crédules de ce système qui nient encore cette réalité : la démocratie a des penchants totalitaires.
Avec les années Sarkozy, les forces de l’ordre se sont dotées d’armes de guerre permettant de rendre leur combat contre les ennemi-e-s intérieur-e-s (les pauvres, les chômeur-euse-s, les étranger-e-s, les militant-e-s politique...) plus opérant. La droite a ouvert la voie à la guerre au pauvres, à tou-te-s celleux qui incarnent l’échec du système par leur impossibilité ou leur refus de l’intégrer. Et les socialistes au pouvoir poursuivent sans surprise les mêmes politiques sécuritaires et liberticides.

Nobel Sport – Nobel Sécurité, SAE Alsetex – Groupe Etienne Lacroix, Verney Carron ou Taser sont l’exemple même de rapaces faisant du profit sur la commercialisation d’armes de guerre à l’usage des forces de l’ordre. Grenades lacrymogènes, assourdissantes ou de désencerclement, balles de caoutchouc, lance-grenades cougar, flashball et lanceurs de balles, pistolets électriques, armes à feu, sont autant de moyens militaires au service du maintien de l’ordre et de la domination policière.

Au cours des deux dernières décennies, de nombreux jeunes d’origine étrangère ont perdu la vie après avoir croisé le chemin de la police. Beaucoup d’autres, militant-e-s politiques pour la plupart, ont été mutilé-e-s lors d’échauffourées avec la police. Et dans la grande majorité des affaires ayant amené des flics devant les tribunaux, ces dernier-e-s ont bénéficié de relaxes et de non-lieux, ou de peines ridicules en comparaison des crimes qu’ils/elles avaient commis et des souffrances qu’ils/elles avaient infligé.

L’Etat protège ses serviteurs et punit les récalcitrants : la démocratie est le meilleur système qui soit. Elle nous offre le droit de l’accepter ou de fermer nos gueules. Depuis 2006 et les luttes étudiantes contre le CPE et la LRU, en 2009 avec les manifestations contre le sommet de l’OTAN à Strasbourg, puis avec les manifestations antinucléaires au Chefresnes et celles contre le projet d’aéroport à Notre Dame des Landes ces deux dernières années, nous avons été forcé-e-s de constater l’utilisation systématique d’armements occasionnant des blessures graves et des mutilations. Combien de nos ami-e-s ont eu leurs corps incrustés de morceaux de plastique et de métal qu’on ne peut enlever ? Combien de nos ami-e-s ont perdu un œil à cause d’une balle en caoutchouc prétendument « non létale » ? Combien de traumatismes et de mutilations nous faudra-t-il pour rendre les coups ?

Nous ne voulons plus attendre que les nôtres perdent l’usage de leurs membres ou que l’un-e de nous perde la vie pour réagir. Pour tous les hématomes et les yeux perdus, les crânes et les mâchoires fracturé-e-s, les thorax enfoncés et les ligaments sectionnés, et pour les ami-e-s qui garderont toute leur vie le traumatisme des violences policières, nous ouvrons les hostilités contre le parti de la mort.

Ce 25 mai 2013 nous avons mené une première action contre deux de ces marchands de mort, au 57 rue Pierre Charron à Paris : Nobel Sport – Nobel Sécurité et Cougar France produisent une panoplie d’armes de guerre utilisées pour réprimer nos luttes et exportées vers d’autres régimes peu recommandables qui s’en servent pour tirer à vue sur leurs opposant-e-s... et tuer parfois : comme quoi la « non létalité » est un concept mensonger qui ne s’exporte pas forcément.

Des partisan-ne-s de la vie, en soutien à la lutte de Notre Dame des Landes

Link_go Lien relatif