Sur « la liberté d’expression »

Mot-clefs: Répression
Lieux:

Ce ou cet(te) article a été refusé d'après la charte. Un commentaire explique les raisons de ce refus.

Quand la liberté d'expression devient liberté de pression.

Texte trouvé sur SeenThis. C'est ce lien que je donnerai avec un extrait de l'article, car la discussion qu'il a soulevée est tout aussi intéressante que le texte lui-même.
A la base, je prônais, mordicus, la liberté d'expression. Mais à force de perdre beaucoup d'énergie à réguler des débats sur différents réseaux, à force de voir des sites se faire envahir à tel point qu'on ose plus y foutre les pieds de peur de se les prendre dans un tapis pas persan pour un sous, bah il faut trouver des solutions. Et cet entêtement qu'ont l'extrême droite, les pro-colonialistes et autres conspi à squatter des sites qui ne souhaitent pas les accueillir a un nom : le trollage. Une seule réponse : don't feed the trolls. Alors oui je suis pour la liberté d'expression de mes ennemis... mais sur leurs sites. Et je retrouverai ainsi avec plaisir celles et ceux avec qui on pourra débattre, ne pas être d'accord, mais sans avoir envie de vomir.
Intro de l'article sur publié par L.T. sur Brasiers et Cerisiers :
"La défense de la « liberté d’expression » est une question qui traverse aujourd’hui les mouvements sociaux, les organisations politiques, les collectifs militants divers et variés. En effet, elle se retrouve au cœur d’affrontements à propos de l’attitude à adopter face à certains adversaires. Plus précisément, autours de cette question s’opposeront certain-es souhaitant ouvrir leurs espaces (toujours au nom de la « diversité d’opinions », du « pluralisme », de la « liberté d’expression ») à des courants que l’on qualifiera de conspirationnistes, confusionnistes, où même parfois tout simplement fascistes, et d’autre part des militants qui, dans un objectif antifasciste, souhaitent au contraire maintenir toute cette sphère à distance de leur propre réseaux et du mouvement social en général. Et surtout, ils s’opposent à l’idée « voltairienne » (remise au gout du jour par des théoriciens comme Noam Chomsky), qu’il faudrait se battre « pour la liberté d’expression de ses pires ennemis »."

Un autre passage pour le clin d'oeil :
"D’un autre côté, on a des militants et des structures qui sont réellement menacées de répression : Lorsque Jean-Marc Rouillan a eu l’audace de donner une interview à l’Express où il déclare « le fait que je ne m’exprime pas est une réponse», ça l’a renvoyé en taule pour plusieurs années. Les sites Indymédia, Jura libertaire et Non-Fides se voient menacés, subissent harcèlement, perquisitions et convocations par la Police Nationale. Mais où sont les « voltairiens » ? Ah oui non c’est vrai, pour eux, ces sites sont au service « du Système » et de la « pensée unique », c’est pour ça que le « Système » convoque leurs administrateurs et saisit leur matériel. Une logique à toute épreuve, ce « Système » ! Pensons aussi aux embastillés de Tarnac, dont l’une des principales accusations étaient d’être soupçonnés d’avoir écrit un livre… Là encore point de signature du grand Chomsky sur la pétition de soutien."

Link_go Lien relatif

Commentaire(s)

> oups, si, c'est quasi un doublon

Effectivement, je suis désolée, je n'avais pas vu l'autre article, c'est bien un doublon en dehors du passage où j'exprime mon ressenti. Ce texte m'a touchée car, même si je ne suis pas d'accord avec tout ce qu'il soulève, il exprime bien la lassitude que peuvent ressentir certaines personnes. Ça a été mon cas quand j'étais modératrice ici et une des raisons qui m'a fait quitter l'équipe...

Je vais donc publier le lien vers seenthis sur l'autre article qui m'a l'air bien mouvementé !!!

> refusé

doublon de : https://nantes.indymedia.org/article/27075

Les commentaires ne sont pas autorisés pour article.