[Tours] « Les artistes du Projet 244 se rebiffent »

Mot-clefs: Art/culture
Lieux: Tours

Le Projet 244 est un collectif d’artistes gérant et mutualisant une friche culturelle partagée, laboratoire des arts de la rue. Depuis plusieurs mois, il est la cible récurrente d’individus regroupés sous le nom « Thanks for the Future », qui font preuve d’harcèlement : diffamation, campagne d’affiches calomnieuses, violences verbales, menaces… et toute une série d’allégations mensongères qui commence à mettre à mal le travail et la patience de la quinzaine de compagnies et des artistes usagers du lieu.
Explication :

L’association « Projet 244 » s’est créée en 1999 sur le site d’une ancienne usine de charpente métallique au 244 rue Auguste Chevalier à Tours. Le site acheté alors par la SEMIVIT est loué par la Mairie de Tours qui accepte, après quelques tractations, de signer une convention d’occupation à titre précaire avec le collectif. Une quinzaine de compagnies y développent alors un projet culturel alternatif, basé sur la mutualisation des moyens et des savoirs-faire. Un lieu de création qui s’inscrit dans l’histoire de la ville avec le carnaval de Tours, la guinguette de Tours sur Loire, des animations en milieu carcéral ou scolaire mais qui rayonne également par des tournées en France et à l’étranger, l’organisation de festivals, des projets de coopération culturelle …

S’y développent une création pluridisciplinaire alliant le théâtre, la musique, le cirque, la danse, la marionnette… et un large réseau de plasticiens, soudeurs, sculpteurs….

Un « turn-over » d’artistes comprenant installations permanentes et résidences ponctuelles.

Les membres du Projet 244 ne comprennent pas l’attitude et les accusations calomnieuses des 4 squatteurs qui se sont installés en 2010 au milieu de la friche culturelle, dans une maison qui n’est pas intégrée à la convention d’occupation qu’a signée le Projet 244 avec la Ville et qui abritait jusque-là des précaires. Prenant possession d’un lieu qui ne leur appartient pas, ils en bloquent l’accès aux plus démunis. La Croix Rouge qui passait jusque-là, ne passe plus….

Si l’on peut comprendre la théorie du squat comme outil politique contre le capital, on comprend beaucoup moins en quoi le fait de ponctionner et d’insulter un collectif d’artistes plutôt désargentés, mettrait à mal le capital et le pouvoir qui lui est associé…

Surtout qu’en parlant de capital, la facture pour les membres du Projet 244 est lourde !

En effet, en plus de payer les consommations d’eau et d’électricité liées à l’occupation du squat, les dommages collatéraux commencent sérieusement à mettre à mal l’outil de travail des artistes et compagnies s’activant sur le lieu au quotidien.

C’est d’ailleurs au moment où le collectif demande à ces individus de faire installer leur propre compteur électrique et de régler leur facture que les relations s’enveniment…

Concerts et projections sauvages, intrusions dans les espaces de travail, menaces, la situation n’est plus acceptable et des mains courantes ont été déposées pour prémunir le Projet 244 de débordements.

Contraints d’annuler certaines manifestations pour ne pas créer d’amalgame malheureux, le Projet 244 est victime d’une véritable propagande : campagnes d’affichage en ville, textes et tracts diffusés par des médias alternatifs, listes de diffusion, profils facebook…

Que penser des associations ou lieux de convivialité qui soutiennent ou relaient ces informations sans même savoir qui nous sommes, sans vérifier une seule seconde la véracité des faits, sans se poser un instant la question de leur responsabilité dans cette affaire ?

Tout cela est en train de ternir l’image d´une association alternative qu’un collectif d’artistes a mis plus de 10 ans à construire et qui représente une vraie dynamique culturelle pour notre territoire.

Certes fin 2013, le Projet 244 devra quitter les lieux et l’association sera dissoute.

Une partie des compagnies fondatrices ira rejoindre d’autres compagnies à Mettray sur le site des grandes brosses où se construit le 37ème parallèle, future fabrique des arts de la rue. D’autres artistes se constituent en collectif pour tenter de poursuivre l’aventure d’une friche culturelle partagée ailleurs, notamment en milieu rural.

Malheureusement la crédibilité de ces artistes et compagnies est entachée par les allégations mensongères des squatteurs et les compagnies non–relogées ont de plus en plus de mal à obtenir des rendez-vous institutionnels.

C’est donc pour mettre fin à ce conflit que la présidence collégiale du Projet 244 vient d’adopter à l’unanimité la décision de porter plainte pour harcèlement contre les occupants de la maison connus sous le nom de « Thank for the futur » et diffamation envers les relais et soutiens.

Parallèlement nous remercions les personnes et médias qui comprenant la situation, n’ont pas donné corps à cette manipulation.

Renseignements, rendez-vous et dossier de presse au : projet244@hotmail.fr

http://demainlegrandsoir.org/spip.php?article1053

Commentaire(s)

> Qu'il se rebel l'art triste

Il s'agit des Artistes du projet 244 à Tours qui participent à l'expulsion du squat....

Ils vont même jusqu'à utiliser les médias alternatifs....attention bientôt ils iront sur la ZAD enfin si c'est pas déjà fait

> collabos

Le Projet 244 a déposé des mains courantes contre des squatteurs (ils l'avouent eux-mêmes dans ce texte). Des gens qui vont chez les flics (qui plus est pour balancer des squatteurs) ont ils leur place sur Indymedia ? Un projet artistique conventionné, copain avec la mairie (en tout cas bien comptent de l'aider dans ses procédures) et qui nous parle de "rdv institutionnels" peut-il publier ces mensonges anti squat ici ?

Demande de mise en débat !!!

> Foutaises!!! Qu'est ce que fout ce communiqué ici.

Ce matin les artistes sont venus essayer d'agresser et de sortir par la force les squatteurs de chez eux, suite à la manif d'hier soir.

"Les artistes se rebiffent" contre ceux qui les expulsent? Non, surtout pas.

C'est évidemment plus simple de s'allier avec les proprios et la Mairie, dans l'espoir d'être intégré à un éventuel projet de relogement. Accusé les squatteurs, du fait de leurs discours et de leur image, de saboter ce processus de relogement, c'est carrément de la foutaise. A moins d'avouer qu'en collaborant à l'expulsion et la répression de ceux ci, les artistes s'imaginent qu'ils obtiendront une récompense...

Que dire du fait que le blog de "DEMAIN LE GRAND SOIR", se fasse le relai de cette logique de répression et d'isolement. Alors même qu'il s'approprie et diffuse dans ses archives, des photos de l'ancien squat place de la Victoire, faisant croire qu'ils y ont participé. Aux chiottes la schizophrénie (pour ne pas dire la récupération), et ce militantisme fait d'amour-haineux.

Solidarité avec les squats, et tous les lieux de vies et de résistances !

> institutions

J'aime beaucoup le passage :

"Malheureusement la crédibilité de ces artistes et compagnies est entachée par les allégations mensongères des squatteurs et les compagnies non–relogées ont de plus en plus de mal à obtenir des rendez-vous institutionnels."

Obtenir des contrats auprès des institutions, voilà le but de nos artistes...

> pas de neutralité

c'est parfois compliqué de savoir quoi faire avec tel ou tel article, comment le modérer, etc., mais là, franchement, ami-e-s modérateurs et modératrices d'indymedia-nantes, faut pas déconner... comment cautionner une pareille tirade citoyenniste ? je ne connais personnellement aucune des "parties" mais ce qui est dit dans ce texte est probablement plus d'une fois contraire à votre "charte", non ?

> l'art des conventions

"Tout cela est en train de ternir l’image d´une association alternative"

A part le courant (qu'ils n’hésitent pas à couper aux squatters),

je vois pas ce qu'ils ont d'alternatif ?

La mairie doit se régaler... Voila ce qui arrive quand l'art devient

une entreprise de pacification sociale

> La prose des artistes subventionnés de Tours

Voilà la prose des artistes du projet 244.

Intercepté au même moment que leur communiqué puant, et envoyé sur des listes multiples qui se proposent d'être un outil de communication au service... des luttes sociales...

A mort l'Artriste.

Bonjour,

je suis Matthias, membres de diverses associations musicales et

associatives tourangelles dont le Projet 244.

Cela fait maintenant un an que l'ex-squat du Projet 244 accueille

les "utopistes" de "Thank to the future"

Avant, et pendant 7-8 ans, c'était des cas sociaux amenés par la

Croix Rouge qui squattaient cette maison, car nul part où aller mais

qui respectaient à peu près tous leurs voisins. C'était parfois

tendus mais on arrivait toujours à trouver une solution.

Maintenant, ce sont des combattants anarchistes qui passent leur

temps à nous chier dessus dans tous les alter-médias possibles, des

"utopistes"

Aucun débats possible ! Menaces ! Agressions ! La coupe est pleine.

Les artistes et salariés associatifs du Projet craignent à se rendre

au travail (quoiqu'on en dise, certains aiment travailler et nourrir

leur famille)

Les clients des métallos et plasticiens se font traiter de

bourgeois, et rembarrer du lieu par les "utopistes" (perte de boulot)

Le Projet 244 est en fin de vie, cela aurait pu être avec du vouvray

et du rock'n'roll ... cela se fera peut-être dans la merde et le

silence.

J'aimerai beaucoup que ceux qui font cela arrête ! Prennent ce qui

leur reste de courage et d'honneur pour aller faire chier de vrais

ennemis de la liberté comme VOX POPULI, comme le FN ou encore à St

Cyr le trésorier du premier cercle de l'UMP, et tous les politiques

de Touraine si ça leur chante.

2 exemples:

1- Nous avions organisé avec une partie de ces utopistes une

manifestive avec sound-system contre le FN dans le quartier du Sanitas.

On amenait notre sono, nos DJ, des déguisements , notre bonne humeur

et des sourires afin de les partager avec les habitants du quartier.

Les "utopistes" sont venus avec des tronches d'enterrements, la peur

de se faire taper par des fachos et certains était complètement sec

bourré, incapable de discuter avec qui que ce soit. Pas d'échange,

pas de sourire.

Depuis, nos bénévoles ne veulent participer à aucune action avec

eux. Il les trouvent trop petits bourgeois, trop prises de têtes.

(comme quoi)

2- Le week-end dernier: l'ex-président (il a arrêté car il a reçu

des menaces de mort) de l'association s'est fait violemment insulté

et menacé de cassage de gueule alors qu'il passait au Projet avec

son fils d'à peine 10 piges ...

PUTAIN ! RÉAGISSEZ ! LA HAINE DU CAPITAL NE JUSTIFIE PAS DE MENACER

LE PÈRE D'UN MÔME DE 10 PIGES DEVANT LUI !

ELLE EST OÙ VOTRE UTOPIE, LÀ ?!

Pour ce môme, le projet, c'était de la musique, des clowns, des

métallos et du délire. Maintenant c'est là où des "méchants veulent

frapper" son père.

VOUS ÊTES NOMBREUX À RELAYER LEUR PROPAGANDE SUR VOS SITES ET BLOGS

! MERCI DE VOUS RENSEIGNER D'ABORD !

_Petit rectificatif sur ce que vous diffuser:_

"Des personnes, membres de cette association, affichant publiquement

leur solidarité envers THANKS FOR THE FUTURE, en ont été

exclues."

Une association a une charte de conduite, si tu adhère au projet ,

tu respecte la charte sinon tu gicles. ça s’appelle la

responsabilité de ses actes. Ces personnes ont dénigré l'association

et ont eut des comportements violents donc EXIT.

"Les fils électriques alimentant la maison de THANKS FOR THE FUTURE

ont été volontairement coupés."

Je l'ai fait moi-même car les "utopistes" ne prenait pas la peine de

renclencher quand il faisait sauter le jus. Et vu que le raccord

était fait dans notre local et que l'on a perdu coup sur coup 350€

et 600€ de BOUFFE dans nos frigos ... bah ouhais ça m'a gonflé ! Je

les ai prévenus 1 mois à l'avance en leur disant de ce sortir les

doigts du cul et d'aller se brancher ailleur .... Ils n'ont rien

fait, attendu que la situation se pourrisse .... et fait appel à EDF

pour se faire ouvrir un beau compteur tout propre.

Je ne parle pas de l'eau, que nous payons pour eux depuis 10 ans.

Charge à laquelle, ils ont toujours refusé de contribuer. Pour

rappel, nous sommes 23 associations dans le collectif et tout le

monde paye, même les endettés, mêmes les mecs qui vendent leur

voiture pour pouvoir continuer leur passion.

> Artistiqueuuuuuuument

Ça fait bien longtemps que votre projet pourri est grillé dans la place tourangelle.

Et nous sommes nombreux à pas avoir attendu des squatteurs pour en être certains.

De l'art ? Du moment où on en vit ça en est déjà plus. Au fond vous n'êtes que des commerçants,

et ce communiqué en est une énième preuve.

"Une dynamique culturelle" : vos mots ont décidément des relents de mort...

Artistiqueuuuuuuument

> p244 : alternatif ??

"...on comprend beaucoup moins en quoi le fait de ponctionner et d’insulter un collectif d’artistes plutôt désargentés, mettrait à mal le capital et le pouvoir qui lui est associé"

Touché plus de 150 000 euros chaque année pour organiser la guinguette, j'appelle pas vraiment ça démuni d'argent... C'est d'ailleurs cette guinguette qui exploite les jeunes pour servir de l'eau parfumé de malt au bobo... Cette même guinguettes, ou du moins leur organisateurs, qui ont poussé la mairie à l'installation de caméra de flicage... Toujours les mêmes qui ont fait en sorte que depuis plusieurs années, il y a une répréssion sans précédent sur les marginaux présents sur les bord de Loire, car leur simple présence géne le commerce et les badauts venu consommer.

Le projet 244 c'est des dizaines de projet du même type, qui font de la ville de Tours une ville aseptisée et sans vie... comme il en existe un partout.

Le projet 244 c'est un bureau composé en grande partie de militant du PS. Le PS, vous savez, c'est ce partie qui exproprie et expulse des habitants sur la ZAD. Ce même partie qui a ouvert les centre de rétention, et j'en passe...

Le projet 244 c'est ce collectif qui fait la différence entre les graffeurs institutionnels et les vandals... et qui n'hesiste pas à poucave les méchants writer !

Le projet 244 c'est un conglomérat de personne ouvertement islamophobe (pas toutes heureusement !) et sexiste !

Enfin le Projet 244, c'est ce collectif qui a expulsé en 2009 les "démunis" d'un hangart (qui avez le même status que la maison actuel, c'est a dire aucun...), car celui-ci permettait d'accueillir davantage d'artistes, et ainsi se faire davantage de blé.

Alors on peut effectivement se demander ce que fout ce communiquer sur indymedia ?

> artiste ou flic...

Faut pas s'attendre a mieux que ça d'une bande d'artiste qui se revendiquent alternatifs, qu'ils jouent les auxiliaires de police pour ramasser le nonosse des subventions.

Et on voit aussi qui sont où sont les buros quand les libertaires de salon de l'émmission radiophonique demain le grand soir se font le relai de cette prose policière.