La connerie du jour : « Moi je parle avec tout le monde »

Mot-clefs: Resistances
Lieux:

Encore un texte de l'excellent Brasiers et Cerisiers. Ca pulse et ça remet les idées bien en place. Si nécessaire ...

source : https://brasiersetcerisiers.wordpress.com/2013/02/08/la...onde/
Ce texte fait suite à un premier article « sur la liberté d’expression ». Il vise à décortiquer une notion qu’il faudrait, selon moi, absolument abandonner dans le cadre de son militantisme. Cette notion, c’est la connerie du jour, c’est cette phrase qui souvent, lorsqu’on l’entend de la bouche d’un interlocuteur, nous donne envie de tout envoyer valser. Cette phrase si niaise, si caractéristique de dépolitisation, à l’image d’une société nombriliste et zappeuse de l’illusoire agora facebookienne, d’une société où les dominations et les courants politiques sont niés. Cette phrase qui est la petite sœur du « droite ou gauche, il y a de bonnes idées partout ». Cette phrase que te balance un camarade de 10 ans de luttes quand tu l’interpelles sur le fait qu’il relaie un texte de ReOpen911 ou du « Réseau voltaire » : « moi je parle avec tout le monde »

Il y a donc cette idée, que, après avoir été sommés de défendre la liberté d’expression « même de nos pires ennemis », il faudrait en plus, pour être un.e vrai.e démocrate, pour avoir une pensée libre et critique, discuter et s’ouvrir aux idées de tout le monde. Encore une fois pour combattre la fameuse « pensée unique ». Et cela, qu’il s’agisse de nos espaces, de nos organisations, de nos AG, de nos manifs.

Ainsi, il faudrait parler avec les fascistes et leurs amis conspirationnistes ; ou encore les confusionnistes, qui sous divers prétexte relaient des auteurs, des textes, des sites d’extrême droite mais se considèrent toujours comme de sincères militants de gauche. Il y a l’idée que, « malgré nos divergences, il faut échanger, ils ne disent pas que des conneries » ou « mieux vaut débattre avec eux que les rejeter, au moins on peut s’attaquer à leurs idées et peut être les faire changer »

-On trouvera cette attitude chez les Indignés[i][ii], ou encore au sein de certains collectifs de gauche « alternative ». C’est typiquement l’attitude qu’adopte Etienne Chouard, enseignant qui s’est fait connaitre sur la toile par ses analyses en faisant campagne contre le TCE en 2005 au sein de la gauche antilibérale. Aujourd’hui, ce monsieur n’hésite pas à manger à tous les râteliers, pourvu qu’on l’invite (l’article de Conspis hors de nos vi[ll]es détaille bien le tout) : une association paravent des Identitaires, un forum alter-écolo, ATTAC-Besançon (mais qui a annulé via un communiqué étrange[iii]), Les Amis du Monde diplomatique, « Radio Courtoisie » (radio d’extrême droite), et l’intéressé précise sur son blog qu’il irait volontiers au MEDEF si on l’invitait. C’est également typiquement l’attitude qu’adopterons les défenseurs de Chouard ou encore les organisations de gauche l’invitant[iv]. Pourtant, Chouard est quelqu’un qui a désormais largement franchi la ligne rouge et s’affiche clairement comme sympathisant d’extrême droite : en niant l’antisémitisme d’une vidéo qui l’est pourtant on ne peut plus ouvertement[v], en présentant un eurodéputé nationaliste comme un « remarquable résistant à la tyrannie mondialiste »[vi], en déclarant « Je pense que Soral n’est ni fasciste, ni raciste. (Y a-t-il encore des fascistes en France aujourd’hui, d’ailleurs ?) Je le trouve même plutôt clairement antifasciste et antiraciste »[vii] . Par ce type de déclaration, il montre (1) qu’il ne comprend absolument pas ce qu’est le fascisme et ne peut donc pas prétendre le combattre (2) qu’il adhère parfaitement aux schémas de pensée de l’extrême droite, nationaliste et antisémite. C’est sûrement ce même souci d’ « ouverture démocratique » qui a poussé, par exemple, Philippe Marx et René Balme à diffuser sur leurs sites des textes d’extrême droite et de la mouvance conspirationnistes[viii]. Cette idée de « donner la parole à tout le monde » est aussi la ligne politique faussement naïve des sites webs tels le « Cercles des Volontaires » ou « Enquêtes et débats » qui derrière le côté « gentils citoyens » donnent la part belle à l’extrême droite.

On ne discute pas avec le fascisme, on le combat.

Cette phrase, assez absolue de prime abord, n’est pas une simple formule et ne part pas de nulle part. Elle part de l’expérience de presque un siècle de lutte contre le fascisme. Parce que le fascisme, c’est un corpus d’idées mais surtout un mécanisme, un mouvement qui ne fait pas de cadeau et n’est pas particulièrement respectueux de règles. Il n’y a rien de bon à prendre chez les fascistes et rien à leur donner (si ce n’est des baffes). Historiquement, tous ceux qui ont cherché la discussion et la conciliation avec les fascistes ont soit fini fascistes soit été liquidés par leurs nouveaux compagnons de route. On ne débat pas avec l’extrême-droite pour des raisons politiques et pratiques.

-Débattre avec eux risque de gommer les différences pourtant concrètes : Si Etienne Chouard enchaîne une conférence pour une association de gauche alternative puis une autre pour les Identitaires, cela sert le discours des Identitaires disant qu’ils ont finalement des bases communes avec le mouvement social. Ce qui est faux. Dans l’absolu, ce genre de conférence où les groupes d’extrême droite « débauchent » des penseurs (qui étaient) plus ou moins classés « à gauche » ou « étant reconnus et validés par la gauche » ne serre qu’a créer l’illusion que l’extrême droite a un projet progressiste/socialisant/écologiste. De même, quand un site comme « Le Grand Soir » diffuse des textes de Meyssan ou encore du « Parti Antisioniste »[ix] cela contribue à valider l’idée que « l’anti-impérialisme » et le prétendu « anti-sionisme » revendiqué par ces groupes et individus est semblable et défendable au même titre que les autres mouvements parfois diffusés sur ce même site.

Le fascisme existe parce qu’il existe des rapports de classe, des contradictions au sein de la bourgeoisie qu’elle peut gérer via ce mouvement et cette culture violente qui s’appuie sur des réalités concrètes millénaires (racisme, patriarcat, obscurantisme), pour combattre (et détourner) les mouvements sociaux, notamment en moment de crise. La situation est exactement celle-là aujourd’hui. En acceptant le « dialogue » avec les fascistes, ou avec ceux qui eux-mêmes font le choix de discuter avec eux (cas des conspirationnistes et confusionnistes « de gauche »), on efface cette confrontation politique. On efface ce rapport de classe au profit d’une vision complètement naïve de la « démocratie » où chaque courant, chaque individu chercherait à gentiment convaincre ses semblables par le biais de joutes oratoires « à la loyale », où les meilleurs arguments l’emporteraient et où les idées néfastes finiraient à la poubelle de par leur propre nature. En fait c’est valider une sorte de démocratie représentative et parlementaire où la simple « saine confrontation des idées dans le cadre du débat » suffirait à faire l’action politique. Et pourtant les mouvements sociaux ne cessent de nous le rappeler : « c’est pas à l’Élysée, c’est pas à l’Assemblée, mais bien dans la rue qu’il faut lutter/qu’on va gagner ».

Parce que la réalité politique, c’est des possédants qui exploitent les autres, et des confrontations entre exploitants et exploités. Ce sont les capitalistes qui posent via l’État et d’autres outils privés (médiatiques, économiques, culturels) les conditions des « débats », souvent justement pour canaliser leurs adversaires. Et c’est une extrême droite à leur service pour casser le mouvement social en y semant la division et la confusion. Et eux s’en foutent de nos idées, nos envies, nos projets.

En assimilant et en reproduisant dans nos propres choix, dans nos propres espaces cette idée qu’un débat peut avoir lieu « d’égal à égal » avec des adversaires, ou même une simple discussion « constructive » dans une hypothétique agora sans que les dés ne soient pipés, avec l’idée que le type en face de nous à autant envie de nous ouvrir ses oreilles et sa tête que nous lui ouvrons les nôtres, on se goure complètement.

Le type en face, il veut juste une tribune, une occasion d’améliorer son image et de toucher par son discours. Celles et ceux qui ne comprennent pas ça, même après maints exemples et arguments, qui s’entêtent à vouloir « échanger des idées parce que c’est ça la démocratie » adoptent finalement une posture dangereuse. Parce qu’il.elles persistent à nier chez leur adversaires les faits suivants : ils n’en ont rien à faire du débat, ils n’hésiteront pas à ne pas en respecter les règles (mentirons sur les sources, chiffres, faits, manipuleront les concepts et le sens des mots) et donc seront en position de force. Ils sont en quête de reconnaissance et de respectabilité et quoi de mieux que l’acceptation d’un parti/association étiqueté « de gauche » pour s’ouvrir des portes vers de nouveaux espaces ?

Discuter avec des adversaires (que ça soit des fachos, ou même dans d’autres cas, des ultra-libéraux convaincus, ou encore des soi-disant « ni droite ni gauche ») est non seulement une perte de temps mais peu avoir des effets pervers : Surtout si c’est dans votre espace (votre site web, votre mouvement, faire entrer des opposants dans une AG de votre lutte) ; c’est tout bénef pour eux et rien pour vous. C’est aussi simple que cela : ça consiste à leur servir la soupe. Ca ne peut que brouiller votre message, votre discours et crédibiliser le leur.

-« Mais on peut peut-être les convaincre, les changer ? ». Si on croit sincèrement à notre discours, nos principes, pas besoin d’un « dialogue » pour les diffuser. Des gens de droite, d’extrême-droite ou sociaux-libéraux peuvent infléchir leurs positions et quitter ces courants de pensées pour se rapprocher de nous. Oui c’est possible, ça arrive plus souvent qu’on ne le pense et c’est heureux. Mais ça n’est pas en discutant « de groupe à groupe » ou « bloc contre bloc » que l’on provoque ce changement. Cela se joue au niveau des individus. On n’a jamais vu une association, un parti situé de l’autre côté de la barricade renoncer collectivement à leur idéologie pour rejoindre le mouvement social (ni même la gauche réformiste). Si d’anciens d’extrême droite comme Devedjian ou Madelin se sont un peu calmés (enfin bon, pour devenir ultra-libéraux, chouette !), ce n’est pas Occident ou Ordre Nouveau qui ont changé. Heureusement que l’extrême gauche des années 1970 n’a pas essayé de dialoguer avec ces mouvements là (quelle perte de temps !). Si l’on veut faire changer d’avis un fasciste, on lui tient un discours carré rejetant fondamentalement ses principes, on ne le ménage pas, on ne lui fait pas croire qu’il y a des objectifs communs entre lui et nous. Le débat n’a pas lieu d’être lorsque l’on considère sérieusement le fascisme comme un adversaire.

Et au final, l’enjeu d’hier et d’aujourd’hui de l’antifascisme a toujours plus été que d’autres personnes ne rejoignent pas ces mouvements, freiner leur développement, plutôt que tenter de récupérer les militants qui y sont déjà. On peut facilement avoir de la compassion pour les individus tombés là dedans (surtout s’il s’agit de gens que l’on connaissait d’avant, des copains d’enfance, des gens au parcours compliqué qui finissent là non pas par hasard, mais qui auraient fini autrement si les choses avaient été autres). Discuter individuellement (et hors d’un cadre de lutte) avec son voisin raciste, son cousin qui vire réac’, est une activité louable, mais on en revient au cas du rapport individuel. Et même dans ce cas là, il ne faut pas laisser s’installer la complaisance : « Tes idées je les combats avec acharnement chaque jour, je ne pense pas qu’elles vaillent la peine d’être défendues et débattues ni même écoutées parce que je les connais (trop) bien, cependant je sais que tu vaux mieux que ça et que tu peux changer sur des bases positives ». Convaincre contre le fascisme, ça se fait avec des tracts, des affiches, la diffusion de NOS idées, notre présence et nos actions sur le terrain, dans les luttes. Et dans ce cadre, on doit pouvoir s’adresser à tout le monde. C’est cela l’enjeu : différencier « je m’adresse à tout le monde » et « moi je parle avec tout le monde ».

-« Mais ils ont quelques bonnes idées, bonnes analyses… » (?!?) Théoriquement si l’idée est bonne elle pré-existe ailleurs. Rien de bon n’est jamais sorti de l’extrême-droite et les « bonnes idées » sont récupérées d’ailleurs. Idem chez les « trucs intéressant » des confusionnistes. Chouard et sa « démocratie par tirage au sort » n’a fait que dépoussiérer la démocratie athénienne, il n’a rien inventé de fondamental. Une certaine gauche qui s’enthousiasme à ce sujet (c’est là dessus qu’elle continue de l’inviter[x]), ne devrait pas avoir besoin de Chouard pour en discuter (à condition de savoir ouvrir un livre).

-« Et si nous avions tort sur tel ou tel point ? Nous ne détenons pas la vérité absolue, il faut accepter la contradiction ». Peut être mais dans ce cas il n’y a pas que les fascistes qui nous porteraient la contradiction. On peut très bien affronter nos contradictions, nous remettre en question en débattant avec ceux qui ne sont pas nos adversaires les plus acharnés, au sein de nos divers courants révolutionnaires et alternatifs, et même entre nous si on a de l’estime pour l’auto-critique. Et d’ailleurs, encore une fois, a-t-on besoin de discuter avec ses adversaires pour démonter leurs arguments, leurs discours ? On peut établir un parallèle avec le combat qui oppose rationalistes défendant l’évolution face aux créationnistes. Le professeur en biologie évolutive Guillaume Lecointre qui a beaucoup écrit sur ce sujet recommande de ne jamais accepter de débattre de biologie avec des créationnistes. Parce que ça serait déjà considérer qu’il y a quelque chose à débattre avec eux. Est-ce que la communauté scientifique a besoin des créationnistes pour questionner au quotidien les théories et connaissances en biologie évolutive ? Absolument pas. Les « critiques » créationnistes ont-elle permis ne serait-ce qu’une avancée en sciences du vivant ? Nada. On peut aussi établir un parallèle avec la lutte contre les sectes. Raël acceptera toujours de passer à la télé (quitte a créer des buzz absurdes), même pour s’y faire démolir, l’essentiel étant qu’on le voit et l’entende, et en ce sens, débattre, même brillamment contre lui, lui rendra toujours service. Affronter nos propres contradictions et mettre en avant celle des fascistes, nous pouvons parfaitement le faire sans leur présence, réelle ou virtuelle, dans nos espaces.

-« Et dans les médias, à la télé, il y a des débats contre l’extrême droite… ». Il faut un peu différencier le « débat » entre deux organisations (ou entre un invité et une organisation) et les joutes médiatiques (qui tiennent surtout du spectacle) et dont le but n’est absolument pas de créer des convergences ou du consensus mais au contraire de tenter de mettre l’adversaire à terre et marquer la ligne. Mais un média (public ou privé) est-il « neutre » ? Est-ce un lieu de confrontation ou de pacification ? Est-ce vraiment utile ? La question reste posée, même si il est clair que, entre débattre CONTRE le FN à la télévision ou la radio et débattre « à l’invitation » des identitaires, ou « dans un cadre fraternel » chez les soraliens, ça n’a rien à voir.

Si on choisit donc de refuser fondamentalement toute rencontre avec l’extrême droite, les partisans du « dialogue » vont employer une liste de termes qui restent à déconstruire (déconstruction développée en partie dans cet article du site Feu de Prairie) Vous devenez alors :

- « sectaires », « groupusculaires », « pas ouvert » : Non nous sommes juste fermés aux idées fascistes et celles de leurs amis.

-« dogmatiques », « donneurs de leçons », « avant-garde éclairée » : ça n’est pas tant par pure idéologie que par des constats historiques et de terrain que nous choisissons cette position (qui ne devrait pas être uniquement celle de l’extrême-gauche). Il s’agit d’avoir un poil de vision politique et de cohérence. Nous ne donnons pas de leçons, nous nous contentons d’en tirer du passé et de notre vécu.

- « binaires », « staliniens », « adeptes de la pensée unique » : à partir du moment où l’on considère les fachos comme des ennemis et que « la barricade n’a que deux côtés », il n’y a pas de compromis à faire, pas de « juste milieu » à chercher.

On vous appellera par ailleurs à :

-« faire preuve de dialogue », « être constructif ». Il n’y a pourtant rien, encore une fois, à dialoguer ni à construire avec les fascistes.

- « respecter la démocratie et la diversité d’opinions », « dépasser les clivages », « travailler sur ce qui nous rassemble ». Au contraire, l’enjeu est de marquer le plus possible toutes les différences entre eux et nous. Et les opinions fascistes ne méritent aucun respect.

Et on vous accusera de :

-« faire comme les fascistes », « faire le jeu du Front National/du système ». Au contraire, les fascistes veulent « discuter » avec nous (ou plutôt chez nous), ils veulent se servir de ces moments pour créer des écrans de fumée. Ils veulent faire tomber ces barrières. Certains médias capitalistes et responsables politiques participent à faire de même, en véhiculant et banalisant les idées de l’extrême droite tout en essayant de lui attribuer une couleur populaire. Ne pas « Faire le jeu de l’extrême-droite », c’est au contraire avoir une attitude carrée, et montrer que tout ce qu’ils essayent de détourner ou récupérer (de la lutte contre le capitalisme et l’impérialisme à la dénonciation du pouvoir en place) n’est qu’une grosse manipulation. Et donc, une dernière fois, qu’il n’y a rien à débattre avec eux.

Les groupes d’extrêmes droites et les gens fumeux qui leur tournent autours et leur font quelques bisous, nous n’avons rien à faire avec eux, rien à en espérer, tout à y combattre. Si nous pouvons sans cesse questionner notre façon de militer, nos idées, nos connaissances et nos pratiques, nous devons en revanche être confiants sur notre démarche, nos projets et notre marqueur politique. Si certains pensent qu’un compromis ou ne serait-ce qu’un contact est nécessaire avec nos pires adversaires pour avancer dans nos luttes, c’est peut être qu’ils n’ont pas bien compris ce qu’étaient ces luttes et les principes qu’elles impliquent.

L.T

[i] Les “Indignés” parisiens encore et toujours infiltrés par des fafs

[ii] Article d’Alternative Libertaire-Montpellier : Les indignés parisiens infiltrés par les fascistes, interrogation sur la position des Indignés Montpellierains de s’ouvrir à l’extreme droite.

[iii] Communiqué d’ATTAC Besançon : « qu’Etienne Chouard défendrait des idées d’extrême droite. Nous n’avons rien lu actuellement qui permettraient d’affirmer de telles allégations, mais nous ne pouvons non plus affirmer avec certitude le contraire. […]De ce point de vue, faire preuve de dialogue avec tous, peut être considéré comme la preuve d’un grand idéalisme démocratique, s’appuyant sur les principes de liberté d’expression et le discernement. […] c’est être très audacieux et idéaliste, ou alors très naïf, de penser que d’oser débattre avec n’importe qui, n’aura pas de conséquence sur la réception des ses messages et de ses idées […] Il existe aussi des personnes politiquement à gauche qui sont antisémites, mais qui ne sont pas non plus fascistes. […] » Bref un peu tout et son contraire…

[iv] Cf le Communiqué d’ATTAC Besançon cité précédemment ou encore les réactions au communiqué du cinéma UTOPIA-Front de Gauche.

[v] « J’ai bien vérifié : je n’ai pas trouvé une seule pensée antisémite dans cette vidéo» déclare-t-il à propos d’une vidéo complètement délirante (voir l’article sur site Reflets).

[vi] Nigel Farage (toujours l’article sur site Reflets).

[vii] Dans le fil de commentaire de son site, article du 28 décembre 2012.

[viii] Tous deux ex-candidat Front de Gauche aux législatives de 2012 : P. Marx a été écarté suite à sa mise en cause (voir le site « Opération Poulpe ») alors que R.Balme a été maintenu, sommé de fermé son site, suite à la polémique ayant pris de l’ampleur via Rue89. Il a ensuite quitté le PG et rouvert son site peu de temps après.

[ix] Meyssan auteur d’articles publiés entre 2005 et 2011 ; articles du « Parti-Antisioniste » des amis de Dieudonné, publiés en février 2009 et mars 2010.

[x] Festival « Les utopies en marche » à Die (article indy à ce sujet) ou encore l’université d’automne 2012 du « M’pep » (association de J. Nikonoff et B. Cassen, anciens dirigeants d’ATTAC-France) où étaient également présent « Le Grand Soir », l’UPR (parti souverainiste et conspirationniste d’Asselineau).

Commentaire(s)

> Le scoop du jour : les conspis-anticonspis ont trouvé un nouveau sujet de conversation :-))))

Ça faisait longtemps qu’ils n’avaient pas fait la chasse aux sorcières, il était donc temps que les Justiciers délaissent un moment leur lutte contre les forces du Mal qui dominent le monde et qui accaparaient tous leurs efforts pour passer à un sujet qu’ils n’avaient que rarement abordé auparavant : l’ennemi intérieur.

S’ils sont aussi brillants que pour leurs autres combats mémorables contre l’impérialisme, le colonialisme, le racisme et le pouvoir en général, ça va saigner !

> OK

c'est très bien que tu ne t'en lasses pas 03:04. Par contre si on pouvait se passer de tes saillies intempestives à tout bout de champ ce serait ... comment dire ? Nan laisse béton tu peux pas comprendre. Mais bon en même temps faut c'est vrai qu'à ta manière (en creux donc) tu complètes assez bien l'info sur la confusion ambiante et tous ceux qui l'entretienne.

> La connerie du jour : « Moi je parle avec personne »

Et si on faisait une fois pour toutes la liste de ceux qui n’auraient pas le droit de s’exprimer selon les inquisiteurs, peut-être que ça ferait gagner du temps et économiser des articles ?

Au-delà des articles spécifiques sur leurs bêtes noires (et cibles faciles puisque attaquées conjointement par les fachos et le pouvoir) comme Collon, Vivas ou Dedaj, nos apprentis Savonarole ont eu l’occasion de s’en prendre au passage et de censurer une liste impressionnante de sites et de personnes coupables de complicité avec les « rouges-bruns » : L’UJFP, le BDS, Info-Palestine, Eric Hazan, Europalestine, Bakchich, La Feuille de chou, Fakir, LMSI, Michel Warschawski, Pierre Stambul, Danielle Bleitrach (dans sa première période), ISM, les Indigènes, Dechoukaj, Génération spontanée, Sébastien Fontenelle, O.PA, Pierre Tevanian, n’oublions pas Chomsky, etc., etc.

Il est évident qu’il n’en reste plus des masses et que dans ces conditions ils ne risquent pas de parler « avec tout le monde ».

> Pour une économie de temps et de commentaires

Après la chasse aux sorcières, l'inquisition... T'as oublié le maccarthysme. Ce qui serait bien les prochaines fois c'est de nous faire un pack global. Ca te coûterait pas plus cher.

> global package

Faire un « « pack global », c’est difficile, vu le nombre d’excommuniés… On en oublie tout le temps, par exemple Acrimed, ou même les orgas coupables de publier Pierre Stambul, comme Courant alternatif ou Alternative libertaire.

Dans « l'excellent Brasiers et Cerisiers », on en voit de bien bonnes pour justifier la censure de Chomsky :

"D’un autre côté, on a des militants et des structures qui sont réellement menacées de répression : Lorsque Jean-Marc Rouillan a eu l’audace de donner une interview à l’Express où il déclare « le fait que je ne m’exprime pas est une réponse», ça l’a renvoyé en taule pour plusieurs années. […] Pensons aussi aux embastillés de Tarnac, dont l’une des principales accusations étaient d’être soupçonnés d’avoir écrit un livre… Là encore point de signature du grand Chomsky sur la pétition de soutien." […]

http://nantes.indymedia.org/article/27101

Un des reproches faits à Chomsky serait donc de ne pas avoir signé les pétitions de soutien à Rouillan ou aux inculpés de Tarnac ! On croit rêver ! Comme si les « chasseurs de rouges-bruns » s’étaient distingués, eux, dans le moindre soutien. Pire, quand ils se sont manifestés, c’est pour les enfoncer encore plus : voir ce magnifique article où comme d’habitude les commentaires ont été soigneusement sélectionnés et la plus petite critique censurée :

Au sujet de sa mise au point : Jean-Marc Rouillan est tombé sur la tête !

http://paris.indymedia.org/spip.php?article11521

Le comble de la tartufferie et du jésuitisme, c’est de reprocher aux excommuniés de ne pas signer les communiqués de soutien en même temps qu’on censure les communiqués de soutien quand ils figurent dans les signataires ! Plus tordu que ça je meurs !

On a vu refuser systématiquement tous les appels à soutien de Georges Ibrahim Abdallah (qui est sur les mêmes positions que Rouilan) sous le prétexte que les signataires n’étaient pas conformes. Mais en réalité n’était-ce pas plutôt parce que ses positions déplaisaient ?

http://paris.indymedia.org/spip.php?article12746

http://paris.indymedia.org/spip.php?article12711

Il est bien évident que la moindre pétition signée par Chomsky serait de même censurée au nom du principe de chasse aux sorcières.

> Faut tout lui expliquer

Ici c'est Indymédi Nantes pas la LISTE d'Indymédia paris

> commentaire caché

On a caché un énième commentaire qui ramène un probleme de modération d'indy Paris en commentaire sur un article qui n'a pas de rapport.

Faut-il le rappeler encore une fois (alors qu'on nous reproche de ne pas nous justifier) : les commentaires sont là pour faire des compléments d'infos sur les articles auxquels ils sont ratachés.

Pour ce qui concerne les articles d'autres sites, allez vous plaindre sur ces sites.

Pour les probleme de modération, il y a des listes publiques sur chaque indy pour gérer ça.

> Oui, oui…

Excusez-moi de ne pas être d’accord, mais le commentaire caché avait bel et bien un rapport avec l’article. Ce n’est pas Indy Paris en tant qu’Indymedia qui est en cause (pour peu qu’il y ait encore beaucoup de gens qui considèrent qu’Indy Paris a un quelconque rapport avec le réseau Indymedia et ses principes), c’est Indy Paris en tant que partie prenante de la campagne de chasse aux sorcières et même un de ses éléments principaux.

C’est pourquoi nous sommes bel et bien en plein cœur du sujet. La modération, en validant cet article, a pris une responsabilité qu’elle doit assumer. Soit elle acquiesce aux injonctions des « anti-liberté d’expression » qui considèrent que ceux qui les contestent sont au mieux des trolls, au pire des « rouges-bruns », soit elle permet de leur répondre, MÊME SI c’est un autre Indymedia qui est en cause.

Le commentaire caché était là pour montrer comment, derrière un discours passe-partout et apparemment antifasciste, les gens visés sont infiniment plus nombreux que les quelques noms qui nous sont donnés en pâture. L’exemple était celui de Pierre Stambul, invité par le CIRA de Marseille pour un débat sur la Palestine, dont le communiqué a été censuré pour « copié collé d’une orga dont l’un des membres et non des moindres a apporté son soutien au site réactionnaire le grand soir alors que celui-ci publie régulièrement des auteurs d’extrême droite » ! Si on n’est pas en plein dans le sujet, je ne sais pas ce qu’il vous faut. Voilà comment on en arrive à partir du Grand Soir à censurer Pierre Stambul ! Et plus généralement tous les sujets ayant un rapport avec l’impérialisme, le colonialisme ou l’apartheid…

Quant aux listes publiques, il y en a effectivement dans certains Indymedia, comme Nantes, mais certainement pas sur Indy Paris, à moins qu’on appelle liste publique une liste où seuls les modés s’expriment :

http://lists.indymedia.org/pipermail/imc-france-paris/