A l’aube du XXIe siècle, pourquoi le prolétariat n’a pas encore renversé le capitalisme ?

Mot-clefs: Resistances
Lieux:

A l’aube du XXIe siècle, pourquoi le prolétariat n’a pas encore renversé le capitalisme ? (parties I et II)...
Face aux attaques qui ne cessent de se multiplier dans tous les pays, à la misère et à la guerre, les réactions de la classe ouvrière restent très limitées et particulièrement laborieuses. Ceci confirme que le combat du prolétariat pour renverser l’ordre établi est un énorme défi historique nécessitant ténacité et patience. La marche vers la révolution est un chemin long, difficile et complexe, qui nécessite une réflexion en profondeur et un réel effort théorique. Pour faire face aux nombreux obstacles qui se dressent devant notre classe, il est donc nécessaire de prendre conscience à la fois des forces et des faiblesses de sa lutte historique.

C’est avec cet esprit d’examen critique que nous republions les deux parties d’un article publié en 2000 et 2001 dans notre Revue Internationale (n°203 et 204) tirant des leçons encore valables aujourd’hui : A l’aube du XXIe siècle, pourquoi le prolétariat n’a pas encore renverse le capitalisme ? Ce texte lutte contre les doutes et démarches fatalistes en soulignant le caractère vivant du combat ouvrier.

Lire suite : http://fr.internationalism.org/icconline/201303/6781/a-...talis

Courant Communiste International

Link_go Lien relatif

Email Email de contact: france_AT_internationalism.org

Commentaire(s)

> On peut donner un élément de réponse…

Le prolétariat n’est pas près de renverser le capitalisme si ses représentants autoproclamés et son avant-garde révolutionnaire passent leur temps à lui donner des leçons au lieu de le rejoindre sur le terrain.

Surtout avec des textes aussi longs et absolument illisibles. Personne d’humain ne pourrait aller jusqu’au bout sans y perdre un peu de son intégrité psychique. Et encore, il s’agit des parties I et II, il risque d’y avoir une suite !

Pour des gens qui passent leur temps à dénigrer le régime cubain, ils ont réussi l’exploit de pondre un texte plus long qu’un discours de Fidel Castro !

> Deux remarques sur le commentaire précédent

C'est vrai que ce texte est long, mais la question qu'il pose est quand même intéressante. On attend d'ailleurs que le commentateur précédent nous donne la réponse qu'il pourrait y apporter : nul doute que ce sera nettement plus court…

D'autre part, je ne vois pas comme il est possible de « dénigrer » le régime cubain ; est-il possible de « dénigrer » un État capitaliste et corrompu, aussi impérialiste que n'importe quel autre, et qui est dirigé par une clique de staliniens attardés dont la propagande doit être confrontée à la réalité sociale cubaine : avant-dernier pays le plus pauvre d'Amérique latine - devant Haïti… -, salaire moyen de 13 euros, chômage massif et grève interdite ?…

> Questions et réponses

Désolé, mais il n’y a pas de réponse prédigérée à l’usage du prolétariat. C’est dans la lutte que se font les révolutions, pas dans la critique des luttes des AUTRES.

Quant à la propagande atlantiste contre Cuba, les « révolutionnaires » internationalistes nous y ont tellement habitués que ça devient une rengaine. Surtout par les spécialistes du niveau de vie dans les pays soumis à l’embargo ou au blocus par leur axe du Bien, comme Cuba ou Gaza.

Mais où avais-je la tête ! Tout le monde sait bien que ce ne sont que des détails de l’Histoire et que seule la lutte de classes expliquée par ses spécialistes dans leurs nombreux écrits a une réalité.

> Qu'est-ce qu'une « lutte »?…

La bonne question, c'est : est-ce que les « luttes des autres » sont réellement des luttes, autrement dit : combattent-elles réellement l'ordre capitaliste ?

Si on prend l'exemple donné par le commentaire précédent, la défense de Cuba n'a jamais fait partie d'une quelconque « lutte ». C'est la très banale défense d'un régime bourgeois, exploiteur et qui, comme tous les bourgeois, paie ses exploités le moins cher possible ! Et ça n'a rien à voir avec le prétexte trouvé par les staliniens de « l'embargo criminel des États-Unis »: tous les États capitalistes font pareil !

Donc il va falloir trouver un autre exemple : la dénonciation des fausses « luttes » fait partie des tâches des révolutionnaires...

> Qu'est-ce qu'une "vraie lutte" ?

L'embargo criminel des Etats-Unis n’est qu’un « prétexte trouvé par les staliniens » ! Rien que ça classe le vieux sympathisant dans le camp des soutiens les plus inconditionnels de l’Empire. Sûrement qu’à Gaza aussi le blocus n’est qu’une invention des staliniens. Et dans le reste du monde il n’y a rien à voir non plus, ça ne rentre pas dans les analyses des idéologues de la soumission à l’ordre établi en attendant le grand soir. Passer son temps à dénigrer toute forme de résistance et à NIER la réalité des crimes commis par les puissants de ce monde, ça porte un nom.

Les « vrais révolutionnaires », eux, sont spécialisés dans la « dénonciation des fausses « luttes », texto. Ils nous donnent un magnifique exemple des « vraies luttes » selon eux : rien sur le terrain, mais des textes illisibles plus longs qu’un discours de Castro pour expliquer combien tout le monde fait de « fausses luttes », sauf eux !

> Du dénigrement au mensonge !

Il faudrait quand même que le stalinien qui défend tous les régimes les plus anti-ouvriers et totalitaires, du moment qu'ils sont anti-américains, et qui ne signe pas le commentaire précédent apprenne à lire ! Personne n'a écrit que je sache que les embargos sur Cuba ou Gaza sont des INVENTIONS. J'ai écrit qu'ils sont le PRÉTEXTE trouvé par le gouvernement de Cuba pour justifier la misère qui règne parmi ses exploités. Les exploiteurs de la clique castriste vivent quant à eux très bien, merci pour eux. Il en va d'ailleurs de même des gangs bourgeois du Hamas et du Fatah en Palestine.

Quand on accuse de dénigrement, il faudrait avoir quelque chose pour le justifier derrière. Déformer les propos des autres, ça, c'est du dénigrement. Mais les staliniens ont partout les mêmes méthodes, c'est ce qui les fait exister politiquement : ils n'ont aucune argumentation politique à faire valoir. Quant à faire quoi que ce soit « sur le terrain », on connaît leurs constants sabotages de la lutte de classe. À Cuba, en Palestine et partout ailleurs : le commentateur précédent a à plusieurs reprises soutenu et défendu la répression des grèves et manifestations à Gazah par les flics du Hamas. Nul doute qu'il va maintenant justifier l'apartheid sexuel que ces obscurantistes sont en train de mettre en place…

> Du mensonge à la démagogie

Quand on traite les gens de staliniens, il faut faire bien attention soi-même de ne pas en donner l’exemple par ses méthodes et ses insultes. Le stalinisme se distingue entre autres par la langue de bois, dont notre dénigreur (qui signe d’un pseudo fantaisiste) nous donne un magnifique exemple : les embargos sur Cuba ou Gaza ne sont pas des INVENTIONS, mais des PRÉTEXTES pour justifier la misère ! ! !

C’est encore pire ! Bientôt notre commentateur anonyme va nous expliquer que les embargos sont organisés par ceux qui les subissent ! On en entend de belles dans les médias alter, même la presse de droite n’oserait pas dire ça !

Le reste à l’avenant, tout est bon pour justifier la théorie, même les thèses les plus farfelues, comme la grève des employés de banque de la West Bank de Gaza ! On en rit encore !