Ils marchèrent de Nice à la ZAD, émoi, émoi, émoi...

Mot-clefs: Aéroport Notre-Dame-des-Landes
Lieux:

D'Angers, de Lille, de Nice, les défenseurs de Notre-Dame des Landes ont convergé, se sont fondus dans une joyeuse cohue malgré l'omniprésente pluie. Vendredi soir 8 février, c'était l'arrivée à Rezé, l'accueil au Canon à Pat', café sympathique devenu soudain bien trop petit. Puis ce fut le pique-nique, ou presque. Il valait mieux avoir prévu un toit même si alors l'eau du ciel avait suspendu son vol. Merci aux structures municipales de nous avoir accueillis ce soir-là pour un repas convivial, où des gens du cru avaient apporté de quoi se sustenter aux affamés marcheurs.

Samedi, ce fut la parade sous un crachin supportable, mais persistant, le traître ! Vu le temps, ce n'était bien sûr pas la triomphale marée humaine de la Reconstruction de la ZAD, le 17 novembre. Comme les marcheurs et leurs amis locaux avaient tous "la patate", ce sont trois sympathiques tubercules à pattes qui ouvraient le cortège. Bien entendu, une dizaine de tracteurs, eux aussi rois de la fête, fermaient la marche.

La_patate-medium
Pas de titre pour 12523

Tout le monde s'est retrouvé, au bout de ce périple à travers la ville de Nantes, au square Davais, qui il y a presque un an avait accueilli les grévistes de la faim. Dommage, l'un d'eux n'était pas là avant-hier : une grave maladie le contraint depuis à rester loin de la foule. Nous pensons beaucoup à toi, Michel ! C'est Françoise qui a pris la parole, au nom de ces grévistes de l'an dernier.

Hier dimanche, les marcheurs ont repris la route pour la dernière étape, la plus symbolique. La pluie s'était mise au diapason, et tombait plus que jamais. Une trentaine "d'habitués" s'étaient mis en route ainsi, tôt le matin. Mais à La Paquelais les attendaient des "troupes" bien plus nombreuses, avec les tracteurs et la maintenance. C'est donc une masse de personnes largement multipliée par dix qui a accompli la fin du chemin, sur des routes moins encombrées de véhicules (à part ceux en bleu bien sûr). Heureusement ceux-ci ont bien voulu s'écarter pour permettre de visiter les lieux historiques, encore debout ou détruits, avant d'arriver à la Vache Rit.

Ce fut un beau succès que cette marche. Difficile, vu les conditions climatiques, elle n'en a pas moins été exemplaire. Nous, population d'un pays nommé France, mais aussi d'autres pays menacés par de Grands Projets Inutiles Imposés, nous sommes levés pour dire NON, non à la gabegie des fonds (qui seraient tellement plus utiles ailleurs), non à la gabegie des terres arables qui rétrécissent chaque année de façon dramatique. Rappelons que tous les dix ans disparaît sous les maisons, les infrastructures industrielles, les autoroutes, ronds-poins, LGV nouvelles, etc... l'équivalent d'un département français !

Nous disons aussi et surtout NON à des technocrates, à des hauts fonctionnaires ou "élus" issus des soit-disant "Grandes Écoles", machines à formater une "élite" coupée du monde et insensible. NON à un $¥$T€M qui ne pense qu'au Pouvoir et au Fric qui lui est associé. Place au Peuple, celui qui n'hésite pas à descendre dans la rue, au risque de recevoir de la part des forces dites "de l'Ordre" des horions, et ensuite d'être accusé par ces même forces d'avoir usé de violence. Le monde à l'envers.

Pour plus de détails, je vous invite à vous reporter à ce site fort bien fait (http://kalzadud.fr/perche/), vous aurez tout, le son, les photos....

Link_go Lien relatif