petite solidarité mal intentionnée

Mot-clefs: Répression
Lieux: Nantes

vu sur le tribunal de Nantes le vendredi 25 mai
Ce matin là, le mur immaculé du tribunal de Nantes portait bien malgré lui ces quelques mots de solidarité avec les personnes que l'Etat inculpe pour mauvaises intentions :

palais de justice " DE CLASSE !
PARIS, CHAMBERY, LABEGE, ETC
A BAS L'ETAT, C'EST LUI LE TERRORISTE "

une pensée aussi pour Jean-Marc Rouilhan et celleux qui subissent son chantage de censure pour les forcer à taire qu'illes assument leurs actes