Pourquoi les habitants du terrain du Pendule, à Rezé, vont être "expulsés"

Mis a jour : le mercredi 24 juillet 2013 à 16:26

Mot-clefs: Immigration/sans-papierEs/frontieres métropole nantes_nécropole roms voyage_à_nantes
Lieux: Nantes pendule Rezé

Ci-joint un certain nombre d'informations qui permettent de comprendre un peu mieux pourquoi les habitants du terrain du Pendule, à Rezé, vont être "expulsés".

Depuis plusieurs mois, à la demande de la justice, une médiation a été mise en place entre Voyage à Nantes / Les habitants d'origine roumaine du terrain du Pendule / la mairie de Rezé et, il y a quelques jours, nous avons appris par un article du "Canard Social" que Voyage à Nantes mettait fin à cette médiation (http://www.lecanardsocial.com/ArticleFil.aspx?i=920).

La raison?

Une voiture a stationné sur le terrain alors qu' il ne devrait pas y en avoir (à l'exception des voitures de police qui débarquent quand bon leur semble et permettent ainsi à la police d'ouvrir et d'entrer dans les caravanes comme s'ils étaient chez eux sous des prétextes futiles...

J'ai ainsi été témoin d'une descente de police un jour de ... médiation... et ai constaté la surprise et l'embarras des policiers quand ils ont vu des "non roms" sur le terrain, s'en sont suivies des explications improvisées, embarrassées, qui en disaient long sur leur intention...)

Et oui, une voiture a stationné sur le terrain pendant une heure et la médiation s'arrête!!! On peut aussi constater que le terrain est sous haute surveillance puisqu'une voiture qui stationne est repérée et que sa présence est chronométrée.

Il va sans dire que cette voiture est un prétexte, grotesque et scandaleux par ailleurs, en fait la médiation cesse car le médiateur s'est heurté à un mur : la mairie de Rezé.

En effet, les habitants du terrain du Pendule ont été systématiquement chassés par la Mairie, depuis des années, et, s'ils ont pu rester plus d'un an sur ce terrain, c'est que celui-ci n'appartient pas à la mairie (c'est Voyage à Nantes qui gère ce terrain) et que, malgré des pressions de plus en plus fortes du maire et de certains de ses adjoints, il a donc été décidé de mettre en place une médiation.

Cette attitude n'est, en fait, pas surprenante, puisque le maire de Rezé a parlé d' "invasion", des propos que l'on ne serait pas surpris d'entendre dans la bouche des Sarkozy, Guéant, Hortefeux, Besson, Le Pen... mais qui pourraient surprendre dans celle d'un maire appartenant au parti socialiste...

Depuis que les habitants du terrain du Pendule sont arrivés, la mairie a harcelé Voyage à Nantes pour qu'ils soient expulsés, et ceci encore plus à l'approche de début de cette manifestation. Des voisins du terrain sont montés à la charge, pétitionnant, reprenant tous les clichés véhiculés par les discours du maire et de certains de ses adjoints : mafia roumaine, trafics, armes, rodéos sur les parkings, vols, etc... Bien sûr, on ne peut nier qu'il ait pu y avoir des actes d'incivilité, mais ni plus ni moins là qu'ailleurs et, le fait est, qu'aucune plainte a été déposée à la police, que certains de ces voisins se sont rétractés, que la pétition  a fait "un flop" magistral mais cela n'a, bien entendu, pas empêché la mairie de se servir de ça pour dire que tout le monde voulait leur départ, on peut même penser que la mairie a instrumentalisé cette démarche de certains habitants.

Depuis que le terrain du Pendule est occupé, il a fallu déployer des efforts considérables pour obtenir le strict minimum et c'est moins que le strict minimum qui a été concédé, tant au niveau des toilettes, des poubelles, sans parler de l'accompagnement social inexistant, que ce soit auprès des jeunes que sur la recherche d'emplois ; par contre les habitants du terrain voyaient régulièrement débarquer l'adjoint à la tranquillité publique, l'adjointe à l'éducation et leurs sbires, faire leur visite d'inspection sur un ton au mieux paternaliste, condescendant, suspicieux, compter le nombre de caravanes, mais surtout sans engager quelque dialogue que ce soit, à voir leur tête on comprenait bien qu'ils n'étaient pas particulièrement à l'aise. Il est évident que la mairie n'avait aucun intérêt à faire que ce lieu soit viable, pour ne pas dire agréable, que par contre, elle avait tout intérêt à laisser se détériorer les conditions de "vie".

Précisons aussi que tous les enfants en âge d'être scolarisés, l'étaient, qu'adviendra-t-il de cela après? Ce n'est sans doute pas le problème, là non plus, de la mairie, alors que dans l'organe officiel municipal, ça déborde de bons sentiments, de leçons de social, d'auto-satisfaction...

Au médiateur, la mairie n'a proposé aucune solution autre que leur départ, sans possibilité de proposer un autre terrain. Quand on parle au maire de viabilisation de terrain, de ce qui se fait dans d'autres communes de la Métropole, des fonds que la communauté européenne met à disposition pour permettre une intégration de ce type, il se crispe, prend une attitude dédaigneuse dont il a l'habitude lorsqu'il n'a pas d'arguments (on verra plus bas qu'il en fait de même avec les opposants au projet d'aéroport de ND des Landes) et gare à ceux qui, dans son équipe, pencheraient pour cette solution. Mieux vaut dépenser l'argent du contribuable dans des procédures sans fin, pour transformer tout terrain susceptible d'être occupé en place forte...

On peut, pour le moins, se demander si il n'y a pas un lien de cause à effet entre sa nomination à la présidence de Nantes Métropole et la fin précipitée de la médiation.

Nantes Métropole a des arguments certainement autrement plus dissuasifs que les litanies à caractère xénophobe de Mr Retière et de ses adjoints : bien entendu, ces arguments sentent fortement l'odeur de l'argent, le mot subvention fait surface et Mr Retière, coiffé de sa nouvelle casquette, se trouve avoir des arguments plus ... "convaincants" : Nantes Métropole a versé 7,7 millions d'euros à Voyage à Nantes, voilà qui prête à réfléchir si Mr Blaise veut continuer à percevoir cette manne.

Dernier point, concernant cette affaire : les habitants du Pendule ont décidé de partir d'eux-mêmes, pour éviter sans doute le traumatisme de l'expulsion avec les flics armés jusqu'aux dents et qui détruisent les caravanes pour éviter qu'ils aillent s'installer ailleurs. Que Mrs Retière, Blaise et compagnie n'aillent pas dire qu'ils n'ont pas été expulsés, c'en est bien une, qui ne dit pas son nom!

Mais où vont-ils aller? N'allez pas poser la question à ceux qui sont responsables de cette "expulsion", ils ne répondent pas. Mr le maire - président de Nantes Métropole fera une déclaration fin août. Quel courage, une expulsion en plein mois de juillet!!! Mr Blaise doit sûrement avoir des choses plus importantes à faire, l'art contemporain vaut mieux que l'avenir de quelques miséreux!

Enfin, si vous avez des doutes sur le président de Nantes Métropole, allez voir dans les pièces jointes et vous verrez aussi que, malgré la très forte mobilisation contre l'aéroportde N D des Landes, malgré les dizaines de milliers de personnes et les centaines de tracteurs dans la rue,  malgré les grèves de la faim, un de ses objectifs est l'implantation de cet aéroport et le devenir de l'ancien, normal, y'a de l'argent à faire et, sans doute, là aussi, Vinci veille! À titre plus anecdotique mais bien révélateur, vous verrez un article digne des plus belles époques de Madame (Retière) vantant les qualités de son mari et les conséquences que sa nomination va avoir pour leur vie privée!!!
 
Merci de diffuser largement ces informations, à défaut de les empêcher il faut que ces agissements soient connus et qu'ils aient une publicité digne de ce nom.

Pièces jointes

Report Retière & les Roms 2 (.pdf)

Report Retière & les Roms 1 (.pdf)

Report Retière & Nantes Métropole (.pdf)