Nantes, 6 mai 2012 : pas de répit pour le pouvoir

Mot-clefs: Resistances
Lieux: Nantes

Qu'ils s'en aillent tous !

Un point de vue partiel et partial sur la soirée du 6 mai 2012 à Nantes

Nantes, métropole socialiste : ses flics qui mutilent et qui harcèlent, ses caméras de surveillance, l'aseptisation de son centre ville, son maire mégalo qui veut imposer un projet d'aéroport nuisible...

La ville gouvernée par Jean Marc Ayrault (pressenti pour être ministre du nouveau pouvoir) fête l'arrivée à la tête de l'État de la gauche au soir du 6 mai 2012. Du moins, on célèbre la fin d'un quinquennat d'extrême droite, (inauguré en 2007 à Nantes et ailleurs par des émeutes : http://www.dailymotion.com/video/x1yuo0_manif-anti-sark..._news ) aux cris de « Sarko dégage !»

16-medium
Pas de titre pour 11723

15-medium
Pas de titre pour 11722

14-medium
Pas de titre pour 11721

13_1-medium
Pas de titre pour 11720

12_1-medium
Pas de titre pour 11719

11_1-medium
Pas de titre pour 11718

10_1-medium
Pas de titre pour 11717

8_1-medium
Pas de titre pour 11716

7_1-medium
Pas de titre pour 11715

6_1-medium
Pas de titre pour 11714

5_1-medium
Pas de titre pour 11713

4_1-medium
Pas de titre pour 11712

3_1-medium
Pas de titre pour 11711

2_1-medium
Pas de titre pour 11710

1_1-medium
Pas de titre pour 11709

Mais quelques trublions se sont invités à la fête. Bien avant le déferlement de drapeaux du MJS, déjà, une banderole contre l'aéroport est installée, surplombant sur la place. La statue de la fontaine au centre de la place est ornée d'un panneau contre le projet, et des slogans sont criés par quelques enragé-e-s. Le cortège du PS est accueilli par huées, notamment contre l'aéroport.

Bien sur, le départ du pétainiste en chef du sommet de l’État est réjouissant. Mais la lutte continue. La gauche  comme la droite continuent à réprimer nos vies, à expulser, à servir les puissants.

C'est le pouvoir socialiste qui, entres autres trahisons, a créé les Centres de Rétention Administrative, qui a participé à la surenchère xénophobe et sécuritaire depuis des décennies, et qui aujourd'hui, à Nantes, impose avec des moyens militaires un aéroport nuisible de concert avec la multinationale Vinci.

Alors que la foule se masse Place Royale/du peuple et qu'un concert a lieu dans une ambiance festive, une banderole contre le capitalisme et l'aéroport est hissée en haut de la fontaine, une marionnette de flic/porc est incendiée, puis un feu de joie, des taggs sont apposés au sol... Sous le regard complice et joyeux de nombreu-se-s passant-e-s. Seul un nervis agressif du service d'Ordre du PS doit être chassé, non sans avoir sa chasuble socialiste redécorée par un A cerclé (voir photo).

Occupons la rue !

A Nantes comme ailleurs, la lutte continue !

On ne lâche rien !

Commentaire(s)

> Incantation pour se libérer complètement.

Et pour ne pas oublier.