24 mars - Nantes - Quand le bocage arrive en ville...

Mot-clefs: Aéroport Notre-Dame-des-Landes
Lieux: Nantes Notre-Dame-des-Landes ZAD

Retour sur la manif du 24 mars par des ami.e.s d'ailleurs
"Quand on est prêt à faire 1000 kilomètres pour une manifestation, c'est pour qu'il se passe quelque chose" Une source policière citée dans Ouest France le 23/03/12.

La préfecture a annoncé l'arrivée d'éléments « extérieurs », forcément émeutiers aguerris, et une « source policière » admet que les seules manifestations autorisées sont celles où rien ne se passe. On verra bien ! Nous sommes effectivement venu.e.s de loin pour soutenir la lutte contre l'aéroport de Notre dame des Landes, par amitiés, camaraderies, parce qu'on est déjà passé vivre un temps ici, aider à l'installation d'une ferme occupée, où courir dans les champs pour empêcher des forages. Nous sommes venus surtout parce ce que ce qui se décide dans ce coin de bocage nous cause de cette logique de fric, de vitesse et de destruction des territoires qui touche aussi nos quartiers, nos jardins et nos champs . Nous savons qu'il est parfois nécessaire de concentrer nos énergies, « parce qu'une victoire là-bas est la condition de victoire ailleurs »...

Nantes - 24 mars à 12h, 3 cortèges se rassemblent aux carrefours sud, est et nord de la ville. Partout des files de tracteurs. Quelques centaines de motards, interdits de manifestation par la Préf' qui ne veux pas embrouiller encore plus la situation, ont annoncé qu'ils tenteraient quand même d'arriver en ville, par l'ouest.

Dans les semaines précédentes, des détournements colorés d'invitations officielles à des animations culturelles ont été distribués à quelques milliers d'exemplaires en ville, mettant en scène la mafia pro-aéroport, Vinci et consorts, et invitant à la manif. Les manchettes des journaux ont été remplacées devant les bureaux de tabac et annoncent "Aéroport, Ayrault seul contre tous". Des affichettes pour la manif ont été glissées partout par dessus les pubs du tram et sur les plans aux arrêts, des slogans peints sur les routes et les ponts de la rocade.

Cela fait plusieurs jours que les élus, le maire, la presse annoncent la présence d'"ultras", la « radicalisation d'une minorité », des risques de « dégradations aggravées » et de « violence incontrôlées ». La préfecture, dans une lettre ouverte a menacé les associations organisatrices d'être tenues pour responsables « en cas de débordements, quels qu'en soient les auteurs » et les a poussé à déplacer le lieu de rassemblement vers un espace qui puisse être « plus facilement dégagé » et « mieux canalisé ». Sans succès. Pendant les deux journées qui précèdent, des cars de gardes-mobiles à chaque carrefour et en embuscade contrôlent tout ce qui passe sur la ZAD ("Zone d'Aménagement Différé" vs "Zone A Défendre"). Cela n'empêche pas que beaucoup se retrouvent et s'organisent autour de la trentaine de sites occupés et habités ou des fermes qui résistent, quitte à passer à travers champs. La veille, la presse relaie avec enthousiasme une histoire fantasmée "d'agriculteur agressé par un squatteur". On sent qu'il faut à tout prix casser le front commun qui se constitue pas à pas, souvent en tension malgré tout, entre paysan.e.s, squatter.e.s, habitant.e.s, militant.e.s, associations - contre l'aéroport et pour beaucoup aussi contre le monde qu'il porte.

Une mobilisation policière inédite dans l'histoire nantaise est annoncée, 1500 hommes, des patrouilles et civils partout dans la ville dès la veille, la zone de la mairie et de la préfecture "sanctuarisée", des caméras mobiles, des barrières, des canons à eau et un helico... Le grand déballage des grands jours. Du point de vue de la pression sur le Maire en pleine période électorale le pari est déjà gagné. Celui-ci a même dû repousser d'une journée l'inauguration prévue de longue date de son grand "mémorial de l'abolition de l'esclavage", une construction Vinci, pour laquelle des chefs d'Etat sont attendus. La ville devra forcément apparaître comme lisse et maîtrisée, nettoyée au plus vite.. *

Tout le monde s'attend sur le pont Morand, face à la Préfecture. Chaque arrivée motorisée d'un village alentour est saluée et applaudie. Pendant ce temps, un petit groupe d'agents masqués en gilets jaunes grimpent sur les poteaux indicateurs de directions et les recouvrent d'autocollants ad hoc et rigoureusement identiques :"métropole". L'un d'eux commente au mégaphone : "la métropole est cette manière d'uniformiser le monde et de le bétonner pour la bonne circulation des marchandises. L'aéroport est un des biais par lesquels la métropole cherche à recouvrir nos vies"...

Au point de jonction la presse parlera de 7000 personnes réunies et les organisateurs de 240 tracteurs. Dans le chaos coloré de l'après-midi, entre les chars, les badauds et les moteurs, nous donnions plutôt l'impression d'être indénombrables. Quoi qu'il en soit, nous avons tenu la rue, comme en convient presque piteusement Ouest France deux jours après, reconnaissant à demi-mots qu'ils avaient pourtant fait leur possible pour freiner la participation "familiale" à grands coups d'annonce menaçante. On est là en masse et on passe...

Au cours du cortège ceux qui luttent en Bretagne contre la ligne THT repeignent des bureaux d'EDF, d'autres la mairie, des clowns vont se frotter aux pandores qui gardent la préfecture, des flics en civils se font expulser... Arrivée place du cirque, épicentre nantais, des bennes déversent de la terre, du fumier d'un coté et de l'autre pour marquer l'espace occupé sur 200 mètres et y planter des arbres. On amène le bocage dans Nantes avant que les seigneurs nantais ne tente de l'engloutir. Des cuisines collectives s'installent. Un vache et quelques chevaux se baladent. Deux dragons chinois d'une dizaine de mètres se dandinent, avancent par circonvolutions et s'arrêtent face à des banques et autres enseignes ciblées. La fumée grise qu'ils crachaient jusqu'alors se métamorphose en jet de peinture vive et arrose copieusement les façades. D'autres sont recouvertes de boue ou simplement taguées. Un isoloir/défouloir invite les badauds à s'introduire en son sein pour venir s'exprimer par des pochoirs au sol et laisse sur son passage de grand lettrages blancs : « vinci dégage ! », « la résignation est leur business ». Sous un petit train formé de tentes igloos, un fer à cheval, des pots de fleurs se retrouvent ancrés dans un sol transpercé. Des chaussures enlacées sont lancées sur les câbles du tram pour le bloquer. Des groupes d'italiens « No Tav » font la jonction en chanson avec la résistance montagnarde acharnée à la Ligne à Grande Vitesse dans le Val de Suse. Des centaines de poteaux de géomètres dépiquetés sur les futurs zones de chantiers sont déversés au sol et retournés à l'envoyeur. La redécoration tout azimut des symboles du fric et des complices de l'aéroport, des pubs, poteaux, panneaux ou du siège du PS se déroule sans encombre jusqu'à ce que des flics de la bac tentent une approche en nombre pour alpaguer un peintre. Une banderole vient s'interposer, ça se regroupe, des drapeaux accrochés à des tiges en bambou s'élèvent. Le commando repart vite fait, bredouille. Ils se contentent de guetter en retrait pour le reste de l'après-midi.

Plus loin sur le podium s'enchaînent quelques prises de paroles tempétueuses. Au micro, les « habitants qui résistent » ** affirment qu'ils ne partiront pas et ne se laisseront pas acheter : « Amis d'ici, amis d'ailleurs, ce qui se joue à Notre-Dame-des-Landes n’est pas une simple affaire politique. Elle est humaine, elle parle de notre avenir commun sur cette terre, elle est le choix entre une vie digne d’être vécue, et la mort. On peut très facilement être mort, et se lever pourtant le matin pour aller au travail. Des millions de gens malheureux en font l’expérience... ». Ils attaquent la démission des verts sur ce dossier, dont la docilité a été récemment négociée avec le PS « autour d'une table de monopoly » en échange de quelques postes. Cela n'empêche pas ces derniers d'être présents à la manif drapeaux en main et de se faire embrouiller. D'autant que prévenants ils ont déclaré deux jours avant dans la presse "condamner toute les dégradations et violences qui pourraient avoir lieu avant, pendant et après la manifestation". Pas de fumée sans feu, au cours du cortège leur permanence a été repeinte. Une élue locale s'exprime quant à elle de manière plutôt déterminée et le collectif du 24 mars rappelle qu'il faudra résister aux expulsions et qu'une grande manifestation de réoccupation est d'ores et déjà annoncée si nécessaire.

Une première caméra est aveuglée tandis qu'on y pend une effigie du maire de la ville. Une autre a été installée spécialement pour la manifestation en haut d'un toit qui semble hors d'atteinte. Soudain, des cris et des applaudissements, une personne sort d'un vélux sur un toit mitoyen en pente à une vingtaine de mètres du sol et s'avancent jusqu'à la caméra pour en couper le câble. Le troisième oeil, hélico qui stationne en permanence au-dessus de la manif, sera quant à lui visé par deux fois par des feux d'artifice et aveuglé par des miroirs sans que cela suffise à le repousser durablement. Son ronronnement lancinant se mêle au son du char disco glamour, des slogans, des pétards, de l'orchestre, des discours officiels et des discussions dans tous les coins.

Alors que l'après-midi s'écoule, en rythme avec la batucada, des bruits de marteau et de burin se font maintenant entendre sous les dragons. Des ouvriers invisibles se relaient pour creuser le bitume. Lorsque les dragons replient leur ailes, ils laissent apparaître de grosses pavasses soigneusement empilées et des trouées dans lesquelles des arbustes sont rapidement transplantées. Les dragons s'enflamment et donnent naissance à grand feu de joie pétaradant. Les tracteurs sont déjà repartis en cortège. L'étau policier se resserre, boucle petit à petit les rues alentours et lance des sommations insistantes pour une dispersion imminente. Sans effet. Il faut dire que l'hypothèse de l'assaut policier est malaisée face à cette foule entremêlée et dispersée où l'on serait bien en mal d'isoler un groupe de "perturbateurs". Alors qu'une bonne partie des manifestants s'en va petit à petit, des skaters font des sauts au dessus du feu, des promeneurs se prennent en photos dans les chars laissés en plan, d'autres restent danser, discuter, défier la police et ont l'air apprécier le "zadland" un peu foutraque et le coin de bocage qui est venu s'intercaler sur les trottoirs lisses de la métropole. Le cour des 50 otages a de la gueule et le terrain de jeu qui s'est construit en quelques heures est adopté par les passants. Vers 19h, les flics finissent par charger, se prennent quelques canettes, courent après ceux qui leur tombent sous la main sur les boulevards et finissent malheureusement par en choper quelques uns.

Pour l'heure et malgré les menaces d'expulsion qui se rapprochent et les grands chantiers qui couvent, la rage s'est cristallisée dans une foire subversive et colorée. Ce samedi, la ville s'est surtout métamorphosée, dans une démonstration de force retenue, manière d'avertir aussi que cela n'en restera pas là si les bulldozers pointent le bout de leur nez. Aujourd'hui les forces contre l'aéroport ont composé ensemble avec une multiplicité de présence et de méthodes. Des personnes de partout se sont engrainées dans l'histoire, beaucoup des patelins alentour ou de Nantes, certaines venues de loin comme nous et prêtes à refaire 1000 kilomètres au besoin. Nous ne les laisserons pas passer !

* Le soir même, le ravalement de façade sera acharné. Mais le lendemain les policiers sont toujours en ville en masse autour des inaugurations officielles et des élus nantais tendus. ...

** dans son intégralité, l'excellent discours collectif des "habitants qui résistent", lu au podium :

Amis d’ici, amis d’ailleurs
ce qui se joue à Notre-Dame-des-Landes n’est pas une simple affaire politique. Elle est humaine, elle parle de notre avenir commun sur cette terre, elle est le choix entre une vie digne d’être vécue, et la mort. On peut très facilement être mort, et se lever pourtant le matin pour aller au travail. Des millions de gens malheureux en font l’expérience...

La destruction ici projetée vise un petit morceau de la France, planté à un jet de pierre de Nantes, fief d’un grand féodal socialiste, Jean-Marc Ayrault. Comment est-il possible d’être si lâche ? Comment peut-on s’asseoir sur tant de proclamations ? Sur tant de phrases creuses prononcées depuis vingt ans par cette gauche bien élevée, au nom du soi-disant « développement durable » ? Jean marc Ayrault ne pense pas, il règne. Incurable défenseur des intérêts industriels, comme son maître-candidat,Francois Hollande. Et ce grand seigneur d’opérette sait reconnaître la puissance quand il la croise. Certes, c’est l’État qui a donné le chantier de Notre-Dame-des-Landes à l’entreprise Vinci, mais il n’y a pas l’épaisseur d’un papier à cigarette entre le maire de Nantes et celui qui au nom de tous pousse à la construction, c’est-à-dire François Fillon, Premier ministre en titre.

Les socialistes ne sont pas seuls en cause, et nous n’oublierons pas de sitôt leurs complices. Nous voulons parler de ces écologistes de salon, toujours prêts à vendre leur pauvre âme tremblotante en échange de quelques places. Comment osent-ils, les Duflot, Magnen,De Rugis , qui sont pourtant venus chez nous clamer leur opposition au nouvel aéroport ? Comment osent-ils - après nous avoir tant promis -, capituler en rase campagne autour d’une table de Monopoly ? Imaginez comment une telle trahison aurait été accueillie à l’époque du Larzac, en 1972, voici quarante ans. Imaginez comment auraient été reçus des écologistes d’alors, pactisant avec l’armée dans le dos des paysans.

En réalité Ces gens de droite et de gauche ne connaissent que la puissance, et la puissance de l’argent. Pour l’eau, voyez Veolia ou Suez. Pour l’énergie, EDF ou Aréva. Et pour le BTP, Bouygues, Eiffage, Vinci. Ces trois derniers connaissent toutes les chansons du répertoire. Tout le monde ici, , comprend ce que cela veut dire…,Parlons de Vinci qui a vertueusement triomphé dans l’appel d’offre pour Notre-Dame-des-Landes,. :

Vinci est concessionnaire du projet d’autoroute Moscou Saint-Petersbourg, qui menace la forêt moscovite de Khimki. Savez-vous que l’opposant au projet Mikhaïl Beketov a été si gravement tabassé qu’il demeure, quatre ans après les faits, lourdement handicapé ? Que Konstantin Fetissov, un autre militant, a été attaqué à coups de batte de base-ball ? Que tant d’autres sont menacés chaque jour ? Ô bien entendu, les beaux messieurs de Vinci ne sont pour rien dans de telles horreurs. Pensez donc. Mais il est bon de garder certains faits dans un coin de la tête.

Comme l’exemple du désastre général des aéroports de province espagnols. Une nouvelle fois, qui veut savoir, sait. Il existe là-bas, en partie grâce aux amis locaux d’Ayrault, socialistes comme lui, une cinquantaine d’aéroports, le plus souvent gérés par des structures publiques. Le bilan en est infernal.. Huesca, dans les Pyrénées ? Vide. Lérida, Cordoue ? Vides. Ciudad Real, qui devait concurrencer Madrid-Barajas ? Un désert qui aura coûté pour commencer 500 millions d’euros.. Castellon, à 50 kilomètres de Valence ? Pas un chat, mais un coût de 150 millions d’euroS. Voilà ce qui se prépare à Notre-Dame-des-Landes.

Un politicien du passé, Ayrault, , veut nous lancer dans une aventure stupide, morbide. Pour faire décoller des avions qui ne décolleront pas, il entend faire disparaître 2 000 hectares d’une terre miraculeusement préservée, où les animaux et les hommes qui la peuplent ne demandent rien à personne. En défendant un mode de vie criminel, qui permet à une infime minorité d’utiliser un engin destructeur du climat. Nous ne pouvons lui pardonner. Nous ne pardonnerons pas, ni aujourd’hui, ni demain, ni jamais à tous ceux qui osent soutenir, de près ou de loin, cette terrible agression contre la beauté de la vie.

En attendant la victoire, que nous espérons de toutes nos forces, nous pleurons un endroit qui pourrait disparaître. Si les machines finissent par gagner la partie, les larmes de crocodile couleront à flots. Il est si bon de pleurer sur le sort des Indiens de l’Amazonie ou des Bushmen du Kalahari. Les bonnes consciences n’hésitent jamais à donner de la voix pour faire croire qu’elles pensent aux autres. Mais nous, nous refusons leur sainte pitié. Nous réclamons la solidarité. Nous appelons au combat. Nous voulons vivre ici. Le soutien de nos compagnons de lutte venus de tout horizon nous donne la force de nous battre. Qu’ils en soient ici remercier. La bataille continue, et nous nous ne pouvons pas la perdre. Seulement, il faut se lever. Et pas à moitié. Il faut s’unir, et sortir nos étendards . Il faut empêcher la construction de cet aéroport de la mort.