[Paris] sabotage de DAB solidaire

Mot-clefs: Actions directes
Lieux:

Dans la nuit du dimanche 10 au lundi 11 fevrier, éseulée, je déambulais dans les rues de Paris. Après avoir tiré quelques batons de super glue au leader price du coin, étant une âme en peine, je me suis mis à la recherche de joie. La quinzaine de distributeurs de banque de la rue de belleville s'est donc retrouvée dans l'impossibilité de fonctionner grâce à de la colle dans la fente qui prend la carte.

Parce que même toute seule, avec un parapluie et un peu de colle, on peut agir.
Parce que les cibles sont partout et que rester passive me dégoute.
Parce que des détenus de rohanne [-->https://nantes.indymedia.org/article/26893], marco [-->https://nantes.indymedia.org/article/26930], mike [-->https://nantes.indymedia.org/article/26931], ibrahim [-->https://nantes.indymedia.org/article/27110] et des centaines d'autres rebelles sont derriere les barreaux.
Parce que les banques balancent des sans-papiers aux flics.
Parce que l'argent est l'un des noeuds du problème.

Parce que !

Sabotons ce monde !

Glue-sans-associés mais-plus-si-affinités

Commentaire(s)

> Encore un meurtre de chômeur à Pôle Emploi

Un chômeur en "fin de droits" a mis fin à ses jours mercredi à Nantes en s’immolant par le feu devant l’agence Pôle Emploi proche de son domicile après s'être aspergé d’essence, selon les sources policières qui lui interdisaient l’accès aux locaux depuis qu'il avait prévenu de ses intentions d'en finir. Un flic de Pôle Emploi l'avait phoné la veille pour lui confirmer sa radiation définitive.

Le personnel est directement impliqué dans cette nouvelle affaire ou leur collaboration avec la police est démontré dans le but de forcer les chômeurs désespérés à se suicider ailleurs que devant leurs locaux. Cette agence doit être directement mise en cause, particulièrement ses salariés qui ne sont plus que des flics sociaux meurtriers au service du capitalisme et de l'oppression.

"...Le quotidien régional Presse Océan reproduit deux des courriels envoyés par le quadragénaire. «Aujourd’hui, c’est le grand jour pour moi car je vais me brûler à Pôle emploi. J’ai travaillé 720h et la loi, c’est 610h. Et Pôle emploi a refusé mon dossier», aurait-il ainsi écrit dans un premier mail envoyé mardi à 10h12.

Suivi de ce courriel transmis à 12h55, le même jour, selon Presse Océan : «Je suis allé à Pôle emploi avec 5 litres d’essence pour me brûler, mais c’est fermé le 12/02/2013; alors ça sera demain le 13 ou le 14, car ce serait vraiment préférable au sein de Pôle emploi merci.»

Selon le quotidien, la police, alertée, avait mis en place une surveillance aux alentours de l'agence Pôle Emploi concernée. Mais l'homme serait arrivé par une rue adjacente, hors de la vue des policiers.

Tout avait été entrepris par ces laquais du capital pour forcer le désespéré à mourir plus loin !

NE TRAVAILLEZ JAMAIS !